dimanche 8 mars 2015

Boissons Énergisantes – Danger pour les Jeunes




Les effets d'une canette de boisson énergisante équivalent approximativement à un litre de café avalé d'un trait


Qu'est-ce qu'une boisson énergisante?


Le terme «boisson énergisante» est un terme marketing qui n’a pas de définition au plan réglementaire. Il regroupe des boissons censées mobiliser l'énergie en stimulant le système nerveux. Il désigne tout produit se présentant sous la forme d’une boisson ou d’un concentré liquide et qui prétend contenir un mélange d’ingrédients ayant la propriété de rehausser les niveaux d’énergie et de vivacité, excluant les boissons pour sportifs.

Les boissons énergisantes sont composées majoritairement d’eau, de sucre et de caféine (synthétique ou de source naturelle, comme le guarana). Elles contiennent du ginseng, des vitamines et d’autres ingrédients, selon la marque. Ces boissons contiennent également du glucuronolactone, de l’inositol et de la taurine. Selon les fabricants, ces ingrédients aideraient à accroître le niveau d’énergie. Cependant, les effets de ces ingrédients sont contestés.

Red Bull, Rock Star, Guru, Monster, Hype, Full Throttle… voici quelques boissons énergisantes qui ont de plus en plus la cote auprès des adolescents, des jeunes adultes et même des enfants. Impossible de les manquer, elles sont en vente libre dans plusieurs endroits : stations d'essence, épiceries, pharmacies, bars, et même dans certaines institutions d'enseignement et gymnases.

Originaires du Japon dans les années 1960, les boissons énergisantes sont vendues à travers le monde dans 134 pays.

En Europe, les boissons énergisantes ont commencé à faire surface par Dietrich Mateschitz, un entrepreneur autrichien qui a développé le Red Bull, basé sur une boisson thaïlandaise, le Krating Daeng, lui-même basé sur le Lipovitan.

Aux États-Unis, Red Bull a été importé en 1997 et en a été la marque dominante jusqu'à 2011, moment où son principal concurrent Monster Energy l'a dépassé en volume de vente, tout circuits confondus.

Les boissons énergisantes deviennent populaires sous forme de mélanges alcoolisés.

Motifs de consommation des boissons énergisantes

Les boissons énergisantes sont très prisées des jeunes. La consommation est initialement motivée par la découverte d’une nouvelle boisson, au goût inhabituel, qui prend vite une connotation de «boisson à la mode».

Un pourcentage important d'enfants, d'adolescents et d'adultes jeunes, de l'ordre de 30 à 50 %, consomme plus ou moins régulièrement des boissons énergisantes. Cet effet mode n'est pas sans danger pour les jeunes consommateurs : de nombreux rapports ont mis en évidence des effets secondaires.

Les consommateurs recherchent dans ces boissons un moyen d’augmenter artificiellement leurs performances, ou de les aider à passer un cap difficile. Ce cap difficile est de différente nature et se traduit dans les circonstances de consommation : c’est par exemple une période de révision intense chez un étudiant, une conduite longue et éprouvante pour un chauffeur routier, une prolongation de l’état de veille.

La consommation peut également être motivée par un besoin de désinhibition, un besoin de s’évader, la recherche d’une situation de plaisir, de bien-être, ou pour optimiser la fête.

Les boissons énergisantes vont apporter cette fuite vers une vie plus stimulante, plus enivrante. Cette fuite et cette quête de plaisir seront accentuées par l’association avec d’autres produits tels que le cannabis ou l’alcool. Le consommateur s’expose à un risque d’addiction à ces produits.

La répétition d’un tel comportement peut amener un risque pour le consommateur. Celui-ci risque de surestimer ses capacités d’adaptation face à son environnement, ce qui le rend plus vulnérable, avec un risque de majoration du stress, de l’anxiété, d’une inadaptation face à une situation de vie.

De belles images propices au rêve
Cette recherche du dépassement de ses limites est entretenue par le marketing exposant des comportements à risque, des situations de stress, par l’usage d’images de sports extrêmes, qui ne font que renforcer le dépassement des limites.

Hypothèses qui peuvent expliquer cette importante consommation. Il existe d’abord un manque d’information autour de ces produits nouveaux. Si les parents savent qu’on ne donne pas du café à ses enfants, ils ne sont pas aussi bien renseignés sur ces boissons énergisantes. La très grande force promotionnelle des marques qui les commercialisent est une deuxième hypothèse pour expliquer cette forte consommation.

Ce type de boisson stimulante a su, dès sa commercialisation, cibler un public spécifique en s'attachant à ses valeurs : jeune, clubber, sportif à la limite du transgressif et de l'extrême. Aujourd'hui elle a évolué vers le jeune cadre dynamique et de nouveaux produits sont apparus sur le marché pour conquérir un public de plus en plus jeune.

Composition

Caféine. La caféine est une méthylxantine alcaloïde. Il s’agit de la substance psychostimulante la plus consommée. Elle agit sur les neurotransmetteurs du système nerveux central ce qui provoque une action stimulante sur l’organisme. La caféine combat la fatigue et améliore les performances cognitives à court terme. Dans les boissons énergisantes, la caféine peut être ajoutée sous forme de guarana, dont la principale substance active est la caféine, ou sous forme de caféine pure.

Taurine. La taurine est un acide aminé soufré, en forte concentration dans la bile du taureau, d’où son nom. Sa concentration sanguine est directement liée à l’apport alimentaire. Elle a un effet sur l’excitabilité neuronale et des effets cardiovasculaires, augmente la contractilité des muscles. Dans les boissons énergisantes, elle est présente à de fortes concentrations. Comme de nombreux antioxydants, à une si forte concentration, la taurine pourrait avoir l’effet inverse (pro-oxydatif), et nuire aux capacités de détoxication de l’organisme.

Glucuronolactone. Le glucuronolactone est produit naturellement à partir du glucose dans le foie. C’est un sucre, présent naturellement dans l’organisme, dont les apports naturels seraient de l’ordre de 1 à 2 mg/jour. Une canette de boisson énergisante contient une quantité équivalente à environ 600 jours d’apports alimentaires. Les effets sur la santé d’une telle dose massive restent encore mal connus. La limite de toxicité n’est pas établie. Le principe de précaution est recommandé.

Vitamines du groupe B. Les boissons énergisantes contiennent généralement de la riboflavine (vitamine B2), de la niacine (vitamine B3), de l’acide pantothénique (vitamine B5), de la pyridoxine (vitamine B6) et de la cyanocobalamine (vitamine B12). La consommation de deux canettes, recommandée par le fabriquant, suffit pour atteindre et/ou dépasser le seuil de toxicité établi pour la vitamine B3 et B6. La dose maximale absorbable est également dépassée pour la vitamine B12. La toxicité n’a pas été clairement démontrée, mais serait d’ordre neuro-comportementale, marquée par la survenue de troubles du comportement, de problèmes mnésiques.

Le ginseng. C’est une plante médicinale qui agit sur les fonctions cognitives. Il peut exposer à des difficultés d’adaptation énergétique, en favorisant l’hypoglycémie et la diminution de l’appétit. Le ginseng est destiné à changer ou accentuer l'arôme dans les boissons énergisantes.

Les glucides. Les boissons énergisantes contiennent une très forte concentration en glucides. Cette boisson hyper sucré peut conduire à des hypoglycémies réactionnelles si elle est consommée avant un effort, se manifestant par une faiblesse généralisée, maux de tête, baisse de la vigilance et une contre performance.

Différence entre boisson énergétique et boisson énergisante

Boissons énergétiques


Les boissons énergétiques, autrement appelées boissons glucidiques de l’effort, ont une composition nutritionnelle adaptée à la pratique sportive et font l’objet d’un cadre réglementaire spécifique tant au niveau Français qu’Européen. Elles sont destinées au sportif effectuant une activité physique intense supérieure à une heure.

Ces boissons telles que Gatorade ou Powerade sont recommandées à l'effort. Elles procurent des minéraux et permettent ainsi de lutter contre la déshydratation, la fatigue et de fournir de l'énergie.

La pratique d'activité cardiovasculaire de plus de 60 minutes entraine une perte de minéraux et de glucose à travers le processus de sudation. Ainsi, les boissons énergétiques permettent de pallier le manque et fournissent les glucides nécessaires pour le maintien d'une bonne énergie, permettent de renforcer l'intensité et de prolonger la période d'exercice.

À l'intérieur des boissons énergétiques, on retrouve du sucre, du glucose, de l'eau, des sels minéraux (potassium et sodium) et des vitamines (B et C). Leur apport en sucres et en calories est important, soit de 300 à 500 calories par litre.

Dans le commerce, Elles existent sous plusieurs formes :
* Prête à consommer en bouteille,
* Sous forme de gel en berlingot,
* En poudre (sachets, boites grand format).

Des réglementations dictent de nombreux paramètres : composition d’ingrédients à respecter (sans acidité, sans conservateurs ni colorants), mentions d’étiquetage spécifiques, etc.

Boissons énergisantes


Elles, ne se réfèrent à aucune définition réglementaire. Elles contiennent des quantités importantes de composés excitants destinés à stimuler le système nerveux central, qui peuvent s’avérer dangereux lors de la pratique sportive selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation.

Les boissons énergisantes présentent une réelle dangerosité potentielle et s'inscrivent dans une conduite dopante.


Recherche


Les boissons énergisantes sont toxiques pour les enfants

Une étude américaine conduite à l'hôpital des enfants de Détroit (Michigan), présenté en septembre 2014 lors du congrès de l'American Heart Association, met en garde contre les effets parfois graves de la caféine chez les très jeunes.

Selon l'enquête du Dr Steven Lipshultz, pédiatre, plus de 40 % des appels aux centres antipoison relatifs à des boissons énergisantes concernent des enfants de moins de six ans. Cela représente environ 3100 cas pour les États-Unis sur une période de trois ans, entre 2010 et 2013.

Un quart de ces enfants présentaient des symptômes cardiaques et neurologiques modérés à sérieux. L'excès de caféine a un effet excitant bien établi sur l'organisme. Cette substance accélère le fonctionnement du cœur, ce qui peut conduire à la tachycardie, à des troubles du rythme voire à l'arrêt cardiaque dans les cas les plus extrêmes. Au niveau du cerveau, la surexcitation des neurones peut entraîner des convulsions.

Certaines canettes de Red Bull peuvent contenir jusqu'à 400 mg de caféine, alors qu'une tasse de café en présente 130 mg, et un coca, source d'apport souvent oubliée, 140 mg. La caféine est proscrite chez l'enfant de moins de 6 ans. Chez l'enfant de 7 à 9 ans, le maximum acceptable est atteint dès une demi-tasse de café.

Pour le Dr Lipshultz, l'ampleur du phénomène d'intoxication à la caféine chez les enfants serait bien plus étendu que ce que reflètent ses données. Tous les cas ne donnent pas lieu à un appel aux centres antipoison, de nombreuses personnes se rendant directement chez leur médecin ou aux urgences.

En France, où la vente de boissons énergisantes n'est autorisée que depuis 2008, les intoxications aiguës à la caféine chez les jeunes enfants seraient moins fréquentes qu'aux États-Unis, estime le Dr Jérôme Langrand, du centre antipoison de Paris. Chez les moins de 5 ans, la consommation est principalement accidentelle.


Les boissons énergisantes et énergétiques sont nocives pour les adolescents

Selon une étude menée par des chercheurs de l'université du Minnesota et de l'université Duke, la consommation régulière de boissons énergétiques destinées aux sportifs et énergisantes (à base de caféine ou taurine), chez les adolescents, serait associée à une plus forte consommation de boissons sucrées, au tabagisme et une plus grande utilisation des écrans.

 Ce sont les résultats sur 2793 adolescents américains d'une moyenne d'âge de 14,4 ans au cours de l'année scolaire 2009-2010.

Les scientifiques voulaient essayer de comprendre les comportements de santé liés à la consommation de ces boissons par les adolescents afin de mieux cibler les stratégies d'intervention visant à réduire la consommation de ces produits sucrés. La consommation des boissons énergétiques et énergisantes par les adolescents a triplé ces dernières années, et leur forte teneur en caféine, en sucre et en calories inquiète les professionnels de santé.


Les boissons énergisantes et les jeux vidéo

Selon une étude dirigée par Nicole Larson, publiée par la revue Journal of Nutrition Education and Behavior, chez les garçons une consommation hebdomadaire des boissons énergisantes est liée à une augmentation du temps passé à regarder la télévision, d'environ une heure supplémentaire par semaine par rapport à ceux qui ne consomment pas ce type de produits. Les garçons qui ont consommé une boisson énergisante au moins une fois dans la semaine passent environ quatre heures supplémentaires à jouer aux jeux vidéo.

Selon les recommandations de l'Académie américaine de pédiatrie, les boissons énergisantes sont à proscrire, en raison des risques liés à une stimulation excessive du système nerveux.


Troubles du sommeil

Lors d'une étude conduite dans 16 pays européens en 2013, il a été constaté à l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) que 3% des enfants prenaient du Red Bull ou équivalent 4 à 5 fois par semaine. Chez les adolescents, on passait à 8 %.

Une surconsommation de caféine entraîne un syndrome de sevrage, qui perturbe le sommeil de l'enfant, créant une somnolence dans la journée, ce qui le pousse de nouveau à rechercher l'effet de la caféine pour rester éveillé. C'est un cercle vicieux. Par ailleurs, la caféine est un psycho-stimulant qui favorise les futures dépendances  à l'alcool, au tabac, aux drogues  chez les enfants et les adolescents dont le neocortex n'est pas mature.


Les boissons énergisantes inciteraient à la consommation d’alcool

Des chercheurs de l'Australian National University dans une étude publiée dans la revue Alcoholism: Clinical and Experimental Research en juillet 2014, ont étudié les effets des cocktails alcool/boissons énergisantes lors d’une fête organisée dans leur laboratoire pour jauger les effets des cocktails contenant des boissons énergisantes.

Les recherches se sont inspirées d'études précédentes montrant que les jeunes adultes attirés par ce genre de cocktails avaient tendance à boire plus que leurs pairs, et seraient plus ouverts aux nouvelles expériences.

L’équipe a recruté 75 participants âgés de 18 à 30 ans pour une expérimentation décrite comme "une fête dans un laboratoire". Lors de cette soirée, des cocktails contenant soit 60 ml de vodka et du Red Bull (Silver Edition) ou 60 ml de vodka accompagnés d'eau gazeuse, tous deux assaisonnés de 200 ml d'une boisson fruitée, ont été servis aux participants.

Un test écrit (avant et 20 minutes après l’expérience), un questionnaire et un éthylotest ponctuèrent la beuverie. Ils ont trouvé que lorsque les personnes combinent alcool et boissons énergisantes, elles ont encore plus envie de continuer à boire que lorsqu'elles ne boivent que de l'alcool. Cela pourrait vouloir dire que quelqu'un qui allie alcool et boisson énergisante pourrait vouloir continuer à boire plus que ses amis.


Des risques pour la santé


Les risques liés à la consommation de ces boissons peuvent être liés à la toxicité de certains de leurs composants, ou aux conditions dans lesquelles ces boissons sont consommées.

La caféine, qu’elle soit de source synthétique ou naturelle, est le principal ingrédient des boissons énergisantes qui comporte des risques pour la santé.

Les boissons énergisantes peuvent provoquer le diabète

Ces boissons contribuent à un fort apport calorique. Il s'agit de «calories vides», c'est à dire un apport important en calories mais avec peu d’éléments nutritifs.

Les boissons sucrés contribuent largement à un apport élevé de sucre et à une augmentation de l’apport calorique sur une journée, avec tous les risques associés : obésité, diabète, syndrome métabolique.

Les boissons énergisantes  provoquent des troubles du sommeil

Le principal problème lié à la consommation de boissons énergisantes est le sommeil. La caféine a une demi-vie de cinq à six heures, autrement dit, la moitié de la substance est encore présente dans l’organisme six heures après son ingestion.

Même si la sensibilité à la caféine varie fortement selon le patrimoine génétique de chaque individu et que d’autres facteurs comme la fumée ou la prise d’un contraceptif peuvent en influencer le métabolisme, il reste que l’organisme des adolescents est bien moins tolérant à la caféine que celui des adultes. Alors consommer régulièrement des boissons énergisantes, surtout après 16 heures, peut aboutir à des difficultés d’endormissement.

Or, le sommeil est capital dans le développement cérébral des jeunes adultes. A la puberté, les zones du cortex prefrontal, qui contrôlent notamment l’impulsivité, sont en pleine mutation, avec l’optimisation ou l’élimination de certains chemins neuronaux. Ces changements sont affectés par le manque de sommeil. Mal dormir peut aussi entraîner un absentéisme scolaire, des troubles de la concentration diurne et peut même affecter l’humeur.

Les boissons énergisantes causent la déshydratation et augmentent l’acidité corporelle

Le ressentiment du coup de fouet énergétique provient de la caféine, mais elle provoque aussi la déshydratation. Pour se ré-hydrater, il faut boire deux tasses d’eau pour chaque tasse de boisson énergisante consommée. Les boissons énergisantes sont très acides.

Risque pour le développement de la carie dentaire

Tout comme les autres boissons sucrées, les boissons énergisantes présentent un risque pour le développement de la carie dentaire et l’érosion dentaire lorsqu’elles sont consommées fréquemment. Des études indiquent que le potentiel érosif de ces boissons pourrait être supérieur à celui des autres boissons sucrées car ces boissons sont très acides.

Cardiaques et femmes enceintes s'abstenir

Les femmes enceintes ou allaitantes ne devraient pas consommer de boissons énergisantes. La caféine peut provoquer un retard de croissance intra-utérin chez le fœtus et perturber ensuite le développement du nourrisson, sensible à cette substance, via le lait maternel.

Une grande prudence est par ailleurs conseillée aux personnes souffrant de problèmes cardiaques. Chez elles, la caféine a un effet excitant à forte dose en agissant sur le système cardio-vasculaire, pouvant entraîner une arythmie du cœur.

Risque d’addiction

L’excitation, le plaisir évoqué par les consommateurs de ces boissons, incite à répéter ce comportement à la prochaine recherche de bien-être, la prochaine sortie en discothèque. La répétition d’un tel comportement expose au risque d’addiction.

Une canette de cette boisson contient l'équivalent de deux cafés bien serrés. La différence majeure entre café et boissons énergisantes c’est que l’on ressent une saturation au goût du café et que l’on est conscient de la quantité de caféine que l’on consomme.

A contrario, avec les boissons énergisantes, on a l’impression de boire un soda tout à fait anodin, puisque c’est une boisson sucrée, facile à boire. De ce fait, on n’a pas conscience que l’on consomme beaucoup de caféine. Il est plus facile de boire des boissons énergisantes à l’excès que du café.

A fortiori, les gens qui consomment déjà du café peuvent aussi consommer des boissons énergisantes. Il peut y avoir en plus un effet de cumul qui implique la consommation de l'équivalent de sept à huit cafés dans la journée alors que sans boisson énergisante on en aurait consommé moitié moins.

Problèmes de dépendance. Au même titre que les drogues, l'alcool et la cigarette, la caféine contenue dans les boissons de ce type entraine une dépendance. L'arrêt de consommation de ces boissons comporte des effets secondaires tels que maux de tête, irritabilité, nervosité, anxiété et somnolence.


Dangers de ces boissons énergisantes sur les enfants et adolescents

Il y a d’abord les effets immédiats tels que l’agitation, l’excitation, les tremblements, voire des crises d’épilepsie et la tachycardie. Les boissons énergisantes peuvent aussi avoir des conséquences désastreuses sur le sommeil. La caféine contenue dans ces boissons énergisantes peut bouleverser de manière dangereuse la qualité du sommeil et le temps d’endormissement. L’enfant est fatigué dans la journée et cet état de somnolence va le pousser à reprendre de la caféine.

Conduite à risques augmentée. Une étude publiée en 2008 dans la revue Journal of Adolescent Health, auprès de 795 étudiants new yorkais a montré que ceux qui consommaient beaucoup de boissons énergisantes, soit six fois ou plus par mois, avaient en moyenne trois fois plus de risques que les faibles consommateurs et les non consommateurs d'être fumeurs, d'avoir abusé de médicaments, mais aussi de s'être battus violemment durant l'année précédent l'étude. D'autre part, ils avaient deux fois plus de risques de fumer de la marijuana et d'avoir une consommation problématique d'alcool.

Les boissons énergisantes et l'alcool : une combinaison dangereuse


La combinaison d'alcool et de boissons énergisantes peut provoquer une importante intoxication. Puisque les effets de l'ivresse seraient masqués par la consommation des boissons énergisantes, elle conduirait à une plus importante consommation d'alcool.

Les personnes qui mélangent alcool et boisson énergisante ne ressentent pas les effets de l’ébriété telle qu’elle est en réalité. Leurs mécanismes d’autorégulation associés à l’ivresse sont inopérants ce qui augmente d’autant les comportements à risque.

Ce serait le mélange entre la caféine et l’alcool qui aurait plusieurs effets. Cela inhiberait l’effet sédatif de l’alcool car la caféine réduit la sensation d’intoxication.

D’autre part, le fait que la sensation d’intoxication soit réduite altère le jugement par rapport aux comportements à risque.

Enfin, la réduction de la sensation d’intoxication induit une consommation d’alcool accrue.

Selon les chercheurs de l'Université du Maryland et de l'Université John Hopkins, les étudiants qui consomment régulièrement des boissons de ce type auraient plus de risques de sombrer dans l'alcoolisme. Les gros consommateurs ont 2.4 fois plus de risques de développer une dépendance à l'alcool que ceux qui n'en consomment pas.


Facteur de risque pour les sportifs

Ces boissons sont très concentrées et riches en caféine, ce qui augmente les pertes urinaires de liquide et de minéraux.

D’autre part, les boissons énergisantes étant très acides, sont déconseillées avant, pendant et après l’effort sportif car elles peuvent nuire à la récupération et favoriser les blessures musculo-tendineuses.

Les sportifs devraient s'abstenir de consommer ce type de boissons en raison de la caféine et du sucre que l'on y retrouve. Si l'on en croit les vertus vantées, les boissons énergisantes permettraient de stimuler l'organisme, d'améliorer les performances et l'endurance. Ces allégations sont fausses. Au contraire, l'athlète, plutôt que de se sentir en contrôle de sa performance, se retrouve dans un état de grande fébrilité et de surexcitation.

De plus, riches en glucides, les boissons énergisantes peuvent causer des troubles gastriques. Pendant l'effort physique, elles peuvent également causer une importante déshydratation.

La caféine augmente la perte de minéraux et d’eau, ce qui favorise les crampes. Elle peut aussi, dans certains cas, induire des douleurs musculaires.


Boissons stimulantes et saines pour remplacer les boissons énergisantes

Les jus énergisants naturels sont d’autant plus intéressants car les gens ne boivent pas assez d’eau en général, et le manque d’hydratation est en partie responsable de la fatigue ressentie pendant la journée. Les fruits et légumes ont une haute teneur en eau avec le goût en plus.


Énergisante. Mixez 3 kiwis pelés, une banane, un verre de jus de papaye et le jus d’un demi-citron. Peu calorique, ce cocktail apporte du magnésium et du potassium, et les fibres de la banane procurent une sensation de satiété, idéale le matin avant une longue journée.





Tonifiante. Presser une orange, une mandarine et le jus d’un pamplemousse rose. Cette boisson est riche en vitamines C et B1, en magnésium et calcium. Parfaite comme solution anti fatigue et pour prévenir les baisses de forme, notamment après une longue semaine de travail.





Nourrissante. Mixer 100g d’épinards, 150g de brocoli et 250g de pommes vertes sucrées. Une recette santé qui apporte une bonne dose de vitamine B2 fournie par les brocolis et épinards, et le goût frais des pommes. À consommer en complément du repas de midi pour garder une bonne énergie avant d’entamer l’après-midi.






Rafraîchissante. Dans une centrifugeuse, presser 2 pommes, 200g de fraises et 4 tranches d’ananas. Cette boisson a l’avantage d’être riche en vitamines A, C et D tout en apportant du potassium et magnésium. Parfaite pour désaltérer l’organisme pendant les longues journées d’été.



Régénérante. Mixer les grains d’une grappe de raisin blanc avec 2 tomates et une poignée de framboises. Ajouter le jus d’un citron au mélange obtenu. Cette boisson peut être utilisée en cure de 8 à 10 jours chaque matin pour régénérer le corps et apporter une énergie supplémentaire aux cellules, particulièrement utile lors des changements de saison.



Re-minéralisante. Dans une centrifugeuse, mixer une orange, 4 tranches d’ananas et 2 carottes. Mélanger le jus obtenu avec de la glace pilée dans un shaker. Boisson riche en minéraux et en vitamines C, B1, B6 et K, recommandée pour affronter l’hiver.




Un verre d'eau. L'eau a un réel impact sur le dynamisme. La déshydratation favorise l'apparition d'une sensation de fatigue mais aussi de faim et entrave la concentration. Par ailleurs, le fait d'être déshydraté empêche la digestion et diminue la pression sanguine, autant de phénomènes qui entraînent une baisse d'énergie. À chaque coup de fatigue ou sensation de faim en dehors des repas, boire un grand verre d'eau.



De l'eau de coco. Ce breuvage isotonique  c'est-à-dire très proche de la composition du plasma sanguin  est un concentré de tous les minéraux essentiels au bon fonctionnement de l'organisme. Riche en zinc, fer, potassium, magnésium, phosphore et calcium, il constitue une importante source d'énergie nutritive améliorant l'absorption de certaines vitamines et minéraux et la sécrétion de l'insuline.





Cacao. Le cacao contient de la caféine, théobromine, théophylline et anandamide, qui activent les récepteurs cérébraux et provoquent du plaisir et une clarté mentale. On lui attribue en plus des propriétés stimulantes, anti-oxydantes, excitantes et antidépressives. Une ou deux cuillerées de cacao pur en poudre, encore mieux sans sucre, diluées dans l’eau ou du lait, est à la fois réconfortant et énergisant.




Recommandations de consommation

L’Agence Nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES) précise que les boissons énergisantes sont réservées à l’adulte. Leur consommation, en association avec de l’alcool, est déconseillée et elles doivent être consommées avec modération et ne sont pas adaptées à la pratique d’une activité physique intense.

Les boissons énergisantes devraient être consommées uniquement de façon modérée et occasionnelle par des adultes en bonne santé, n'ayant pas de condition médicale particulière. La consommation des boissons de ce type doit également se limiter à une base occasionnelle.

Toute personne souffrant de troubles anxieux, de trouble de déficit de l'attention, d'hyper-activité et de problèmes cardiovasculaires ne devrait pas consommer ce type de boisson.

De plus, les femmes enceintes ainsi que les enfants de moins de 12 ans ne devraient jamais en consommer. Ces boissons sont nocives pour la santé des enfants et des adolescents, notamment en raison de leur teneur élevée en caféine et en sucre ainsi que de leur acidité.

* Éviter les excès : se limiter à la consommation d'une boisson par jour maximum.

* Éviter les mélanges : ne pas consommer avec de l'alcool. Les boissons énergisantes masquent les effets de l'alcool et donnent une fausse impression de sobriété. Ce qui peut augmenter les risques de perte de conscience ou de coma éthylique et les situations de conduite automobile en état d'ébriété.

* Ne pas les utiliser pour s'hydrater lors d'activités physiques intenses ou lors de grandes chaleurs.

Une bonne alimentation ainsi qu'une importante consommation d'eau sont les secrets d'un organisme en santé. Pour pallier le manque d'énergie, s’assurer de manger entre les repas des collations faites de protéines et de glucides.

La commercialisation des boissons énergisantes a été autorisée en 2008 sur le territoire français au regard du principe de libre circulation des marchandises légalement fabriquées ou commercialisées sur le marché européen.

Or, depuis 2008 et l’autorisation de vente des boissons énergisantes sur le territoire français, les mises en garde sont récurrentes. Les risques de l’association avec l’alcool, les dangers pour les femmes enceintes ou les menaces d’avaler ces boissons pendant la pratique sportive sont fréquemment rappelés.

Il conviendrait d’encadrer la promotion de ces boissons envers les populations sensibles, et dans les contextes de consommation à risque (par exemple, en évitant d’associer ces boissons avec le sport ou la fête).

La population doit savoir que le fait de consommer des boissons énergisantes n’est pas un acte anodin. Il ne s’agit pas de sodas classiques, même si la distribution se fait au même titre que les autres sodas dans le commerce. Pourtant, les deux types de boissons n’ont pas la même composition. Les consommateurs doivent être informés des conditions de consommation qui peuvent les exposer à un risque.

Il faut absolument informer le public, bien expliquer aux parents que ces produits ne sont pas destinés à leurs enfants. L’idée n’est pas de faire de la prohibition, mais plutôt de mieux sensibiliser les consommateurs.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire