vendredi 19 octobre 2018

La Réserve Cognitive Protège Notre Cerveau




Avec une bonne réserve cognitive, le cerveau est capable de créer de nouvelles connexions 
entre les neurones, pour remplacer ceux qui pourraient être abîmés ou endommagés.

En vieillissant, notre corps et notre esprit subissent inévitablement des changements, notamment la perte ou la détérioration de certaines capacités, telles que la force physique ou l'acuité visuelle. Le cerveau n'est pas étranger à ce processus et des fonctions telles que la mémoire et la capacité d'attention diminuent également et peuvent même subir des accidents ou des maladies qui en compromettent le fonctionnement (accident vasculaire cérébral, traumatisme, maladie d'Alzheimer...). Cependant, tout le monde n'en subira pas les conséquences de la même manière : alors que certains auront des problèmes importants, d'autres subiront moins de pertes face à ces difficultés et auront une plus grande résistance. Cette résistance est déterminée par ce qu'on appelle la réserve cognitive.

La réserve cognitive est la capacité de notre cerveau à faire face aux différentes agressions qu'il peut subir  la perte de capacités cérébrales ou des transformations négatives dans cet organe .

Effectuer des activités qui exercent nos capacités cognitives  comme celles impliquant la lecture ou le calcul  peut nous protéger habituellement du vieillissement et de la démence, en augmentant la plasticité de notre cerveau et en établissant de nouvelles connexions synaptiques lorsque d'autres se détériorent.

L'accumulation d'expérience et la stimulation des capacités mentales tout au long de la vie se reflètent dans la réserve cognitive. C'est comme un capital mental que, plus il est grand, plus il aidera à compenser les effets sur l'efficacité de nos capacités cognitives, à la fois du vieillissement ou des altérations du cerveau, ainsi que de celles causées par la maladie d'Alzheimer.

La réserve cognitive ne sert pas d'antidote pour prévenir les maladies du cerveau ou le vieillissement neuronal, mais c'est un facteur qui contribue à retarder la possible détérioration cognitive, en favorisant un réseau neuronal plus résistant.

Dans certains cas, une réserve cognitive élevée permet au cerveau de fonctionner normalement après une maladie. Cela permet également à ce fonctionnement de rester totalement actif, même en cas de détérioration naturelle due au vieillissement. C'est une capacité très importante, qui mérite d'être cultivée et maintenue.

L'origine de la réserve cognitive


La réserve cognitive commence à se former à partir du même moment où le cerveau commence à se développer dans l'utérus. Cette réserve commence dans l'enfance, mais peut être augmentée tout au long de la vie.

On sait que les expériences des premières années de la vie sont décisives. Celles-ci définissent en grande partie le cours du processus de développement de l'intelligence.

Il y a des raisons de penser que le facteur génétique influence la formation d'une réserve cognitive. Cependant, cet aspect n'est pas définitif. Il existe des moyens de stimuler le cerveau pour augmenter cette capacité tout au long de la vie. En fait, elle peut être augmentée même dans un cerveau endommagé.

Tout au long de notre vie, nous acquérons des connaissances sur le monde qui nous entoure. C'est un processus continu qui nous permettra de nous adapter à un monde en mutation. Notre cerveau est constitué de millions de cellules appelées neurones. Ils ont la capacité de se connecter les uns aux autres et ces connexions se développent et changent à mesure que nous acquérons des connaissances. On peut dire que l'apprentissage modifie la forme de notre cerveau, le rend plus complexe, augmentant la qualité et la complexité du "câblage cérébral" et par conséquent, le cerveau devient plus résistant aux situations adverses telles que le développement de la maladie d'Alzheimer ou des lésions cérébrales.

Les activités intellectuelles, récréatives et sportives se sont révélées efficaces pour augmenter la réserve cognitive. La lecture, les jeux d’esprit, l’apprentissage des langues, la danse, le sport et toutes les activités stimulantes intellectuellement contribuent à augmenter cette capacité.

*
*   *

L'étude des nonnes


L'une des références de la recherche sur la réserve cognitive est une célèbre expérience réalisée par le neurologue David Snowdon de l'Université du Kentucky en 1986, qu'il a baptisée "l'étude des nonnes". L’expérience consistait à étudier un groupe de religieuses dans un couvent et à observer l’évolution de leurs fonctions cognitives, telles que la mémoire.

Il a pris comme groupe de recherche à 678 religieuses catholiques de l'ordre de School Sisters of Notre Dame, une communauté où la moyenne d'âge est de 85 ans et où de nombreuses sœurs ont plus de 90 ans. C'était un groupe très uniforme.

Leur réserve cognitive a été surveillée pendant 17 ans. Durant cette période, elles ont été testées régulièrement, génétiquement, intellectuellement ou psychologiquement. Toutes ont accepté le fait que, lorsqu'elles mouraient, leur cerveau serait étudié pour compléter les informations de l'expérience.

Le plus surprenant a été le cas de sœur Bernadette. Cette religieuse est morte à 85 ans. Son cerveau a été étudié et il a été détecté qu'elle souffrait de la maladie d'Alzheimer. Cependant, jamais au cours de sa vie, elle n'avait montré des symptômes de souffrance. Les chercheurs ont conclu que la réserve cognitive de la religieuse avait clairement compensé ses déficiences.

Les chercheurs ont réussi à vérifier un autre fait intéressant. Les religieuses avec un vocabulaire plus riche ont montré moins de déclin cognitif au fil des ans. Et ce vocabulaire, à son tour, vient du fait qu’elles avaient été de bonnes lectrices durant leur enfance. Cette expérience est l’une des preuves les plus convaincantes en faveur de l’exercice intellectuel, social et physique en tant que moyen valable de retarder le déclin naturel de nos fonctions cognitives.

La conclusion la plus importante de l'étude des moniales était que la maladie d'Alzheimer n'est pas une conséquence inévitable de la vieillesse. Au contraire, l’existence d’une solide réserve cognitive protège contre une maladie aussi dévastatrice.

Chez ces religieuses qui mènent une vie saine, ont une bonne alimentation et peu de stress, le taux de maladie d'Alzheimer est nettement inférieur à celui de la population en général. De manière significative, beaucoup d'entre elles ont un niveau d'instruction élevé et exercent des activités intellectuelles très exigeantes pour leur âge.

Au fil des années de recherche, il a été observé que la même lésion cérébrale n'a pas toujours le même impact. De nombreuses thérapies appliquées chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer sont basées sur le fait de la plasticité du cerveau et que l’on peut tirer parti d'une activité intellectuelle même à un âge très avancé ou lorsqu'il est endommagé.

À la suite des résultats de cette étude, d’autres recherches ont abouti à l’hypothèse selon laquelle la réalisation d’activités exigeantes sur le plan intellectuel peut atténuer les effets des lésions cérébrales causées par la maladie d’Alzheimer et favoriser, à son tour, la plasticité cérébrale.


Une bonne réserve cognitive favorise le vieillissement en bonne santé


Des chercheurs de l'Université internationale de La Rioja, de l'Université polytechnique de Madrid, de l'Université Complutense et de l'Université de La Laguna (Ténériffe), dans une étude publiée dans la revue Frontiers in Aging Neuroscience, juin 2014, ont prouvé que le fait de garder le cerveau actif au fil des ans aide à avoir une vieillesse plus saine.

Des facteurs tels que le volume du cerveau ou le nombre de synapses (connexions neuronales) sont impliqués dans la réserve cognitive. Des études antérieures ont révélé que, lorsque la détérioration cognitive associée à l'âge commence, cette réserve favorise l'utilisation plus efficace des réseaux de neurones pour effectuer les différentes tâches.

Ils ont sélectionné 21 personnes âgées de 65 à 85 ans de l'unité de gériatrie de l'hôpital universitaire San Carlos de Madrid. Les participants à la recherche ont été divisés en deux groupes en fonction du score obtenu dans l'indice de réserve cognitive (IRC), calculé à partir de leur niveau de formation et de leurs qualifications. Ainsi, ceux avec des scores compris entre 1 et 5 formaient le groupe à faible CRI, alors que ceux ayant entre 6 et 10 étaient classés dans le CRI élevé.

Les deux groupes ont réalisé une tâche de mémoire dont l'activité neuronale a été enregistrée au moyen d'une magnéto-encéphalographie (MEG), une technique de neuro-imagerie utilisée pour la première fois dans ce type d'étude permettant d'enregistrer environ 1.000 valeurs d'activité cérébrale par seconde. Tout en mesurant leurs signaux neuronaux, les sujets ont réalisé une tâche de mémorisation de 5 lettres apparaissant sur un écran.

Plus tard, des lettres ont été montrées, une à une pendant une seconde et on leur a demandé de répondre  en appuyant sur un bouton de la main droite  ‘oui’ ou ‘non’ s’il s’agissait de l’une des lettres mémorisées. Au total, 250 lettres ont été montrées, la moitié apprises par cœur.

Plus grande efficacité neuronale. Les résultats de l'étude indiquent que, pour obtenir le même résultat, les participants avec une faible réserve cognitive nécessitaient un effort cérébral supérieur à celui des participants présentant une réserve cognitive plus importante. Cet effort supplémentaire est associé à une pire efficacité cognitive puisque la personne en question utilise plus d'énergie et plus de connexions cérébrales que nécessaire.

De cette manière, les participants présentant une IRC faible avaient une connectivité neuronale plus grande dans les régions cérébrales antérieure (préfrontale) et postérieure (temporale, pariétale et occipitale) par rapport à ceux ayant une IRC élevée.

Les personnes ayant de faibles niveaux de réserve cognitive doivent utiliser davantage de réseaux corticaux, montrant une efficacité de fonctionnement cérébral inférieure pour atteindre le même niveau de performances cognitives que les individus présentant des taux plus élevés.

Le travail est une première étape pour confirmer la relation entre la réserve cognitive et le vieillissement en bonne santé.


Le bilinguisme favoriserait une réserve cognitive contre la maladie d'Alzheimer


Une équipe de scientifiques de la Faculté de psychologie de l'Université Vita-Salute San Raffaele, Milan, dans une étude publiée dans les Actes de l'Académie nationale des sciences (PNAS) en février 2017, a vérifié que l’entraînement cognitif, et plus particulièrement le fait de parler plus d'une langue, nous permettrait de prendre soin de notre cerveau en cas de perte de mémoire et de la maladie d'Alzheimer, une des démences qui affecte le plus les gens.


Les chercheurs ont effectué des scanners cérébraux et des tests de mémoire sur 85 personnes âgées présentant des symptômes caractéristiques de la maladie d'Alzheimer. Parmi celles-ci, 45 dominaient l'allemand et l'italien et 40 ne parlaient qu'une seule langue. Les personnes bilingues ont eu de bien meilleurs résultats que les monolingues dans les tests de mémoire à court et à long terme, avec des scores de trois à huit fois plus élevés en moyenne. Les personnes bilingues ont obtenu ces résultats même si les tests d'imagerie ont révélé davantage de signes d'hypo-métabolisme cérébral, une caractéristique de la MA dans laquelle le cerveau devient moins efficace pour convertir le glucose en énergie.

L'analyse de la connectivité métabolique a montré que les bilingues avaient l'une des caractéristiques de la maladie d'Alzheimer : l'hypo-métabolisme cérébral, ce qui signifie que le cerveau perd la capacité de convertir le glucose en énergie. Mais à leur tour, leurs cerveaux avaient une plus grande connectivité dans les réseaux de neurones des régions frontales, qui sont liés au contrôle exécutif, et ont obtenu également des scores plus élevés que leurs pairs monolingues dans les tests de mémoire à court et à long terme.

Ces personnes semblaient avoir une meilleure connectivité fonctionnelle dans les régions frontales du cerveau par rapport aux sujets monolingues, ce qui leur permettait de maintenir une meilleure fonction cognitive malgré la MA. Des études antérieures ont montré que le bilinguisme peut retarder l'apparition de la démence jusqu'à cinq ans, dans la mesure où il crée une “réserve neurale” qui rend le cerveau bilingue plus résistant au vieillissement.


PESCO : Programme de stimulation cognitive


Des scientifiques de l'Université de Grenade, Santiago-Ramajo, décrivent dans une étude publiée par le Journal of Neuroengineering and Rehabilitation en mai 2014, l'application informatique qui améliore les capacités cognitives des personnes âgées grâce à des exercices de mémoire, d'attention et de raisonnement.  C'est le programme de stimulation cognitive (PESCO).

Dans une étude portant sur 70 personnes âgées  qui, pour la plupart, n’avaient jamais utilisé d’ordinateur , les auteurs ont constaté que les personnes formées à l’outil s’amélioraient en termes d’attention, de mémoire et de planification. Les participants ont pu surmonter leur peur de la technologie parce qu'ils pensaient que PESCO pourrait améliorer leurs capacités cognitives.

L’objectif principal de PESCO est d’effectuer une évaluation et une stimulation cognitive des personnes, principalement des personnes âgées, afin de prévenir et d’intervenir sur les troubles cognitifs afin de retarder la dépendance, dès le début. La fonctionnalité principale de l'outil consiste à fournir des tests ou des exercices pour la rééducation neuropsychologique et fonctionnelle de la mémoire, de l'attention, du raisonnement et de la planification.

Le programme de stimulation systématique implique le développement d'exercices que l'utilisateur peut réaliser en 12 sessions d'une durée minimale de 40 minutes, deux fois par semaine. Au cours de ces sessions, différentes tâches sont effectuées.

Tout d'abord, l'enregistrement et le dépistage de pré-stimulation cognitive sont effectués. Les séances de stimulation cognitive sont ensuite effectuées et structurées de manière à ce que chaque exercice soit répété de manière équilibrée, en tenant compte de la fonction cognitive à réhabiliter. À la fin du programme, une session est consacrée à l’évaluation post-stimulation afin d’évaluer l’efficacité du programme de stimulation appliquée.



Le programme Presco

Plateforme de stimulation cognitive
Télécharger maintenant




*   *
*

Facteurs influençant la réserve cognitive

Lorsque vous avez une bonne réserve cognitive, le cerveau peut établir de nouvelles connexions entre neurones pour remplacer ceux qui peuvent être abîmés ou endommagés. Ce processus est beaucoup plus facile pour ceux qui ont déjà effectué certaines de ces activités ou qui présentent l’une de ces caractéristiques.

Niveau culturel supérieur. Par niveau culturel, on entend l'ensemble des études, lectures et activités de type intellectuel accumulées. Un niveau plus élevé protège le cerveau des troubles cognitifs légers, c'est-à-dire de ce qui est produit par l'âge.

Relations sociales. Il est prouvé que ceux qui bénéficient du soutien d'un bon cercle social, avec lequel ils interagissent fréquemment, ont 38% moins de chances de souffrir de démence.

Exercice physique. Il favorise la circulation sanguine dans le cerveau, protège contre le stress oxydatif et les autres facteurs de détérioration associés au vieillissement.

Exercice mental. Il est définitif pour augmenter la réserve cognitive. Cela inclut des activités telles que jouer d'un instrument de musique, pratiquer des passe-temps intellectuels, etc.

Une alimentation saine aide également à renforcer le cerveau. La consommation de tabac, d'alcool ou d'autres substances psycho-actives doit être évité. Les promenades, randonnées et excursions font également partie des facteurs favorables.


Activités quotidiennes pour augmenter la réserve cognitive

Il n'y a pas d'activité ou d'exercices spécifiquement recommandés pour éviter ou réduire le risque de souffrir de démence, mais il existe une série de pratiques hautement recommandées pour maintenir le cerveau actif et favoriser la réserve cognitive. En général, nous devons essayer de nous ouvrir à des activités nouvelles pour nous ou de poser de petits défis quotidiens qui nous obligent à faire un effort mental.

Il est conseillé de choisir des activités qui nous intéressent et d'éviter celles qui ne suscitent pas notre intérêt ou qui semblent ennuyeuses. Si nous en amusons, nous leur consacrerons du temps et il sera moins possible que nous finissions par les abandonner. Nous devons les choisir variées afin de stimuler différentes capacités cognitives. Nous devons garder à l'esprit que le cerveau et les fonctions cognitives fonctionnent en réseau et que, par conséquent, pour améliorer une fonction donnée, nous devons les travailler toutes ensemble. Par exemple, pour améliorer la mémoire, il faut également stimuler l’attention ou les capacités de perception.

Lire. C'est l'une des activités les plus reconnues pour promouvoir la stimulation cognitive. En plus de nous fournir des connaissances, la lecture est une excellente activité pour promouvoir la concentration, exercer la mémoire et nourrir l'imagination.

Jouer. En plus d'être une excuse parfaite pour s'amuser en famille ou entre amis, les jeux de société sont un bon outil pour développer différentes compétences cognitives. Ainsi, selon les caractéristiques du jeu, les calculs, la mémoire récente, la logique, la capacité de planification, le vocabulaire ou la créativité, entre autres capacités, seront stimulés.

Apprendre. Apprendre de nouvelles choses à tout âge favorisera notre activité cognitive. Apprendre une nouvelle langue, jouer d'un instrument de musique, assister à des cours ou à des conférences sur la culture générale ou perfectionner nos compétences en cuisine en sont quelques exemples.

Mettez-vous à l'épreuve. Chaque jour, nous pouvons proposer un défi à notre cerveau. Quelque chose qui demande un peu d'effort, comme résoudre des mots croisés, faire un sudoku ou faire un puzzle. Nous devons toutefois garder à l’esprit que des activités trop simples ou, au contraire, dans lesquelles nous sommes déjà de grands experts et que nous pouvons résoudre mécaniquement, ne nous serviront pas beaucoup en ce qui concerne la stimulation cognitive, bien que peut-être nous voudrions les garder parce que nous trouvons cela agréable. Rappelez-vous, cependant de laisser toujours une marge à la variété des activités.

Changer les routines. Ajouter de nouvelles routines au jour le jour ou modifier les habitudes contribue à créer de nouvelles connexions neuronales. Par exemple, choisissez un autre itinéraire pour vous rendre au travail, modifiez l’organisation des tiroirs ou utilisez les couverts avec la main opposée.


Pour l'être humain, il n'est jamais trop tard pour apprendre

Bien que l'enfance soit le moment où notre cerveau est capable d'absorber plus d'informations, la vérité est que nous pouvons continuer à augmenter nos capacités. Le volume de notre réserve cognitive n'est pas constant et une grande partie de la valeur de ses dimensions sera conditionnée dès son plus jeune âge, afin de continuer à le façonner au fil des ans.

L'apprentissage est un outil qui peut renforcer notre cerveau et le rendre plus résistant à la démence. La réserve cognitive n'est pas toujours constante ; Il faut en prendre soin en exerçant habituellement l'esprit. C'est un processus qui reste constant tout au long du cycle de vie. Une telle condition extraordinaire invite à garder l'esprit actif et favoriser ainsi un bon fonctionnement cérébral.

La lecture stimule le cerveau et augmente la réserve cognitive


La lecture stimule l'activité cérébrale, car elle oblige le cerveau à ordonner et à mettre en corrélation des idées et des concepts, à exercer la mémoire et l'imagination, améliorant ainsi la capacité intellectuelle.

Les démences, caractérisées par une détérioration progressive et persistante des fonctions supérieures du cerveau, telles que la mémoire, le langage, le calcul, la perception spatiale, etc., sont les maladies neurologiques les plus associées à la réserve cognitive. On s'attend à ce qu'elles augmentent considérablement leur incidence dans les années à venir en raison du vieillissement de la population.

Par conséquent, toute mesure visant à retarder ou à prévenir l'apparition de ces pathologies contribuera à améliorer la qualité de vie de la population et facilitera la prise en charge des personnes concernées. À cet égard, les experts recommandent la lecture, car il s’agit d’une activité qui stimule l’activité cérébrale.

En plus de cet effet protecteur, la lecture offre d’autres avantages pour la santé, car elle aide à contrôler le stress, lequel entraîne d’autres affections telles que les maux de tête ou les troubles du sommeil. Les spécialistes encouragent la lecture à tout âge, bien qu’ils soulignent que cela est particulièrement important chez les enfants et les personnes âgées. Dans le premier car il faut instiller cette habitude pendant l'enfance, alors que le cerveau se développe encore ; et chez les plus âgés, parce que la lecture est un stimulus essentiel pour garder le cerveau actif.


Réserve cognitive et réserve cérébrale


Dans le cerveau humain, il existe deux types de réserves qui favorisent son bon fonctionnement et nous permettent de nous développer au quotidien : la réserve cognitive et la réserve cérébrale.

La réserve cérébrale fait référence aux capacités de réserve cognitive provenant de la structure et / ou de la composition physiologique de notre cerveau. Ce sont des différences individuelles dans le cerveau humain lui-même qui permettent à certaines personnes de mieux se rétablir de diverses pathologies cognitives (Alzheimer et autres) ou cérébrales (AVC, etc.).

La réserve cérébrale est de nature quantitative et il a été suggéré que des caractéristiques telles que la taille du cerveau lui-même (volume intracrânien), un plus grand nombre de neurones myélinisés, un plus grand nombre de synapses et de plus grands neurones pyramidaux supposent un facteur de protection contre le déclin cognitif de l’âge et diverses pathologies qui y sont liées. De la même manière, les expériences vécues peuvent influencer la neuro-anatomie du cerveau humain, contribuant ainsi à la neuro-genèse et à l'angiogenèse, en renforçant la résistance du cerveau à la mort neuronale et en régulant la plasticité neuronale.

La réserve cognitive désigne une amélioration fonctionnelle et a été associée à une grande variété de facteurs intellectuels, sociaux et physiques qui interviennent dans la vie quotidienne d'un individu tout au long de son cycle de vie. Ce concept est lié à la manière dont les individus gèrent les informations de leur environnement et les traitent pour l'accomplissement d'une tâche.

Une réserve cérébrale et une réserve cognitive peuvent être générées si nous adoptons des habitudes cardio-saines et utilisons correctement notre cerveau et nos capacités cognitives. Et plus nous avons de réserves, plus nous avons la capacité de retarder, voire d'éviter, la diminution importante de nos capacités cognitives due à l'âge et aux maladies neurodégénératives.

On estime qu'un individu avec des taux plus élevés de réserve cérébrale et de réserve cognitive est plus susceptible de maintenir une performance efficace et indépendante, dans les paramètres normaux.

La déficience cognitive survient lorsque le volume total du cerveau tombe en dessous d'un seuil critique, c'est-à-dire que les personnes ayant un volume cérébral plus important peuvent mieux supporter le fardeau de la maladie  l'atrophie cérébrale  avant d'atteindre le seuil et de présenter les signes de symptômes cliniques.  Les personnes âgées ayant un volume cérébral plus important ont moins de risque de déficit cognitif et de démence.


Effet de la réserve cognitive


Tous ces facteurs pourraient favoriser l'efficacité des réseaux de neurones et la compensation par le biais de réseaux de neurones alternatifs. De cette manière, nous nous protégeons contre les altérations subies dans les fonctions cérébrales, qui sont le plus souvent blessées lors d'accidents.

En plus de nous protéger de diverses maladies telles que la maladie d'Alzheimer, de ralentir sa progression ou même de retarder son apparition, l'apprentissage est également bénéfique pour la récupération après une lésion cérébrale traumatique provoquée par un accident.

Malgré le risque de développer une démence chez les personnes âgées, la science a ouvert la porte à une possible solution préventive, ce qui peut nous rendre moins vulnérables aux maladies qui apparaissent plus fréquemment en vieillissant.

Tout comme l'activité physique est bénéfique pour notre corps, la réserve cognitive est acquise par l'entraînement du cerveau, ainsi que par la pratique d'activités impliquant un effort mental et intellectuel. Votre cerveau et votre esprit l'apprécieront grandement.

Le cerveau est un muscle et, comme tous les muscles, si vous ne l'exercez pas, il s'atrophie.    Quelques ressources pour former des neurones

Voir aussi…



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire