lundi 16 septembre 2019

Le Cerveau et la Nouvelle Longévité





Le monde est vieillissant et le nombre de personnes âgées augmente dans le monde entier. Dans un pays développé, une personne qui atteint l'âge de 70 ans n'a que 2% de chances de mourir dans les 12 prochains mois et les personnes qui atteignent l'âge de 50 ans aujourd'hui ont 50% de chances d'atteindre 95 ans. Dans le monde, il a été gagné plus de 30 ans d’espérance de vie au cours des dernières décennies.

Nous assistons à une nouvelle vieillesse, une nouvelle étape de la vie. La nouvelle longévité.

Les nouvelles étapes apportent de profonds changements sociaux et institutionnels ; et nos institutions sont toujours gérées selon des modèles trop rigides pour le mode de vie de ce XXIe siècle. Un tiers de notre existence est vécu dans ce qu'on appelle "la retraite".

Des étapes comme l’enfance et l’adolescence et la nouvelle longévité aujourd’hui sont désormais des constructions sociales qui conditionnent de nouveaux besoins, de nouvelles capacités, de nouveaux marchés ou de nouveaux défis. Cependant, ses conséquences sont réelles et reposent sur des faits qui, dans le cas de la nouvelle longévité, sont les suivants.

Le nombre de personnes âgées dans le monde augmente. Rien qu'en Chine, il y a plus de personnes âgées de plus de 60 ans que toute la population de la Russie, soit plus de 140 millions de personnes âgées chinoises. Dans de nombreuses régions d'Europe, il y a plus de fauteuils roulants que de landaus et au Japon, plus de couches sont vendues pour les adultes que pour les enfants.

Non seulement il y a plus de personnes âgées, mais la vie a été prolongée et, aujourd'hui, nous vivons plus d'années et d'une manière beaucoup plus saine, comme jamais auparavant dans l'histoire de l'humanité.

Non seulement le changement se produit en termes quantitatifs mais aussi qualitativement. De nouveaux rôles définissent cette nouvelle longévité et aident à comprendre l'étendue de son influence. Ce changement est observé chez les personnes âgées qui votent, consomment, produisent et fournissent des services.

C'est un fait que cette nouvelle longévité se vit avec une nouvelle intensité. Chaque jour, nous rencontrons des personnes qui décident de terminer leur premier marathon, de parcourir le monde ou d’entreprendre de nouveaux horizons personnels.

Aujourd'hui, les personnes âgées constituent une génération plus éduquée, ce qui leur permet de s'informer, de se connaître, de modifier leurs habitudes de vie et, surtout, de remettre en question les canons établis. La retraite a cessé d'être une phase de récréation supposée pour devenir une autre de re-création.


L’espérance de vie a augmenté de 5 ans depuis 2000, mais les inégalités de santé persistent

Comme le montrent les statistiques mondiales sur la santé présentées par l'Observatoire mondial de la santé de l'OMS en mai 2016, l'espérance de vie a enregistré des progrès spectaculaires, même si d'importantes inégalités persistent dans le même pays et d'un pays à l'autre.

L'espérance de vie a augmenté de 5 ans entre 2000 et 2015, l'augmentation la plus rapide depuis les années 1960. Ces avancées inversent les baisses enregistrées au cours des années 1990, période durant laquelle l'espérance de vie avait été réduite en Afrique en raison de l'épidémie de sida et en Europe de l’Est à la suite de l’effondrement de l’Union soviétique.

L'augmentation la plus importante a été enregistrée dans la Région africaine de l'OMS, où l'espérance de vie a augmenté de 9,4 ans pour atteindre 60 ans, principalement en raison de l'amélioration de la survie de l'enfant, des progrès de la lutte contre le paludisme et l'extension de l'accès aux anti-rétroviraux pour le traitement du VIH.

L'espérance de vie diffère selon le lieu de naissance

À l'échelle mondiale, l'espérance de vie des enfants nés en 2015 était de 71,4 ans (73,8 ans pour les filles et 69,1 ans pour les garçons), mais les perspectives de chaque enfant dépendent du lieu de naissance. Le rapport indique que les nouveau-nés de 29 pays  tous avec des revenus élevés  ont une espérance de vie moyenne égale ou supérieure à 80 ans, tandis que les nouveau-nés de 22 autres pays  tous situés en Afrique subsaharienne  ont une espérance de vie inférieure à 60 ans.

Les Japonaises, dont la vie dure en moyenne 86,8 ans, ont la plus grande longévité. Dans le cas des hommes, c'est en Suisse qu'ils vivent le plus longtemps, avec une moyenne de 81,3 ans. La population de la Sierra Leone a la plus faible espérance de vie au monde pour les deux sexes : 50,8 ans pour les femmes et 49,3 ans pour les hommes.

L'espérance de vie en bonne santé, qui mesure les années de bonne santé dont peut s'attendre un enfant né en 2015, est de 63,1 ans dans le monde (64,6 ans pour les femmes et 61,5 ans pour les hommes).

Les Statistiques sanitaires mondiales de cette année compilent les données les plus récentes sur les objectifs liés à la santé des Objectifs de développement durable (ODD), adoptés par l'Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2015. Le rapport souligne d'importantes lacunes dans les données qui devront être corrigées afin de suivre de manière fiable les progrès accomplis vers les ODD liés à la santé.

Par exemple, on estime que 53% des décès dans le monde ne sont pas enregistrés, bien que plusieurs pays (dont le Brésil, la Chine, la République islamique d’Iran, l’Afrique du Sud et la Turquie) aient réalisé des progrès considérables dans ce domaine.

L'Afrique et la Méditerranée orientale sont loin d'atteindre la couverture sanitaire universelle

Alors que les objectifs du Millénaire pour le développement se concentraient sur un ensemble limité d'objectifs sanitaires pour des maladies spécifiques à l'horizon 2015, les Objectifs de développement durable visaient 2030 et avaient une portée beaucoup plus large. Par exemple, les objectifs de développement durable comprennent un objectif général pour la santé, à savoir "Assurer une vie saine et promouvoir le bien-être de tous, à tout âge", et appellent à la réalisation de la couverture sanitaire universelle.

Les Statistiques sanitaires mondiales de cette année montrent que de nombreux pays sont encore loin d'atteindre la couverture sanitaire universelle, mesurée selon un indice d'accès à 16 services essentiels, en particulier en Afrique et en Méditerranée orientale. En outre, un nombre considérable d'utilisateurs des services sont confrontés à des dépenses de santé catastrophiques, définies comme des coûts de santé directs dépassant 25% des dépenses totales de l'économie familiale.

Le rapport recueille des données qui illustrent les inégalités d'accès aux services de santé dans le même pays, c'est-à-dire entre les résidents les plus pauvres d'un pays donné et la moyenne nationale pour un ensemble de services de santé reproductive, de la mère et de l'enfant.

Parmi les rares pays pour lesquels on dispose de données récentes, le Swaziland, le Costa Rica, les Maldives, la Thaïlande, l'Ouzbékistan, la Jordanie et la Mongolie sont en tête dans leurs régions respectives en ce qui concerne l'accès le plus égal aux services de santé reproductive de la mère, du nouveau-né et de l'enfant.

*
*    *

Le cerveau pendant l'enfance peut révéler comment va t-il vieillir

Une étude réalisée par une équipe de spécialistes de l'Université d'Edimbourg, en Écosse, publiée dans le magazine Science News en août 2016, a démontré une connexion entre le cerveau pendant l'enfance et la longévité. L'avancée ouvre la possibilité de savoir à quoi ressemble le processus dégénératif au niveau cognitif.

Dans l'enfance, les neurones établissent une série de connexions sous un ordre strict, ce qui permet d'obtenir un cerveau ferme. Ce processus, à un âge avancé, serait reproduit, mais à l’inverse et le plus frappant est que certaines cellules seraient impliquées dans les deux phénomènes.

Les enfants et les personnes âgées constituent les deux groupes d’âge les plus éloignés. Les uns sont au début du voyage que la vie implique. Les autres approchent, même contre leur volonté, vers une fin inexorable. Cependant, même si cela semble absurde, les dernières années de la vie peuvent se remonter aux premières.

À partir de la troisième semaine de gestation, lorsque le cerveau humain fait son apparition, il ne s'agit plus que d'une minuscule tache de cellules indistinctes. Cette macula initiale se développe alors à un rythme intense pendant les premières années de la vie, lorsque chaque cellule assume une fonction spécifique à développer. D'autre part, les cellules nerveuses migrent vers leurs destinations finales et établissent les connexions neuronales les plus pertinentes qui donnent lieu, par exemple, à la mémoire, aux émotions et à la pensée.

Entre 1932 et 1947, presque tous les enfants écossais âgés de 11 ans se sont assis pour un test d’intelligence sans savoir qu’ils seraient la clé d’une découverte scientifique beaucoup plus tardive. En 1999, l'équipe de scientifiques a contacté les personnes examinées à l'époque. Le résultat a été la formation d'un groupe de plus de 1.000 personnes âgées de 80 à 95 ans.

Après une étude approfondie de chacun des membres du groupe, il a été détecté que les personnes ayant un niveau d'intelligence élevé à 11 ans avaient probablement de meilleures capacités cognitives à un âge avancé, ce qui leur donnerait la possibilité de prédire le potentiel cérébral très tôt.

Malgré le lien naturel apparent entre l'enfance et la vieillesse, les chercheurs ont d'emblée pris en compte les facteurs pouvant influer sur le développement neuronal : génétique, habitudes quotidiennes et niveau de sociabilité des participants.

La manière dont le cerveau est construit comprend de la substance blanche, qui est une extension du tissu qui relie des régions éloignées du cerveau et permet une communication rapide entre elles. Chez les participants à l'étude avec une plus grande matière blanche en bonne santé, de meilleurs résultats aux tests de la fonction cérébrale ont été enregistrés par résonances magnétiques.

En outre, les chercheurs écossais ont jugé opportun d’ajouter qu’il existe des voies neuronales dont le développement prend des décennies, certaines jusqu’à environ 30 ans. Parmi les régions qui progressent plus lentement figurent celles qui surveillent les faiblesses typiques de l'adolescence, telles que les réactions et les jugements impulsionnels, qui sont, selon d'autres études, les premières fonctions du déclin de la vieillesse.

Un quart de la façon dont le cerveau assimile la vieillesse est dû à un problème génétique hérité. Le reste est dû en grande partie à l’incorporation d’habitudes qui ont une influence notable sur le maintien de la lucidité chez les personnes âgées.

L’étude a révélé de pires résultats dans les tests de capacité cérébrale chez les participants qui fumaient encore à l’âge de 70 ans. Fait intéressant, il n'y avait pas de différence entre les anciens fumeurs et ceux qui n'avaient jamais été en contact avec des cigarettes.

On sait que ce qui est bon pour le cœur  alimentation saine, activité physique et non-tabagisme  est également bénéfique pour le cerveau car il réduit les risques de maladie vasculaire.

Le niveau de sociabilité joue également un rôle essentiel. Un cerveau en bonne santé dépend des autres pour rester actif et réduire le risque de déficiences graves, telles que la démence, chez les personnes âgées.

Les chercheurs ont conclu en recommandant qu'il est urgent de promouvoir un vieillissement en bonne santé auprès de l'État, qui offre la possibilité d'accéder à l'éducation et à la pratique d'activités de loisirs. Par exemple, une formation musicale ou l'apprentissage d'une deuxième langue, ainsi que l'incorporation d'habitudes appropriées qui jouent un rôle fondamental.


Association entre intelligence et longévité

Selon un rapport présenté par des chercheurs de l'Université d'Edimbourg et publié dans le British Medical Journal en janvier 2016, les personnes ayant un QI élevé ont plus de chances de vivre plus longtemps.

Les chercheurs ont analysé les données du Scottish Mental Survey, dans lequel plus de 2.000 personnes ont été évaluées à l'âge de 11 ans et suivies jusqu'à leur décès.

Même en tenant compte de facteurs tels que le statut économique et le niveau d’emploi, les enfants plus intelligents finissaient par vivre plus longtemps que ceux dont le QI était faible.

Les sujets décédés avant le 1er janvier 1997 avaient un QI moyen significativement plus bas à l'âge de 11 ans que les sujets en vie. Les données montrent qu'une capacité mentale élevée à la fin de l'enfance réduit les risques de décès jusqu'à 76 ans.

Les auteurs de l'étude ont constaté que les personnes ayant un QI élevé étaient plus susceptibles de cesser de fumer après que leurs effets négatifs sur la santé eurent été connus dans les années 1950.

Un QI élevé pourrait être un indicateur d'un système nerveux efficace. Alternativement, il se peut que les gènes contribuent à la relation entre le QI et la longévité.

Parler d'intelligence est un domaine scientifique complexe, d'autant plus qu'un score de QI ne représente pas nécessairement l'intelligence et peut être affecté par la classe sociale, les normes en matière d'éducation et d'autres facteurs culturels.


Un chromosome X, le secret de la longévité féminine

Le rapport, présenté par l'Université de Californie à San Francisco et publié dans la revue scientifique Aging Cell de mars 2019, attribue au deuxième chromosome X que les femmes ont, par rapport aux hommes, la cause possible de leur longévité et d'autres avantages physiologiques.

Sur la base d'expériences sur des souris, les scientifiques ont analysé les effets de la présence de deux chromosomes X chez les mammifères femelles, par rapport aux mâles ne possédant qu'un X et un Y.

Contrairement à la richesse biologique du chromosome X féminin, le Y masculin ne contient que quelques gènes différents de ceux qui créent des caractéristiques sexuelles secondaires telles que les organes génitaux masculins et les poils du visage et ne sont pas nécessaires à la survie.

Les chercheurs ont comparé des souris de laboratoire avec quatre combinaisons différentes de chromosomes et de gonades (organe formant les gamètes mâle ou femelle), les deux présentes dans la nature  XX dans les ovaires et XY dans les testicules  et deux autres créées au laboratoire.

Lors de la manipulation d'un gène, les combinaisons sont à l'origine de XX chromosomes implantés dans les testicules et de chromosomes XY dans les ovaires. Les souris étaient génétiquement identiques, à l'exception de leurs chromosomes sexuels, mais tout le reste, y compris l'environnement, était identique.

La durée de vie la plus longue a été atteinte chez les souris ayant XX chromosomes dans leurs ovaires, qui dépassaient la durée de vie moyenne de 21 mois et atteignaient même 30 mois. Les gènes XX implantés dans les gonades ont permis d'éviter la mort prématurée des animaux, mais ils ont seulement prolongé leur vie d'un ou deux mois.

Le chromosome Y de l'homme a peu de gènes cérébraux et n'est pas essentiel à la survie, a indiqué l'étude. Le deuxième chromosome X contient de nombreux gènes liés au cerveau et il est crucial pour la survie.


Plus de neurones, une plus grande longévité

Des chercheurs de l'Université Vanderbilt dans le Tennessee, dans leur travail publié en octobre 2018 par The Journal of Comparatif Neurology Research in Systems Neuroscience (Neurologie comparée en neuroscience des systèmes), soutiennent que le fait de bénéficier d'une longue vie dépendra du nombre de neurones présents dans le cortex cérébral.

Après avoir comparé la longévité de plus de 700 espèces endothermiques, ou sang chaud, avec le nombre de cellules neuronales corticales dans leur cerveau, il a été conclu que plus le nombre de ces neurones est élevé, plus leur durabilité est grande. Cela expliquerait pourquoi les cacatoès ont survécu aux rats plus de 50 ans, malgré une taille corporelle similaire.

Les humains ne constituent pas une exception à cette règle, car les données montrent que nous grandissons, vieillissons et mourons à la vitesse qui nous correspond en fonction du nombre de neurones de notre cortex. Cela contredit l'idée selon laquelle nous vivons plus longtemps à la suite d'une enfance exceptionnellement longue qui retarde la maturation sexuelle et le vieillissement. Les différences de longévité par rapport aux autres primates résident donc dans le cortex cérébral.

Quelle est la relation entre le nombre de neurones et l’espérance de vie ? Au fil du temps, le corps accumule des erreurs qui interfèrent avec le bon fonctionnement cellulaire. Les chercheurs spéculent sur la possibilité que des dommages neuronaux dans le cortex cérébral affectent des processus tels que la cognition ou la régulation de l'organisme, un fait qui, à terme, pourrait conduire à la mort. Par conséquent, la vie ne serait possible que s'il y avait suffisamment de neurones corticaux pour le maintien des fonctions vitales.

En conclusion, l’étude nous encourage à prendre bien soin de notre cerveau en menant des activités qui maintiennent la fonction neuronale en bon état, car notre espérance de vie dépendra de la santé de ces cellules.


Une hormone de longévité stimule la mémoire et protège contre le vieillissement du cerveau

Des scientifiques de l'Université de Californie aux États-Unis ont mené une étude publiée dans Cell Reports en août 2017, dans laquelle ils ont montré qu'une seule injection d'un fragment de l'hormone de longévité klotho chez des souris jeunes et âgées  améliorait la mémoire spatiale, et les connexions entre les neurones de l'hippocampe ont été renforcées rapidement, ces avantages cognitifs ont duré plusieurs semaines.

Cependant, jusqu'à présent, on ne savait pas si un traitement à court terme du klotho pourrait rapidement augmenter les fonctions cérébrales. Par conséquent, les scientifiques ont traité des souris avec des injections du fragment de protéine a-klotho (aKL-F), qui ressemble à la forme sécrétée de l'hormone.

Avec cela, les jeunes souris qui ont reçu un traitement quotidien au aKL-F pendant quatre jours ont montré un apprentissage spatial et une meilleure performance de la mémoire au cours du test appelé 'Morris water maze', dans lequel est évalué la capacité à trouver et à mémoriser l'emplacement d'une plate-forme cachée immergée dans une flaque d'eau.

D'autre part, les souris âgées ayant reçu une seule injection d'aKL-F présentaient de meilleures performances de mémoire spatiale et de travail deux jours plus tard. En outre, des expériences supplémentaires ont démontré que le traitement par aKL-F pendant plusieurs jours contrecarrait les déficits moteurs et cognitifs chez les souris conçues pour produire des taux élevés d'une protéine pathogène appelée synucléine, qui contribue aux maladies d'Alzheimer et de Parkinson.



En outre, pendant la même période au cours de laquelle aKL-F a augmenté la cognition, la signalisation via le récepteur NMDA du glutamate a également été augmentée et, par conséquent, les connexions renforcées entre neurones dans une région du cerveau appelée hippocampe, qui joue un rôle critique dans l'apprentissage et la mémoire.

Les scientifiques ont découvert qu'un traitement à court terme avec klotho permettait de lutter contre les déficits cognitifs et moteurs chez les souris ayant un cerveau malade, d'où l'amélioration du fonctionnement du cerveau tout au long de la vie, ce qui représenterait une nouvelle stratégie thérapeutique pour augmenter la résistance aux maladies neuro-dégénératives comme Alzheimer et Parkinson.

L’âge, le stress chronique, le vieillissement cognitif et les maladies neuro-dégénératives entraînent une diminution des niveaux de klotho, ce qui fait de cette étude une découverte très importante car elle protège le cerveau contre le dysfonctionnement. Une hormone de longévité stimule la mémoire et protège contre le vieillissement du cerveau.

Les chercheurs pensent que l’augmentation de klotho chez l’homme pourrait constituer un traitement efficace pour améliorer la résilience du cerveau.

*    *
*

Effets d'une promenade sur la pensée et la créativité

Au niveau biochimique, lorsque nous marchons, le cœur bat plus vite, il y a une plus grande circulation de sang et d'oxygène dans les muscles et les organes  y compris le cerveau  et par conséquent, il y a une plus grande activité cognitive. La marche semble favoriser de nouvelles connexions neuronales, en augmentant le volume de l'hippocampe  une zone cruciale pour la mémoire  et en élevant les molécules qui stimulent la croissance de nouveaux neurones et transmettent les messages entre eux.

Les psychologues de l’exercice ont mené des études sur la façon de marcher au rythme de chansons à tempos élevés  ou rapides, entraînantes  créant un circuit dans la rétroaction du rythme du corps et de l’état mental qui ne se produit pas lorsque nous courons au gymnase, nous faisons du vélo ou nous effectuons toute autre activité de locomotive. Il semble que lorsque nous marchons vigoureusement ou lentement, sans plus tarder, nos pieds vacillent naturellement avec nos humeurs et la cadence de notre récit interne, facilitant ainsi le cours de nos pensées  de l’irrationnel au positif .

Ainsi, marcher et trouver ce lien entre l'esprit et le corps facilite non seulement l'expérience des sensations, mais également la connexion entre l'esprit et le corps qui active le cortex frontal et l'hippocampe et facilite la croissance de nouveaux neurones. Cependant, l'excès de stimuli lors d'une seule promenade peut également être nocif, car le cerveau a besoin de temps pour assimiler tous ceux qui il est en train d’expérimenter, il est donc recommandé de faire attention aux stimuli de l'extérieur sur lesquels on décide se concentrer.

Les effets d’une promenade sur la pensée et les actes créatifs  tels que l’écriture  sont surprenants car ils sont vécus à partir d’expériences physiques  santé du corps  et même mentales  aptitudes cognitives et humeur . Il existe même un taux plus élevé de sérotonine dans le corps, ce qui facilite l'expérience de bien-être et de motivation et réduit les symptômes d'anxiété et de dépression.


Relation entre musique et longévité

L'analyse de la manière dont la musique interagit avec l'être humain et avec l'univers peut être examinée sous de nombreux angles. L'un d'eux est la relation entre la musique et la longévité, un domaine fort de la musicothérapie.

Les avantages directs de la musicothérapie sur notre longévité

Certaines études suggèrent que la musique peut retarder le vieillissement. Ils ont même montré que la musique peut modifier notre cerveau. Par exemple, les pianistes démontrent un développement plus important de la zone du cerveau liée au contrôle des deux mains. Quelque chose de semblable se produit chez les violonistes professionnels, mais seulement dans la partie du cerveau qui contrôle la main gauche.

Il a été prouvé que le stress  perçu directement par l’individu ou que la mère ait pu souffrir pendant la grossesse  a pour résultat que les télomères sont plus courts que la normale et que ces personnes, à l’avenir, pourraient être plus vulnérables face à la maladie. Puisque la musique aide à réduire le stress et l’anxiété, elle peut constituer une solution à ce type de situation. Cette approche de l’utilisation pratique de la musique est l’un des piliers de la musicothérapie.

Il a été prouvé que les avantages de la musique, qui sont nombreux, peuvent nous aider à rester jeunes. La formation musicale, que ce soit comme interprète ou auditeur, nous aide à exercer la compréhension, la mémoire, la coordination et peut aider à retarder considérablement les dommages neurologiques causés par le passage du temps. Certaines études ont montré comment la musique peut influencer certaines protéines impliquées dans la régénération cellulaire et en inhiber d'autres qui participent à des processus négatifs.

Télomérase

Les télomères font partie des extrémités des chromosomes et leur fonction principale est leur stabilité structurelle. Notre matériel génétique se trouve dans les chromosomes. Il contient des informations sur le fonctionnement de notre organisme et sur notre longévité.

Les télomères ont été découverts dans les années 30 du 20ème siècle. En 2009, d'autres scientifiques ont réussi à décrire de manière moléculaire les télomères, grâce aux nouvelles techniques de génétique moléculaire, et ont découvert la télomérase, qui est l'enzyme centrale de la machinerie cellulaire pour la synthèse des télomères. Les télomères sont les minuteurs de la cellule et déterminent le nombre de divisions cellulaires qui se produiront jusqu'à sa mort.

Le vieillissement et de nombreuses maladies sont directement liés au fait que les télomères s’érodent au fil du temps. C'est la cause de la mortalité de notre organisme. La nature a montré que le vieillissement est modulaire : il existe de nombreuses espèces différentes et chacune avec des cycles de vie différents.

Les recherches actuelles visent à trouver un moyen de contrôler la vitesse du vieillissement. De cette manière, en contrôlant ces processus cellulaires, il serait également possible de retarder toutes les maladies, qui, selon de nombreux scientifiques, sont une cause directe du vieillissement.


Alimentation et vieillissement

Ce que nous mangeons est primordial pour les indicateurs de santé fondamentaux. En fait, bien que de nombreux facteurs affectent le processus de vieillissement, on estime qu'un peu moins du tiers est directement lié au type d'aliment. 25% dépendent de nos gènes, mais le reste correspond à des facteurs externes dans lesquels la nourriture joue un rôle très important.

La nutrition pour la longévité est basée sur le régime méditerranéen. Cela signifie consommer plus de légumes et de graisses mono-insaturés et moins de viande et de glucides.

Les meilleurs repas pour maximiser le pouvoir cognitif sont le poisson, les légumes à feuilles vertes, les baies et l’eau. Les pires sont les fast-foods, les aliments transformés et les viandes de qualité médiocre.

Grâce à de nombreuses années de recherche dans ce domaine, nous savons maintenant que ce que nous mangeons a un impact important sur notre santé mentale. Cela nous protège non seulement contre le développement de maladies telles que la maladie d'Alzheimer ou la démence, mais c'est aussi un moyen de prendre soin de soi.

Fruits secs. Optez mieux pour la version nature, qui conserve tous les nutriments et n’ajoute pas de matières grasses. Une poignée de noix par jour, mieux si elles sont variées, suffit. Ils sont toujours prêts à consommer, se combinent bien avec d'autres produits sains tels que des salades et des fruits, et sont conservés pendant des semaines.

Céréales complètes. Les produits authentiques à grains entiers (pain, riz, pâtes...) contiennent plus de nutriments.

Algues. Les algues inhibent l'inflammation, stimulent le système immunitaire et ralentissent la croissance des cancers dans le corps.

Poisson. Ils sont particulièrement importants pour le cerveau. Leur contenu en caroténoïdes, des pigments organiques contenus dans les algues, les champignons et les bactéries, aident à protéger contre les maladies neuronales. Les poissons riches en oméga-3, tels que le saumon, réduisent l'inflammation et améliorent donc notre santé en nous éloignant des allergies, du cancer, des maladies cardiaques et de la maladie d'Alzheimer.


La relation entre la longévité et la consommation de café

La consommation de café diminue le risque de décès prématuré dû à une maladie quelconque : jusqu'à 18% chez les hommes et 8% chez les femmes. De plus, les propriétés bénéfiques ne sont pas essentiellement liées à la caféine, elles continuent donc d'exister dans le cas du décaféiné. Une quantité recommandée de tasses de café par jour : entre deux et quatre.

Les avantages du café augmentent même chez les personnes de plus de 55 ans. La clé réside dans les éléments présents dans le café, et en particulier dans les polyphénols.

Selon une étude scientifique de l'Université de Toronto, il existe une corrélation entre l'augmentation de la consommation de café et l'amélioration de la capacité cérébrale, essentielle pour lutter contre certaines maladies graves du cerveau et neuro-dégénératives. Ils ont analysé chimiquement le café afin de trouver les substances responsables de cet avantage. Ils ont trouvé un composé chimique appelé phénylindane, créé pendant le processus de torréfaction et capable d’empêcher l’accumulation dans le cerveau de deux protéines toxiques, appelées tau et bêta-amyloïde, liées à la maladie d’Alzheimer et à la maladie de Parkinson. Plus le café torréfié est foncé, plus il contient de phénylindanes.

Voir aussi…