lundi 31 mai 2021

Les Réseaux de Neurones


Les réseaux neuronaux se forment aux premiers stades du développement du cerveau par la croissance et la migration des cellules nerveuses. Les deux processus se combinent pour organiser les ensembles synaptiques et la modularité de l'architecture cognitive.

Cellules sociales

Les neurones sont des cellules sociales qui finissent par mourir isolément. Au cours de leur développement, ils déclenchent des processus cellulaires, appelés neurites, pour établir des connexions synaptiques avec d'autres neurones et former ainsi des réseaux ou circuits de neurones.

Les neurones ne sont pas disposés au hasard dans le cerveau humain. Dans le cortex, ils sont organisés en groupes interconnectés avec une connectivité intrinsèque élevée.


Réseaux de neurones
avant l'entraînement
Réseaux de neurones
 2 mois de
stimulation cognitive
Réseaux de neurones
2 semaines de
stimulation cognitive

Ces processus s'auto-régulent : lorsqu'une connexion synaptique dépasse sa capacité de récepteur, elle cesse immédiatement de croître et abandonne même les connexions et réduit la taille du réseau neuronal.

De cette manière, le cerveau évite la surexcitation du réseau neuronal et fait en sorte que ce circuit se concentre spécifiquement sur la tâche assignée.


Synapse


Structure de la synapse


Dans le processus de synapse, la possibilité de "transmission d'informations" entre certains neurones et d'autres est établie – à partir des terminaisons où l'axone d'un neurone se ramifie vers les dendrites d'un autre –. Lorsque le stimulus – ou impulsion électrique – atteint une terminaison nerveuse, le nerf libère des neurotransmetteurs. Selon le type de neurotransmetteur libéré, les neurones récepteurs peuvent être excités s'ils reçoivent le stimulus des neurones avec lesquels ils sont connectés, ou inhibés si ladite information n'est pas reçue, générant une réponse d'un type ou d'un autre dans chaque cas.


L'influx nerveux entre par les dendrites,
est traité dans le soma et sort par l'axone


La synapse entre un neurone et un autre peut augmenter sa force, connue sous le nom de potentialisation, ou la diminuer, ce que l'on appelle la dépression. Quand ils le font pendant une longue période, ils sont appelés potentialisation à long terme et dépression à long terme.

Ainsi, les synapses peuvent être connectées, déprimées et même éliminées. L'ensemble du phénomène est connu sous le nom de plasticité synaptique à long terme, et le résultat est que les neurones sont mieux connectés, regroupés et ont tendance à déclencher des signaux électriques ensemble.

De telle sorte que certaines synapses sont renforcées et d'autres sont affaiblies, provoquant des changements dans les poids synaptiques de l'ensemble du circuit, c'est-à-dire de tous les neurones connectés. Ainsi, des voies se forment pour permettre à l'activité neuronale de circuler. En elles, les synapses affaiblies sont exclues, tandis que celles qui sont renforcées sont incluses dans la trajectoire. Par conséquent, avec ce mécanisme de changement des poids synaptiques, des microcircuits ou des réseaux neuronaux se forment.


Circuits neuronaux

Nous sommes nés avec des circuits pré-assemblés constitués de groupes de neurones qui se déclenchent simultanément ou en corrélation. De cette manière, l'activité neuronale transite d'un groupe de neurones à un autre, formant des séquences.

Dans des cas tels que l'épilepsie, on observe qu'il n'y a pas de séquence entre les neurones et qu'ils déclenchent tous des signaux électriques. Ou quand il y a une hyper-synchronisation des neurones, elle est liée à des cas de syndrome obsessionnel compulsif ou de parkinson.


Réseau neuronal simple avec deux neurones et
deux cellules gliales: astrocytes et oligodendrocytes



De cette façon, dans chacun des actes que nous accomplissons, il y a un circuit neuronal et dans ses séquences se trouvent les représentations mentales, les souvenirs et les moments. Ainsi, en se reconnectant constamment au cours de l'apprentissage et de l'expérience, certains neurones sont éliminés et d'autres recrutés dans les groupes qui composent les séquences. Autrement dit, on est né avec certains circuits, mais avoir un nouvel apprentissage en crée d'autres. Par conséquent, au moment où de nouvelles synapses se forment, il y a des changements structurels et le circuit est réorganisé. C'est ainsi que nous apprenons et c'est possible grâce à la plasticité cérébrale, qui utilise certaines synapses et en évite d'autres.

Ce processus d'organisation neuronale, qui établit un ordre dans l'architecture cérébrale, est régulé par l'activité des neurones eux-mêmes, mais jusqu'à présent, on ignorait comment le cerveau embryonnaire parvient à établir des réseaux neuronaux actifs et équilibrés, dès les premiers stades de son développement.

*

*     *


Un nouveau mécanisme de formation de réseaux cérébraux

Des scientifiques de la Baylor School of Medicine au Texas, dont l'article a été publié dans Nature Neuroscience en décembre 2016, ont découvert que des réseaux inhibiteurs de cellules ou de neurones dans le cerveau se développent par un mécanisme opposé à celui suivi par les réseaux excitateurs.

Les neurones excitateurs sculptent et affinent les cartes du monde extérieur tout au long du développement et de l'expérience, tandis que les neurones inhibiteurs forment des cartes qui se développent avec la maturation.

La plupart des cartes neuronales ont été étudiées dans les circuits excitateurs du cerveau parce que les neurones excitateurs du cortex surpassent les neurones inhibiteurs. Des études de cartes excitatrices ont révélé qu'elles commencent comme un réseau de cellules diffus et se chevauchant.

En plus des réseaux excitateurs, le cerveau possède des réseaux inhibiteurs qui répondent également aux stimuli externes et régulent l'activité des réseaux neuronaux, mais le développement de réseaux inhibiteurs reste un mystère. Dans cette recherche, les scientifiques ont étudié le développement de cartes de neurones inhibiteurs dans le système olfactif de la souris.

Circuits excitateurs et inhibiteurs, développés de manière opposée

Contrairement à la vue, à l'ouïe ou à d'autres sens, l'odorat de la souris détecte les arômes discrets d'une grande variété de molécules. Les souris peuvent détecter un grand nombre d'odeurs grâce en partie à un réseau complexe de neurones inhibiteurs. Les neurones inhibiteurs sont le type de cellule le plus abondant dans la zone du cerveau de la souris dédiée au traitement des odeurs et pour soutenir ce réseau, des neurones inhibiteurs nouveau-nés sont continuellement ajoutés et intégrés dans les circuits.

Les chercheurs ont suivi les trajectoires de ces neurones nouvellement ajoutés au fil du temps pour déterminer comment les circuits inhibiteurs se développent. Premièrement, ils ont génétiquement étiqueté les cellules pour qu'elles brillent lorsque les neurones étaient actifs. Ils ont ensuite offert des odeurs individuelles aux souris et ont enregistré visuellement au microscope les zones ou les réseaux du cerveau qui brillaient pour chaque odeur que l'animal vivant et anesthésié sentait. Les scientifiques ont répété l'expérience plusieurs fois pour déterminer comment les réseaux changeaient au fur et à mesure que le rongeur apprenait à identifier chaque odeur.

Les chercheurs s'attendaient à ce que les réseaux inhibiteurs mûrissent de la même manière que les réseaux excitateurs ; c'est-à-dire que plus l'animal ressentait une odeur, mieux les réseaux d'activités seraient définis. De manière surprenante, ils ont constaté que les circuits cérébraux inhibiteurs du sens de l'odorat chez la souris se développent de manière opposée aux circuits excitateurs. Au lieu de devenir des zones étroitement définies, les circuits inhibiteurs s'élargissent.

Ils pensent que les réseaux inhibiteurs travaillent main dans la main avec les réseaux excitateurs. Plus précisément, ils proposent que l'interaction entre réseaux excitateurs et inhibiteurs puisse être comparée à un réseau routier – réseaux excitateurs – dont le trafic est régulé par un réseau de feux tricolores – réseaux inhibiteurs –. Les auteurs suggèrent que la formation de cartes neuronales utiles dépend des réseaux inhibiteurs qui conduisent au raffinement des réseaux excitateurs et que ces nouvelles informations seront essentielles pour développer de nouvelles approches de réparation des tissus cérébraux.

Cette découverte ajoute une nouvelle pièce au puzzle de la façon dont le cerveau organise et traite les informations.


Comment les réseaux de neurones se forment dans le cerveau : Découverte

Des neuroscientifiques de l'Université de Fribourg dans une nouvelle recherche, publiée dans la revue en ligne eLife d'octobre 2019, ont découvert comment cet exploit cérébral est réalisé : il est le résultat de l'interaction de deux processus neuronaux différents.

L'un de ces processus est la croissance des neurones, qui suit des modèles spécifiques. L'autre processus est la migration des neurones dès la naissance à l'occupation de la place spécifique assignée dans l'organisation cérébrale.

Cette recherche a permis de déterminer que l'interaction entre les deux processus est ce qui permet au cerveau de construire les réseaux neuronaux qui soutiennent les processus cognitifs.

Cette interaction organise non seulement les neurones en ensembles synaptiques qui fonctionnent comme des unités individuelles, mais établit également la modularité du réseau neuronal, qui est la capacité de subdiviser une fonction en parties plus petites – appelées modules – pour exécuter des fonctions spécifiques avec une plus grande efficacité.

Connexion synaptique entre deux neurones

La nouvelle recherche a pu établir, grâce à des simulations informatiques, que pour créer de nouveaux réseaux de neurones, les cellules nerveuses développent non seulement des processus biologiques pour établir des connexions synaptiques – les neurites –, mais aussi migrent vers d'autres neurones pour augmenter la probabilité de connexions. Dans les simulations, les scientifiques ont montré que la migration et la croissance des neurites peuvent interagir pour façonner des architectures de réseau spécifiques.

Cette interaction entre les processus de croissance et de migration est ce qui régule la relation entre la connectivité locale au sein des clusters – un ensemble de groupes – et la connectivité entre les clusters à longue portée et, par conséquent, le degré de modularité du réseau neuronal. Grâce à cette interaction, les modèles spatio-temporels de l'activité neuronale sont générés, qui sont cruciaux pour le développement du cortex cérébral.


Modèle de développement de réseaux dépendant de l'activité


Les stratégies de câblage neuronal peuvent impliquer l'expansion des champs de neurites et la migration vers d'autres neurones pour augmenter la connectivité modélisée comme des champs de neurites qui se chevauchent. (A)  Fonction de transfert de la dépolarisation de la membrane entre le pic et le potentiel de repos à des cadences de tir cible. Ligne pointillée : cadence de tir cible. (B) La croissance des neurites (orange) et la migration (verte) ont été modulées en fonction de [Ca2 +] i qui correspondait aux taux d'activation moyens. Les neurites ont grandi alors que le taux de tir (correspondant à l'influx moyen de Ca2 + à long terme) était inférieur à la cible et ont été élagués lorsqu'il était au-dessus. Le taux de migration a diminué à mesure que les neurones s'approchaient du taux de déclenchement cible (ligne pointillée). (C) La zone de chevauchement du champ de neurites, correspondant à la connectivité dans le modèle, peut être augmentée par la croissance des neurites et la migration neuronale vers les neurones voisins (D).

Les scientifiques ont testé les prédictions du modèle informatique en étudiant comment la migration cellulaire, la croissance des neurites et l'activité neuronale interagissent réellement dans le développement de réseaux de neurones corticaux chez des rats de laboratoire.

Pour observer et moduler la migration cellulaire dans ces réseaux, ils ont manipulé une enzyme particulièrement impliquée dans la régulation du cytosquelette neuronal des rats. Et ils ont observé que, de la même manière qui s'était produite dans leurs simulations, la migration cellulaire et la croissance neuronale favorisaient la connectivité modulaire dans le cerveau des rats de laboratoire.

Ils ont également observé que le regroupement des neurones dans un réseau conduisait d'abord à la génération d'activité cérébrale puis à l'augmentation de cette activité initiale, confirmant ainsi qu'il s'agissait d'un nouveau réseau de neurones opérationnel.

Enfin, ils ont constaté que l'augmentation de l'activité du réseau neuronal était contrôlée par un canal calcique qui maintient l'équilibre entre la croissance de la dynamique neuronale et la surexcitation.

*     *

*

Neurogenèse

La neurogenèse fait référence à la naissance et à la prolifération de nouveaux neurones dans le cerveau. Il s'agit d'un processus courant au stade embryonnaire. Cependant, de nouvelles études scientifiques ont conclu que cette formation de nouvelles cellules neuronales peut se produire à l'âge adulte. Il a également été prouvé que ce processus, à l'âge adulte, a un rôle limité, il ne serait donc pas en mesure de résoudre de graves lésions cérébrales.

Processus de neurogenèse

Il se produit dans la zone sous-ventriculaire, bien que le point le plus élevé de formation de neurones se trouve dans la zone sous-glandulaire du gyrus denté de l'hippocampe.

Cette partie de l'hippocampe est située dans le lobe temporal, faisant partie du système limbique. Les fonctions de l'hippocampe sont bien connues et sont liées à la mémoire, à l'apprentissage, aux émotions et à l'orientation spatiale.

Nous générons de nouvelles cellules neuronales à l'âge adulte et il est très important de favoriser leur création. Cette importance réside dans le fait qu'elles interviennent dans les processus liés à l'apprentissage et à la mémoire.

L'apprentissage et la mémoire sont deux processus cognitifs d'une importance vitale pour la survie humaine. Diverses structures cérébrales sont impliquées dans sa régulation, l'hippocampe en faisant partie.

L'hippocampe est la zone du cerveau où sont produits la plupart des nouveaux neurones, qui ont la capacité de s'intégrer dans les réseaux neuronaux de cette zone, régulant les fonctions cognitives liées à l'hippocampe.

Plasticité

La plasticité est une capacité des systèmes organiques, en particulier des mammifères, qui leur permet de s'adapter aux changements de l'environnement pour survivre. Le système nerveux des mammifères a une plasticité très développée dans les premiers stades de développement, prouvée par le plus grand nombre de neurones qui apparaissent. Cet apprentissage et cette mémoire sont des événements qui favorisent la plasticité.

Par conséquent, apprendre quelque chose de nouveau ne sera pas seulement important pour connaître une compétence, mais c’est aussi le moyen d'acquérir ce nouveau matériel neuronal. Toute activité qui consiste à apprendre quelque chose de nouveau peut favoriser la formation de ce nouveau réseau de neurones.

Comment faire former ces nouveaux neurones ?

L'exécution d'une activité nouvelle et inconnue peut augmenter le réseau dendritique. Toute activité qui maintient l'esprit actif peut aider dans ce processus de neurogenèse, de l'apprentissage d'une nouvelle langue à l'exercice physique, peut ralentir le déclin cognitif causé par l'âge.

Tout comme nous pouvons faire en sorte que ce processus ait lieu, il existe de nombreuses autres activités qui peuvent affecter négativement cette neurogenèse et, qui plus est, peuvent accélérer la perte de neurones. La consommation de tabac, d'alcool et d'autres drogues fait varier cette plasticité synaptique et, pas seulement, les problèmes qui nous affectent chaque jour, comme la pollution, produisent une mort excessive des neurones.

Le moyen le plus efficace de favoriser la naissance de nouvelles cellules neuronales est l'exercice, à la fois physique et mental.


Voir aussi…

Bases neurologiques de l'intelligence humaine

Renforcer la connectivité du cerveau

Circuit neuronal entre les neurones sociaux et les neurones de l'auto-toilettage lié au comportement autistique

Recherche sur la régénération neuronale du cerveau


dimanche 2 mai 2021

Un An de Pandémie : Quels Sont les Effets sur Notre Santé Mentale ?



C’est une réalité incontestable que le coronavirus a provoqué des changements sans précédent dans notre vie quotidienne à l’échelle mondiale. Du jour au lendemain, les pays ont commencé à faire face à une montée rapide de la propagation du virus et ont introduit des mesures de confinement qui ont duré des semaines pour certains et des mois pour d’autres, conduisant des millions de personnes à affronter une vie d’isolement. A cela s’est ajoutée une augmentation constante des incertitudes professionnelles et des licenciements ainsi que la peur et l’angoisse croissantes à l’égard du virus.


Alors que la pandémie de coronavirus se propage rapidement dans le monde entier, elle suscite un degré considérable de crainte, d’inquiétude et de préoccupation dans la population en général et chez certains groupes en particulier, comme les personnes âgées, les prestataires de soins et les personnes souffrant d’affections préexistantes.

En termes de santé mentale publique, le principal impact psychologique à ce jour est un taux élevé de stress ou d’anxiété. Mais avec la prise de nouvelles mesures et l’émergence de nouveaux impacts – en particulier la quarantaine et ses effets sur les activités normales, les habitudes ou les moyens de subsistance de nombreuses personnes –, les niveaux de solitude, de dépression, de consommation nocive d’alcool, d’usage de drogues, et de comportements auto-agressifs ou suicidaires devraient également augmenter.


Le confinement est en soi générateur de stress. Il s’explique à la fois par la peur d'être contaminé et/ou de contaminer ses proches, l'inquiétude vis-à-vis de la situation financière, les troubles psychologiques liés à la perte d'un proche pour certains, mais aussi à l'interdit et à la limite de liberté. À ce stress commun il faut ajouter le manque de lien social pour les personnes les plus isolées. Certains facteurs favorisent aussi le stress, comme la grossesse, le fait d'avoir des enfants, de craindre pour la distribution des biens de première nécessité, ou de ne pas recevoir d'informations suffisamment claires. D’autres facteurs ont aussi été identifiés, comme la frustration de ne plus rien pouvoir faire, le manque de fournitures de base (nourriture, eau, médicaments), et une communication de crise inadaptée.

Mais c'est surtout l'isolement qui pèse le plus. Si, au début, on redoublait de créativité pour ne pas perdre nos liens sociaux, en multipliant les visio-apéros, les jeux en ligne, les appels téléphoniques, il n'y a rien de tel que de voir ses proches physiquement, de pouvoir les serrer dans ses bras, faire des activités avec eux. Le fait de tourner en rond, aussi, dans son appartement ou sa maison, ne pouvoir faire aucune activité culturelle ou voyager, cela finit par peser.


Conséquences de la pandémie sur la santé mentale des enfants

Un système éducatif au point mort 

L’éducation, l’un des tremplins les plus importants dans la vie d’un enfant, a été considérablement affectée par la mise en place de protocoles stricts visant à contenir la propagation du virus. Un an après que le Covid-19 a frappé le monde, plus de 800 millions d’étudiants – c’est-à-dire plus de la moitié de la population étudiante mondiale – continuent d’être confrontés à d’importantes problématiques concernant leur éducation. Cela résulte de la fermeture complète des écoles dans 31 pays et d’horaires scolaires réduits ou à temps partiels dans 48 autres pays (UNESCO, 2021).

La fermeture des écoles, l’une des conséquences de la pandémie, risque de précipiter 72 autres millions d’enfants, en âge d’aller à l’école primaire, dans la pauvreté d’apprentissage, ce qui signifie qu’ils seront incapables de lire et de comprendre un texte simple à l’âge de dix ans (World Bank, 2020). Par conséquent, en raison de la fermeture des écoles les femmes et les filles sont encore plus vulnérables face à de nombreux abus allant des relations sexuelles transactionnelles aux mariages forcés (ONU, 2020). En raison d’un manque d’accès aux supports technologiques nécessaires pour les enseignements à distance, 463 millions d’enfants sont dans l’incapacité d’utiliser et de bénéficier des programmes de diffusion et d’apprentissage à distance basées sur Internet (UNICEF, 2020).

Les classes virtuelles 

Sous l’ombre du Covid-19, la vie de millions d’enfants s’est temporairement réduite à leur maison et à leurs écrans (UNICEF, 2020). Selon des psychologues pour enfants, interrogés dans dix pays différents, les enfants sont démotivés et présentent des symptômes d’hyperactivité et des troubles sensoriels, une conséquence directe des cours virtuels. Dans les cas où les enfants sont déjà confrontés à l’anxiété sociale, le fait de les mettre en lumière pendant un cours virtuel ne fait que les rendre plus conscients d’eux-mêmes. Les cours virtuels sont un facteur majeur contribuant à la fois à une augmentation des cas d’anxiété et de dépression chez les adolescents, ainsi qu’à l’hyperactivité et aux troubles sensoriels chez au moins deux enfants sur cinq.

La situation s’est aggravée dans certains pays comme l’Indonésie où, il n’est pas répandu culturellement que les enfants parlent de leurs sentiments à leurs parents. La disparité socio-économique peut également être un facteur contribuant à l’inconfort d’un enfant comme on le voit en Inde. Les enfants sont souvent mal à l’aise lorsqu’ils doivent montrer leur maison lors des appels vidéo parce qu’ils ont peur d’être jugés par leurs pairs issus de milieux plus aisés. Dans ces ménages les coupures de courant électrique sont fréquentes, ce qui déconnecte automatiquement les enfants de leur classe et les font se sentir désynchronisés avec leurs pairs. Une fois qu’ils sont en mesure de se reconnecter, ils craignent d’être interrogés sur quelque chose qu’ils ont involontairement manqué.

L’éducation en ligne a soumis les apprenants à une réalité inévitable qui est l’augmentation sans précédent du temps d’écran, nécessaire pour que les enfants puissent apprendre et puissent rester connectés au monde extérieur. La triste réalité réside dans le fait que, pour les enfants, le temps passé devant un écran peut souvent entraîner de l’anxiété, de la solitude et de la dépression et est généralement lié à une baisse du bien-être psychologique.

Le confinement

Être à l’extérieur, une partie essentielle de l’enfance, a été retiré de la vie des enfants du monde en raison d’un protocole de confinement strict. En plus d’être une activité que les enfants attendent généralement avec impatience, jouer à l’extérieur présente de nombreux avantages qui ont un impact significatif sur le développement de l’enfant, allant de l’amélioration des compétences comportementales et sensorielles à une augmentation de la durée d’attention. De plus, passer du temps à la lumière naturelle nous rend plus heureux et stimule la glande pinéale, responsable du renforcement du système immunitaire.

Une enquête, incluant 1143 parents d’enfants âgés de trois à dix-huit ans d’Italie et d’Espagne, s’est portée sur l’impact émotionnel de la quarantaine due au Covid-19. En effet, 87% des parents ont signalé des changements comportementaux et émotionnels chez leurs enfants pendant la quarantaine. Les changements les plus fréquemment observés étaient la difficulté à se concentrer, l’ennui, l’irritabilité, l’agitation, la nervosité, la solitude, le malaise et les inquiétudes.

La santé mentale et le bien-être des enfants en danger

Selon une analyse de l’UNICEF, publiée en avril 2021, au moins un enfant sur sept – soit 332 millions de personnes dans le monde – vit depuis au moins neuf mois, depuis le début de la pandémie de COVID-19, dans un foyer où les politiques nationales de maintien à domicile sont obligatoires ou recommandées, ce qui met en danger leur santé mentale et leur bien-être.

Alors que presque tous les enfants du monde ont vécu des confinements intermittents au cours de l'année dernière, la nouvelle analyse d'UNICEF, qui utilise les données de l'Oxford COVID-19 Government Response Tracker, identifie certaines des situations de confinement plus permanentes dans le monde.


Selon l'analyse, 139 millions d'enfants dans le monde ont vécu dans des conditions de confinement national pendant au moins neuf mois depuis que le COVID-19 a été qualifié de pandémie le 11 mars 2020 – ce qui signifie qu'ils ont été tenus de rester chez eux à quelques exceptions près – y compris des enfants vivant dans des pays comme le Paraguay, le Pérou et le Nigeria. Le reste des 332 millions – soit 193 millions – ont vécu pendant la même période avec des mesures nationales recommandant le maintien à domicile.

La moitié des troubles mentaux se développent avant l'âge de 15 ans

Avec les mesures de confinement et les restrictions de mouvement liées à la pandémie, l'année a été longue pour nous tous, mais surtout pour les enfants. Beaucoup d'enfants se sentent effrayés, seuls, anxieux et inquiets pour leur avenir.

Alors que la pandémie entre dans sa deuxième année, l'impact sur la santé mentale et le bien-être psychosocial des enfants et des adolescents se fait sentir. En Amérique latine et dans les Caraïbes, un récent sondage U-Report d'UNICEF auprès des jeunes a généré plus de 8 000 réponses et a révélé que plus d'un quart d'entre eux avaient connu l'anxiété et 15 % la dépression.

Même avant la pandémie, les enfants et les jeunes portaient le fardeau des risques de santé mentale, la moitié de tous les troubles mentaux se développant avant l'âge de 15 ans, et 75 % au début de l'âge adulte. La majorité des 800 000 personnes qui se suicident chaque année sont des jeunes, et l'automutilation est la troisième cause de décès chez les 15-19 ans, avec des taux plus élevés chez les adolescentes. On estime qu'à l'échelle mondiale, un enfant sur quatre, vit avec un parent souffrant de troubles mentaux.

Pour les enfants victimes de violence, de négligence ou de maltraitance à la maison, les enfermements ont laissé beaucoup d'entre eux dans la détresse avec les agresseurs et sans le soutien des enseignants, de la famille élargie et des communautés. Les enfants des groupes de population vulnérables – tels que ceux qui vivent et travaillent dans la rue, les enfants handicapés et les enfants vivant dans des situations de conflit – risquent de voir leurs besoins en matière de santé mentale totalement négligés.

La santé mentale des enfants doit être une priorité

Selon l'OMS, la pandémie COVID-19 a perturbé ou interrompu des services de santé mentale essentiels dans 93 % des pays du monde, alors que la demande de soutien en matière de santé mentale est en augmentation.

En réponse à cette situation, UNICEF aide les gouvernements et les organisations partenaires à établir des priorités et à adapter les services destinés aux enfants.

Les pays doivent investir de façon spectaculaire dans l'extension des services de santé mentale et dans le soutien aux jeunes et à leurs soignants dans les communautés et les écoles. Des programmes d'éducation parentale à grande échelle doivent également être mis en place, afin de garantir que les enfants de familles vulnérables reçoivent le soutien et la protection dont ils ont besoin à la maison.

Dans le courant de l'année, UNICEF consacrera son rapport phare biennal, “La situation des enfants dans le monde”, à la santé mentale des enfants et des adolescents, afin de mieux faire connaître ce défi mondial et de proposer des solutions, et d'encourager les gouvernements à accorder une plus grande attention à cette question.

La santé mentale joue un rôle extrêmement important dans la constitution de la vie. La pandémie a entraîné dans le monde des vagues de peur, de perte et de souffrance. Bien que l’enfance suscite relativement moins de soucis et de problèmes que l’âge adulte, cette fois-ci, les enfants se sont vu voler une vie à laquelle ils étaient autrefois habitués et doivent faire face à la pandémie, aux nombreuses règles qui continuent de façonner leur quotidien, ainsi qu’aux problèmes que tout cela entraîne pour leur santé mentale.


Impact de la pandémie sur la santé mentale des adolescents



Par rapport aux adultes, les conséquences néfastes de la pandémie sur la santé mentale des adolescents peuvent être plus longues et plus intenses. Son impact dépend de plusieurs facteurs : l'âge, la situation scolaire, l'existence de handicaps, les antécédents de troubles mentaux, un statut social bas, les maladies parentales – y compris le COVID-19 – et le degré de structuration de la famille.

Les manifestations psychologiques les plus fréquentes chez les adolescents qui fréquentent les urgences sont les tentatives de suicide, les problèmes de comportement alimentaire et les symptômes dépressifs avec une prédominance d'irritabilité et d'incapacité à profiter des choses dont ils jouissaient auparavant.

Causes sous-jacentes à cette crise chez les adolescents

Les principales causes de cette crise sont dues au fait que la famille, l'école et les amis ont perdu l'effet tampon qui facilitait la gestion émotionnelle des jeunes.

La perte des coutumes et des routines familiales, l'absence de milieu scolaire structuré, l'ennui, les difficultés à participer à des activités sportives et à sortir avec des amis sont parmi les causes liées aux problèmes psychologiques détectés.

Les longs mois de la pandémie ont généré, dans beaucoup d'entre eux, une grande incertitude quant à leur avenir scolaire et professionnel, et ils se sont jetés dans des activités compulsives liées à Internet, avec l'isolement consécutif de relations sociales positives et une plus grande exposition au harcèlement et aux abus.

Les stratégies inadaptées les plus fréquemment utilisées sont celles axées sur l'utilisation compulsive d'Internet et des réseaux sociaux, sur les comportements addictifs et l'isolement. Si ces comportements se prolongent, comme c'est malheureusement le cas, le développement de troubles dépressifs, de tentatives de suicide, de troubles alimentaires et de dépendances est favorisé.

Recommandations pour le présent et pour l'avenir

Les parents sont les modèles que les enfants apprennent. C'est donc à la maison qu'il faut acquérir les compétences nécessaires pour faire face aux déceptions, aux difficultés de contrôle émotionnel et à la résolution de problèmes. L'incertitude des examens et l'emploi futur des jeunes doivent trouver des propositions alternatives dans la famille, loin de la déception.

Il est judicieux pour les parents d'inclure les adolescents dans la prise de décision et la pandémie doit être clairement discutée, en essayant d'éviter les termes péjoratifs envers les jeunes. C'est peut-être le bon moment pour déléguer certaines responsabilités familiales – cuisine, ménage, courses – aux jeunes, afin qu'ils se sentent responsables de l'entretien de la famille.

Une utilisation excessive d'Internet doit être évitée. Plus précisément, la recherche d'actualités liées à la pandémie, car elle est source d'angoisse. L'utilisation compulsive et abusive des réseaux sociaux est une source bien connue de faible estime de soi.

Les activités créatives, telles que la musique, la peinture, la danse et l'écriture peuvent servir à contrer certains comportements à risque qui sont habituellement observés chaque week-end dans nos villes.

Les relations avec les amis sont essentielles pour les jeunes. Par conséquent, le maintien de relations de soutien avec leurs amis doit être encouragé.

Depuis les écoles, les enseignants doivent influencer les mesures de protection et de responsabilité pour éviter la transmission du virus et être attentifs à certains comportements qui peuvent cacher des problèmes psychologiques. L'interaction en classe devrait être accrue et des informations devraient être fournies pour gérer l'anxiété ou le stress, également dans les écoles secondaires. Les enseignants peuvent repérer les problèmes que les parents oublient parfois et faciliter la consultation des professionnels de la santé mentale.

Les pédiatres et les médecins de famille sont habitués à reconnaître les manifestations physiques des problèmes émotionnels – douleur, automutilation –, c'est pourquoi ils deviennent la porte d'entrée vers différentes affections. Cela leur permet d'informer et d'éduquer les parents et de se référer aux professionnels de la santé mentale.

Les professionnels de la santé mentale des enfants et des adolescents jouent un rôle déterminant dans la gestion de cette crise et devraient combiner les interventions présentielles avec celles effectuées en ligne. Un effort est requis de leur part pour se coordonner avec les familles, les enseignants et les bénévoles pour servir de réseau de soutien aux adolescents. Les admissions psychiatriques devraient être la dernière option, car elles représentent l'échec du soutien communautaire et, si nécessaire, des tentatives devraient être faites pour réduire le stress et la stigmatisation associés à l'hospitalisation psychiatrique. Les équipes de santé mentale jouent un rôle important dans la formation des pédiatres, des médecins de famille et des enseignants à la détection des troubles mentaux chez les jeunes.

Les psychologues cliniciens devraient concevoir et mettre en œuvre des interventions comportementales à court terme pour la prise en charge des troubles mentaux courants, comme le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention, la toxicomanie ou les problèmes de jeu, en se concentrant sur les techniques psycho-éducatives où les parents sont inclus.

Les psychiatres doivent être plus prudents, si possible, lorsqu'ils choisissent des stratégies pharmacologiques plutôt que psychothérapeutiques. Il est impératif que les professionnels de la santé mentale organisent des études longitudinales pour évaluer les conséquences de la pandémie.

*

*     *

Recherche

Il ne fait aucun doute que cette pandémie et les mesures sanitaires concomitantes ont impacté notre santé mentale. Des surveillances réalisées lors d'anciennes pandémies et d'autres études transversales plus récentes l'attestent.


Conséquences du premier confinement sur notre santé mentale

Des chercheurs de l'Institut de Santé publique, d'Épidémiologie et de Développement (IPSED) affiliés à l'université de Bordeaux et à l'Institut national pour la science et la recherche médicale (Inserm) ont mené une étude prospective, publiée dans la revue Globalization and Health en mars 2021, et ont analysé les conséquences du premier confinement sur notre santé mentale.

Les scientifiques se sont servis de cohortes déjà constituées afin de pouvoir obtenir des données plus rapidement. La cohorte Mavie a pour objectif initial d'étudier les circonstances et les causes des accidents de la vie de tous les jours. Grâce aux résultats, le but final est de formuler des préconisations et des programmes de prévention innovants, qui réduiront le nombre de victimes. C'est une cohorte dont le recrutement a commencé en novembre 2014 et elle est actuellement toujours en cours.

Ils ont décidé d'inclure dans leur analyse : le sexe, l'âge, l'état matrimonial, le niveau d'études, le type de travail et le statut d'emploi, le revenu mensuel du ménage, la typologie de la zone résidentielle, la taille de la municipalité et le type de logement.

Le questionnaire “spécial confinement” se composait de quatre parties :

La première sur la santé mentale et physique auto-évaluée et les symptômes d'anxiété et de dépression.

La deuxième sur les conditions de vie et l'environnement socio-démographique à laquelle les auteurs ont ajouté la possibilité de télétravail.

La troisième sur la perception de l'épidémie et du confinement et sur leur expérience personnelle des évènements.

La quatrième sur les activités réalisées durant le confinement, notamment le temps passé à se renseigner sur l'épidémie.

La partie de la cohorte ayant reçu le questionnaire “spécial confinement” pour participer à cette nouvelle étude ne se compose que de 1.237 personnes.

Résultats

On constate une baisse – respectivement une augmentation – modeste dans la santé mentale – respectivement physique – perçue. Du côté des symptômes dépressifs et anxieux, pas de changement notable pour la dépression mais une augmentation de 17,3 à 20,1% de l'anxiété.

Concernant la santé mentale perçue, les adultes (entre 23 et 49 ans) et les personnes très âgées (plus de 70 ans) semblent avoir été les plus vulnérables. Les personnes ne possédant pas d'espace extérieur personnel et ayant l'habitude de sortir plus de trois heures par semaine étaient également plus à risque de voir leur santé mentale perçue se dégrader. En matière de symptômes dépressifs et anxieux, les principaux facteurs de risque identifiés étaient le sexe, les femmes étant plus à risque que les hommes, vivre seul et avoir un espace de vie inférieur à 30 mètres carrés augmentait le risque.


Pandémie et santé mentale des salariés : des effets à long terme

Une nouvelle étude menée par le cabinet RH Workspace Intelligence et publiée par Oracle en octobre 2020, s’inquiète de la santé mentale des salariés. Titre original : “Mental Health at Work Requires Attention, Nuance, and Swift Action”.

Selon l’étude, l’année 2020 est perçue par les salariés comme l’année la plus stressante de l’histoire, la pandémie a apporté stress, anxiété et épuisement professionnel dans les 11 pays interrogés.

Le stress, mais aussi les déséquilibres engendrés entre vie professionnelle et familiale, l’épuisement professionnel induit par les changements relationnels et les bouleversements des processus, la dépression liée à l’absence de socialisation et le sentiment de solitude ont profondément marqué les collaborateurs un peu partout dans le monde.

Les personnes interrogées affirment que les problèmes de santé mentale au travail, comme le stress, l’anxiété ou la dépression affectent leur vie privée. Ce sont les jeunes générations (22-25 ans) qui semblent en pâtir le plus avec 94% qui partagent ce sentiment. Il en résulte un manque de sommeil (40% des personnes interrogées), une santé physique détériorée (35%), une dégradation du sentiment de bonheur à la maison (33%), la complication des relations familiales (30%) et une forme d’isolement social.

Pourtant, les salariés interrogés estiment aujourd’hui que le télétravail est plus attrayant maintenant qu’avant la pandémie. Même s’ils se montrent réalistes et conscients des inconvénients imputables à ce mode de travail, ils apprécient de pouvoir consacrer plus de temps à leur famille, à dormir mais aussi à leur travail grâce aux économies de temps de transport réalisées.

Selon l’étude, les salariés ont besoin d’aide et préfèrent chercher du soutien auprès de la technologie plutôt que solliciter l’aide de leur manager.

L’étude alerte sur le fait que les problèmes de santé mentale au travail vont perdurer et ne doivent pas être ignorés. Les entreprises doivent s’en émouvoir et doivent agir d’autant que plus de 40% des salariés reconnaissent que le stress, l’anxiété et la dépression font chuter leur productivité et peuvent les conduire à prendre de mauvaises décisions.

En conclusion, selon l’étude la pandémie a replacé la santé mentale sur le devant de la scène, c’est d’ailleurs l’une des principales préoccupations sur le lieu de travail de notre temps et elle le sera encore pendant la prochaine décennie.


Covid-19 : un tiers des patients souffrent de troubles mentaux

Selon une étude réalisée par des scientifiques de l’université d'Oxford, parue en novembre 2020 dans le journal spécialisé The Lancet Psychiatry, une personne sur trois qui a eu le Covid-19 a eu un diagnostic de troubles neurologiques ou psychiatriques dans les six mois suivant l'infection.

En analysant les dossiers de santé électroniques de 236 379 patients atteints de Covid, les auteurs relèvent que 34% ont eu un diagnostic de maladie neurologique ou psychiatrique dans les six mois suivant l'infection. Pour 13% de ces personnes, il s'agissait de leur premier diagnostic neurologique ou psychiatrique.

Ils ont comparé ces groupes de patients Covid avec deux cohortes témoin : l’une avec un groupe de patients ayant eu un diagnostic de la grippe, et l’autre, de patients diagnostiqués avec des infections des voies respiratoires, de façon générale (mais non-Covid, pour ces deux groupes témoins). Et le résultat est frappant : 33,62% des patients de la cohorte "Covid" ont eu un diagnostic psy ou neurologique dans les 6 mois après leur maladie. Une incidence plus fréquente que dans les groupes témoins.

Les auteurs concluent que le Covid-19 est associé à un risque accru de problèmes neurologiques et psychiatriques, mais que leur incidence est plus élevée chez les patients qui ont dû être hospitalisés, et surtout lorsqu’ils ont été aux soins intensifs.

Bon nombre des troubles identifiés dans cette étude ont tendance à être chroniques ou récurrents, nous pouvons donc anticiper que l'impact du Covid-19 pourrait perdurer pendant de nombreuses années.


Quatre causes de “fatigue du zoom” et leurs solutions simples


Le phénomène de Zoom fatigue se ressent
après plusieurs heures en visioconférence

Une équipe de chercheurs en psychologie de l’université Stanford, dans une étude parue en février 2021, a identifié 4 causes principales de la fatigue liée aux appels en visioconférence, et propose des moyens simples pour en atténuer les effets, sans perdre en efficacité.

Depuis près d’un an désormais, le monde professionnel a largement basculé dans un quotidien fait de visioconférences, qui s’enchaînent et se multiplient. Au point que certains salariés se plaignent d’un malaise croissant à participer à ces réunions virtuelles. Les anglophones ont même inventé un terme pour cela, c’est la “zoom fatigue”.

1. Un contact visuel rapproché trop long et trop intense

Lors d’un appel en visioconférence, la quantité de contact visuel ainsi que la taille des visages sur les écrans, ne sont pas naturels. En effet, à la différence d’une réunion classique, au cours de laquelle il est possible de regarder l’animateur, ses notes ou encore de détourner le regard quelques instants, lors d’un appel en visioconférence, tout le monde regarde tout le monde en permanence. Même lors d’une réunion ou vous n’êtes pas amené à prendre la parole, vous regardez toujours les visages qui vous regardent, et la quantité de contact visuel est considérablement augmentée.

La taille des visages est également mise en cause puisqu’elle dépend des habitudes de chaque utilisateur, mais également de l’écran utilisé par les participants pour l’appel. Le cerveau humain a tendance à interpréter les appels prolongés avec des contacts rapprochés comme des situations intenses réelles, qui vont soit conduire à l’accouplement, soit au conflit. Ce qui se passe, en effet, lorsque vous utilisez Zoom pendant de très nombreuses heures, c’est que vous êtes dans cet état hyper-excité.

La solution. Éviter de mettre l’appel en plein écran et réduire la fenêtre pour minimiser la taille des visages.

2. Le retour vidéo de sa propre caméra

Dans la majeure partie des plateformes de vidéoconférence, il y a un retour vidéo permanent qui vous montre ce que votre webcam diffuse aux autres participants en direct. Pratique pour s’assurer que tout est diffusé correctement, cette option n’est pourtant pas naturelle puisqu’elle reviendrait à se voir dans un miroir au quotidien lors de tous les échanges.

De nombreuses recherches montrent qu’il y a des conséquences émotionnelles négatives à se voir dans un miroir. En effet, le fait de se voir dans un miroir nous rend généralement plus critique envers nous même que si nous n’avions aucun retour, et cette option fait passer ce phénomène de quelques secondes par jour à plusieurs heures par jour.

La solution. Masquer son propre retour vidéo, souvent désactivable via une option dans les paramètres des plateformes.

3. La mobilité est réduite avec les appels en visioconférence

Lors d’une simple conversation téléphonique, il est souvent possible de se déplacer, mais dans le contexte d’une visioconférence, le champ de vision de la caméra est fixe, et souvent restreint puisqu’il suffit d’être proche d’un mur pour qu’il se réduise considérablement. Cette position fixe de caméra implique un mouvement limité, et cette limite n’est pas du tout naturelle.

Il y a une recherche croissante maintenant qui dit que lorsque les gens bougent, ils fonctionnent mieux sur le plan cognitif.

La solution. Essayer de rendre le champ visuel de la webcam plus ouvert, quitte à utiliser des éléments comme un clavier externe ou des écouteurs Bluetooth pour aider à créer de la distance ou de la flexibilité. Éteindre périodiquement sa webcam permet également de “souffler” un peu en se donnant un bref repos non verbal.

4. La charge cognitive est plus élevée lors d’un appel vidéo

La communication non verbale est tout à fait naturelle, et tout le monde l’utilise lors des interactions pour appuyer ses propos, ou faire passer des messages simplement grâce à des gestes ou à des expressions du visage. Dans le cadre d’un échange en visioconférence, ces signaux sont moins facilement remarquables, et que ce soit pour les envoyer comme pour les recevoir, ils nécessitent plus de concentration qu’habituellement.

Vous devez vous assurer que votre tête est bien encadrée, au centre de la vidéo. Si vous voulez montrer à quelqu’un que vous êtes d’accord avec lui, vous devez faire un signe de tête exagéré ou lever le pouce. Cela ajoute une charge cognitive lorsque vous utilisez des calories mentales pour communiquer.

La solution. Faire des pauses en éteignant sa caméra, pour pouvoir reposer son esprit et pour ne plus être actif de manière non verbale.

L’échelle ZEF (Zoom Exhaustion and Fatigue)

Pour mieux comprendre quels sont les effets de la Zoom fatigue sur chacun, plusieurs anciens étudiants de Stanford et post doctorants du Virtual Human Interaction Lab (VHIL) ont mis en place l’échelle ZEF, conçue pour mesurer les effets de cette fatigue.

Elle est disponible gratuitement en ligne, et vous interroge sur votre rapport à la visioconférence. Les résultats permettent de faire progresser la recherche sur la façon de mesurer la fatigue due à la technologie interpersonnelle, et de déterminer les causes de la Zoom fatigue.



Voici des exemples de questions qui sont posées dans l’échelle ZEF :

* À quel point vous sentez-vous épuisé après la visioconférence ?

* À quel point vos yeux sont-ils irrités après une vidéoconférence ?

* À quel point vous sentez-vous épuisé émotionnellement après la vidéoconférence ?

* Dans quelle mesure avez-vous tendance à éviter les situations sociales après la visioconférence ?

* À quelle fréquence vous sentez-vous trop fatigué pour faire autre chose après la visioconférence ?

Les chercheurs précisent que l’objectif n’est pas de dénigrer des plateformes de visioconférence en particulier, mais plutôt de souligner à quel point ces outils peuvent être épuisants sur le long terme, et de suggérer des changements d’interface simples à mettre en œuvre.

L’objectif à terme est de faire en sorte que les différentes plates-formes de vidéoconférence prennent conscience de ce phénomène et altèrent leurs offres pour réduire cet épuisement psychologique et émotionnel, qui risque de perdurer aussi longtemps que le télétravail restera la norme de nombreux salariés.

*     *

*

Un stress d’acculturation induit par le Covid-19

Le stress est une réaction physiologique normale à une situation vécue comme dangereuse. L’individu mobilise ses ressources pour y répondre d’une manière satisfaisante.

Dans un tel contexte, il s’agit alors de gérer la perte de son monde habituel, et de faire face au défi que constitue l’ajout d’une nouvelle culture à celle d’origine – un processus que l’on qualifie d’acculturation psychologique.

En psychologie, la culture est considérée sous deux formes : l’une, extériorisée et visible, comprend les coutumes, l’habillement, l’alimentation, les modes de vie, les institutions, etc. ; l’autre, intériorisée et invisible, englobe les valeurs, les normes, les modes de pensée, les présomptions et les orientations réglementaires.

L'être humain qui vit consciemment et se reflète dans ses propres expériences intériorise également sa propre vie en assimilant des informations théoriques et pratiques sur la vie. Une intimité est formée par l'habitude d'intérioriser des expériences, des pensées, des croyances et des valeurs.

Tous ces éléments sont intégrés très tôt, dans la petite enfance, et facilitent la gestion du stress quotidien. Et de fait, on considère que l’éducation des membres d’une même nation oriente leur adaptation psychologique aux facteurs de stress, et les aide à choisir des stratégies efficaces.

En voulant s’adapter à une nouvelle culture – au moyen de stratégies d’adaptation – l’individu est soumis à un stress d’acculturation. Il est en effet amené à remettre en cause les valeurs, les normes, les modes de pensée de sa propre culture. Et d’un point de vue psychologique, ce réexamen peut être lourd de conséquences, avec des problèmes de santé mentale – confusion, dépression, angoisse… – et le risque d’aliénation (au sens de la dépersonnalisation).

Le trouble de dépersonnalisation/déréalisation est caractérisé par une sensation persistante ou récurrente de détachement de son propre corps ou de ses propres processus mentaux, en se sentant comme un observateur extérieur de sa propre vie – dépersonnalisation –, et/ou par une sensation de détachement de son environnement – déréalisation –.

D’un autre côté, le processus d’ajustement à une nouvelle culture perturbe l’identité de l’individu, le sentiment de sa propre valeur et celui de vivre dans un environnement sécurisant. Cela génère également des conflits internes et des troubles psychologiques.

Face à cette situation inédite, on note en effet une diminution des capacités de régulation émotionnelle : cela se traduit notamment par une augmentation de la violence familiale, des phénomènes de burnout parental ayant des conséquences sur la maltraitance des enfants, une montée du racisme et de la xénophobie.

D’autres troubles du comportement sont également à la hausse : les addictions (y compris aux jeux vidéo), les troubles du sommeil, les troubles alimentaires et le décrochage scolaire. Et s’agissant des valeurs et des normes, c’est-à-dire de la culture invisible et intériorisée, force est de constater un renforcement des théories de complot et des nouvelles croyances, ou encore une perte de confiance dans les sciences. 

Sur le long terme, les conséquences psychologiques de l’acculturation induite par le Covid-19 ne sont pas encore connues.

Des outils pour anticiper

Dans les situations classiques d’acculturation, la recherche en psychologie inter-culturelle a d’ores et déjà suggéré quelques pistes pour faire face au stress.

Pour le psychologue Urie Bronfenbrenner, c’est l’écosystème – famille, école, institutions, quartier – dans lequel évolue chacun tout au long de la vie qui assure un bien-être psychologique, dans une continuité socioculturelle. Autrement dit, on peut imaginer intervenir en rétablissant les liens entre les divers composants de l’écosystème : les enfants ayant le plus de connaissances sur la pandémie semblent du reste avoir moins de problèmes psychologiques.

Par ailleurs, il y aurait tout intérêt à s’inspirer des dernières recherches sur les compétences inter-culturelles, qui recouvrent notamment la compréhension et la prise de conscience de sa propre culture par rapport à d’autres, mais aussi l’ouverture, la flexibilité et la tolérance vis-à-vis des différences.

De nombreuses méthodes permettent d’améliorer ces compétences : en poussant à éviter les jugements hâtifs, en renforçant l’ouverture d’esprit, en développant les capacités d’autorégulation, etc. Et ce faisant, il devrait être possible de mieux s’adapter à la situation inédite que nous vivons, avec des stratégies – “coping” – adéquates : ceci permettrait d’éviter que le stress d’acculturation ne génère des troubles mentaux, en ouvrant les chemins de la résilience.


Prendre soin de sa santé mentale



Qu’est-ce que la distanciation sociale ? La distanciation sociale est un moyen d’empêcher les individus d’interagir assez étroitement ou fréquemment pour éviter la propagation d’une maladie infectieuse. Les écoles et autres lieux de rassemblement tels que les cinémas peuvent fermer, les événements sportifs et les cérémonies religieuses peuvent être annulés.

Qu’est-ce que la quarantaine ? La quarantaine isole et restreint le mouvement des individus qui ont été exposés à une maladie contagieuse pour voir s’ils tombent malades. Elle dure le temps nécessaire pour s’assurer que l’individu n’ait pas contracté de maladie infectieuse. Pour le Covid-19 la quarantaine dure 14 jours.

Qu’est-ce que l’isolement ? L’isolement empêche la propagation d’une maladie infectieuse en séparant les individus malades de ceux qui ne le sont pas. Il dure aussi longtemps que la maladie est contagieuse.

Comment prendre soin de vous pendant la distanciation sociale, la quarantaine et l’isolement

Comprendre le risque. Prenez conscience du risque réel pour vous ou ceux qui vous entourent. Lorsque vous avez l’impression de manquer d’information, vous pourriez éprouver plus de stress ou de nervosité. Regardez, écoutez ou lisez les nouvelles pour obtenir des mises à jour des autorités. Prenez conscience du risque de rumeurs en cas de crise, surtout dans les réseaux sociaux. Vérifiez toujours vos sources et consultez des sources d’information fiables comme les responsables de la santé publique.

Prenez soin de votre corps. Essayez de manger des repas équilibrés et sains, de faire de l’exercice régulièrement et de dormir suffisamment. Évitez l’alcool et d’autres drogues.

Soyez votre propre allié. Parler de vos besoins est particulièrement important si vous êtes en quarantaine, surtout si vous êtes dans un lieu où vos besoins fondamentaux ne sont pas assurés. Assurez-vous d’avoir ce dont vous avez besoin pour vous sentir protégé et en sécurité.

Restez en contact avec d’autres personnes. Restez en contact avec les personnes en qui vous avez confiance est l’un des meilleurs moyens de réduire l’anxiété, la dépression, la solitude et l’ennui pendant la distanciation sociale, la quarantaine et l’isolement. Dites ce qui vous préoccupe et ce que vous éprouvez à un ami ou à un membre de la famille. Entretenez des relations saines.

Demandez de l’aide au besoin. Si vous avez des réactions de stress – sentiments ou comportements – en réponse à l’éclosion de COVID-19 pendant plusieurs jours d’affilée et qu’elles vous empêchent d’assumer vos responsabilités courantes, communiquez avec votre médecin ou votre centre local de traitement des dépendances et de santé mentale.

Contre le stress du confinement, faites du sport à la maison. La lutte contre la sédentarité, surtout en période de confinement, est essentielle au maintien d'une bonne santé physique et mentale. Le maintien d'une activité physique adaptée à l'âge et l'état de santé est bénéfique pour tout le monde. Et pour ceux qui ont l'habitude de faire du sport très régulièrement, un arrêt brutal de l'activité pourrait avoir plus de conséquences psychiques.




Un an au total que nos vies sont restreintes à cause de la pandémie. Se contenter d'aller chez les uns chez les autres ou dans des parcs le week-end. Et l'impact sur notre santé mentale se fait clairement sentir.

“Restez chez vous !” C’est le mot d’ordre lancé par les autorités pour lutter contre la propagation du coronavirus responsable de la pandémie de Covid-19. Et nous sommes désormais des millions à vivre une situation inédite, celle du confinement. Pour nous en sortir au mieux, peut-être faut-il la vivre comme une expérience humaine de plus.


Voir aussi…