dimanche 30 décembre 2018

Bases Neurologiques de l'Intelligence Humaine




Il n'y a pas d'intelligence unique mais, en fonction de l'être humain, il possède plusieurs intelligences

Depuis des siècles, divers spécialistes à partir de perspectives très différentes ont tenté de définir l’intelligence. Au fil du temps, de nombreuses questions ont été posées sur ce concept, par exemple la nature de l'intelligence  qu'elle soit innée ou acquise  ce qui détermine l'intelligence  un facteur général unique ou un ensemble de capacités communes spécifiques, le rôle de l'intelligence dans la performance académique, s'il peut y avoir plusieurs intelligences, etc.

Lorsque nous parlons d'intelligence générale, nous parlons de la capacité intuitive qu'une personne possède de prendre les bonnes décisions et de résoudre des problèmes, et non de sa capacité de mémoire ou de ses capacités dans un domaine spécifique.

Le développement des "intelligences multiples" : il a été affirmé pour la première fois qu'il n'y a pas d'intelligence unique mais que, en fonction de l'être humain, il possède plusieurs intelligences. Plus précisément, 8 intelligences sont proposées (environ, puisque le chiffre évolue). Chaque personne aurait un plus grand développement dans certaines et moins dans d'autres.

Le développement de "l'intelligence émotionnelle" : où nous partons du fait qu'il y a plus de variables qui influencent le succès des personnes. Plus précisément, les émotions. Cette nouvelle intelligence, dans les grandes lignes, nous aiderait à interagir avec nous-mêmes et avec les autres, en gérant correctement les aspects émotionnels, avec tout ce que cela englobe.

L'intelligence a été proposée comme une "capacité d'adaptation au monde", dans sa forme la plus large. Un auteur a également déclaré que l'intelligence était étroitement liée à l'émotion, à la mémoire, à la créativité, à l'optimisme et, dans un certain sens, à la santé mentale.

Cette nouvelle façon plus complexe de regarder l'intelligence est apparue pour lutter contre quelque chose : qu'en recherche, il a été découvert que le quotient intellectuel (QI) ne prédit qu'une petite partie du succès de la personne.

Aujourd'hui, il est reconnu que l'intelligence humaine affecte d'autres aspects tels que la satisfaction personnelle ou la manière dont les êtres humains sont liés les uns aux autres.

*
*    *

Des chercheurs mesurent l'intelligence humaine directement dans le cerveau

Des chercheurs de l'Université de Warwick en Angleterre, dans une étude publiée dans Brain de juillet 2016, révèlent qu'ils ont directement mesuré l'intelligence dans le cerveau humain, en développant de nouvelles technologies d'enregistrement de l'activité cérébrale, et ont découvert que plus les parties du cerveau sont fréquemment interconnectées, plus le QI et la créativité d'un individu sont élevés.

Dans cette étude, les scientifiques ont quantifié les fonctions dynamiques du cerveau et identifié comment différentes parties de cet organe interagissent les unes avec les autres à différents moments. Tout cela a été fait pour essayer de découvrir comment notre intellect fonctionne.

Différences de variabilité

Plus concrètement, les scientifiques ont analysé les explorations réalisées au moyen de la technologie IRM ou de la résonance magnétique, au repos, dans le cerveau de milliers de personnes dans le monde.

Ils ont ainsi constaté que les zones du cerveau associées à l’apprentissage et au développement présentaient des niveaux de variabilité élevés, ce qui signifie que ces régions du cerveau modifiaient plus fréquemment leurs connexions neuronales avec d’autres parties du cerveau, en quelques minutes ou secondes.

D'autre part, ils ont également découvert que les régions cérébrales non liées à l'intelligence  les zones visuelles, auditives ou motrices  présentaient peu de variabilité et d'adaptabilité.

Applications potentielles

Cette découverte des fonctions dynamiques dans le cerveau pourrait être appliquée à la construction de réseaux de neurones artificiels avancés pour ordinateurs, qui pourraient ainsi acquérir la capacité d'apprendre, de se développer et de s'adapter.

De plus, une compréhension plus précise de l'intelligence humaine pourrait conduire à de futurs développements en intelligence artificielle (IA). À l'heure actuelle, les systèmes d'IA ne traitent pas la variabilité et l'adaptabilité, caractéristiques essentielles pour le développement et l'apprentissage du cerveau.

Cette étude pourrait également avoir des implications pour une compréhension plus approfondie des nouveaux traitements des troubles de la santé mentale.

À cet égard, l'équipe a observé une altération des schémas de variabilité dans le soi-disant réseau neuronal par défaut du cerveau chez des patients souffrant de troubles tels que l'hyperactivité, la schizophrénie, l'autisme et le trouble déficitaire de l'attention.

Connaître la cause cérébrale de ces problèmes de santé mentale pourrait améliorer leur traitement et prévention à l'avenir.

Réseau neuronal par défaut (RND)

Scan IRMf montrant les régions
du réseau de neurones par défaut
Il s'agit d'un ensemble de régions du cerveau qui collaborent entre elles et qui pourraient être responsables d'une grande partie de l'activité développée pendant que l'esprit est au repos.

Le RND montre que le cerveau n'est pas au repos lorsqu'il n'intervient pas dans des activités conscientes (par exemple, lorsqu'il est sous l'influence d'un anesthésique). Probablement, il émet des signaux de synchronisation pour coordonner l'activité entre ces régions, ce qui garantirait qu'elles sont prêtes à réagir de manière concertée aux stimuli. C'est une caractéristique fondamentale du fonctionnement du cerveau.

Un connectome est une carte des connexions entre les neurones du cerveau.

Principales régions du réseau de neurones
 (en jaune) et leurs connexions entre leurs
zones en couleur, en fonction de la
direction de leur connexion structurelle
Il est possible que le RND établisse la manière dont le cerveau organise les souvenirs et divers systèmes nécessitant une certaine préparation en vue d’événements futurs. Pour le reste, si le RND prépare le cerveau à une activité consciente, des recherches sur son comportement peuvent révéler les clés permettant de comprendre la nature de l'expérience consciente. De même, les altérations du RND pourraient être la cause sous-jacente des erreurs mentales, les plus simples et les plus complexes, allant de la maladie d'Alzheimer à la dépression.


Flexibilité neuronale : le secret de l'intelligence humaine ?

Des chercheurs de l'Université de l'Illinois, dans une étude publiée dans la revue Trend in Cognitive Sciences en novembre 2017, suggèrent que la flexibilité du câblage neuronal pourrait être la clé de l'intelligence humaine.

La flexibilité fait ici référence aux propriétés dynamiques du cerveau, c'est-à-dire à la manière dont les connexions neuronales sont structurées et à leur modification en fonction des conditions environnementales. En d'autres termes : le facteur d'adaptabilité.

Les auteurs de l’étude assurent que les preuves rassemblées suggèrent un effet d’échafaudage neuronal directement lié à l’intelligence générale d’un individu, c’est-à-dire que l’intelligence ne provient pas d’une seule région ou d’un seul réseau cérébral, mais est un produit de la capacité de transition flexible entre les états d'un réseau.

Les scientifiques ont compris depuis longtemps que le cerveau est modulaire, ce qui signifie que différentes régions du cerveau sont responsables de compétences spécifiques, telles que le traitement des informations visuelles par le lobe occipital.

Depuis longtemps, on cherche à comprendre comment le cerveau est organisé et quelles sont les structures responsables de l'exécution de chaque fonction. On sait, par exemple, que le cortex pré-frontal est responsable de fonctions d'ordre supérieur, telles que la planification et l'organisation du comportement, ce dont des scientifiques ont suggéré qu'il était également le moteur de l'intelligence générale. Cependant, les conclusions de l'équipe indiquent qu'il s'agit en réalité d'une relation globale et que c'est la flexibilité des interactions neuronales qui détermine l'intelligence.

Au lieu de créer des connexions permanentes, nous mettons constamment à jour nos connaissances antérieures, ce qui implique la formation de nouvelles connexions. L'intelligence générale requiert à la fois la capacité d'atteindre des états proches et facilement accessibles, pour soutenir l'intelligence cristallisée, ainsi que la capacité d'adaptation et d'atteindre les états d'accès difficile pour soutenir l'intelligence fluide.


L'intelligence humaine dépend des connexions cérébrales

Selon une étude réalisée par des scientifiques de l’Université Goethe en Allemagne, publiée dans Scientific Reports en novembre 2017, les personnes intelligentes ont des régions du cerveau qui interagissent plus étroitement les unes avec les autres, tandis que d'autres régions se déconnectent plus que d'autres.

Lorsque ces connexions sont plus intenses, le cerveau sélectionne rapidement les informations importantes et les traite rapidement, en éliminant les informations non pertinentes. Cette sélection fait la différence dans l'expression de l'intelligence d'une personne.

Jusqu'à présent, le degré d'intelligence d'une personne était uniquement attribué aux différences observées dans différentes parties du cerveau.

Les chercheurs pensent que le cerveau d'une personne intelligente est connecté différemment du cerveau de personnes moins intelligentes.

Ils ont atteint cette conclusion après avoir étudié les bases neurologiques de l'intelligence humaine. Pour ce faire, ils ont combiné des tests d'imagerie cérébrale de 300 personnes obtenus par résonance magnétique, avec d'autres méthodes d'analyse.

Ces nouvelles analyses montrent, entre autres, que certaines zones du cerveau des personnes intelligentes participent plus intensément à la circulation de l'information entre différents réseaux du cerveau, afin que des informations importantes soient communiquées plus rapidement et plus efficacement.

L'équipe a également découvert que certaines régions du cerveau sont moins connectées au reste des réseaux de neurones chez des personnes moins intelligentes. Cela signifie que les personnes les plus intelligentes filtrent mieux les informations non pertinentes, ce qui affecte leur capacité à réagir à d'autres informations.

Avantage cognitif. Il est possible que l’intégration différente de ces régions dans des réseaux cérébraux permet aux personnes plus intelligentes de distinguer plus facilement les informations importantes des informations non pertinentes, ce qui constitue un avantage cognitif pour de nombreux processus de pensée.

Les scientifiques expliquent que le cerveau fonctionnel est organisé en modules. C'est comme un réseau social formé à son tour par plusieurs sous-réseaux, tels que des familles ou des cercles d'amis. Dans chaque sous-module, les membres de chaque famille sont plus étroitement liés les uns aux autres que les membres d'autres familles ou cercles d'amis. Le cerveau fonctionne de la même manière.

Ce que cette étude a montré, c’est que, chez les individus les plus intelligents, certains de ces sous-modules du cerveau sont plus connectés et que l’échange de l’information permet donc de séparer rapidement celle qui est importante. Chez les personnes moins intelligentes, cet échange d'informations est moins intense, de sorte que l'accumulation d'informations retarde la compréhension et les décisions qui sont prises plus judicieusement et rapidement par les personnes les plus intelligentes.

Les causes de ces associations restent une question ouverte pour les scientifiques. Il est possible que certaines personnes développent des réseaux cérébraux favorisant des comportements intelligents ou des tâches cognitives plus difficiles en raison de leurs prédispositions biologiques. Cependant, il est également probable que l'utilisation fréquente du cerveau pour des tâches cognitives stimulantes puisse influer positivement sur le développement de réseaux cérébraux. Étant donné le peu de connaissances actuelles sur l'intelligence, une interaction des deux processus semble plus probable.


De plus grandes cellules cérébrales peuvent signifier plus d'intelligence

Des chercheurs de l'Université libre d'Amsterdam, dans une étude publiée dans la revue scientifique BioRxiv en mai 2018, ont découvert des preuves suggérant que les personnes plus intelligentes possèdent des neurones plus grands.

L'intelligence humaine est une caractéristique extrêmement complexe. À ce jour, de nombreuses recherches avaient identifié des régions du cerveau impliquées dans certaines capacités, ou il avait été constaté que certains gènes jouent un rôle dans la détermination du QI. D'autres caractéristiques, telles que la plasticité cérébrale, sont liées à la capacité d'apprendre et à s'adapter. Mais on sait peu de choses sur la manifestation physique de cette caractéristique dans les neurones.

Il est généralement admis que l'intelligence humaine dépend de l'efficacité avec laquelle les neurones traitent les informations qui pénètrent dans le cerveau et, bien que l'on suppose que l'intelligence humaine est liée à l'épaisseur de la matière grise des lobes temporaux et frontaux, il n'y avait aucune preuve scientifique établissant un lien entre les propriétés physiques et structurelles des neurones et l'intelligence.

Afin de trouver ces liens qui n'ont pas encore été documentés, les scientifiques ont étudié 35 personnes nécessitant une intervention chirurgicale pour une tumeur au cerveau ou une épilepsie grave.

Juste avant l'opération, chaque personne a réussi un test de QI. Puis, alors qu’ils étaient encore en salle d’opération les chirurgiens ont extrait de petits échantillons de tissu cérébral sain des lobes temporaux des patients.

Cette partie du cerveau est celle qui s'associe traditionnellement avec l'intelligence, puisque c'est là où ce que nous voyons est traité, le langage est reconnu et des souvenirs sont formés.

L'équipe de chercheurs a gardé ces échantillons de cerveau en vie pour les analyser. Après avoir subi divers tests, les chercheurs ont découvert que les cellules cérébrales étaient significativement plus grandes chez les personnes présentant un QI élevé que celles ayant un score inférieur.

Les plus grosses cellules ont également plus de dendrites  les projections qui se connectent à d'autres neurones  et les dendrites sont plus longues, ce qui suggère que ces neurones pourraient recevoir et traiter plus d'informations.

Les neurones plus grands ont plus d'espace pour les souvenirs. Les scientifiques pensent que les connexions entre les neurones sont impliquées dans le stockage des souvenirs. Il est donc probable que les cellules plus grandes disposent de plus "d'espace" pour les souvenirs.

L’équipe a également testé la capacité des neurones à transmettre des signaux électriques en faisant passer du courant à travers eux, augmentant ainsi progressivement la fréquence. Les neurones des personnes dont le QI était faible faisaient face aux basses fréquences, mais devenaient fatigués et ralentissaient à mesure que la fréquence augmentait. Cependant, les cellules des personnes ayant un QI élevé n'ont pas diminué.

On ignore encore pourquoi certaines personnes ont des cellules cérébrales plus grandes que d'autres, qu'il s'agisse d'une cause ou d'une conséquence d'un QI élevé. On ne sait pas si les différences résultent de l'expérience ou si elles sont déterminées biologiquement.

Pour établir un lien clair entre les propriétés des cellules cérébrales et l'intelligence, il sera nécessaire d'étudier des milliers d'échantillons de tissus, et pas seulement ceux de 35 personnes.

*    *
*

Habitudes pour obtenir une intelligence émotionnelle élevée

Source : "Be Fullness"

L'intelligence n'est plus mesurée par le quotient intellectuel (QI), mais maintenant le quotient émotionnel (QE) est très important et comment il guide notre comportement quotidien. Savoir être en contact, parler et écouter, communiquer et gérer ses émotions, s’affirmer, prendre des décisions, accepter des compliments... Tout cela nous rend plus capables et plus disposés à faire face aux problèmes de la vie.

Inclure les habitudes suivantes dans notre routine aidera à avoir un plus grand bien-être émotionnel et fournira des stratégies d'adaptation très utiles dans la vie. Elles contribueront à améliorer l'intelligence émotionnelle de la manière la plus simple et la plus abordable possible.

Reconnaître nos sentiments et ceux des autres

Disposer d’un vocabulaire large émotionnel qui aide à savoir exactement comment se sentir et le mettre en mots. En outre, avoir “empathie”, c’est-à-dire se mettre à la place de l’autre et ressentir ce que l’autre ressent. Reconnaître les expressions et le langage non verbal des autres pour interpréter ce qu'ils ressentent et en tirer toutes les informations possibles.

Exprimer correctement les émotions et les pensées

En reconnaissant nos émotions et nos sentiments, il est plus facile de savoir quoi faire ou comment se comporter. En ce sens, exprimer les émotions et les pensées de manière plus honnête avec soi-même et avec les autres. Ne pas fermer nos émotions, les écouter et savoir ce que chaque émotion signifie dans chaque contexte. Savoir régler l'intensité des émotions et les exprimer correctement.

Être fort et ne pas être facilement offensé

Les personnes à forte intelligence émotionnelle se caractérisent par une forte personnalité et par le fait de ne pas trop prendre à cœur les commentaires des autres. Elles n'emportent pas les menaces au personnel et savent distinguer entre des faits et des opinions. Elles différencient les critiques constructives des critiques qui n'essayent que de les couler et savent comment se tenir à l'écart des propos désobligeants qui n'apportent que la destruction. Elles savent comment faire la distinction entre les attaques et comment réagir à ces attaques et décident de le faire de la manière la moins pénible qui soit.

Reconnaître si on se trompe et rectifier

Avoir tort est inhérent à l'être humain et à tout processus d'apprentissage. Les personnes ayant une intelligence émotionnelle élevée tirent les leçons d'erreurs au lieu de se sentir victimes. Elles demandent également pardon lorsque cela est nécessaire s'elles ont fait quelque chose qui aurait pu toucher d'autres personnes de manière négative. Reconnaître les erreurs avec humilité et essayer de mettre en place ce qu’il faut pour corriger les dégâts ou améliorer la situation.

Ne pas chercher la perfection

Savoir que personne n'est parfait et que la perfection est une illusion qui conduit à avoir des attentes trop déformées sur la réalité. Ne pas poursuivre à faire tout correctement la première fois. Savoir que tout fait partie du processus d'apprentissage et que l'erreur est humaine.

Prendre soin de soi et connaître l'importance de la santé

Dormir suffisamment, faire du sport, bien manger, entretenir des relations saines, rechercher le bien-être. Savoir quels sont les comportements bénéfiques et ne pas hésiter à les faire. "Un esprit sain dans un corps sain". Toute personne ayant une grande intelligence émotionnelle prendra soin de son corps de la même manière.

Se concentrer sur le positif, même dans l'adversité

Les personnes très intelligentes émotionnellement sont conscientes de leur environnement et ne se concentrent pas trop sur le négatif. Elles préfèrent rester concentrés sur le positif de chaque situation, même lorsqu'elles ont des problèmes. Elles pratiquent la dissociation et voient la situation de différents points de vue pour trouver une solution. Elles ne sont pas submergées par les problèmes et ne sombrent pas, mais elles mettent toute leur énergie dans ce qu’elles peuvent faire pour résoudre la situation, celle qui dépend d’elles et qu’elles maîtrisent.

S’entourer de gens joyeux et avec de bonnes vibrations

"Dis-moi avec qui tu es et je te dirai qui tu es" c'est quelque chose que les gens avec une grande intelligence émotionnelle comprennent parfaitement, c'est pourquoi ils sont en relation avec des gens rêveurs, des gens optimistes dotés d'une énergie positive. En ayant de bonnes vibrations et en étant entourés de personnes positives, ils voient le monde dans une perspective plus saine et cela favorise la créativité.

Savoir dire NON

Savoir dire NON est un pas de géant si l’on aspire à une grande intelligence émotionnelle. Fixer des limites lorsque cela est nécessaire et défendre les valeurs avant tout.

Apprécier et valoriser ce que l’on a déjà

Ne pas concentrer l’attention sur ce qui nous manque, mais évaluer si l’on est bien avec ce que nous avons déjà. Les personnes à forte intelligence émotionnelle ont tendance à évaluer positivement leur vie, leurs relations, leur travail et leur statut économique, même si ce n'est pas ce qu'elles voulaient. Elles ne se sentent pas frustrés par ce qu'elles n'ont pas encore, elles préfèrent se concentrer sur ce qu'elles ont avancé et ce qu'elles ont déjà. Elles apprécient les expériences que leur donne la vie et qui les rendent telles qu’elles sont.

Savoir tourner la page et ne pas s’ancrer dans le passé

Avoir appris à clôturer les étapes et à ne pas revivre continuellement des aspects du passé, positifs ou négatifs. Vivre dans le présent et ne pas se tourmenter continuellement pour ce qui peut arriver dans le futur. Cela conduit à souffrir moins d'anxiété et de stress. Être émotionnellement intelligent nécessite de savoir quand une étape de la vie est terminée et une autre commence, tout en continuant à progresser.

Connaître nos faiblesses et nos forces et nous améliorer continuellement

Connaître nos vertus et nos forces, mais aussi connaître en profondeur nos faiblesses et nos points faibles. Cela vient d'un processus de profonde connaissance de soi. Les personnes ayant une grande intelligence émotionnelle essaient de s’améliorer continuellement, manifestent des valeurs élevées en matière de résilience  la capacité de récupérer après une chute .


Accepter les changements

Savoir que le changement fait partie de la vie et que nier le changement, c'est nier la vie elle-même. Accepter l’incertitude et accepter qu’il y ait des choses qui ne peuvent pas être contrôlées. Apprécier les opportunités que la vie offre de changer et de se réinventer, toujours dans un processus d'amélioration constante. Changer les pensées, les façons d'agir, les croyances... tout fait partie du voyage de développement personnel.

Être proactif, pas réactif

Les personnes à forte intelligence émotionnelle sont proactives, c'est-à-dire qu'elles bougent avant que la situation ne l'exige. Elles proposent des plans, des stratégies, des objectifs, etc. Elles voient la vie du point de vue de l’apprentissage, et non de la victimisation. De cette façon, elles ne se résignent pas à un rôle passif dans leur vie mais plutôt à "prendre le taureau par les cornes" et ce sont elles qui écrivent leur destin.

Posséder notre temps et décider de la façon d'utiliser nos énergies

Savoir gérer son temps de travail et de loisirs, son temps d'étude et de détente. Établir des horaires, planifier des tâches et définir des objectifs. Utiliser le temps et les jours consacrés à ce qui nous passionne et les offrir à d’autres comme un cadeau.

Savoir s'auto-générer des moments de bonheur

Le bonheur n'est pas quelque chose d'extérieur qui vient ou ne vient pas, le bonheur est une façon de voir la vie. Les personnes ayant une grande intelligence émotionnelle savent comment générer des émotions positives et qu’elles servent à renforcer les situations magiques. Elles gèrent les émotions à leur guise et peuvent choisir comment se sentir dans chaque situation. Elles savent ainsi générer des émotions agréables qui les aident au quotidien.

Voir aussi…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire