mercredi 19 novembre 2014

Troubles et Difficultés d'Apprentissage




Lire, écrire, compter, ces apprentissages sont la base du cursus scolaire. Un enfant connaissant des difficultés en ces domaines court un risque accru de marginalisation, voire de stigmatisation, et une difficulté ultérieure d’insertion sociale.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, le trouble d'apprentissage est un terme médical qui désigne un trouble permanent d'origine neurologique. Un trouble d'apprentissage correspond à une atteinte affectant une ou plusieurs fonctions neuropsychologiques, ce qui perturbe l'acquisition, la compréhension, l'utilisation et le traitement de l'information verbale ou non verbale.

Le trouble d'apprentissage n'est pas causé par une déficience intellectuelle, ni par un déficit sensoriel (acuité visuelle ou auditive), un manque d'encadrement scolaire, une carence de motivation ou des conditions socio-économiques défavorisées.

Les troubles d'apprentissage peuvent être présents depuis la naissance (de nature génétique, congénitale) ou ils peuvent être acquis par un dommage cérébral.

On distingue également les troubles qui apparaissent chez des enfants dont l'intelligence est normale et les troubles qui proviennent d'une déficience ou d'un retard intellectuel.

Un trouble d'apprentissage se caractérise par un dysfonctionnement dans le processus d'acquisition des connaissances. Il est spécifique à la fonction cognitive touchée: il y a des troubles d'apprentissage reliés au langage, à l'attention, mais aussi à des compétences spécifiques comme la lecture, l'orthographe, l'arithmétique, etc.

Un trouble d'apprentissage est identifié lorsque les performances du sujet à des tests standardisés montrent un retard d'au moins deux ans entre le niveau actuel de l'enfant et le niveau attendu, compte tenu de son âge. Plus qu'une notion de retard, le trouble d'apprentissage renvoie à une désorganisation dans le processus d'acquisition des connaissances. Le développement est anormal dans sa structure: l'enfant produit des erreurs différentes par rapport à celles des autres élèves.

Les principaux troubles d'apprentissage

* dyslexie : de la lecture
* dyspraxie : de la coordination et des habiletés visuo-spatiales
* dysphasie : du langage oral
* dyscalculie : du calcul
* dysgraphie : du langage écrit
* dysorthographie : de l'orthographe
* déficit de l’attention : des capacités attentionnelles.

La Dyslexie


Ce trouble de développement perturbe l'acquisition de langage écrit chez les enfants intelligents ne présentant ni trouble sensoriel, ni trouble psychologique, ni carence socio-culturelle grave. La dyslexie peut être de plusieurs types selon les fonctions cognitives touchées en jeu dans la lecture: dyslexie phonologique, dyslexie de surface. Fréquemment la dyslexie peut être associée à d'autres troubles des apprentissages tel que la dysorthographie. Les rééducations de ces types de troubles sont de la compétence des orthophonistes.

La Dyspraxie


La dyspraxie est un trouble psychomoteur qui affecte tout ce qui est geste volontaire et qui doit être organisé en séquences. Un enfant dyspraxique tombe souvent, se cogne, fait tout tomber autour de lui, donne des coups involontaires aux autres.

Dans les jeux de cubes, les puzzles, les jeux d'assemblage l'enfant est perdu. L'enfant dessine peu et mal. Il dépasse systématiquement dans les coloriages. A l'école les conséquences arrivent vite: l'acquisition de l'écriture est laborieuse, le geste graphique est crispé, l'enfant forme mal ses lettres, écrit successivement trop petit ou trop gros, n'arrive pas à rester sur les lignes. Les devoirs sont brouillons, mal présentés, sales. Et surtout, l'écriture demande une grande énergie à l'enfant, alors il devient lent, ne finit jamais son travail et tout le monde s'énerve car personne ne comprend.

L'enfant souvent brillant à l'oral est considéré comme fainéant, paresseux, incapable de fournir le moindre effort alors qu'il se passe exactement le contraire. Les enfants dyspraxiques redoublent très fréquemment car ils sont vite en échec à cause de l'écrit et rien ne s'améliore car le trouble ne se dissipe jamais seul.

La dyspraxie est moins connue et pourtant fréquente à une proportion de 6 à 8% des enfants de 5 à 11 ans. On relève un sexe ratio de 8,5 garçons pour une fille.

Ce sont des cohortes d'enfants en échec qui sortent trop souvent du système scolaire classique alors que la rééducation du trouble leur aurait permis une scolarité réussie.

La Dysphasie


Ce trouble de développement durable touche l'acquisition et l'utilisation du langage oral. Il existe cinq grands types de dysphasie dont les manifestations sont très hétérogènes. Dans tous les cas, la communication verbale est altérée chez ces enfants intelligents et adaptés sur le plan de la personnalité. Les rééducations de ces types de troubles sont de la compétence des orthophonistes.

La Dyscalculie



Ce trouble affecte tout ce qui a un lien avec le nombre, le chiffre, la logique mathématique, le calcul. L'enfant n'acquiert pas la notion du nombre, ne comprend pas les systèmes numériques, ignore tout de la logique arithmétique. La dyscalculie gène considérablement l'enfant car être nul en maths est vite assimilé à l'image d'un cancre. Pourtant l'enfant peut être brillant dans d'autres domaines mais sa dyscalculie va lourdement le pénaliser et le dévaloriser.


Le trouble du déficit d'attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H)


Le trouble se manifeste par une agitation motrice, une impulsivité du comportement et cognitive associées à une atteinte importante des capacités d'attention. L'enfant est incapable de rester en place, s'agite, répond sans réfléchir et ne peut se concentrer sur son travail. Les erreurs d'étourderie sont très fréquentes, le travail est bâclé, rarement fini, les consignes sont peu respectées, le manque de persévérance est inquiétant. Le TDA/H concerne de 3 à 5 % d'enfants en âge scolaire. 50% de ces enfants sont en grave échec scolaire.

Les retards du raisonnement ou dysharmonies cognitives


Il s'agit d'enfants à l'intelligence normale mais dont le développement des structures de pensée est en retard par rapport à l'âge ou encore s'est développé de façon dysharmonique (Dysharmonie cognitive). Certaines fonctions cognitives ne se sont pas structurées alors que d'autres ont suivi le cours normal de leur maturation. La dysharmonie crée des décalages importants dans le fonctionnement intellectuel: dans certaines situations l'enfant ne montre aucune difficulté, dans d'autres l'échec est soudain et inattendu. Ce trouble est très déroutant pour l'enfant lui-même mais aussi pour les parents et les enseignants qui ont souvent tendance à penser que l'enfant le fait exprès. Une relation persécuteur/persécuté s'installe et l'échec se double de troubles du comportement. Pourtant seule cette perturbation cognitive est à l'origine des problèmes de l'enfant.

Les déficits du repérage dans le temps et/ou dans l'espace


Ce sont des déficits localisés à des compétences précises mais qui ont des conséquences lourdes dans de nombreux apprentissages. Avec de mauvais repères spatiaux on se perd dans la lecture car les lettres "bougent", on montre de grandes difficultés à écrire correctement ou tout simplement à écrire sur la ligne, les opérations sont souvent fausses car elles ne sont jamais alignées correctement, tout ce qui a trait à la géométrie devient insurmontable. Même les cartes de géographie dans lesquelles l'enfant perd tous ses repères.

Quand ce sont les repères temporels qui sont affectés, l'enfant est vite perdu dans l'organisation, dans la méthodologie, il ne sait plus où il en est dans ce qu'on lui a demandé et fait les choses dans le désordre ou à l'envers. Les notions de temps, d'heure, de chronologie, de suites logiques lui deviennent inaccessibles. Et la lecture et l'écriture sont touchées. L'enfant s'embrouille, inverse les lettres, perd la structure et la syntaxe de la phrase.

Repères dans le temps et dans l'espace sont des bases nécessaires pour la plupart des apprentissages scolaires.


Les critères permettant de diagnostiquer le trouble d'apprentissage

Le critère permettant le diagnostic du trouble d'apprentissage est un écart d'au moins deux ans entre le rendement intellectuel et le rendement académique. Cet écart ne peut s'expliquer par une déficience intellectuelle, un trouble psychoaffectif, un déficit sensoriel (vision et audition), un manque d'opportunité éducative ou un manque de motivation et d'intérêt.

Pour identifier un trouble d'apprentissage il est nécessaire de faire l'analyse du portrait global de l'enfant ou de l'adulte, incluant son cheminement académique, son bilan intellectuel et son profil psychoaffectif.

Les seules personnes habilitées à faire cette analyse globale sont les neuropsychologues ou psychologues spécialisés dans l'évaluation des troubles d'apprentissage, c'est-à-dire les professionnels ayant les compétences requises pour faire une évaluation des capacités intellectuelles, des troubles affectifs et psychologiques ainsi que du rendement académique, incluant les habiletés en lecture, orthographe et mathématiques.


Causes

Les travaux de recherche sur les troubles des apprentissages concernent essentiellement la dyslexie. La présence d’un dysfonctionnement des circuits cérébraux impliqués dans la phonologie (représentation et traitement des sons de la parole) est aujourd’hui la cause la plus couramment admise de la dyslexie. Cependant l'association fréquente de la dyslexie avec d'autres troubles du développement incite les chercheurs à explorer d'autres pistes.

On a ainsi souligné l’importance de la dimension visuelle (analyse spatiale de la séquence des lettres dans le mot), du traitement temporel (rapidité des informations transmises dans la parole), des déficits plus larges de coordination motrice (hypothèse cérébelleuse). 


Dépistage

Le dépistage s'effectue généralement par l'enseignant qui va repérer dans sa classe les élèves susceptibles de développer un trouble d'apprentissage.

Pour permettre une action efficace, il doit intervenir précocement. S'il est établi dès 3 ou 4 ans, il permet de mettre en place un important soutien avant l'entrée à l'école primaire. C'est à ce moment que la capacité d'acquisition de l'élève est maximale. Le danger du dépistage très précoce réside dans le risque de détecter et d'étiqueter des enfants qui auraient pu récupérer leur retard spontanément. Le dépistage vers 5 ou 6 ans diminue le risque d'erreur, en étant plus spécifique et permet de mieux cibler les interventions à effectuer, mais limite le temps de soutien dans les apprentissages.

Le dépistage systématique lors de l’examen obligatoire de la sixième année permet d’identifier les enfants atteints d’un trouble du langage oral (éventuellement déjà observé à l’examen de 4 ans). Une dysphasie diagnostiquée dès la maternelle est un facteur de risque de dyslexie dans 50 % des cas.

Les signes qui suggèrent un possible trouble d'apprentissage


* l'élève n'atteint pas les exigences académiques;
* l'élève atteint les exigences académiques mais avec beaucoup plus d'efforts et de travail;
* l'élève a des problèmes de comportement;
* l'élève a des problèmes affectifs (anxiété, dépression…).


Diagnostic

Le diagnostic succède au dépistage. Le diagnostic nécessite les compétences de plusieurs professionnels réunis au sein d’une équipe pluridisciplinaire. Les enseignants réfèrent aux services spécialisés, généralement au psychologue scolaire, les élèves susceptibles d'avoir un trouble d'apprentissage scolaire. 


Le diagnostic doit tenir compte des différents aspects influençant la réussite scolaire: cognitif, social, affectif, médical. Le diagnostic permet de confirmer ou d'infirmer la présence du trouble envisagé, de déterminer avec plus de précision les difficultés de l'élève et de définir des axes de prises en charge adaptés.


L'évaluation neuropsychologique permettra d'identifier s'il y a une atteinte à une ou plusieurs des fonctions suivantes :


* l'élève n'atteint pas les exigences académiques
* l'attention
* la mémoire
* le raisonnement
* la conceptualisation
* la planification
* l'organisation
* la perception
* les habiletés visuo-spatiales
* la vitesse de traitement ou d'exécution
* la coordination
* la motricité
* la communication (expression et compréhension)
* la lecture
* l'écriture
* l'orthographe
* le calcul.

Quelques indices


Selon les observations des spécialistes, plusieurs alertes annonciatrices existent: Un comportement passif. Un enfant trop attaché à sa mère, incapable de supporter la comparaison ou la compétition ainsi que toute forme de rivalité, peuvent-être alertant.

L’inhibition. Des enfants trop sages, repliés sur eux-mêmes, et qui manifestent, ou des douleurs locales ressenties au niveau de la boîte crânienne, ou une sensation de fatigue. Les comportements angoissés, ou phobiques à l’idée de se rendre à l’école. Sur le long terme sont à surveiller.

Les troubles peuvent également se manifester par le doute constant des tout petits. Ces derniers vérifient de façon presque rituelle, chaque tâche effectuée. Il arrive également que des tout petits n’aient aucune attirance pour tout ce qui touche à la connaissance. Ils s’ennuient et ne font plus attention à rien.

Ces symptômes sont à examiner de près. Ils sont fréquemment sources de souffrance psychologique, d’anxiété, de fatigue, voire de dépression. Ils conduisent au désinvestissement progressif des jeunes élèves. Dans tous les cas, il est essentiel d’agir vite et avec justesse.


L'IRM, nouvelle méthode pour détecter les difficultés d'apprentissage chez les enfants

Selon une étude suédoise menée par une équipe de l'Institut Karolinska de Stockholm, publiée en janvier 2014 dans le Journal of Neuroscience, les examens d'imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent aider à détecter chez les enfants les difficultés d'apprentissage. Une IRM permet de mesurer les futures capacités de mémorisation à court terme.


Entre 10 et 15% des enfants ont des problèmes d'apprentissage ou d'attention, qui peuvent être liés à des déficiences de la mémoire courte, et donc à un manque de capacités à conserver les informations pour résoudre un problème.

L'étude, menée sur 62 sujets âgés de 6 à 20 ans, a consisté à mesurer la performance dans des tests cognitifs pendant une IRM. Après de nouveaux tests deux ans plus tard, les chercheurs ont conclu que l'IRM aidait à prédire le développement des capacités d'apprentissage chez ces individus.

L'étude montre que l'IRM peut être utile pour représenter le développement de la mémoire. Il serait possible en principe d'utiliser le scanner IRM pour prédire une part du développement futur qui ne peut l'être par des tests psychologiques seuls. Le bénéfice pourrait être une détection précoce des enfants risquant un mauvais développement de sorte à pouvoir leur apporter une aide à temps.

Cette technique d'imagerie médicale peut permettre d'anticiper des problèmes de développement de la mémoire courte, indispensable pour apprendre.

Les IRM seules ne permettraient pas de prédire des difficultés futures, mais seraient un complément utile aux tests psychologiques.



Prise en charge

Après le diagnostic d’un trouble de l’apprentissage, une prise en charge individuelle est généralement proposée. Elle cible les fonctions déficitaires, à raison de plusieurs séances par semaine et est associée à une prise en charge pédagogique.

Pour la dyslexie, les méthodes les plus fréquentes sont de type orthophonique et portent sur l’entraînement des capacités phonologiques de l’enfant. D’autres rééducations ont pour objectif de permettre à l’enfant de développer des stratégies de compensation pour contourner son handicap.

Mettre en œuvre les adaptations nécessaires des supports scolaires qui permettraient aux élèves dyspraxiques d’accéder aux compétences de leur classe d’âge.

Une coopération étroite entre l’équipe pédagogique, les intervenants médicaux et paramédicaux (ergothérapeute, psychomotricien) et les parents est indispensable à la mise en œuvre de moyens de compensation au sein de l’école (remplacement de l’écriture manuscrite par la frappe au clavier d’ordinateur, par exemple).


Prévention

La prévention est un domaine encore peu exploré. Des études récentes et rigoureuses ont évalué les effets des entraînements pédagogiques comme réponse de première intention à l’école sur des enfants à risque de dyslexie (issus de familles atteintes de dyslexie) ou sur des enfants en difficulté d’apprentissage de la lecture.

Les effets positifs sont obtenus à partir d’entraînements de courte durée, mais répétés chaque jour, avec de petits groupes à besoins similaires. Les interventions précoces  dès les premières manifestations de difficultés de lecture  sont les plus efficaces.

Adopter le bon comportement. Selon les spécialistes, les élèves présentant des troubles, ont besoin d’être rassurés. Il est important de les stimuler dans le calme, parce qu’ils craignent le bruit et l’agitation quand ils travaillent. Ils ont également besoin d’informations simples, si possible données les unes après les autres. Enfin il est recommandé de les aider à s’organiser dans leur méthode de travail. Il ne faut pas hésiter à avoir recours à des procédés répétitifs, comme des repères visuels de couleur par exemple, des pancartes, des affichages, tout en favorisant, bien sûr l’expression orale.

Comment agir ?


Si l’enseignant remarque qu’un élève présente des difficultés, il est important d’agir vite. La meilleure solution est de procéder à une vérification par d’autres collègues et le chef d’établissement. Par la suite, l'élève est vu par le médecin PMI (pour les petite et moyenne sections), ou par le médecin scolaire, à partir de la grande section. Ce dernier pourra analyser la situation du point de vue scolaire et déclencher une évaluation psychologique.

Le médecin de famille est tenu au courant des suites à donner. Il est important et nécessaire d’impliquer les parents. Ils seront orientés par le médecin vers des spécialistes, qui eux seuls sont habilités à poser un diagnostic précis.



Différence entre un trouble d'apprentissage et des difficultés d'apprentissage

Les troubles d'apprentissage sont persistants et permanents. Ils ne sont pas liés à l'intelligence ou à des facteurs socio-affectifs. Même s'il n'existe encore aucun traitement reconnu pour les enrayer, une intervention adaptée et certains aménagements peuvent grandement améliorer l'apprentissage – rendement scolaire et dans le milieu de travail.

En France, 4 à 10 % des enfants présentent des troubles des apprentissages et sont en situation d'échec scolaire.


Les difficultés d'apprentissage

Ce sont des obstacles à l'apprentissage qui sont temporaires et qui sont en lien avec ce que la personne peut vivre (des conditions socio-affectives difficiles, un deuil, de l'anxiété, des difficultés économiques). Lorsque le nécessaire est fait afin d'éliminer les éléments en cause, la personne retrouve généralement un rythme d'apprentissage normal.

Deux sources, qui ne sont pas étanches entre elles, peuvent être envisagées :

* La source individuelle. La difficulté est essentiellement liée à l’élève dans les rapports complexes entre le développement de sa pensée et les savoirs à acquérir.

* La source sociale. Elle positionne l’élève dans ses relations aux autres, à travers deux dimensions, l’une macro-sociale (famille, culture), l’autre micro-sociale (relations aux autres élèves, aux professeurs, au contexte d’apprentissage).

Dans leur scolarité, à peu près tous les élèves sont à un moment ou un autre en difficulté d’apprentissage.

Divers troubles peuvent être à l'origine de difficultés scolaires et placer l'enfant en situation d'échec avec le risque de compromettre son avenir. Parmi les plus fréquents, on trouve des troubles sensoriels, troubles de la vue, de l'auditiondes troubles spécifiques du langage oral ou écrit, difficultés psycho-affectives.

Les élèves en difficulté d’apprentissage ont souvent des problèmes de motivation. Leurs difficultés à apprendre, leurs nombreux échecs et l’image qu’ils ont aux yeux des autres élèves amènent bon nombre d’entre eux à se démotiver et à perdre tout intérêt à apprendre en contexte scolaire.

Une difficulté d’apprentissage n’est pas un état permanent. Ce n’est que momentané et si une intervention adaptée est faite auprès de l’enfant, et ce, en fonction de ce qui est difficile pour lui, elle se dissipera. Si un enfant éprouve des difficultés avec une notion de français, par exemple les adjectifs, tant que cette notion ne sera pas revue et intégrée convenablement pour qu’il soit capable de la transférer dans d’autres situations, l’enfant aura une difficulté. Toutefois, lorsque cette notion sera bien comprise, l’enfant pourra continuer ses apprentissages comme il le faisait avant. Il se peut qu’il soit confronté à d’autres difficultés plus tard, mais toujours de façon sporadique.

Si l’enfant a des difficultés d’apprentissage, il se peut qu’après quelques rencontres, il soit en mesure de continuer son cheminement scolaire seulement avec un encadrement. S’il a un trouble d’apprentissage, l’intervenant pourra développer des astuces avec l’enfant afin que celui-ci puisse progresser vers l’autonomie en les utilisant de lui-même.

Il est important de comprendre que le trouble d'apprentissage est un réel handicap qui dure généralement toute la vie. Ces troubles perturbent non seulement le rendement scolaire mais ils peuvent également avoir des répercussions sur tous les aspects de la vie, comme la relation avec les pairs, les activités quotidiennes et domestiques ainsi que la réalisation des tâches au travail.

Un site de ressources pour les enseignants et les parents d'enfants ayant des troubles


Les apprentissages sont au centre de l'école, l'enfant est au centre de l'école, l'école est au centre de la vie de l'enfant. Un échec scolaire retentit sur toutes les sphères de sa personnalité, sur toute sa vie affective, sur tout son développement.
Voir aussi…


Développement cérébral
 dans la petite enfance
La maltraitance et la
 violence domestique
affectent le cerveau
 de l'enfant


Cerveau créatif
Dangers des pesticides
 néocotinoïdes pour la
 santé et l'écosystème



L'exposition aux polluants
 atmosphériques a un
 impact sur le cerveau
Intoxication aux
 métaux lourds





Les effets de la
 consommation de
 drogues pendant
 la grossesse



Effets de l'alcool
 sur le développement
cérébral du fœtus
Syndrome d'alcoolisme fœtal


Le stress prénatal
 maternel affecte le bébé


Effets de la malbouffe
 dans le processus du
 cerveau et l'organisme




La carence en iode
 cause des
lésions cérébrales
La meilleure alimentation
 pour le cerveau





Proprioception
sixième sens: relation
avec le développement
 cérébrale de l'enfant
Recherche sur les
 mutations génétiques
cause de
troubles cérébraux





Le fer est essentiel pour le
développement cérébral de
 l'enfant et l'adolescent





La lecture stimule
 l'activité cérébrale
et renforce les
connexions neuronales




La musique favorise
 le développement du
 cerveau de l'enfant
Exercices pour
développer le cerveau
 de l'enfant


L'importance du
 petit déjeuner pour
 le bon fonctionnement
 du cerveau




L'importance
de la sieste


Enfants surdoués
Relation entre les troubles
 du développement neurologique
 et l'exposition prénatal
 aux toxines et pesticides



Répercussions de
 la maltraitance sur le
 cerveau de l'enfant


L'isolement social
chez l'enfant cause
des déficiences cognitives et de
comportement


Aucun commentaire:

Publier un commentaire