dimanche 9 septembre 2018

Le Paludisme Chez les Femmes Enceintes






Le paludisme est une maladie causée par un parasite Plasmodium, transmis par la piqûre d'un moustique infecté. Seul le genre anophèle du moustique transmet le paludisme. Les symptômes de cette maladie peuvent inclure de la fièvre, des vomissements et / ou des maux de tête. La forme classique de manifestation dans l'organisme est la fièvre, la transpiration et les frissons qui apparaissent 10 à 15 jours après la piqûre du moustique. Les échantillons de sang sont examinés au microscope pour diagnostiquer le paludisme, où le parasite est détecté à l'intérieur des globules rouges. Les tests de diagnostic rapide (TDR) sont utilisés pour diagnostiquer le paludisme dans les zones reculées où le microscope ne peut pas être utilisé.

Population à risque


Le paludisme est la maladie infectieuse tropicale la plus fréquente dans le monde. Environ la moitié de la population mondiale court le risque de contracter le paludisme, en particulier ceux qui vivent dans des pays à faible revenu.

Il produit 2.700.000 décès annuels, dont plus d'un million se produisent chez les enfants de moins de 5 ans. Environ 50 millions de femmes vivant dans des zones endémiques tombent enceintes chaque année.

En 2015, le paludisme était présent dans 91 pays et territoires. En conséquence, 10.000 femmes et 200.000 enfants meurent de l'acquisition du paludisme pendant la grossesse. Le paludisme tue un enfant toutes les 2 minutes.

La majorité des cas et des décès sont enregistrés en Afrique subsaharienne. Cependant, l'Asie, l'Amérique latine, le Moyen-Orient et certaines régions d'Europe sont également touchées. Dans les Amériques, on estime que 132 millions de personnes vivent dans des zones à risque de contracter le paludisme. Ceux qui voyagent depuis les zones exemptes de paludisme vers les zones où la maladie est prévalente sont particulièrement vulnérables.

Outre les conditions environnementales, d'autres éléments contribuent à expliquer ce schéma géographique. La distribution de la maladie coïncide également avec les régions où la situation socio-économique et les infrastructures sanitaires sont plus précaires, ce qui montre qu'aujourd'hui le paludisme est étroitement lié à la pauvreté, étant à la fois cause et conséquence de cette dernière.

Le paludisme est un fardeau économique important et peut réduire les taux de croissance économique des pays où la maladie est fréquente de 1,3%.

Le paludisme chez les femmes enceintes se manifeste principalement par des problèmes d'anémie, bien que des manifestations respiratoires ou neurologiques soient également fréquentes. L'infection du placenta conditionne également les problèmes de retard de croissance fœtale, qui se traduisent par des nouveau-nés généralement à terme mais avec un faible poids à la naissance.

Le paludisme pendant la grossesse présente des risques potentiels pour la vie de la mère et du fœtus. Par conséquent, une femme enceinte diagnostiquée avec le paludisme devrait recevoir des soins médicaux immédiats afin de réduire les risques de grossesse.

Des études montrent que les femmes enceintes sont plus sujettes à l'infection palustre que les femmes non enceintes dans les pays tropicaux et en développement.

Les femmes enceintes non immunisées présentent un risque élevé de paludisme. La maladie peut produire des taux élevés d'avortement et entraîner une mortalité maternelle annuelle de plus de 10% (un chiffre pouvant atteindre 50% en cas de maladie grave).

Les femmes enceintes semi-immunisées présentent un risque d'anémie sévère et de retard de croissance fœtale, bien qu'elles ne présentent aucun signe de maladie aiguë. On estime que 200 000 nourrissons meurent chaque année à la suite du paludisme acquis pendant la grossesse.

Causes du paludisme pendant la grossesse


Le paludisme est prédominant dans les régions tropicales. En général, cette infection éclate pendant la saison de la mousson, car elle constitue la base de la reproduction des moustiques. Des facteurs tels que l'humidité, la température et les précipitations jouent un rôle important dans la survenue du paludisme.

Les symptômes et les complications liés au paludisme pendant la grossesse varient en fonction de l'intensité de la transmission paludique dans une zone géographique donnée, ainsi que du niveau individuel d'immunité acquise.

Les autres raisons possibles sont :

Perte d'immunité. La grossesse affaiblit le système immunitaire d'une femme, en général, en raison de la diminution de la synthèse d'immunoglobulines. Cela rend la femme enceinte vulnérable au paludisme.

Le placenta. Le placenta est un nouvel organe qui se développe à l'intérieur du corps. Il permet à l'infection de traverser le cercle de l'immunité et permet également de multiplier les phénotypes spécifiques du placenta.

Zones de transmission. Les femmes dans les zones de transmission stable / élevée doivent avoir acquis une immunité contre le paludisme. Par conséquent, les chances d'obtenir l'infection sont moindres. Cependant, dans les zones de transmission instable / faible, les femmes ont un niveau d'immunité plus faible, ce qui augmente le risque d'infection.

Infection par le VIH. Les femmes infectées par le VIH courent un risque élevé de contracter le paludisme en raison de leur faible niveau d'immunité.

Les complications du paludisme pendant la grossesse


Faible poids à la naissance ou restriction de croissance intra-utérine. Le placenta fournit le terrain pour les parasites du paludisme qui entravent l'apport d'oxygène et de nutriments au fœtus. Cela pourrait entraîner des nourrissons ayant un faible poids à la naissance et un retard de croissance intra-utérin. Les bébés nés avec un poids inférieur à 2,5 kg ont moins de chance de survie.

La transmission verticale. Un autre risque évident est que l'infection se propage de la mère au bébé. Les médecins recommandent le dépistage du sang du nouveau-né après l'accouchement pour exclure toute infection.

Naissance prématurée. P. Falcifarum infecte le placenta maternel, où les parasites se multiplient. Le placenta infecté par le paludisme transporte des cytokines, des anticorps et des macrophages qui déclenchent une réponse immunitaire active, stimulant ainsi le travail prématuré.

Prévention du paludisme pendant la grossesse


Moustiquaires imprégnées d'insecticide (ITN). L'utilisation de moustiquaires imprégnées d'insecticide et la pulvérisation interne résiduelle d'insecticides sont recommandées ; ces actions consistent à réduire le risque de piqûres de moustiques infectés.

La fumigation intérieure avec des insecticides à action rémanente pour tuer les moustiques sur les murs et les toits des maisons.

Traitement préventif intermittent (IPT). L'OMS recommande un traitement préventif intermittent avec la sulfadoxine-pyriméthamine (TPI-SP) dans les régions à risque modéré à élevé de paludisme pour éliminer périodiquement les parasites qui peuvent être présents dans le placenta. Les médicaments antipaludiques pendant la grossesse sont sans danger, mais doivent être pris sous la surveillance du médecin. On doit suivre strictement le cours des médicaments et prendre les doses prescrites par le médecin. Le paludisme est évitable et curable.

Utilisation de vêtements de couleur claire. En général, les moustiques sont attirés par les couleurs foncées. Les femmes enceintes qui vivent ou voyagent dans des zones sujettes au paludisme doivent porter des vêtements à manches longues de couleur claire pour éviter toute exposition cutanée.

Rester dans des zones fraîches. Rester dans les zones avec de l'air frais ou conditionné, car les moustiques ne peuvent pas fleurir à des températures froides.

*
*     *

Retard de croissance du fœtus après infection palustre au cours de la grossesse


Des chercheurs de l'Unité de recherche sur le paludisme de Shoklo, qui fait partie du Wellcome Trust-Mahidol et du Tropical Medicine Research Program de l'Université d'Oxford, selon une étude publiée dans PLos ONE en février 2012, ont utilisé des ultrasons afin de fournir la première preuve directe de l'effet du paludisme sur la croissance fœtale pendant la grossesse.

L'enquête sur près de 3.800 grossesses a été menée à la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar (Birmanie). L'insuffisance pondérale à la naissance est le principal facteur de risque de mortalité néonatale dans les pays en développement et souligne l'importance de la prévention du paludisme pendant la grossesse.

L'échographie prénatale, essentielle pour la datation exacte de la grossesse, est de plus en plus disponible dans les pays en développement. La technologie permet également aux médecins, ou aux travailleurs formés, de mesurer le diamètre de la tête du fœtus. Dans les infections qui se produisent au début de la grossesse, les chercheurs croient que la taille de la tête peut être l'indicateur le plus approprié de la restriction de croissance.

L'échographie a révélé que le diamètre de la tête du fœtus moyen était significativement plus faible lorsque l'infection palustre était survenue au cours de la première moitié de la grossesse, par rapport aux grossesses non affectées par le paludisme. En moyenne, les têtes des fœtus étaient 2% plus petites lorsqu'elles étaient affectées par le paludisme. Cela peut augmenter le risque de fausse couche et affecter la santé de l'enfant à l'âge adulte.

Cependant, bien qu'un seul épisode de paludisme précoce, détecté et bien traité, ait eu un effet sur la taille de la tête fœtale au milieu du premier trimestre, cet effet n'a pas été observé à l'accouchement, ce qui suggère qu'un traitement précoce avec des médicaments efficaces peut permettre une récupération, plus tard dans la grossesse.

Les chercheurs concluent que les stratégies de prévention du paludisme pendant la grossesse se sont concentrées sur la seconde moitié de la grossesse, lorsque le plus grand gain de poids du fœtus a lieu, mais l'étude suggère que les efforts doivent être étendus pour se concentrer sur le premier trimestre, et veiller à ce que la femme enceinte connaisse les risques de paludisme pendant la grossesse, afin de pouvoir lui offrir des médicaments préventifs.

Les femmes enceintes infectées par le paludisme n'ont pas d'immunité


Une étude menée par des chercheurs de l'Institut de santé mondiale de Barcelone (ISGlobal) et du Centre de recherche en santé de Manhiça (CISM), dans le sud du Mozambique, publiée dans le New England Journal of Medicine en octobre 2015, a révélé que les femmes infectées ont souffert plus d'anémie et les bébés sont nés avec moins de poids.

Ils ont étudié environ 2000 femmes enceintes qui ont fréquenté l'hôpital du district de Manhiça (Mozambique) entre 2003 et 2011 et qui ont ensuite participé à des essais cliniques de traitement préventif de la maladie pendant la grossesse. Les chercheurs ont constaté que la diminution de l'incidence de la maladie s'accompagnait d'infections plus graves ayant des effets très néfastes sur la santé des femmes et des nouveau-nés.

Une femme sur deux atteinte de paludisme grave finit par mourir et une faible quantité d'hémoglobine dans le sang de la mère pendant la grossesse contribue à ralentir la croissance du fœtus, né avec un faible poids. Chaque année, environ 100.000 bébés meurent en Afrique durant les premiers mois de la vie pour cette raison.

Les femmes infectées n'ont pas d'immunité, d'où une densité parasitaire plus élevée et des effets nocifs plus importants.

Un médicament antipaludéen protège les fœtus de l'infection par le virus Zika

Des chercheurs de l'École de médecine de l'Université de Washington à St. Louis, aux États-Unis, dont les travaux ont été publiés dans le Journal of Experimental Medicine en juillet 2017, ont montré qu'un médicament antipaludique protège le fœtus d'une infection virale.

En étudiant des modèles expérimentaux gravides, ils ont découvert que le médicament antipaludéen, l'hydroxychloroquine, bloque efficacement la transmission virale au fœtus. Ce médicament est déjà approuvé pour une utilisation chez les femmes enceintes à d'autres fins médicales, afin de réduire les risques d'infection par le virus Zika et la maladie chez les fœtus en développement.

Les conséquences dévastatrices de l'infection par le virus Zika sont subies dans l'utérus, où le virus peut provoquer des lésions cérébrales et parfois la mort.

À la fin de 2015, les médecins au Brésil ont commencé à remarquer une augmentation du nombre de bébés nés avec une microcéphalie, ou une tête inhabituellement petite, un indicateur de dommages neurologiques. L'épidémie est rapidement devenue liée au virus Zika transmis par les moustiques, qui se propageait à travers les régions tropicales des Amériques. Les médecins ont conseillé aux femmes enceintes d'éviter les piqûres de moustiques en utilisant un insectifuge et des vêtements à manches longues. Il n’y avait pas, et il n'y a toujours pas, de médicaments ou de vaccins approuvés à l'intention des femmes enceintes pour protéger leurs fœtus contre l'infection par le virus Zika.

Le fœtus en développement est seulement vulnérable aux dommages de l'infection, de sorte que le corps mobilise des défenses robustes pour empêcher les microbes d'atteindre le fœtus en premier lieu et le placenta est la dernière ligne de défense. Un processus connu sous le nom d'autophagie  la voie d'élimination des débris cellulaires par laquelle les cellules écrasent les déchets, les organites indésirables et les microbes envahisseurs  est une partie importante de la formidable barrière que le placenta fait à l'infection. Cependant, Zika peut non seulement envahir le placenta, mais s'y multiplier.

Pour en savoir plus sur la façon dont Zika brise le placenta, les chercheurs ont infecté les cellules du placenta humain avec le virus Zika et ont découvert que l'exposition au virus activait les gènes liés à l'autophagie. Cependant, lorsqu'ils ont traité les cellules avec des médicaments pour accélérer la voie de l'autophagie, le nombre de cellules infectées par le virus Zika a augmenté.

Diminuer l'autophagie cellulaire réduit l'infection


Les médicaments qui supprimaient l'autophagie atteignaient moins de cellules placentaires infectées par le virus Zika. En d'autres termes, le virus s'est multiplié et s'est propagé plus efficacement lorsque les chercheurs ont ajusté la réponse de la barrière et effectué plus lentement lorsqu'ils l'ont contrôlé. Le virus semblait faire une forme d'arts martiaux microbiens, tournant les armes du corps à son avantage.

Les chercheurs ont vérifié ces résultats en utilisant des souris dont la réponse d’autophagie a été limitée par de faibles niveaux d'une protéine clé de l'autophagie. Ils ont infecté deux groupes de souris enceintes de Zika : un dans lequel le processus d'autophagie a été interrompu et l'autre dans lequel il a fonctionné normalement.

Cinq jours après l'infection, les femelles ayant une réponse autophagique faible avaient approximativement la même quantité de virus dans leur circulation sanguine que les modèles avec une réponse normale. Cependant, chez les souris ayant une réponse autophagique faible, les chercheurs ont trouvé dix fois moins de virus dans le placenta et les têtes du fœtus et moins de dommages aux placentas.

Ils suggèrent que le virus Zika profite du processus d'autophagie dans le placenta pour favoriser sa survie et l'infection des cellules placentaires. Puisque l'hydroxychloroquine supprime la réponse de l'autophagie, les chercheurs se sont demandés si elle pourrait également protéger les fœtus contre Zika et, pour le savoir, ont répété l'expérience chez la souris en utilisant seulement des animaux avec une réponse normale à l'autophagie. Des modèles expérimentaux féminins au neuvième jour de la grossesse ont été infectés par Zika, puis ont reçu de l'hydroxychloroquine ou un placebo tous les jours pendant les cinq jours suivants.

Après le traitement, les scientifiques ont détecté significativement moins de virus dans les fœtus et les placentas des rongeurs ayant reçu de l'hydroxychloroquine. En outre, ces placentas ont montré moins de dommages et les fœtus ont retrouvé une croissance normale. Les mères non traitées et traitées avaient environ la même quantité de virus Zika dans leurs flux sanguins, ce qui indique que l'hydroxychloroquine était capable de protéger les fœtus, même lorsque le virus circulait à travers la mère.

Bien que l'hydroxychloroquine ait été utilisée sans danger chez les femmes enceintes pendant de courtes périodes de temps, les auteurs mettent en garde que d'autres études sont nécessaires avant qu'il puisse être utilisé chez les femmes enceintes pour esquiver Zika. Les femmes enceintes qui vivent dans les zones où Zika circule peuvent avoir besoin de prendre le médicament pendant la grossesse et l'innocuité de l'hydroxychloroquine est inconnue pour une utilisation à long terme.

L'étude offre de nouvelles pistes pour des interventions thérapeutiques réalisables et suggère que l'autophagie basée sur une intervention thérapeutique contre Zika peut être justifiée chez les femmes enceintes infectées par le virus Zika.

*     *
*

Le paludisme chez les enfants peut être une maladie mortelle

Le paludisme est une maladie qui affecte aussi bien les enfants que les adultes. C'est une maladie qui peut être mortelle, mais elle peut aussi être guérie si elle traitée de la bonne façon et au bon moment.

L'épicentre de la maladie est situé au Nigeria et en République démocratique du Congo en Afrique, tandis qu'en Asie, le pays le plus touché est l'Inde. Le paludisme est la maladie qui cause le plus de décès chez les enfants de moins de 5 ans, chaque jour 3000 enfants meurent de cette maladie.

Les symptômes du paludisme chez l’enfant


Le processus d'incubation varie en fonction de la personne affectée, mais dure généralement environ 15 jours. Le moustique pique et transmet les parasites au sang de l'enfant infecté, ceux-ci se déplacent et se reproduisent dans le foie, puis retournent dans la circulation sanguine pour tuer les globules rouges.

C'est une maladie avec un diagnostic difficile parce que les premiers symptômes, la fièvre, qui peut atteindre 41º centigrades, et les frissons, sont communs à beaucoup de maladies. Il présente aussi généralement des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires et des troubles digestifs, tels que la grippe ou une diarrhée fréquente.

Comment protéger les enfants du paludisme


Les progrès pour trouver le vaccin contre le paludisme sont toujours en cours. Il y a un vaccin avec lequel on travaille, mais il n'est pas efficace à 100%.

L'anophèle, le moustique responsable de la propagation du paludisme, ne pique que la nuit, de sorte que des précautions peuvent être prises. Le placement d'une moustiquaire avec répulsif a réduit de 55% les décès dus au paludisme au cours des deux dernières années.

En outre, si on voyage avec des enfants dans une région où le nombre de cas de paludisme est élevé, il est conseillé de consulter un pédiatre afin de prescrire un médicament antipaludéen à titre préventif.


L'élimination du paludisme

Des données récentes révèlent que la mise en œuvre à grande échelle des stratégies recommandées par l'OMS pourrait rapidement réduire le paludisme, en particulier dans les zones où la transmission est élevée, comme en Afrique. L'OMS et les Etats Membres ont fait des progrès significatifs dans l'élimination du paludisme. Par exemple, récemment, les Maldives et Sri Lanka ont été certifiés pour avoir éliminé le paludisme. Le succès des pays est dû à un engagement national intense et à la coordination de leurs efforts avec les partenaires.

Pour la première fois depuis de nombreuses années, le paludisme est en déclin, à la suite d'un déploiement des outils de contrôle sans précédent.  Les nouvelles méthodes de diagnostic et les traitements disponibles ont contribué à une meilleure identification du fardeau de la maladie réelle et un traitement rapide des cas.

Voir aussi…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire