jeudi 9 juin 2016

Les Bébés ont une Perception Consciente à Cinq Mois – Un Marqueur Neurologique de la Conscience



Les bébés peuvent percevoir et conserver l'information qu'ils reçoivent


Les bébés ont longtemps été considérés comme des êtres aux compétences limitées et ayant des comportements principalement automatiques, de type réflexe, qui ne s'accompagnent pas d'une expérience subjective consciente.

Les bébés sont-ils conscients de ce qu’ils voient, de ce qu’ils entendent, de ce qu’ils sentent ? On le pense, tant ils interagissent avec leur environnement. Mais leur incapacité à décrire verbalement leurs expériences rend la confirmation difficile. On cherche alors à détecter une activité cérébrale caractéristique d’une perception consciente.

Des chercheurs du CNRS et de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) en collaboration avec des chercheurs de NeuroSpin (Inserm/CEA), dont les résultats ont été publiés dans Science en avril 2013, montrent que les nourrissons possèdent dès 5 mois une forme de conscience similaire à celle des adultes.

Comment déceler la conscience chez le bébé ? Une piste consiste à rechercher des “marqueurs cérébraux” de la perception consciente, c’est-à-dire à mesurer l’activité cérébrale et à traquer des états caractéristiques de la perception consciente. De tels marqueurs constitueraient aussi un outil de diagnostic efficace : ils permettraient de détecter la conscience  ou son absence  chez des personnes qui ne communiquent pas et semblent dans un état végétatif.

Pour résoudre cette question complexe, les chercheurs ont utilisé une approche alternative consistant à déterminer si les marqueurs neuronaux de la conscience observés chez des adultes pouvaient être également présents chez le bébé.


La ‘signature’ de la conscience adulte  le marqueur neuronal


On connaît des marqueurs cérébraux de la perception consciente chez l’adulte. L’un d’eux est visible sur l’électroencéphalogramme mesuré sur le cortex occipito-temporal (à l’arrière et sur le côté du cerveau), quand on montre une photographie de visage au sujet assez longtemps pour entraîner une perception consciente.

Chez l'adulte, le cerveau répond à la perception d'un évènement extérieur en deux étapes.

La première  durant les premières 200 à 300 millisecondes  très rapide, est non-consciente et linéaire (en constante augmentation) et s'accompagne d'une activité neuronale qui s'accroît de manière constante selon la durée de présentation des objets perçus.

Dans une seconde étape plus tardive, après 300 millisecondes, commence la réponse consciente, indique une signature électrique spécifique du cerveau. Au bout de 300 millisecondes, l'activité cérébrale change et cesse d'être linéaire.

Cette réponse tardive et non-linéaire du cerveau est considérée comme un marqueur neuronal de la conscience.

Des bébés très conscients


Jusqu’à cette étude, la démonstration de l’existence d’une perception chez les nourrissons s’était heurtée à l’absence de réponse des nourrissons. Absence de réponse verbale surtout, car les nouveau-nés affichent des comportements mesurables indicatifs de la conscience comme des mouvements oculaires, par exemple. Des mouvements retrouvés d’ailleurs à l’identique chez l’adulte.

Mais ici les chercheurs se sont basés sur des marqueurs neurologiques fiables. Il s’agit d’un signal dans le système nerveux des nourrissons qui traduit de façon fiable le début de la conscience visuelle ou la capacité de voir et de se souvenir des choses vues.

Les neuroscientifiques ont cherché à détecter le marqueur chez les bébés. Grâce à 128 électrodes collées sur leur crâne, ils ont mesuré l’activité cérébrale de 80 nourrissons âgés de 5, 12 et 15 mois, auxquels ils ont présenté plus ou moins longtemps des photographies de visage. Ils ont détecté toutes les étapes de la perception observées chez l’adulte, et en particulier l’onde lente tardive. Ce serait le signe que dès 5 mois, les bébés sont conscients de leurs perceptions.

Pour tous les groupes d'âge des nourrissons, les chercheurs ont observé la même réponse tardive que chez les adultes, confirmant "la signature neuronale de l'état de conscience". Chez les bébés, cette réponse est beaucoup plus tardive, ne se manifestant qu'après au moins une seconde chez les enfants les plus jeunes.

Selon ces chercheurs, ces résultats révèlent que les mécanismes cérébraux de la conscience de perception sont présents très tôt chez les nourrissons mais que ceux-ci sont relativement lents. Cette réaction consciente s'accélère ensuite progressivement dans le cours de leur développement.

La perception consciente est de plus en plus rapide à mesure que le bébé grandit. Chez les enfants de 5 mois, l’image doit être présentée plus longtemps pour que la perception accède à la conscience (au moins 150 millisecondes, contre 50 millisecondes chez les adultes), et cette accession est plus tardive (1,3 seconde après la présentation de l’image, contre 300 millisecondes pour les adultes).

Pour les chercheurs, ces résultats prouvent que les mécanismes cérébraux de la conscience de perception sont présents très tôt chez les nourrissons. Bien que lente au début, leur réaction consciente va progressivement s’accélérer au cours du développement.

Mais ces résultats vont plus loin. L’identification de ces marqueurs neurologiques va permettre d’évaluer également chez l’adulte, son niveau de perception consciente, ce qui peut s’avérer très utile dans le diagnostic de patients en état de conscience minimale, incapables de s’exprimer. Enfin, ils pourront aussi contribuer à mieux évaluer la perception de la douleur et l’effet de l’anesthésie sur les nourrissons qui subissent une intervention.


Information visuelle


Une étude précédente, menée en 2005 par des scientifiques de l’Université de Bonn, en Allemagne, où une équipe de psychologues a révélé en outre que des enfants de cinq mois incluent aussi des informations visuelles sur la profondeur de champ. Ils ont montré qu’à cinq mois les bébés peuvent être trompés quand il s’agit de la perspective d’une information complexe.

Dans l’étude deux figures en caoutchouc ont été mises dans une image avec un motif de l’échiquier qui semblait s’éloigner des bébés. Les enfants ont tenté de prendre les jouets qui semblaient être plus proche d’eux, d’après les indications des informations trompeuses sur les distances de l’image.

Ces résultats contredisent ce que, jusqu'à présent, la plupart des experts avaient assumé : que les bébés ne pouvaient pas déchiffrer des informations sur des distances jusqu'à un âge plus avancé et donc ils n’étaient pas très conscients de l’environnement qui les entourait.

Les résultats ont également souligné l’existence d’un processus continu de développement de la conscience de l’enfant à cet égard : bien que les bébés ont montré être conscients des informations sur la profondeur de champ à un très jeune âge, au mesure qu’ils avançaient en âge, ils avaient moins besoin de signes évidents pour comprendre ces informations.


Perception visuelle


À la naissance, la vision du bébé n’est pas encore tout à fait au point, mais il peut voir à une distance de 18 cm à 20 cm, juste assez, par exemple, pour pouvoir regarder sa mère qui le nourrit.

Le nouveau-né est capable, à la naissance, de fixation du regard. Cela nous informe sur l'existence, chez le bébé, de réflexes photo-moteurs. Le nouveau-né peut suivre un objet sur un arc de 90° (un quart de cercle). Par ailleurs, il accompagne la poursuite oculaire d'une rotation conjointe de la tête, à condition que le stimulus soit présenté à une distance convenable et soit suffisamment attractif (du fait de son contraste, de son intensité lumineuse ou de son mouvement).

À 4 semaines, il suit des yeux un jouet qu'on promène devant lui.

À 6 semaines, il suit des yeux les personnes qui bougent dans la pièce.

Vers 2 mois, le bébé reconnaît le visage de ses parents.

Vers 3 ou 4 mois, il perçoit davantage de détails, comme les motifs, puisqu’il sait de mieux en mieux faire le balayage d’une image. Il aime aussi observer attentivement ses mains et il fixe parfois au loin.

À 6 mois, il cherche à voir ce qui l'intéresse en changeant de position.

Ce n'est qu'à partir de 12 mois qu'il peut suivre du regard un objet en déplacement rapide.

Dès la naissance, le processus de maturation de la vue se met en marche et les choses vont rapidement s'améliorer. À 2 mois, le monde de bébé, jusque-là monochrome, commence à prendre des couleurs, d'abord le rouge et le vert. Il voit mieux jusqu'à 60 cm de distance et son champ de vision s'élargit : 60° à l'horizontal, et 20° à la verticale. Dès 4 mois, sa vue franchit le seuil du dixième.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire