mercredi 30 novembre 2016

La Schizophrénie à Début Précoce – Chez l'Enfant



La schizophrénie est une maladie des processus neuronaux du traitement de l'information


La schizophrénie est une maladie des processus neuronaux du traitement de l'information : si celui qui en est atteint prend des choses minimes (un sifflement, un regard appuyé…) pour des faits majeurs, et notamment menaçants, c'est parce que ses fonctions cognitives sont altérées.

Le malade est déconnecté du réel et inconscient de ses troubles, ce qui engendre de graves répercussions sur sa vie sociale, affective ou professionnelle. Cette affection peut être liée notamment à des facteurs génétiques, comme à une anomalie dans le fonctionnement du cerveau.

Diagnostiqués à temps, ces troubles psychiques peuvent être atténués par la prise d'un traitement adapté. L’accompagnement de l’entourage est essentiel à la réussite des soins.

Les recherches sur les groupes “à haut risque“ (enfants de parents schizophrènes) ainsi que des enquêtes prospectives en population générale montrent que les futurs schizophrènes présentent des retards du développement psychomoteur, des déficits cognitifs, et des particularités comportementales.

La schizophrénie à début précoce, durant l’enfance, est un trouble rare : sa prévalence est environ 50 fois inférieure à celle de la schizophrénie débutant à l’âge adulte. C’est un trouble aussi fréquemment méconnu, en raison notamment de la variation de son tableau clinique en fonction de l’âge.

La schizophrénie infantile est essentiellement la même que la schizophrénie chez les adultes, mais elle survient tôt dans la vie  parfois même avant l’adolescence  et a un impact profond sur le comportement d’un enfant.

La schizophrénie de l’enfant comprend hallucinations, délires, comportement irrationnel, des problèmes pour effectuer des tâches quotidiennes routinières, telles que la baignade. Avec la schizophrénie de l’enfant, l’âge précoce de survenue présente des défis particuliers pour le diagnostic, le traitement, les besoins éducatifs et le développement émotionnel et social.

L’identification et le début du traitement pour la schizophrénie de l’enfant le plus tôt possible, peut améliorer considérablement les résultats à long terme de l’enfant.


Les causes


La vulnérabilité à la maladie serait transmise génétiquement. Les membres de la famille d’un schizophrène ont dix fois plus de risque de développer la maladie que l’ensemble de la population. Mais la génétique n’explique pas tout. Chez les vrais jumeaux dont l’un est schizophrène, le second n’est touché par cette maladie que dans moins de la moitié des cas.

Des anomalies de l’anatomie du cerveau et de son fonctionnement ont été détectées chez les schizophrènes. Elles pourraient être la conséquence d’une exposition du fœtus à une infection au cours de la grossesse, ou de complications ayant entraîné une atteinte du cerveau du nouveau-né au moment de l’accouchement. Des formes de psychose existent chez les enfants et certains scientifiques soupçonnent que des signes annonciateurs de schizophrénie pourraient être identifiés dès l’enfance, semblant ainsi indiquer une origine dans les premières années de la vie.

Des problèmes avec certaines substances présentes naturellement dans le cerveau appelées neurotransmetteurs peuvent contribuer à la schizophrénie infantile. Les études d’imagerie montrent des différences dans la structure du cerveau des personnes atteintes de schizophrénie.

Le rôle de l’environnement familial dans le développement de la schizophrénie, longtemps mis en avant, semble difficile à cerner. Pour un enfant ayant une vulnérabilité biologique à la schizophrénie, une carence affective ou une forte sur-protection pourraient faire partie des facteurs influençant, plus tard, le déclenchement des symptômes.

Enfin, à l’adolescence, la nécessité d’acquérir rapidement de nouveaux modes relationnels  en rapport avec la sexualité, l’acquisition d’une certaine indépendance, l’importance grandissante du regard des autres, par exemple  pourrait agir comme révélateur d’un fonctionnement anormal du cerveau jusque-là peu visible.

Des anomalies de l'anatomie du cerveau et de son fonctionnement pourraient être la conséquence :

* D'une exposition du fœtus à une infection au cours de la grossesse ;
* De complications ayant entraîné une atteinte du cerveau du nouveau-né, au moment de l'accouchement.


Déceler des signes avant-coureurs


Chez des jeunes enfants, à l'âge de 5-6 ans, on peut prédire avec un grand degré de fiabilité le risque de souffrir d'une maladie mentale. Plusieurs éléments principaux sont à prendre en compte : les difficultés à avoir des relations dans la cour d'école avec d'autres copains, les troubles de l'équilibre (troubles de la coordination), un repli sur soi, et une difficulté à apprendre. Ces enfants sont un peu mis à l'écart des autres.

Les enfants qui cumulent ces critères ne vont pas tous devenir schizophrènes. Mais ils ont un plus grand risque que les autres de souffrir de maladie mentale quelle qu'elle soit.

Les facteurs de risque


Certains facteurs semblent accroître le risque de développer ou de déclencher la schizophrénie, y compris :

* Des antécédents familiaux de schizophrénie
* L’exposition au virus dans l’utérus
* Une mauvaise nutrition dans l’utérus
* Circonstances stressantes de la vie
* L’âge avancé paternelle
* La prise de médicaments psycho-actifs durant l’adolescence.


Les symptômes schizophréniques chez l’enfant


Les symptômes négatifs  isolation sociale, baisse des performances scolaires, affects émoussés ou inappropriés, pauvreté du discours et perte d’initiative  prédominent sur les symptômes positifs, notamment le délire. Ces symptômes négatifs sont les premiers à apparaître.

Les premiers signes et symptômes


Les premiers signes de la schizophrénie de l’enfance peuvent inclure des problèmes de développement, tels que:

* Retards de langage
* Marche à quatre pattes tardive ou inhabituelle
* Marche tardive
* D’autres comportements moteurs anormaux, tels que le balancement ou le bras battants.

Certains de ces signes et symptômes sont également fréquents chez les enfants atteints de troubles envahissants du développement, comme l’autisme. En fait, exclure ces troubles du développement est l’une des premières étapes dans le diagnostic de schizophrénie infantile.

Des signes et des symptômes plus tard


Pour les enfants ayant l’âge de la schizophrénie, les signes et les symptômes de la maladie plus typiques commencent à apparaître, notamment :

* Voir ou entendre des choses qui n’existent pas (hallucinations), surtout de la voix
* Ayant croyances non fondées sur la réalité (délire)
* Manque d’émotion
* Émotions inappropriées à la situation
* Le retrait social
* Mauvais résultats scolaires
* Diminution de la capacité à pratiquer l’auto-soins
* Rituels alimentaires étranges
* Discours incohérent
* Pensée illogique
* Agitation

Les symptômes peuvent être difficiles à interpréter


Lorsque la schizophrénie de l’enfant commence très tôt dans la vie, les symptômes peuvent s’accumuler progressivement. Les premiers signes et symptômes peuvent être si vagues que l’on ne peut pas les attribuer à une phase de développement.

Comme le temps passe, les symptômes peuvent s’aggraver et devenir plus visibles pour la famille, les amis et les autorités scolaires. Finalement, l’enfant peut développer des symptômes de psychose, notamment des hallucinations, des délires et de la difficulté à organiser ses pensées. Comme les pensées deviennent plus désorganisées, il y a souvent une “pause de la réalité”. Cette phase de la schizophrénie infantile est souvent la plus pénible pour les enfants et leurs familles et donne souvent lieu à une hospitalisation et un traitement avec des médicaments.


Tests et le diagnostic


Si le médecin ou professionnel de la santé mentale estime que l’enfant peut souffrir de schizophrénie ou d’une autre maladie mentale, il est généralement exécuté une série de tests et d’examens médicaux et psychologiques. Ceux-ci peuvent aider à établir un diagnostic, écarter d’autres problèmes qui pourraient causer les symptômes de l’enfant et de vérifier toutes les complications connexes.

Ces examens et des tests comprennent généralement :

Examen physique. Il peut s’agir de mesurer la taille et le poids, de la vérification des signes vitaux, tels que la fréquence cardiaque, la pression artérielle et la température.

Les tests de laboratoire. Ceux-ci peuvent inclure une numération formule sanguine (CBC), le dépistage de l’alcool et des drogues, et une vérification de la fonction thyroïdienne de l’enfant. D’autres tests qui peuvent être ordonnées pour vérifier d’autres problèmes médicaux peuvent inclure l’imagerie par résonance magnétique (IRM) de la tête afin de chercher des anomalies dans la structure du cerveau, ou un électroencéphalogramme (EEG) pour rechercher des anomalies dans le fonctionnement du cerveau, comme des convulsions.

L’évaluation psychologique. Un médecin ou un professionnel de la santé mentale va parler aux parents et à l’enfant au sujet de ses pensées, les sentiments et les comportements. Il devra poser des questions sur les symptômes, y compris quand ils ont commencé, comment ils sont graves, comment ils affectent la vie quotidienne et si l’enfant a eu des épisodes similaires dans le passé. Le médecin peut également parler à l’enfant au sujet des pensées de suicide, automutilation ou de nuire à autrui.

Les critères diagnostiques de la schizophrénie infantile sont généralement les mêmes que pour la schizophrénie adulte et comprennent:

* Présence d’au moins deux d’entre eux: délires, hallucinations, discours désorganisé, comportement désorganisé ou catatonique, le manque d’émotion, le retrait social, l’incapacité à accomplir des tâches quotidiennes routinières telles que s’habiller et se laver.
* L’incapacité d’atteindre le niveau normal de rendement scolaire, social ou au travail.
* Les signes durent au moins six mois.
* D’autres troubles de santé mentale ont été écartées.


Traitement

La schizophrénie infantile est une maladie chronique, qui dure jusqu’à l’âge adulte. Pour cette raison, la schizophrénie chez les enfants nécessite un traitement à vie, même pendant les périodes où les symptômes semblent avoir disparu. Le traitement est le même pour tous les types de schizophrénie, mais c’est un défi particulier pour les enfants atteints de schizophrénie.

Sans traitement, la maladie s’aggrave souvent. Les épisodes aigus se succèdent et les hospitalisations sont de plus en plus fréquentes. Les conséquences sont lourdes. Les personnes atteintes de schizophrénie sans traitement (ou qui le prennent mal) s’exposent à des complications, toxicomanie, alcoolisme et comportements suicidaires. Un schizophrène sur dix fait au moins une tentative de suicide dans sa vie.


Principales options de traitement


Les principaux traitements de la schizophrénie infantile sont:

* Médicaments
* Psychothérapie individuelle et familiale
* Entraînement aux habiletés sociales et scolaires
* Hospitalisation

Médicaments pour enfants schizophrénie


Les médicaments antipsychotiques sont au cœur du traitement de la schizophrénie chez les enfants. Une classe de médicaments appelés antipsychotiques atypiques sont généralement essayés d’abord chez les enfants parce qu’ils ont moins d’effets secondaires. Les antipsychotiques atypiques sont souvent efficaces dans la gestion des symptômes tels que des hallucinations, des idées délirantes, la perte de motivation et le manque d’émotion. Les effets secondaires graves peuvent inclure le gain de poids, le diabète et le cholestérol élevé et, plus rarement, des troubles du mouvement.

Psychothérapie de la schizophrénie infantile


Bien que les médicaments ont une importance clé dans traitement de la schizophrénie, la psychothérapie est également importante. Elle peut inclure :

Thérapie individuelle. La psychothérapie avec un prestataire de santé mentale qualifié peut aider l’enfant à apprendre des façons de composer avec le stress et la vie quotidienne, défis posés par la schizophrénie. La thérapie peut aider à réduire les symptômes et peut aider l’enfant à se faire des amis et à réussir à l’école. L’apprentissage de la schizophrénie de l’enfant peut aider l’enfant à comprendre son état, face aux symptômes, et s’en tenir à un plan de traitement. Il existe plusieurs types de psychothérapie qui peuvent être utiles, telles que la thérapie cognitivo-comportementale.

La thérapie familiale. L’enfant et sa famille peuvent bénéficier d’une thérapie qui offre un soutien et éducation. Impliqués, les membres de la famille bienveillants qui comprennent la schizophrénie de l’enfant peut être extrêmement utile pour les enfants qui vivent avec cette maladie. La thérapie familiale peut aussi aider à mieux communiquer les uns avec les autres, le travail sur les conflits et faire face au stress lié à l’état de l’enfant.

Entraînement aux habiletés sociales et scolaires


La formation en compétences sociales et scolaires est un élément important du traitement de la schizophrénie infantile. Les enfants atteints de schizophrénie ont souvent des relations difficiles et des problèmes scolaires. Ils peuvent avoir des difficultés à réaliser des tâches quotidiennes normales, comme se laver ou s’habiller. Les plans de traitement qui incluent le renforcement des compétences dans ces domaines peuvent aider l’enfant à des niveaux adaptés à l’âge lorsque cela est possible.

Hospitalisation


En période de crise ou en temps de symptômes graves, l’hospitalisation peut être nécessaire. Cela peut aider à assurer la sécurité de l’enfant et celle des autres, en s’assurant qu’il reçoit une bonne nutrition, du sommeil et de l’hygiène. Obtenir que les symptômes soient sous contrôle rapidement est très important dans la schizophrénie de l’enfant, et parfois le milieu hospitalier est le moyen le plus sûr et le meilleur pour ce faire.


Prévention

Il n’y a aucun moyen sûr de prévenir la schizophrénie infantile. Mais les données montrent que certains signes de la schizophrénie peuvent être présents dès la petite enfance. L’identification et le traitement précoces peuvent aider à obtenir que les symptômes soient sous contrôle avant de développer des complications graves.

Éviter les retards de traitement peut aider à améliorer les perspectives à long terme. Un traitement précoce est également crucial en aidant à limiter les épisodes psychotiques, qui peuvent être extrêmement effrayants pour un enfant et ses parents.

Obtenir un traitement précoce  et s’y tenir  peut aider à réduire ou à prévenir une aggravation des symptômes de la schizophrénie.


La schizophrénie est une maladie psychiatrique grave qui peut se produire dans la population infantile et adolescente. C’est un trouble cérébral grave, dont les patients ont du mal à différencier les expériences réelles et les irréelles, penser logiquement, avoir des réactions émotionnelles normales vis-à-vis des autres et à se comporter normalement dans des situations sociales.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire