mardi 6 février 2018

Phosphure d'Aluminium – Insecticide Mortel





Un insecticide est un produit qui, dans certaines circonstances et concentrations, est toxique et mortel pour les organismes considérés comme nuisibles pour les grains entreposés. Les insecticides peuvent être des produits naturels, tels que le pyrèthre (d'origine végétale) et la terre de diatomées (d'origine minérale), ou des produits chimiques développés par des laboratoires spécialisés dont l'objectif principal est la lutte contre les ravageurs avec le moins de mal possible pour les personnes, les animaux domestiques et l'environnement.

Tous les insecticides synthétiques sont plus ou moins toxiques pour les humains. Par conséquent, il est important de choisir le produit de manière pratique, afin d'éviter les accidents et les contaminations graves. La FAO et l'Organisation mondiale de la santé ont établi des normes pour l'utilisation et l'application d'insecticides autorisés.

Un insecticide est un produit solide, liquide ou gazeux qui sert à contrôler le développement des insectes. Par contre, un fumigène est un gaz dont les molécules se diffusent dans l'air et atteignent plus facilement le centre de la masse du grain infesté.

Phosphine ou phosphure d'aluminium  phosphatine , est un insecticide agricole composé de phosphure d'aluminium, de carbamate d'ammonium et de paraffine, qualifié très toxique, produit d’aspect solide (comprimés plats et ronds de couleur gris-vert), qualifié comme un puissant poison respiratoire.

La phosphine est un gaz incolore et inflammable, avec peu de solubilité dans l'eau et une odeur désagréable  semblable à celle de certains composés soufrés, tels que l'odeur des œufs pourris ou de l'ail  bien que le phosphate pur soit inodore, c'est la présence de phosphines substituées qui le fait sentir. C'est un composé avec un pouvoir réducteur très considérable, qui réagit avec l'oxygène pour produire de l'acide phosphorique ; c'est de cette réactivité en tant que réducteur que provient son potentiel létal pour l'organisme.

Elle est appliquée dans les produits en vrac, les produits emballés (silos, poches, navires, etc.). Les comprimés sont utilisés tels qu'ils sont préparés en les introduisant aussi uniformément que possible, selon la posologie établie. L'application peut se faire manuellement, à l'aide de gants ou d'un équipement spécial tel que des sondes portatives qui permettent l'application dans la marchandise en vrac, à différents niveaux de profondeur.

Le produit agro-chimique le plus couramment utilisé est la phosphine, communément appelée PHOTOSXIN. C'est un produit avec une très bonne efficacité et une volatilisation rapide et ne laisse pratiquement aucune contamination. Ce produit est très efficace s'il est utilisé correctement, comme indiqué dans le carnet de sécurité international du produit, dans des silos hermétiques.

S'il est utilisé dans un espace ouvert, pendant l'évolution du produit  puisque son format est une tablette  lorsqu'il entre en contact avec l'humidité, il libère un gaz qui procède à l'élimination des contaminants, ce qui est très toxique et peut endommager gravement la santé de quiconque est proche et peut même causer la mort. C'est pourquoi il doit être maintenu au sec, car mélangé à l'eau ou à un acide, il subit une hydrolyse et donne un hydroxyde et de la phosphine PH3, un gaz très dangereux : toxique et inflammable.

Symptômes


Inhalation. La phosphine peut causer des maux de gorge, de la toux, des sensations de brûlure, des vertiges, de la lourdeur, des maux de tête, de l'essoufflement, des vomissements et des nausées.

Ingestion. Elle peut causer des douleurs abdominales, de la diarrhée, des convulsions, des nausées, des vomissements, des états de choc ou des collapsus et une perte de conscience.

Les premiers symptômes de l'exposition aiguë à la phosphine comprennent des douleurs abdominales, des nausées et des vomissements, qui sont si fréquents qu'ils rendent difficile, sinon impossible  parce que la métabolisation est rapide et non détectable  diagnostiquer une intoxication à cette substance qui agit à telle vitesse, en quelques heures. L'exposition à des niveaux plus élevés peut entraîner une faiblesse, une bronchite et un œdème pulmonaire jusqu'à ce que cela mène finalement à la mort du patient.

Les symptômes peuvent apparaître dès les premières minutes jusqu'à 24 heures après l'ingestion ou l'inhalation. La phosphine peut être produite par contact avec l'air ou l'humidité et en cas d'ingestion, par contact avec l'acide chlorhydrique dans l'estomac. Le phosphure d'aluminium peut libérer du gaz phosphine dans l'estomac et, en cas de vomissements spontanés, le gaz libéré par l'estomac peut contaminer les espaces clos tels que les espaces fermés ou les ambulances. Ces symptômes persistent pendant 3 heures après la fin de la fumigation.

Conséquences de l'empoisonnement


Le phosphure d'aluminium détruit les tissus organiques seulement en deux heures et il est mortel à des concentrations inférieures à un pour cent. Le composé résultant de la combinaison du phosphure d'aluminium avec l'oxygène est extrêmement nocif pour les êtres vivants. L'inhalation de vapeurs provenant de l'hydrolyse de cette substance provoque des dommages irréversibles aux poumons. Il n'y a pas d'antidote pour ce poison ; les dommages qu'il produit sur l'organisme sont chimiques et, par conséquent, irréversibles. L’intoxication par phosphure d’aluminium est une urgence médicale qui impose une prise en charge urgente en milieu hospitalier.

Système neurologique. Fatigue, maux de tête, somnolence, étourdissements, paresthésies et dépression du système nerveux central suivis de coma sont observés. Les convulsions ne sont pas rares après une exposition aiguë. L'anxiété et l'agitation sont observées après une ingestion aiguë de phosphure d'aluminium.

Appareil respiratoire. Il provoque la toux, la pression thoracique, la production de crachats et la dyspnée. Il peut provoquer un œdème pulmonaire (souvent les symptômes n'apparaissent qu’après quelques heures et sont aggravés par l'effort physique), la cyanose et le syndrome de détresse respiratoire aiguë.

Système gastro-intestinal. Il provoque des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales et de la diarrhée.

Système oculaire. Il provoque des rougeurs et de la douleur.


Mesures d'action de base


* Retirer la personne de la zone contaminée et enlever les vêtements tachés ou éclaboussés.

* En contact avec les yeux, laver avec beaucoup d'eau pendant au moins 15 minutes. Ne pas oublier d'enlever les lentilles de contact.

* En contact avec la peau, laver abondamment à l'eau et au savon, sans frotter.

* En cas d'ingestion : NE PAS faire vomir, à moins d'indication contraire de la part du Centre antipoison ou d'un professionnel de la santé.

* Garder le patient au repos et maintenir la température du corps.

* Contrôler de la respiration Si nécessaire, respiration artificielle.

* Si la personne est inconsciente, l'allonger sur le côté avec la tête plus bas que le reste du corps et les genoux à demi-fléchis.

* Transférer l'intoxiqué dans un centre hospitalier et, si possible, porter l'étiquette ou l'emballage.


Mesures de sécurité


Les locaux ou parties de locaux dans lesquels pourront être envisagées les désinsectisations de stocks de grains ou de tabac à l'aide du phosphure d'aluminium devront être suffisamment isolés des locaux d'habitation pour qu'aucune émanation gazeuse ne soit à redouter.

Leur accès, ainsi que les abords délimités préalablement par des pancartes ou des barrières, seront interdits à toute personne étrangère au traitement pendant une durée préalablement fixée par le responsable de l'opération en cours.

En raison de la toxicité et de l'inflammabilité du phosphure d'aluminium, les précautions ci-après, relatives à l'aération des locaux et à la manipulation des pastilles de phosphure d'aluminium, devront être prises :

Aération des locaux : après la période d'exposition, il sera procédé au dégazage des locaux de traitement, soit par simple aération, soit par ventilation, aspiration ou tout autre procédé efficace.

La réoccupation des locaux ne pourra se faire qu'après contrôle de la teneur en phosphure d'aluminium de l'atmosphère, le taux devant être inférieur à 0,1 ppm.

La manipulation des produits traités ne pourra avoir lieu qu'après une aération de quatre jours pour le tabac en balles, et après quarante-huit heures pour les grains de céréales.

L'évacuation des gaz sera conçue de façon telle que la sécurité du personnel soit assurée au cours des opérations.


Précautions à prendre


Au cours de la détention


Les boîtes métalliques contenant des pastilles de phosphure d'aluminium devront être enfermées dans des petits containers étanches qui seront stockés dans un local aéré en permanence et fermé à clef et isolé de tous autres locaux.

Au cours de l'emploi


Afin d'éviter tout contact du produit avec les mains des opérateurs, le fabricant devra prévoir la possibilité de fournir un appareil distributeur adapté aux sondes, ou tout autre dispositif de distribution automatique.

L'introduction des pastilles devra se faire rapidement et l'opération devra être terminée avant qu'une concentration dangereuse en gaz ne soit atteinte.

Lorsqu'une boîte aura été ouverte, la totalité du contenu des tubes qu'elle renferme devra être utilisée.

Un matériel de détection devra être mis à la disposition des responsables des opérations pour permettre de vérifier à tout moment la teneur en phosphure d'aluminium de l'atmosphère extérieure des locaux de traitement et par là même leur étanchéité, ainsi que l'efficacité du système de dégazage.

Chaque opérateur devra disposer d'un masque à gaz muni d'une cartouche adéquate et prêt à être utilisé en cas de nécessité.

Des avis prévenant du danger d'utilisation de gaz toxiques ainsi que les prescriptions relatives aux consignes de sécurité devront être affichés à toutes les issues du local dès le début du traitement.

Les opérateurs devront prendre toutes les précautions généralement recommandées lors des manipulations de produits toxiques, notamment porter des gants et ne pas fumer.

Les employeurs sont tenus de mettre à la disposition de leur personnel des récipients, du savon et des détergents ainsi que de l'eau propre en quantité suffisante pour lui permettre de se laver au cours des opérations.

Après l'emploi


Après chaque opération, les mains devront être soigneusement lavées avant toute absorption d'aliments. Il en sera de même pour les gants et les récipients ; ces derniers ne pourront en aucun cas être employés à recevoir des produits destinés, directement ou indirectement, à l'alimentation humaine ou animale.


L'huile de noix de coco protège contre les toxines environnementales


Une recherche menée par Shahin Shadnia et al, publiée dans la revue Human and Experimental Toxicology en avril 2005, a révélé l'efficacité de l'huile de coco dans la neutralisation du phosphure d'aluminium.

Une étude a rapporté le cas d’un homme de 28 ans qui a ingéré une quantité létale de la substance chimique dans une tentative de suicide. Il n'y a pas d'antidote connu pour l'empoisonnement au phosphure d'aluminium. Les médecins avaient peu d'espoir de le sauver. Ils lui ont donné le traitement standard pour l'intoxication aiguë, ainsi que l'administration orale de l'huile de coco. À la surprise du personnel médical, le patient a survécu.

Les auteurs de l'étude ont recommandé que l'huile de coco soit ajoutée au protocole de traitement pour les cas d'intoxication aiguë. L'utilisation de l'huile de noix de coco pour aider à neutraliser les effets d'un poison n'est pas aussi étrange que cela puisse paraître. Les chercheurs connaissent depuis plus d'une décennie les effets détoxifiants de l'huile de coco.

Dans le livre de Dr. Bruce Fife : Cures de noix de coco  Prévenir et traiter les problèmes de santé communs avec la noix de coco (Coconut Cures  Preventing and Treating Common Health Problems with Coconut), il cite plusieurs études où l'huile de coco s'est avérée utile pour neutraliser une variété de toxines, y compris la mortelle aflatoxine.

L'aflatoxine est un poison très puissant qui provient d'un champignon qui infecte les grains, en particulier le maïs. En Asie et en Afrique, l'aflatoxine est un problème sérieux. Le maïs s'avère être la nourriture la plus contaminée par les aflatoxines. Il existe une corrélation entre l'incidence du cancer du foie causé par l'aflatoxine et la quantité de maïs consommée. Les personnes qui mangent beaucoup de maïs ont aussi les taux les plus élevés de cancer du foie.

La consommation d'huile de coco semble protéger le foie de l'effet cancérigène des aflatoxines.



Voir aussi…


Aucun commentaire:

Publier un commentaire