dimanche 25 mars 2018

Les Ondes Cérébrales




Elles sont le reflet d'une plus ou moindre activité cérébrale 
et plus ou moins synchronisée pouvant impliquer toute région du cerveau


Le cerveau humain est capable de traiter 64.000 pensées par minute. L'être humain, lorsqu'il est conscient, émet un patron d'ondes cérébrales qui peuvent identifier son état.

Il y a une conscience complète et unitaire même s'il existe différentes parties du cerveau qui fonctionnent différemment. C'est-à-dire que chaque région où est logé, par exemple un sens, émet une fréquence d'onde différente et le cerveau recueille toutes les données et les simplifie en tant que conscience unique ou information individuelle.

La réponse réside dans la synchronie neuronale. Les décharges neuronales d'un processus cognitif ou intellectuel sont synchronisées entre elles formant des réseaux transitoires intégrés dans les processus neurologiques. Ces processus forment un modèle d'activité capable de modifier l'état synaptique ou de produire des changements physiques de façon durable dans le temps.

Par conséquent, tout acte cognitif implique la coordination de nombreuses régions neuronales et cette coordination devient évidente lorsque les neurones sont synchronisés, c'est-à-dire lorsque leurs ondes “montent et descendent“ en même temps et à la même fréquence.

Cette synchronie se produit dans différents endroits du cerveau humain et explique la cohérence et l'unité des processus mentaux, la conscience humaine étant un fait qui se produit entre les phases. C'est pourquoi, à l'heure actuelle, les neurosciences étudient les processus mentaux qui doivent ou sont liés à l'entraînement mental et aux ondes cérébrales.

Les ondes cérébrales


Les ondes cérébrales sont produites par la synchronisation des impulsions électriques de différents groupes de neurones communiquant et définissant nos pensées, nos émotions et nos comportements. Elles se nourrissent aussi de ce que nous faisons et de ce que nous ressentons. Lorsque la plupart de nos ondes cérébrales sont lentes, nous pouvons nous sentir fatigués, lents ou somnolents. D'autre part, les ondes de haute fréquence nous font sentir éveillé et alerte. Les ondes cérébrales sont mesurées en hertz ou cycles par seconde et tous les humains montrent cinq types différents de ces modèles électriques : gamma, bêta, alpha, thêta et delta.

Notre cerveau émet ces différents types d'ondes cérébrales, résultat d'une activité électrique dont la fréquence est mesurée en hertz. Celles-ci sont produites dans un état de conscience ou non, ou encore dans un état de veille comme pendant le sommeil.

Chaque onde cérébrale a un but et nous aide à gérer plusieurs situations, soit pour traiter ou apprendre de nouvelles informations ou pour aider à récupérer le calme après une journée mouvementée. Il est important de mentionner que lorsque nous parlons d'expérimenter une certaine onde mentale, c'est parce qu’il s’agit de l'onde dominante.

Les grandeurs à prendre en compte sur les ondes sont la fréquence et son amplitude. Une fréquence élevée est le reflet d'une vitesse de déclenchement élevée de potentiels d'action neuronale ou d'impulsions électriques, tandis qu'une amplitude élevée est le reflet d'une activité de déclenchement synchronisée. Cela signifie que plus la fréquence est élevée, plus le déclenchement neuronal est rapide et plus l'amplitude est grande, un plus grand nombre de neurones activés à ce moment précis. Les changements dans l'amplitude des ondes indiquent des changements dans la synchronisation neuronale.

La fréquence répond au moment où les neurones se déclenchent alors que l'amplitude répond au nombre de neurones qui se déclenchent à ce moment.

Le cerveau a une activité électrique où, dans les différentes zones du cerveau constitué de neurones, l’influx nerveux fonctionne en relative cohérence et de façon rythmique. Les cellules neuronales s’activent ensemble (plus ou moins), comme une pulsation, puis se calment, puis s’activent de nouveau.

Ces rythmes cérébraux ne sont pas stables, mais ils changent à mesure que nous grandissons, mûrissons et vieillissons.

Il n’existe pas de type d’onde cérébrale meilleure qu’une autre ou plus spéciales par rapport aux autres. Toutes sont importantes, car elles sont toutes le résultat de l’activité électrique de nos neurones et de chacun de nos états mentaux.

Notre cerveau maintient actifs les 5 types d’ondes cérébrales tout au long de la journée. Selon ce que nous faisons à un instant donné certaines ondes montreront une plus grande activité dans certaines zones de notre cerveau et d’autres travailleront avec moins d’intensité dans d’autres zones, mais aucune ne sera, pour ainsi dire, “déconnectée”.

Types d’ondes cérébrales


Il existe 5 types d’ondes cérébrales qui fonctionnent presque comme des notes de musique. Certaines agissent à basse fréquence, d’autres à une fréquence plus élevée. Cependant, ensemble, elles sont capables de constituer une harmonie où nos pensées, nos émotions et nos sensations peuvent atteindre un équilibre parfait, de sorte que nous nous sentons plus attentifs et réceptifs à tout ce qui nous entoure.


Les ondes Bêta


Elles ont une fréquence de 13 à 40 Hz. Ce sont les ondes les plus rapides et reflètent notre activité mentale lorsque nous avons les yeux ouverts et observons l'extérieur.

Elles se manifestent quand nous pensons et travaillons normalement. Si nous sommes agités ou nerveux par les pensées, on dit que nous sommes dans un état “d'hyperactivité”. Cet état correspond à ce qu'on appelle communément un état bêta négatif.

Au contraire, lorsque notre cerveau fonctionne à grande vitesse mais avec lucidité, nous sommes alors dans un état bêta positif, où la lucidité de l'esprit et les états d'intuition sont caractéristiques. En phase bêta, l'esprit reste éveillé, alerte et concentré sur des objectifs spécifiques.

Il s'agit d'un état requis pour les activités qui exigent des niveaux élevés de concentration (analyser, organiser l'information, présenter un examen, jouer, faire du sport, etc.) Si les niveaux bêta augmentent, la personne peut souffrir de stress et d'anxiété.

Les ondes Alpha


Elles sont rythmiques et ont une fréquence de 8 à 13 Hz. Elles apparaissent dans l’EEG de presque tous les individus normaux en état de veille ou au repos les yeux fermés.

L'imagination peut être exercée très favorablement lorsque nous entrons dans les ondes alpha. C'est un état d'intersection avec notre psychisme, puisque d'ici nous pouvons entrer en contact avec des zones de notre être intérieur dont nous n'avions pas de véritable conscience et aussi avec des informations à l'état latent.

Le cerveau produit ce type d'ondes quand il est vraiment détendu. Dans l'état alpha, les peurs, les craintes et les soucis disparaissent et un sentiment de paix et de bien-être général de l'organisme est expérimenté.

Le subconscient est activé et la créativité apparaît, ce qui permet de lancer et de trouver de nouvelles idées pour résoudre les problèmes qui se posent et réaliser tout projet ou objectif dans la vie.

Les ondes alpha apparaissent dans ce crépuscule intermédiaire où le calme est présent mais pas le sommeil, où nous trouvons la relaxation et un état favorable à la méditation. Nous pouvons également les éprouver lorsque nous sommes sur le canapé à regarder la télévision ou au lit, mais sans nous endormir.

Les ondes Thêta


Les ondes thêta ont une fréquence de 4 à 7 Hz. C’est la zone où une personne est dans un état de très profonde relaxation. C’est un état utilisé en hypnose. C’est l’état des personnes expérimentées en méditation.

Un niveau adéquat d’ondes thêta favorise la créativité, la connexion émotionnelle et même notre intuition.

Les solutions se présentent sans effort apparent, comme une illumination. Elles sont spécifiques au subconscient humain et peuvent transcender au-delà du plan physique. L'activité cérébrale tombe presque au point de sommeil. Cet état est idéal pour la programmation de l'esprit, pour l'auto-hypnose et pour la réduction du stress.

Les ondes thêta dévoilent le passé et nous mettent en contact avec des souvenirs que nous avions rejetés, ou bien ils étaient au fond de nous-mêmes, des souvenirs d'émotions fortes, des états de choc qui avaient bloqué certaines situations, etc.

Elles agissent comme un système de sécurité, permettant ou non de retrouver la mémoire consciente d'émotions et de traumatismes déjà oubliés ou rejetés. Dans les programmes d'hypnose, il est prévu d'atteindre cet état et d'offrir la possibilité d'unifier et de nettoyer ces fragments de mémoire propres mais oubliés. En métaphysique, elles sont appelées états de conscience créatrice.

Ce type d'ondes est utilisé dans les programmes de modification du comportement, ainsi que dans le traitement des toxicomanies de certaines substances telles que l'alcool ou d'autres drogues.

Les ondes Delta


Les ondes delta ont une fréquence de 1 à 5 Hz. Elles apparaissent pendant le sommeil chez l’adulte.

Les ondes delta sont celles qui ont une plus grande amplitude d’onde et sont liées au sommeil profond (mais sans rêves). Il est également intéressant de savoir qu’elles sont très fréquentes chez les bébés et les jeunes enfants, de sorte que, à mesure que nous vieillissons, nous produisons moins d’ondes de ce type. La vérité est que le sommeil et notre capacité à nous reposer se perdent progressivement au fil des ans.

Ce type d’onde est principalement lié à des activités corporelles dont nous n’avons pas conscience, telles que la régulation de la fréquence cardiaque ou de la digestion.

Un niveau adéquat d’ondes delta favorise et protège le système immunitaire, notre repos et notre capacité d’apprentissage.

Si les thêta représentent un système de sécurité, les ondes delta ouvrent la voie au subconscient, à toutes les informations accumulées durant notre vie, stockées consciemment comme inconscientes. Si notre cerveau est synchronisé avec les ondes delta, nous pouvons être en mesure d'accéder à cette information et de la “prendre” consciemment à l'esprit pour la visualiser et y réfléchir, à propos de nos possibilités réelles.

Les ondes Gamma


Elles ont une fréquence de 35 Hz à 40Hz approximativement. C’est le seul groupe de fréquences présent dans chaque partie du cerveau.

Quand le cerveau doit traiter simultanément l’information de différents secteurs, l’activation d’une fréquence de 40Hz favorise l’information entre les secteurs exigés pour un traitement simultané. Une bonne mémoire est associée à l’activité de 40Hz, tandis qu’une insuffisance d’ondes de 40Hz crée des incapacités d’étude.

Ce type d’onde trouve son origine dans le thalamus et se déplace de l’arrière du cerveau vers l’avant et à une vitesse incroyable. Les ondes gamma reflètent l'utilisation coordonnée de différentes régions du cerveau.

Elles ont un rapport avec notre style d’apprentissage, avec la capacité d’établir de nouvelles informations mais également avec nos sens et nos perceptions. Par exemple les personnes ayant des problèmes mentaux ou d’apprentissage tendent à avoir une activité d’ondes gamma plus faible que la moyenne.

Les états de bonheur montrent également des pics élevés dans ce type d’ondes. La phase de sommeil REM est par ailleurs généralement caractérisée par une activité élevée dans cette gamme de fréquences.

Les sens, l’intellect, l’intuition, ou encore la mémoire sont mis harmonieusement et synchroniquement à l’œuvre. L’émission de ce type d’ondes, à oscillations rapides, reflèterait en quelque sorte la pleine conscience à travers l’être. La production d’ondes gamma témoigne d’une intense activité neuronale et mentale. On retrouve l’apparition de ces ondes rapides pendant les phases de création, lors de la résolution de problèmes, ou encore lors d’une attention soutenue.

 *
*   *

Recherche


La synchronisation des ondes cérébrales, une clé pour la mémoire de travail visuelle

Selon une étude l'Université d'État du Montana et de l'Université Florida Atlantic, publiée dans Science Express de novembre 2012, la clé est de synchroniser les ondes cérébrales dans un circuit de mémoire.

Cette étude menée chez l’animal et soutenue par les National Institutes of Health (NIH), montre que plus la synchronisation des signaux électriques des neurones est parfaite entre les 2 pôles principaux du circuit, plus la mémoire visuelle d’un objet à court terme sera précise et accentuée. Cette expérience menée sur le singe, unique, déchiffre ainsi pour la première fois le code cérébral de la mémoire visuelle. Si la recherche reste fondamentale et ouvre une nouvelle compréhension de la mémoire visuelle, elle suggère aussi qu’on pourrait à partir de ces oscillations neuronales, influer sur le souvenir visuel.

Hubs cérébraux
Circuit de la mémoire de travail
Avant l'étude, les scientifiques avaient déjà observé, chez le singe, les modèles synchrones de l'activité électrique entre les deux pôles du circuit, mais ils ignoraient encore si ces signaux représentaient réellement des souvenirs visuels à court terme dans le cerveau. Plutôt, on pensait que de telles oscillations neuronales pourraient jouer le rôle d'un agent de la circulation, de diriger l'information le long des autoroutes du cerveau.

Les chercheurs ont enregistré des signaux électriques à partir de groupes de neurones dans les deux “hubs” cérébraux chez 2 singes, pendant l'exécution d'une tâche de mémoire visuelle. Pour gagner une récompense, les singes devaient se souvenir d'un objet vu momentanément sur un écran d'ordinateur et le faire correspondre correctement avec un nouvel écran. Les chercheurs ont matérialisé le degré d'activité synchrone et leur cohérence entre les différents groupes de neurones, en fonction des différents objets.

2 hubs dans le cortex préfrontal et le cortex pariétal postérieur. Les ondes cérébrales de nombreux neurones dans les deux hubs, celui du cortex préfrontal et celui cortex pariétal postérieur se sont avérées synchronisées à des degrés divers, en fonction de l'identité d'un objet. Les résultats suggèrent que les neurones dans ces 2 centres sont sélectifs en fonction des objets présentés dans le champ visuel et que la synchronisation dans le circuit porte des informations spécifiques à la mémoire de travail visuelle.

Le cortex pariétal est plus influent que le cortex préfrontal dans la conduite de ce processus, suggère cette étude, alors que de nombreux chercheurs pensaient que le cortex préfrontal, l'exécutif du cerveau, était la région clé de la mémoire de travail. En conclusion, à chaque stimulus visuel est associé des oscillations synchronisées entre des populations de neurones spécifiques. Il serait donc théoriquement possible de deviner les réponses aux tâches visuelles, uniquement en déchiffrant les ondes cérébrales.

Les chercheurs ont également déterminé que le cortex pariétal était plus influent que le cortex préfrontal dans la conduite de ce processus. Auparavant, de nombreux scientifiques avaient pensé que le taux de décharge des neurones individuels dans le cortex préfrontal, l'exécutif du cerveau, est le principal acteur de la mémoire de travail.

Notre mémoire de travail visuelle contient les informations de ce que nous venons de voir. Mais la représentation qu'elle conserve de l'objet est unique grâce à un modèle spécifique de synchronisation des ondes cérébrales entre certains neurones du circuit de la mémoire. Ainsi, un objet moins impliquant, dont on gardera un souvenir vague, donnera lieu à des ondes cérébrales très désynchronisées entre les 2 pôles du circuit.


Le cerveau synchronise des ondes cérébrales dans deux aires impliquées dans l'apprentissage

Des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology), dans une étude parue dans la revue Neuron en mai 2014, se sont intéressés aux ondes cérébrales enregistrées dans deux aires impliquées dans l'apprentissage : le cortex préfrontal, qui contrôle les fonctions dites exécutives du cerveau, et le striatum.

Les ondes qui proviennent du corps
strié (rouge) sont synchronisées avec
 celles du cortex préfrontal (bleu) lors
de l'apprentissage des catégories
Les chercheurs ont observé que ces deux aires interagissent en synchronisant leurs ondes lors d'un apprentissage. Or, jusqu'à présent, on expliquait souvent ce processus par la plasticité synaptique, à savoir la capacité des neurones à créer et défaire des connexions entre eux.

Les chercheurs ont voulu savoir si le cortex préfrontal et le striatum travaillaient ensemble ou indépendamment lors d'un apprentissage. Pour cela, ils ont enregistré l'activité des deux aires chez des singes qui apprenaient à classer des motifs de points en deux catégories.

Au début, les animaux pouvaient mémoriser quels exemplaires appartenaient à quelle catégorie, mais ceux-ci augmentaient au fur et à mesure de l'expérience pour que les animaux apprennent les caractéristiques de chaque catégorie. Les singes, alors, comprenaient mieux l'exercice.

À la fin de l'expérience, quand les chercheurs leur montraient 256 nouveaux exemplaires, les singes pouvaient les classer correctement. Ce passage de la mémorisation à l'apprentissage des catégories s'est traduit par des différences très nettes dans les profils des EEG. Les ondes bêta, produites indépendamment par le cortex préfrontal et le striatum, ont commencé à se synchroniser.

Les auteurs observent des synchronisations particulièrement fortes entre certaines paires de régions du cortex préfrontal et du striatum, et ce pour l'une ou pour l'autre des deux catégories présentées aux singes. Leur conclusion est que ces synchronisations permettent, dans un second temps de l'apprentissage, de former de nouveaux circuits de communication entre le cortex préfrontal et le striatum. Les singes, et nous aussi, probablement, parvenons donc à apprendre plus vite que le permettrait le seul établissement de nouveaux réseaux.


Pendant le sommeil, les ondes cérébrales dites “Princesse Leia” aident le cerveau à se souvenir

Une équipe de six chercheurs en neurologie et radiologie du Salk Institute, dans une étude publiée dans Neuroscience de novembre 2016, vient de parfaire la compréhension des ondes cérébrales responsables de ce phénomène et d'en dévoiler une curieuse caractéristique : lorsque nous dormons, sous notre boîte crânienne, elles tournent autour de nos oreilles comme le célèbre double chignon en pain aux raisins de la Princesse Leia (Stars Wars 7).

Elles font un tour complet qui dure
 70 millisecondes et qui se répète
des milliers de fois durant la nuit
Grâce à des implants d'électro-corticographie  les mêmes utilisés chez les épileptiques lors du bilan préopératoire  capables de mesurer l'activité du cerveau à plusieurs endroits à la fois, les scientifiques ont pu au contraire observer que les spindles  ou fuseaux du sommeil, intervenant entre les phases de sommeil paradoxal et de sommeil profond  ne s'activent pas toutes simultanément avec la même intensité. Les pics suivent un schéma circulaire autour du néocortex, à un point, puis à un autre, quelques millisecondes plus tard.

L’équipe pense que cette organisation de l'activité cérébrale permet aux neurones de parler à d'autres neurones, situés dans d'autres zones, qui fonde ses conclusions sur le laps de temps entre deux pics, cohérent avec la vitesse des signaux neuronaux. En tout, les ondes mettent 70 millisecondes pour effectuer un tour complet. Un schéma qui se répète des centaines et des centaines de fois durant la nuit.

Une découverte qui, à terme, pourrait contribuer à mieux comprendre et soigner la schizophrénie  qui se caractérise notamment par des fuseaux de sommeil anormaux  ou encore permettre d'effacer des souvenirs obsédants chez les individus souffrant de stress post-traumatique.


Des fonctions cérébrales renforcées grâce aux fruits à coque

Une étude menée par des chercheurs du Pôle Santé de l’Université de Loma Linda (LLU), publiée dans le FASEB Journal d’octobre 2017, a révélé que le fait de manger des noix régulièrement renforce les fréquences des ondes cérébrales associées à la connaissance, à la guérison, à l’apprentissage, à la mémoire et à d’autres fonctions cérébrales clés.

Dans cette étude  intitulée “Noix et cerveau : Effets de la consommation de noix sur les changements au niveau des ondes cérébrales électro-encéphalographiques”, les chercheurs ont découvert que certaines noix stimulaient certaines fréquences cérébrales plus que d’autres. Les pistaches, par exemple, ont provoqué la plus forte réaction des ondes gamma, qui sont essentielles pour améliorer le processus cognitif, la mémorisation des informations, l’apprentissage, la perception et le mouvement rapide des yeux pendant le sommeil. Les arachides, qui sont en réalité des légumineuses, mais qui faisaient partie de l’étude, ont provoqué la réponse la plus élevée pour les ondes delta, qui sont associées à une immunité saine, à la guérison naturelle et au sommeil profond. Les chercheurs ont trouvé des différences entre les six variétés de noix testées, toutes étant riches en antioxydants très bénéfiques, les noix contenant les plus fortes concentrations d’antioxydants.

Les chercheurs ont testé les effets de la consommation de noix sur les modulations de fréquence à l’intérieur du cerveau. Le cerveau humain produit cinq types d’ondes différentes et chaque onde produit sa propre fréquence et occupe sa propre bande passante. Un peu comme des stations de radio sur un cadran.

L’équipe a réalisé une étude pilote avec des sujets consentants qui ont consommé des amandes, des noix de cajou, des arachides, des noix de pécan, des pistaches et des noix. Les électroencéphalogrammes (EEG) ont été faits pour mesurer la force des signaux d’ondes cérébrales. L’activité des bandes d’ondes EEG a ensuite été enregistrée à partir de neuf zones du cuir chevelu associées à la fonction corticale cérébrale.


Les ondes cérébrales reflètent différents types d’apprentissage : explicite et implicite

Des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) dans une étude récente, une méta-analyse publiée dans la revue scientifique Neuron en octobre 2017, ont, pour la première fois, identifié des signatures neuronales d’apprentissage explicite et implicite.

Les scientifiques pensaient que tous les apprentissages étaient les mêmes, jusqu’à ce qu’ils apprennent l'existence des patients comme le célèbre Henry Gustav Molaison ou “HM”, qui avait développé une amnésie sévère en 1953 après avoir subi une opération neurochirurgicale dans le but de contrôler ses crises d’épilepsie.

Ce patient ne se rappelait pas avoir pris son petit-déjeuner quelques minutes après le repas, mais il était capable d’apprendre et de conserver les habiletés motrices qu’il avait apprises, par exemple en traçant des objets comme une étoile à cinq branches dans un miroir. HM et d’autres amnésiques se sont améliorés au fil du temps, même s’ils n’avaient aucun souvenir des choses du passé. Ceci a révélé que le cerveau humain s’engage dans deux types d’apprentissage et de mémoire : explicites et implicites.

Par le passé, lorsque les chercheurs ont étudié le comportement des animaux apprenant différentes tâches, ils ont trouvé des signes que différentes tâches peuvent nécessiter un apprentissage explicite ou implicite. Dans les tâches qui exigeaient la comparaison et l’appariement de deux choses, par exemple, les animaux semblaient utiliser des réponses correctes et incorrectes pour améliorer leurs prochaines correspondances, indiquant une forme explicite d’apprentissage. Mais dans une tâche où les animaux ont appris à déplacer leur regard d’une direction ou d’une autre en réponse à des schémas visuels différents, ils ont seulement amélioré leur performance en réponse à des réponses correctes, suggérant un apprentissage implicite.

De plus, les chercheurs ont constaté que différents types de comportement s’accompagnent de différents types d’ondes cérébrales.

Au cours des tâches d’apprentissage explicites, il y a eu une augmentation des ondes cérébrales alpha2-bêta (oscillant à 10-30 Hz) après un choix correct et une augmentation des ondes delta-thêta (3-7 Hz) après un choix incorrect. Les ondes alpha2-bêta ont augmenté avec l’apprentissage lors de tâches explicites, puis ont diminué à mesure que l’apprentissage progressait. Les chercheurs ont également vu des signes d’un pic d’activité neuronale qui se produit en réponse à des erreurs comportementales, appelées “négativités” liées à l’événement, uniquement dans les tâches supposées nécessiter un apprentissage explicite.

L’augmentation des ondes cérébrales alpha-2-bêta au cours de l’apprentissage explicite pourrait refléter la construction d’un modèle de la tâche. Et après que l’animal ait appris la tâche, les rythmes alpha-bêta tombent alors, parce que le modèle est déjà construit.

En revanche, les rythmes delta-thêta n’ont augmenté qu’avec des réponses correctes lors d’une tâche d’apprentissage implicite, et ils ont diminué pendant l’apprentissage. Ce modèle pourrait refléter un “recâblage” neuronal qui code la compétence motrice au cours de l’apprentissage. Ceci nous révèle qu’il existe différents mécanismes en jeu lors de l’apprentissage explicite par rapport à l’apprentissage implicite.

L’objectif ultime de cette recherche est d’aider les personnes ayant des troubles d’apprentissage et de mémoire. Il serait possible de trouver un moyen de stimuler le cerveau humain ou d’optimiser les techniques d’entraînement pour atténuer ces déficits.

*   *
*

Apprentissage explicite et implicite


Ceci nous révèle que le cerveau humain s’engage dans deux types d’apprentissage et de mémoire : explicite et implicite.

L’apprentissage explicite vous apprend que vous avez une conscience, quand vous pensez à ce que vous apprenez et que vous pouvez articuler ce que vous avez appris, comme mémoriser un long passage dans un livre ou apprendre les étapes d’un jeu complexe comme les échecs.

L’apprentissage implicite c’est le contraire. On pourrait l’appeler l’apprentissage des habiletés motrices ou la mémoire musculaire. Il correspond au type d’apprentissage auquel vous n’avez pas accès immédiatement, comme apprendre à faire du vélo ou à jongler. En le faisant à plusieurs reprises  en réitérant une pratique  vous devenez de plus en plus performant, mais vous ne pouvez pas définir vraiment ni précisément tout le processus de ce que vous apprenez.

Les chercheurs pensent que si l'on peut détecter le type d'apprentissage qu'une personne a, il est alors possible d'améliorer ou de fournir de meilleurs outils à cette personne pour tirer profit du type d'apprentissage qu'elle utilise.

Un nouvel avenir pour les domaines de l’apprentissage et des troubles de la mémoire


Les signatures des ondes cérébrales pourraient être particulièrement utiles pour façonner la façon dont nous enseignons ou formons une personne à mesure qu’elle apprend une tâche précise. S’il devient possible de détecter le type d’apprentissage qui se passe, alors les pédagogues et les professionnels de la santé pourraient être en mesure d’améliorer ou de fournir de meilleurs commentaires à leurs patients ou élèves. Par exemple, s’ils utilisent davantage l’apprentissage implicite, cela signifie qu’ils comptent plus probablement sur des commentaires positifs et que nous pourrions modifier leur apprentissage pour en tirer parti.

Les signatures neurales pourraient également aider à détecter des troubles tels que la maladie d’Alzheimer à un stade précoce. Dans la maladie d’Alzheimer, une sorte d’apprentissage des faits explicite disparaît avec la démence, et il peut y avoir un retour à un autre type d’apprentissage implicite. Parce que le système d’apprentissage unique est en panne, le patient doit compter sur un autre.

Des études antérieures ont montré que certaines parties du cerveau tel que l’hippocampe sont plus étroitement liées à l’apprentissage explicite, tandis que des domaines tels que les ganglions de la base sont plus impliqués dans l’apprentissage implicite.

Cette étude sur les ondes cérébrales indique beaucoup de chevauchement dans ces deux systèmes, qui partagent un grand nombre de réseaux neuronaux similaires.

Exemple de schéma de motifs
des ondes cérébrales chez l'être humain

Variation des ondes cérébrales chez l'être humain


Le cerveau humain produit toujours de multiples ondes cérébrales en même temps pendant 24 heures par jour. Les sentiments, les capacités, les pensées et les aptitudes sont intimement liés à ce mélange d'ondes cérébrales émises par le cerveau. Le bien-être et le bonheur sont présents quand les ondes cérébrales s'alignent parfaitement avec ce qui se fait à un moment précis.

Les cas les plus graves se produisent lorsqu'il y a une mauvaise combinaison d'ondes cérébrales qui causent de la confusion, de l'anxiété, de la nervosité, du stress et des comportements négatifs qui peuvent mener la personne à un échec théorique.

Dans notre société actuelle, le problème réside lorsqu'une seule onde commence à dominer la plupart du temps. Dans ce cas, il est commenté que nous sommes presque tout le temps sous le patron d'onde bêta.



Notre mission est de comprendre que nous pouvons atteindre d'autres états par la synchronisation avec d'autres types d'ondes, et cela nous conduira à une nouvelle façon de “voir” la vie, ainsi que d'adopter une série d'habitudes capables de surmonter les adversités que nous rencontrons. Pour le moment, seule la méditation constante s'est avérée être la seule solution, puisque la pharmacologie actuelle agit au niveau des neurotransmetteurs mais ne permet pas de modifier les types d'ondes cérébrales.

Voir aussi…



Aucun commentaire:

Publier un commentaire