lundi 30 octobre 2017

Hyperactivité Chez l'Adulte


Le TDAH chez l’adulte est différent du TDAH chez les enfants


L’hyperactivité, ou Trouble du Déficit de l’Attention, avec ou sans hyperactivité (TDAH), se manifeste par une impulsivité verbale et motrice et une perturbation de l’attention. Identifié la plupart du temps chez les enfants, le trouble est aussi fréquent chez les adultes.

Le terme “déficit de l’attention” porte à confusion. Le TDAH n’est pas un déficit de l’attention, mais plutôt un déficit dans la capacité à contrôler son degré d’attention, d’impulsivité et d’hyperactivité. De plus, alors que ces personnes ont de la difficulté à prêter attention à une conversation ou à rester à la tâche dans une activité qui ne les intéresse pas, lorsqu’elles sont impliquées dans une activité qui stimule leur intérêt ou qui les stimule tout simplement, elles sont capables d’hyper-concentration, c’est-à-dire qu’elles ont la capacité de garder leur attention sur une activité à l’exclusion de toute autre.

Cette maladie débute souvent dans la première enfance. Le plus souvent on la diagnostique à ce moment-là mais il arrive que la maladie ne soit reconnue qu’à l’âge adulte. L’évolution de la maladie est variable. Un tiers des enfants n’auront pas de symptômes gênants et cela le restera à l’âge adulte. Un tiers verra leur symptomatologie s’améliorer en passant à l’âge adulte. Un dernier tiers continuera à présenter des symptômes perturbant leur vie sociale et professionnelle.

L’hyperactivité chez les adultes ne se réduit pas à une agitation et une impulsivité excessives. Elle est tout autant une attention irrégulière, une organisation quotidienne défaillante et une humeur mobile. Ces attributs universellement répandus se regroupent chez certains en un syndrome contraignant et envahissant leur vie. Les distraits et les "étourdis" en constituaient une incarnation au XVIIe siècle, de même que les instables, au siècle dernier. Les difficultés et la souffrance auxquelles les hyperactifs sont confrontés dans l’enfance peuvent se prolonger à l’âge adulte, et s’accompagner d’autres pathologies comme l’abus de psychotropes, l’anxiété, la dépression et les troubles de la personnalité. Mais certains surmontent leurs problèmes, s’accommodent de leurs symptômes, et savent tirer avantage de leur curiosité, de leur inventivité, et de leur crainte de l’ennui.

Les signes et symptômes du TDAH chez l’adulte


Parmi les plaintes les plus souvent mentionnées des personnes atteintes du déficit d’attention, on retrouve :

* être et se sentir désorganisé;
* avoir de la difficulté à prêter attention, surtout envers des situations qui ne stimulent pas leur intérêt;
* avoir la bougeotte ou une agitation interne;
* avoir beaucoup de difficulté à démarrer un projet ou à rester concentré à la tâche;
* avoir de la difficulté à gérer son temps au point d’être toujours en retard;
* être incapable de maintenir sa concentration pour une longue période de temps;
* perdre des objets régulièrement;
* oublier des détails ou des engagements;
* être impulsif, menant à une mauvaise prise de décision;
* souffrir de procrastination et de perfectionnisme chronique;
* prendre des risques, et plus encore.

Il est possible d’être atteint du trouble déficitaire de l’attention sans présenter tous ces signes et symptômes. Aussi, le degré avec lequel ces caractéristiques sont présentes varie d’une personne à l’autre.

La majorité des gens vivent des périodes de déficit de l’attention de temps à autres, mais ce qui distingue une personne atteinte du TDAH d’une personne qui ne l’est pas, c’est le nombre de symptômes qu’elle ressent, et jusqu’à quel point ceux-ci affectent négativement plusieurs facettes de sa vie. Le TDAH peut avoir des effets très néfastes sur la qualité de vie de l’adulte qui en souffre.

C’est extrêmement frustrant, puisque les adultes atteints du TDAH ne souffrent pas d’un manque d’intelligence, d’habilité, de forces ou de talent. Comme c’est le cas dans la population générale, ils ont différents degrés d’intelligence. Ils ont les mêmes capacités et le même potentiel que tous les autres, mais le fait que leur cerveau fonctionne différemment de ce que notre société juge à propos entraîne une incompatibilité qui leur nuira dans l’atteinte de leur plein potentiel.

On parle souvent d’une association de trois dimensions : déficit d’attention / hyperactivité / impulsivité.

Les problèmes d'hyperactivité


On peut observer une instabilité motrice. La personne hyperactive a du mal à rester assise, se lève souvent. L'hyperactif supporte difficilement de rester longtemps au même endroit, il lui est pénible de profiter de moments de calme avec ses proches.

À l’âge adulte, l’hyperactivité motrice diminue souvent et est remplacée par une agitation interne, moins visible, ou une hyperactivité cognitive. Les adultes atteints du TDAH décrivent bien souvent leurs innombrables pensées ainsi que leur grande créativité par les multiples idées qui se présentent en même temps. Ils essaient bien souvent de ne se concentrer que sur une pensée, mais une nouvelle idée surgit aussitôt dans leur tête, venant les distraire de ce qu’ils faisaient. En passant ainsi d’une idée à l’autre, ces adultes se sentent épuisés, mais n’auront réussi qu’à accomplir bien peu de choses.

Les problèmes d'attention


Ces problèmes ont une expression variée, et se manifestent dans différents contextes de la vie quotidienne, scolaire et professionnelle.

Un des symptômes les plus fréquents est le manque de concentration. Le sujet rencontre de grandes difficultés à rester attentif en cours, lors de réunions, sur son travail.

Très souvent, la lecture est difficile, dans certains cas impossible, obligeant le lecteur à lire et relire les mêmes passages. Dans les conversations, les personnes souffrant de TDAH ont du mal à suivre, on remarque parfois qu'elles n'écoutent pas, ont dit qu'elles sont ailleurs.

Le manque d'attention est responsable d'oublis. La personne qui souffre de TDAH explique perdre du temps à chercher ses affaires, ou perdre ses affaires comme les clés, les papiers, les lunettes... Il lui arrive aussi d'avoir oublié les tâches qu'elle a à accomplir comme des rendez-vous, des services à rendre.

L'impulsivité


La personne souffrant de TDAH est souvent qualifiée d'impatiente, elle ne supporte pas attendre. L'attente génère des émotions négatives que le sujet a du mal à contrôler. Il fait les choses trop vite, de façon trop précipitée. Cela se traduit dans les paroles par une tendance à terminer les phrases de son interlocuteur, et à parler sans avoir suffisamment réfléchi.

C'est aussi une difficulté à canaliser ses émotions. L'hyperactif réagit souvent de manière explosive, submergé par des émotions qu'il n'a pas réussi à contrôler. Il agit souvent sans réfléchir, ce qui l'amène à regretter les conséquences négatives de ses actes.



Symptômes de TDA/H chez la femme adulte


Des études plus récentes ont découvert que les filles et les femmes étaient plus souvent touchées par le déficit d'attention. Elles ont en outre découvert que les filles, lorsqu'elles sont hyperactives, ne manifestent pas les mêmes symptômes que les garçons.

Les garçons hyperactifs reçoivent généralement l'aide dont ils ont besoin, parce que leur comportement dérangeant attire l'attention de l'entourage sur leurs problèmes, tandis que les filles ont souvent un meilleur comportement et n'attirent pas l'attention de la même manière. On pense qu'elles ont juste un problème de caractère et non un problème d'attention.

Les enfants avec des problèmes d'attention deviennent des adultes avec des problèmes d'attention.

Les symptômes visibles chez les femmes adultes comprennent :

* la désorganisation,
* une sensibilité émotionnelle exacerbée,
* des faibles performances,
* une mauvaise estime de soi,
* des relations sociales perturbées ou la dépression.

De tous ces symptômes, c'est la désorganisation qui est le plus caractéristique.

La désorganisation peut prendre des proportions gigantesques. La désorganisation se manifeste dans les armoires qui débordent, les piles d'affaires pour bébés, les rendez-vous manqués, les arrivées tardives à répétition, les pensées confuses. Tous ces signes indiquent un système d'attention perturbé.

Le cerveau a besoin de courant électrique pour fonctionner, comme une lampe. Avec le déficit d'attention, le cerveau utilise mal la dopamine dans les synapses, comme un variateur de lumière qui freine trop le courant. Les cerveaux ADD manquent effectivement de courant, il leur faut une grande stimulation pour obtenir de la puissance.

Les conséquences du TDAH

Elles sont nombreuses, en lien avec les symptômes d'inattention, d'hyperactivité, d'impulsivité et de manque d'organisation.

Le premier retentissement occasionné par le TDAH est au niveau scolaire et celui des études. La période des apprentissages est particulièrement critique. En l'absence de prise en charge, le niveau maximal d'études atteint est en moyenne plus faible chez les sujets souffrant de TDAH, tout comme le statut socio-économique. Les situations d'échec scolaire peuvent conduire au développement d'une faible estime de soi.

Les erreurs d'étourderie, les oublis font souvent passer les hyperactifs pour des personnes peu fiables. Cela a un impact direct sur la capacité à garder un emploi, à garder un réseau social soutenant. De plus, les accidents domestiques ou de la route sont plus fréquents.

Les problèmes d'impulsivité peuvent conduire l'hyperactif à des conduites à risque, délictueuses et fréquemment des problèmes de dépendance à des produits stupéfiants, à Internet ou aux jeux vidéo.

Les addictions. Tous les problèmes d'addiction sont plus fréquents chez les adultes TDAH. Cette fréquence élevée est expliquée par une fragilité biologique commune entre TDAH et addictions liée au système de la motivation.

Les troubles de l'humeur et l'anxiété. Environ une personne souffrant de TDAH sur deux a présenté au moins un épisode de dépression dans sa vie. Une forme sévère de trouble de l'humeur que l'on appelle la maladie bipolaire, est associée au TDAH dans 10% des cas. L'anxiété pathologique est également une co-morbidité extrêmement fréquente, souvent en lien avec le manque de confiance en soi.

Les troubles du sommeil. Ils sont présents chez environ 75% des adultes TDAH. L'ensemble des troubles du sommeil est plus fréquent dans le TDAH.


Le diagnostic de TDAH chez l’adulte


Un diagnostic bien éclairé comprend un historique comportemental du patient alors qu’il était enfant. Un entretien ou un questionnaire complété avec des membres de la famille ou des amis proches peuvent également être inclus. Les personnes atteintes du TDAH sont généralement reconnues pour avoir de la difficulté à s’auto-évaluer, et c’est pourquoi ils auront besoin de l’aide des gens de leur entourage pour les aider à faire la lumière sur ces comportements.

Des tests académiques et psychologiques sont également utilisés afin d’identifier des troubles co-morbides pouvant être présents. Il arrive à l’occasion que le TDAH soit accompagné de symptômes pouvant être confondus avec des troubles d’apprentissage, de l’anxiété, une dépression, des troubles affectifs ainsi que d’autres symptômes similaires à ceux du TDAH.

Un examen physique effectué par le médecin peut également s’avérer nécessaire afin de déterminer les causes physiques du TDAH, soit des symptômes tels que les problèmes de la glande thyroïde.

A la base du diagnostic, le professionnel s’attachera à évaluer si les symptômes d’inattention et/ou d’hyperactivité-impulsivité sont effectivement chroniques, s’ils sont effectivement suffisamment intenses pour être handicapants et implique que la personne diagnostiquée ne peut atteindre le développement normal attendu pour son âge.


Traitement d’hyperactivité chez l'adulte


Les traitements sont identiques chez l’adulte et chez l’enfant. Ils font appel aux mêmes médicaments et au même suivi psychologique.

Aux adultes on peut également dispenser des conseils dans le but de faciliter l’organisation de leurs journées et de leur vie.

On leur dira notamment de faire des listes des choses à réaliser, de fragmenter leurs tâches par petites tranches afin de ne pas perdre la concentration, d’instaurer une routine journalière de sorte que chaque journée se ressemble et qu’il y ait le moins d’improvisation possible.


Le trouble de déficit de l'attention sans hyperactivité  TDA


Le TDA est un syndrome neuro-comportemental regroupant des symptômes causant un dérangement important du fonctionnement social, familial, académique ou professionnel de la personne atteinte.

Plusieurs croient que sans manifestation d’hyperactivité motrice, il n’y a pas de TDAH. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle si peu d’adultes atteints du TDAH sont diagnostiqués (seulement un adulte sur 10 atteints du TDAH est diagnostiqué).

Ceci est faux et serait, selon certains experts, la raison pour laquelle moins de femmes atteintes du TDAH sont diagnostiquées. Chez la femme, le TDAH a plutôt tendance à se manifester par de l’inattention et moins par de l’hyperactivité motrice.

Avec le temps, le cerveau de l'enfant se développe et réussit même à rattraper le retard. En vieillissant, la majorité des enfants atteints guérissent, mais le trouble persiste chez presque 50 % de ceux-ci une fois adultes, sous une forme atténuée.

Différence entre le déficit d'attention avec hyperactivité et le déficit d'attention sans hyperactivité (déficit d'attention de type inattentif)


Déficit d'Attention pur


Attention

* Rêve éveillé
* Perdu dans son monde intérieur
* Fait une seule chose à la fois

Niveau d'activité

* Hypo-actif
* Travaille et pense lentement
* A de la peine à commencer quelque chose

Impulsivité

* Evite de manière excessive les changements d'activité ou de mode de vie.

Déficit d'Attention avec Hyperactivité


Attention

* Très facilement distrait par des stimuli extérieurs
* Fait beaucoup de choses à la fois

Niveau d'activité

* Hyperactif
* Se précipite dans le travail
* Ne peut pas s'empêcher de bouger

Impulsivité

* Agit de manière impulsive, sans réfléchir préalablement.


Causes de déficit d'attention sans hyperactivité chez l’adulte


L'hypothèse la plus acceptée concernant la provenance du TDA met en cause un retard de développement du cortex préfontal du cerveau. Cette zone cérébrale responsable, entre autres, de la pensée, de l'attention, de la planification ainsi que du contrôle de soi (dans le cas où il y a de l'hyperactivité) serait immature ou arriverait à maturité anormalement.

Conséquemment, le cerveau des enfants atteints du TDA ne serait tout simplement pas encore prêt pour le contexte scolaire puisque sa carence en dopamine (neurotransmetteur) lui demande un effort psychologique beaucoup trop important, lequel ne peut être soutenu longtemps lors de l'accomplissement d'une tâche.

Les chercheurs étudient la nutrition, les facteurs environnementaux et autres qui peuvent jouer un rôle dans le TDA. Près de 70 % des causes du TDA est d'origine génétique.

Symptômes


Le TDA se manifeste différemment que chez l'enfant, soit sous une forme amoindrie, mais il leur rend tout de même la vie difficile :

* difficulté de concentration et d'organisation;
* difficulté à garder un travail;
* déprime, désespoir;
* faible estime de soi;
* difficulté à gérer le stress;
* instabilité maritale;
* divorce;
* anxiété;
* consommation de drogues, etc.

Diagnostic du trouble déficitaire de l'attention sans hyperactivité


Il n'y a pas de test médical ou génétique unique pour cette forme de TDAH. Un professionnel de la santé mentale qualifié, comme un médecin ou un psychologue clinicien, devra évaluer la personne pour qu'elle puisse poser le diagnostic.

Pour être diagnostiqué TDA, la personne doit souffrir d'une déficience majeure dans au moins deux domaines importants de sa vie (par exemple, au travail, à l'école ou à la maison). Quelques exemples sont les problèmes sérieux tels que la perte d'emploi due à des symptômes inattentifs, les conflits excessifs dans les relations ou les divorces, les problèmes financiers causés par une mauvaise organisation ou le défaut de payer les factures à temps. Chez l'adulte, le trouble de déficit de l'attention n'est malheureusement pas souvent soigné.

Traitement TDAH sans hyperactivité


Médication


Le traitement du TDA est aujourd'hui possible grâce aux psycho-stimulants. Effectivement, 70% à 80% des personnes atteintes répondent bien à ces médicaments. Il s'agit de stimulants afin d'augmenter l'action de la dopamine. Jusqu'à présent, il s'agit du moyen le plus efficace pour suppléer au retard de maturation du cortex préfontal.


Modification du comportement ou d’autres formes de thérapie


La thérapie aide les patients à identifier les problèmes de comportement et de créer et de mettre en œuvre des stratégies pour modifier leur comportement et atteindre leur objectif.

La modification du comportement est une stratégie traditionnelle qui met l’accent sur des modèles de comportement en renforçant les comportements désirés à l’aide de récompenses et incitations.

La thérapie cognitivo-comportementale, à la différence de la thérapie psychanalytique traditionnelle, met l’accent sur les tendances actuelles du comportement du patient. Elle vise à identifier les pensées automatiques ou irrationnelles qui peuvent entraîner des comportements négatifs et les remplacer par des pensées et des comportements positifs. La thérapie de groupe peut être utile pour les adultes avec TDA, surtout pour les femmes.


Le trouble déficitaire de l'attention peut également survenir chez les adultes

Deux études réalisées au Brésil et au Royaume-Uni, publiées dans JAMA Psychiatry en mai 2016, suggèrent que les troubles du déficit de l’attention et l’hyperactivité pourraient être silencieux et se déclarer plus tard, à l’adolescence, voire chez le jeune adulte.

Ces résultats proviennent de deux études réalisées au Brésil et au Royaume-Uni, réalisées respectivement sur 5.249 adultes et 1.020 paires de jumeaux. Les participants ont été suivis sur plusieurs années, de l’enfance à l’âge adulte. En particulier, l’étude brésilienne a montré que chez ces enfants nés en 1993, le taux de TDAH était de 9% à 11 ans, mais de 12% à l’âge adulte.

Les chercheurs montrent non seulement que les TDAH peuvent survenir à l’âge adulte, mais que les déclarations précoces et tardives pourraient être le résultat de deux troubles distincts. Le critère d’âge de dépistage pourrait donc être erroné. Jusqu’à présent, les adultes identifiés comme souffrant de TDAH ne l’étaient que s’ils avaient présenté des signes précurseurs dans l’enfance.

Les résultats semblent aussi montrer qu’il peut s’aggraver avec le temps, alors que l’idée générale suggérait plutôt l’inverse. Les chercheurs expliquent que des études plus approfondies sont nécessaires pour mieux comprendre la nature de l’hétérogénéité de la population adulte victime de TDAH. Les proportions dans lesquelles son apparition précoce ou tardive reflète des causes différentes pourraient avoir de fortes implications dans la recherche et les traitements.


Conseils aux adultes TDA ou TDAH pour rester organisés


Quelques routines simples peuvent aider les personnes atteintes de TDAH de tous âges à rester organisées et concentrées sur les choses à faire.

* Maintien de routines stable dans le temps, pour faire de ces tâches un réflexe.

* Production de listes des différentes activités et tâches affichées sur le réfrigerateur par exemple et dont les éléments seront barrés une fois réalisés.

* Au delà de la liste accrocher un calendrier où l’on note tous les grands évènements à venir afin d’aider à la planification plus long terme.

* Utiliser extensivement son Smartphone : pleins d’applications proposent de gérer un système de rappels sur la base d’un calendrier et d’une liste de tâches que l’on peut paramétrer.

* Assigner une place de référence pour les clés, les factures et documents et ne pas la changer.

* Découper les grandes tâches en petites étapes afin que la réalisation de chaque tâche procure un sentiment d’accomplissement (logique de récompense).


Les avantages de la pensée hyperactive

Les hyperactifs sont de véritables champions de la solution. Ils passent beaucoup de temps à analyser les situations et à tenter d’en prévoir les enjeux, mais surtout ils cherchent (et trouvent souvent) la façon de les régler. Selon les études axées sur ce type de personnalité, les hyperactifs vivraient avec l’impression quasi constante que tout dans leur cerveau s’active en même temps. Ainsi, plusieurs d’entre eux arrivent à combiner plusieurs tâches avec efficacité. L'univers informatique, rapide et performant, leur convient à merveille.

Les personnes qui en sont atteintes seraient souvent très créatives, étant donné leur facilité à passer d'une idée à l'autre et à adresser les problèmes différemment. Cette façon de penser “en dehors de la boîte”, pourrait leur procurer un avantage, notamment dans différents milieux de travail qui requièrent la capacité à trouver des solutions créatives et uniques.

Comment les hyperactifs arrivent à se détendre ?


Avec de la bonne volonté et une pointe d’humour, ils finissent par accepter de laisser la vie les guider plutôt que de tenter de tout prévoir. La pratique du lâcher-prise s'avère également très efficace pour apaiser un esprit agité. Des techniques de détente comme le tai-chi, le yoga, la respiration profonde et la méditation peuvent leur être bénéfiques, même si l’adaptation s’avère parfois un peu ardue au début.

Avec du temps et de la patience envers soi et les autres, un hyperactif peut réussir à se concentrer sur l’instant présent ; à n’écouter que cette petite voix qui lui suggère de faire confiance à son expérience et son bon jugement. De toute façon, il réalisera peu à peu que ses pires craintes ne se réalisent quasiment jamais.

L'hyperactivité ne constitue, en somme, qu'un état d’être avec lequel on s’habitude à vivre, et tout se passe mieux quand l’entourage immédiat montre de la compréhension.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire