samedi 26 janvier 2019

Furanne – Substance Neurotoxique et Cancérogène




Le furane représente un risque neurotoxique pour le système nerveux et 
constitue un composé potentiellement cancérigène

Le furanne dont le nom générique est polychlorodibenzofuranes (PCDF) est un groupe de 135 composés de structure et d’effets similaires à la dioxine et dont les sources de production sont identiques, fait partie des composés organiques persistants (POP)  un ensemble de composés chimiques qui résistent, à des degrés divers, à la dégradation photochimique, chimique et biochimique ; ce qui fait que sa durée de vie moyenne est élevée dans l'environnement.

Les dioxines et les furannes ont plusieurs caractéristiques communes : ils sont très toxiques, physiologiquement actifs à des doses extrêmement faibles ; ils sont persistants, c'est-à-dire qu'ils ne se dégradent pas facilement et peuvent durer des années dans l'environnement ; Ils sont bio-accumulables dans les tissus adipeux des organismes et se bio-amplifient, ce qui signifie qu'ils augmentent progressivement leur concentration tout au long de la chaîne alimentaire. En raison de leur persistance, ils peuvent parcourir de grandes distances, entraînés par les courants atmosphériques, marins ou d'eau douce, ainsi que par la migration à longue distance des organismes qui les ont bio-accumulés. Tel est le cas des baleines et des oiseaux.

Les furannes sont des produits chimiques industriels utilisés dans la fabrication d'autres produits chimiques, notamment le tétrahydrofurane, les résines, les laques et les produits agricoles. En 2004, des scientifiques de la FDA ont annoncé avoir trouvé des furannes dans une grande variété d’aliments, en particulier des aliments soumis à l’autoclave dans des conserves et des bocaux. Ils ont ensuite été identifiés dans certains aliments à faible teneur en eau, notamment les biscuits, les pommes de terre et les chips.

Le furanne est un composé toxique présent dans les aliments traités à la chaleur, tels que les conserves et les aliments pour bébés. Il est également présent dans les aliments transformés à haute température tels que les biscottes et les biscuits. En outre, il s'agit d'un composant normal du café en machine.

Les traitements thermiques de stérilisation, friture, rôtissage, cuisson au four, etc. atteignent des températures allant jusqu'à 220°C. L'utilisation de températures élevées, associée à d'autres facteurs externes à l'aliment, peut entraîner la formation de certains composés toxiques qui réduisent la valeur biologique et nuisent à leur sécurité. Ces produits chimiques s'appellent des polluants chimiques de la transformation. Les contaminants chimiques de la transformation sont des composés qui n'étaient pas présents dans les aliments frais et dont la genèse est directement liée au processus technologique et / ou culinaire appliqué.

Le furanne, comme l’acrylamide, fait partie du groupe des substances cancérigènes pouvant se former au cours du traitement thermique des aliments et des boissons, à la suite d’une réaction entre carbohydrates, acides gras insaturés et acide ascorbique ou dérivés, nominée réaction de Maillard.

Des études ont montré qu'il provoque le cancer chez les animaux. Le Centre international de recherche sur le cancer des Nations Unies l'a inclus comme cancérogène possible chez l'homme.

Bien que les risques associés aux niveaux actuels d’ingestion de furanne demeurent incertains, l'atténuation  effort visant à réduire l'impact  du furanne dans les aliments pourrait être considérée comme un défi pour la prévention de maladies telles que le cancer.

Chaque fois que les aliments sont cuits et frits, ces substances sont générées à la suite des températures élevées appliquées aux aliments. L'apport de ces cancérogènes potentiels varie en fonction des coutumes culinaires de chaque pays.

Une étude récente menée par le Département d'ingénierie en chimie et bioprocédés de l'Université catholique du Chili en mai 2014, a révélé qu'un groupe d'aliments, tels que des repas pour bébé ou des céréales, auraient le furanne.

Cette recherche est la première du genre et a conclu que de nombreux aliments transformés possèdent un tel composé toxique.

L'étude, développée entre 2012 et 2013, en collaboration avec des experts de l'Université technique du Danemark, a analysé 14 types d'aliments de toutes les marques disponibles sur le marché, parmi lesquels figurent la sauce tomate, le jus d'orange, conserves de pêche, confiture d’abricot, frites, crackers, pain grillé, céréales pour le petit-déjeuner et viande frite.

Ensuite, un recoupement des données a été effectué en tenant compte de l'âge des consommateurs, de la quantité de furanne présente dans ces aliments et du total de ce que ces personnes consomment, ainsi que du poids corporel des personnes ayant fait l'objet de l'enquête.

Il a été constaté que les aliments qui contiennent la toxine sont : les repas classiques fournis aux bébés, les sauces tomates, les céréales, les crackers, le café américain ou en machine, le pain grillé, les fruits en conserve et les chips emballées.

La tranche de la population à risque élevé se situe dans la période scolaire, car ce sont eux qui consomment les traditionnelles chips. Le danger affecte également les plus petits avec des repas ou des mélanges de viande, de poulet et de légumes. L'avertissement n'est pas étranger aux adultes qui consomment le plus souvent des céréales ou des crackers.

Les auteurs de l’étude adressent des recommandations à la population et aux grandes industries qui fabriquent ce type d’aliments, afin de réduire leur consommation au plus vite. La technologie et les matières premières doivent être mises en œuvre dès que possible, ce qui ne signifie pas un changement de qualité.

Les capsules de café contiennent plus de furane


Selon une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Barcelone, publiée dans la revue Food Chemistry en 2011, le café préparé dans les machines à expresso et, surtout, celui en capsules, contient plus de furanne que celui des cafetières traditionnelles, bien que toujours dans des limites de sécurité pour la santé.

Les scientifiques ont évalué la présence de furanne dans le café par une méthode analytique automatisée. La cause de ces niveaux plus élevés peut être attribuée au fait que les capsules hermétiques empêchent la perte de furanne  très volatile , car les machines à café où le café est préparé appliquent une pression supérieure d’eau chaude, ce qui favorise l’extraction du composé vers la boisson.

Au contraire, plus le café est exposé longtemps dans les tasses ou les pots, plus le furanne s'évapore.

Les concentrations de ces substances se situent dans les limites considérées comme "sûres" pour la santé. Pour que l'apport en furanne atteigne les valeurs maximales acceptables, une personne doit prendre au moins 20 capsules de café ou 30 cafés expresso par jour, ou 200 cafés solubles.

Lorsque des températures basses et des temps élevés sont utilisés dans la torréfaction du café (140° C et 20 minutes), les concentrations de furanne sont plus basses que dans les conditions de torréfaction habituelles (200-220° C et 10-15 minutes).


Conseils de l'Organisation mondiale de la santé 


* Éviter que les aliments soient trop grillés.
* Préparer les aliments en gros morceaux épais.
* Préférer le café naturel au lieu de torréfié.
* Choisir l’option de faire bouillir les aliments autant que possible.


Les acrylamides et les furannes sont des agents cancérigènes potentiels chez l'homme, qui se retrouvent dans les aliments à la suite de la cuisson ou du traitement thermique. Ces deux composés sont apparus dans le monde entier comme des contaminants importants dans les aliments au cours des dernières années et des recherches sont en cours dans différents domaines, tels que la toxicologie, l'exposition, la formation et les mesures d'atténuation.

Voir aussi…



Aucun commentaire:

Publier un commentaire