jeudi 15 août 2019

L'Empathie Selon les Neurosciences






L'empathie est l'intention de comprendre les sentiments et les émotions, d'essayer de faire l'expérience de manière objective et rationnelle de ce que ressent une autre personne. Le mot empathie est d'origine grecque "empátheia " qui signifie "ému-(e)".

Selon la psychologie, l'empathie est la capacité psychologique ou cognitive de ressentir ou de percevoir ce qu'une autre personne ressentirait si elle était dans la même situation que celle vécue par cette personne. Les psychologues pensent que l'empathie se développe déjà pendant l'enfance, mais c'est à l'âge adulte quand elle s'installe. À mesure que les expériences et le vécu s’accumulent, comprendre les autres est moins difficile.

Un neurone miroir est une cellule nerveuse qui est activée dans deux situations spécifiques, lorsque l'individu exécute une action et lorsqu'il observe principalement quelqu’un effectuant la même action, pouvant activer ces neurones par le biais de stimuli visuels et auditifs.

Neurones miroirs et empathie

Le rôle des neurones miroirs dans les comportements empathiques, tels que l'adoption de gestes du visage et de postures dans les comportements interactifs d'imitation, est fondamental, tout comme l'adoption émotionnelle (système limbique).

L'empathie est soutenue par un réseau de neurones à grande échelle composé du système de neurones miroirs, du système limbique et de l'insula, qui fonctionne comme un nœud de connexion entre les deux systèmes. Au sein de ce réseau, les neurones miroirs fournissent la simulation d'expressions faciales et de gestes observés chez les autres dans des zones de traitement de bas niveau, via l'insula, ce qui provoque une activité dans ces zones. Et enfin, cela produit un état émotionnel chez l'observateur du comportement observé. De cette manière, un système alternatif d’émotions est proposé au sujet, basé sur la simulation, ce qui permet en partie la cognition sociale.

Dans le système de neurones miroirs et sa relation avec l'empathie, il est nécessaire de faire une distinction : comprendre et simuler des émotions n'est pas la seule étape de la cognition sociale, car la personnalité stable de la personne doit être prise en compte afin de faire des prédictions.

Les neurones miroirs se déclenchent de la même manière lorsque nous effectuons une action que lorsque nous regardons quelqu'un l'exécuter. Le fait que notre cerveau réagisse de la même manière explique l'apprentissage par imitation, l’émulation et aussi l’empathie, puisque nous vivons l'action d'un autre comme la nôtre et cela nous aide à la comprendre.

Lorsque ces neurones spécialisés sont activés, d'autres zones du cerveau le font, comme le système limbique. De cette manière, ils nous permettent de reconnaître les gestes du visage, d'accéder à nos souvenirs et à nos apprentissages antérieurs et de combiner toutes ces informations pour interpréter la situation et lui donner un sens.

Les émotions sont contagieuses

Nous sommes très influençables. A tel point que l'humeur des autres peut nous affecter et changer notre humeur. Lorsque quelqu'un avec qui nous travaillons est triste et que son visage nous transmet cette tristesse, nous sommes non seulement en mesure de savoir que quelque chose ne va pas, mais notre humeur peut également être affectée ; et c’est que l’empathie nous permet non seulement de savoir ce que pense l’autre, elle nous permet également de nous mettre à sa place, dans sa situation.

Il a également été prouvé que le fait de forcer le rire peut vous faire sentir mieux. Simplement simuler l'émotion de la joie vous fera vous sentir mieux. Il en va de même pour un groupe d'amis qui ne cesse de plaisanter et, même si vous passez une journée horrible, vous serez sûrement pris par leur rire contagieux.

Étant donné que les émotions des autres peuvent être très contagieuses et nous affecter, nous exposer à des actions que d'autres effectuent peut aussi l'être, surtout à un âge précoce. Ainsi, l'exposition à la violence chez les enfants à la télévision peut augmenter le degré de violence dans leur comportement, car nous avons tendance à imiter ce que nous voyons, en tenant compte du fait que nous ne sommes pas des robots et que nous pouvons choisir nos actions.

L'empathie est étroitement liée à la manière dont chacun régule ses émotions. Ceux qui savent mieux gérer leur humeur ont plus de chance de faire preuve d'empathie et de réagir de manière équilibrée.

L'empathie est modulée par des facteurs tels que la relation entre les personnes, la personnalité, l'histoire émotionnelle de chaque personne et le contexte culturel de référence. Les gens empathiques ont tendance à plaire davantage parce qu'ils comprennent immédiatement ce qui arrive aux autres, ont plus de capacité d'écoute et de compassion, agissent plus efficacement et  sont plus persuasifs.

Cependant, il y a des sujets qui manquent totalement d'empathie. Ils ne parviennent pas à se mettre à la place des autres et les tiennent à distance. C'est le cas des personnalités narcissiques, antisociales, obsédantes ou à la limite se tournant vers l'égocentrisme. Et, bien sûr, les psychopathes qui interagissent avec les autres, indépendamment de la souffrance.

D'autres personnes souffrent d'une empathie excessive. Elles sont trop influençables. Elles finissent par s'épuiser, surtout s'elles sont en charge d’autres personnes ; c'est la fatigue de la compassion. Elles courent le risque de se déconnecter émotionnellement d'elles-mêmes ou d'assumer les problèmes des autres comme leurs propres traumatismes par procuration.

Chaque personne montre différents niveaux d'empathie dans la même situation, mais il y a aussi des coïncidences. Ainsi, les individus sont plus touchés par les malheurs qui surviennent au sein de leur groupe social. La nationalité, l'âge, le sexe, etc. déterminent le niveau d'implication émotionnelle.

*
*   *

Neurones miroirs  Comment l'empathie affecte le cerveau

Une équipe de chercheurs de l'Université du Colorado, aux États-Unis, dans une étude publiée dans Neuron en juin 2017, révèle que deux types d'empathie émotionnelle, la compassion et l'angoisse, activent différentes zones du cerveau.

L'équipe a examiné le cerveau de 66 volontaires tout en écoutant de vrais témoignages de drames humains, avec des dénouements différents.

Les volontaires devaient également évaluer comment chaque histoire les faisait se sentir séparément, sans aucun scanner. La première grande découverte a été qu'il n'y a pas de région du cerveau dans laquelle se développe l'empathie, mais un réseau qui unit différentes zones.

Le cerveau n'est pas un système par modules où il existe une zone en charge de l'empathie. C'est un processus distribué. Les mêmes régions impliquées dans l'évaluation de la nourriture ou de l'argent apparaissent impliquées dans l'étude lors de l'évaluation du bien-être d'autrui.

Mais toutes les histoires ne reliaient pas les mêmes régions et, en fait, généraient deux types de schémas, entre celles qui rassemblaient “la solidarité et la compassion” avec celles qui causaient “une angoisse empathique”. Dans le premier cas, des zones du cerveau telles que le cortex préfrontal ventromedial ou le cortex médial orbito-frontal ont été activées, en relation avec les processus avec lesquels le cerveau donne de la valeur à quelque chose.

D’autre part, des récits, tels que l’ancien combattant laissé sans abri, suscitaient plus d’angoisse que de compassion et, par conséquent, activaient d’autres régions, telles que le cortex pré-moteur ou le cortex somatosensoriel primaire, connus pour participer aux processus appelés de miroir.

Deux types d'empathie émotionnelle, la compassion et l'angoisse, activent différentes zones du cerveau

Les zones du cerveau qui semblent préférentiellement liées à l'angoisse empathique sont également activées lorsque nous expérimentons ou observons des actions, des sensations et des expressions du visage.

Au-delà des différences marquées, il y avait quelque chose qui unissait les participants : toutes les personnes scannées ont révélé des schémas cérébraux très similaires lorsqu'elles ont sympathisé avec les protagonistes de chaque histoire.

Les spécialistes ont expliqué que même si l'émotion suscitée était une réponse très personnelle, le schéma d'activation était commun. À tel point qu'ils ont utilisé ces modèles comme marqueurs pour prédire comment un autre groupe de 200 personnes, dont le cerveau n'a pas été scanné, évalueraient les mêmes récits écoutés par le premier groupe.

Enfin, les chercheurs ont fait valoir que ces schémas pourraient, à l’avenir, servir à la détection de troubles tels que la psychopathie.


Notre réponse cérébrale aux bonnes nouvelles des autres dépend de l'empathie

Selon une étude réalisée par des chercheurs de l'University College of London (UCL), publiée dans le Journal of Neuroscience d'octobre 2015, la capacité du cerveau à réagir aux bonnes choses subies par d'autres est déterminée par la capacité d'empathie.

La recherche attribue à une partie spécifique du cerveau, le cortex cingulaire antérieur (CAC), comme la région particulièrement attentive aux bonnes nouvelles qui affectent les autres.

Sa réponse change considérablement en fonction du niveau d'empathie. Chez les personnes considérées comme très empathiques, le cortex cingulaire antérieur ne réagit que pour les bonnes choses qui arrivent aux autres, tandis que chez les sujets moins empathiques, le CAC réagit également aux mauvaises nouvelles qui lui sont propres.

L'étude démontre la pertinence de cette partie du cerveau dans les troubles liés aux comportements sociaux, tels que la psychopathie et l'autisme. Elle pourrait également être un point de départ pour étudier les mécanismes cérébraux qui produisent des troubles du comportement en réponse à des succès propres ou à ceux des autres.

Pour mener à bien cette étude, les chercheurs ont scanné au moyen d’une imagerie par résonance magnétique, le cerveau de 30 volontaires âgés de 19 à 32 ans, soumis à la contemplation d'images pronostiquant, pour eux ou pour les autres, les chances de gagner de l'argent. Les participants avaient également complété un questionnaire qui évaluait leur niveau d'empathie une semaine avant leur résonance.

Les chercheurs ont expliqué que la région du cortex cingulaire antérieur était toujours activée chez tous les participants lorsqu'une autre personne allait gagner de l'argent. Cependant, l'activation était plus grande chez les individus considérés plus empathiques.


L'empathie a ses propres zones du cerveau

Selon une équipe de scientifiques de l'Université Monash en Australie, dans une étude publiée dans NeuroImage en juin 2015, Les types d'empathie accordent de différents cerveaux physiquement.

Pour ces scientifiques, la découverte soulèverait certaines hypothèses, telles que la possibilité que l'empathie augmente avec le temps  entraînant des modifications physiques au niveau du cerveau  ou que nous pourrions même voir l'empathie disparaître avec le temps.

Les chercheurs ont découvert que les personnes avec “l'empathie émotionnelle” réagissaient fortement aux sentiments ou aux pensées d'une autre personne, car la matière grise de ces personnes est plus dense dans une région cérébrale donnée que celles qui expriment “de l'empathie cognitive“, c’est-à-dire des individus qui ont une réponse plus logique à un autre état émotionnel et moins sentimentale.

Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques ont étudié 176 personnes à l'aide d'une technique de neuro-imagerie appelée "morphométrie à base de voxel", dans laquelle la densité de la matière grise de leur cerveau a été analysée. L'objectif était de déterminer le degré d'empathie émotionnelle ou d'empathie cognitive des participants.

La densité de la matière grise, clé pour différencier l'empathie. Les conclusions de l’étude étaient que les personnes ayant une empathie affective élevée avaient une densité plus élevée de matière grise dans le cortex insulaire, juste au centre du cerveau. Par contre, ceux qui présentaient une empathie cognitive élevée avaient également une densité plus élevée de matière grise dans le cortex médio-cingulaire, juste au-dessus de la connexion entre les deux hémisphères cérébraux.

Les chercheurs ont conclu que l'empathie pourrait être perdue ou modifiée si les zones susmentionnées du cerveau étaient blessées ou modifiées. Cela expliquerait aussi pourquoi il y a des personnes qui n'ont pas d'empathie, ou d'autres qui en ont trop.

Ces résultats confirment le fait que l'empathie est un ensemble de composants, suggérant que l'empathie émotionnelle et l'empathie cognitive sont représentées et différenciées morphologiquement au niveau du cerveau.

Voir aussi…


Aucun commentaire:

Publier un commentaire