samedi 18 juillet 2020

Changement Cérébral Causé par la Technologie




Le cerveau nous change-t-il ?

La plupart des experts conviennent que la technologie modifie notre cerveau d'une manière ou d'une autre, mais ils n'ont aucune preuve que c'est pour le pire, et ils n'excluent pas qu'un effet négatif soit lié à une mauvaise utilisation.

Les outils sont là pour être utilisés pour répondre aux besoins de l'utilisateur. Par conséquent, lorsque nous blâmons quelqu'un, nous ferions mieux de nous blâmer de les avoir mal utilisés. Le téléphone ne nous oblige pas à le vérifier 85 fois par jour.

Tout apprentissage modifie le cerveau, non pas dans sa forme ou sa taille, mais dans les connexions neuronales qui sont générées lorsque quelque chose de nouveau est appris.

La technologie nous permet de parler en ligne, de voyager très vite, de savoir s'il y a un accident de voiture, quelle est la meilleure route en ville. Les fonctions cognitives qui commencent à gagner en force sont celles qui ont à voir avec l'endroit où l'on garde les choses. Nous sommes de meilleurs moteurs de recherche, mais nous ne sommes plus de meilleurs en stockage, ni des encyclopédies vivantes.

Les natifs du numérique

Les natifs du numérique ont moins de connexions dans la zone de la gestion de la mémoire du cerveau car une partie de cette fonction a été externalisée vers des appareils numériques : personne ne se souvient du numéro de téléphone de leurs amis.

Ces personnes ont une plus grande robustesse des connexions dans les zones d'intégration du cerveau, ce qui permet d'incorporer de nombreuses données différentes dans le même travail. Alors qu'avant, elles allaient chercher un livre ou deux à la bibliothèque, les nouvelles technologies leur permettent désormais d'ouvrir vingt pages sur l'ordinateur ou la tablette et de prendre des idées sur chacune d'elles.


Ce que les études disent au sujet de ces changements

Plus distrait. Une recherche de l'Université de Montfort (Royaume-Uni) indique que les personnes qui passent plus de temps à consulter leur téléphone portable et à surfer sur Internet ont tendance à commettre des erreurs de concentration dans leur vie quotidienne. La technologie nous rend-elle bêtes ? Pas exactement. L'étude extrait qu'il existe un nombre statistiquement significatif d'individus qui prétendent utiliser beaucoup ces outils et subir des erreurs cognitives, mais cela ne signifie pas que c'est la technologie qui cause les erreurs, sinon la conséquence d'une mauvaise utilisation.

Mémoire à court terme. Aujourd'hui, nous avons une mémoire inépuisable, 24 heures sur 24, 365 jours par an. Elle s'appelle Internet et se nomme Google. Son existence signifie que nous avons mis de côté notre mémoire et que nous devons être toujours connectés pour tout savoir. Il a été prouvé, entre autres, par une équipe de scientifiques de l'Université de Californie, qui a soumis 60 étudiants à un test. Les résultats publiés dans Science suggèrent que faire confiance à Internet pour résoudre les doutes nous rend plus susceptibles d'y revenir encore et encore, à tel point que le sentiment de perdre cette connexion ressemble de plus en plus à quelque chose d'aussi grave que de perdre un ami.

Moins concentré. Une recherche de Plos One suggère que les personnes qui utilisent plusieurs appareils en même temps ont une densité de matière grise plus faible dans le cortex du cingulum antérieur, une région du cerveau impliquée dans le contrôle des fonctions cognitives et émotionnelles. Les résultats font le rapprochement entre le multitâche, associé à la technologie, avec la facilité de distraction. Cependant, la publication admet que ses conclusions démontrent l'existence d'un "lien" et non d'une relation causale. Autrement dit, ils ne savent pas si l'utilisation de plusieurs appareils provoque des changements dans la structure du cerveau, ou si les personnes ayant moins de matière grise sont plus sujettes au multitâche.

Désorienté. Chaque fois nous entraînons moins notre capacité d'orientation. Au lieu de vérifier l'itinéraire avant de quitter la maison et de construire une carte mentale, nous pouvons maintenant demander à Google Maps le bon chemin. Pour cette raison, les chercheurs de l'Université McGill croient que notre capacité à nous orienter pourrait être menacée. Leur avertissement est basé sur des études telles que celle publiée dans Nature Communications, dont les résultats suggèrent que lorsque nous allumons le GPS, nous désactivons les régions du cerveau qui, en l'absence de cartes virtuelles, nous auraient aidés à simuler les différents itinéraires dans la tête.

Plus anxieux. Des chercheurs de l'Université de Californie analysent comment la technologie, c'est-à-dire son utilisation, nous affecte psychologiquement. Ils ont montré que les dispositifs technologiques, ou plutôt leur absence, sont devenus une source d'anxiété. Chaque fois qu'il s'agit, bien sûr, d'une utilisation abusive : la dépendance des appareils mobiles, originé par une utilisation malsaine et constante, peut entraîner une anxiété accrue lorsqu'ils disparaissent.


Comment les technologies affectent-elles le cerveau des enfants et des jeunes ?

Grandir entre les technologies ne nous rend pas plus intelligents. Il est vrai que cela a facilité des activités sans fin mais surtout nous avons développé une caractéristique dans l'esprit avec une grande habileté : le multitâche.

Le multitâche (multitasking) peut être compris comme la capacité de maintenir des objectifs d'ordre supérieur tout en réalisant des objectifs d'ordre inférieur et c'est une très bonne habilité.

Développement du cortex préfrontal dès la naissance. Un bébé commence à faire attention quand il voit la lumière ; des mois plus tard, son attention est concentrée là où il trouve la lumière, le mouvement et le son. Le grand défi de l'éducation est d'amener les enfants à prêter attention aux “choses” non mobiles ou lumineuses (papier, nourriture, écriture, lecture, devoirs). Il s'agit de canaliser leur volonté et leur attention afin qu'ils puissent concentrer leur attention volontairement.

Si, à ce moment de sa vie, nous lui donnons des iPad, des téléphones ou des tablettes, l'attention de l'enfant revient à lumière-mouvement-son. Ce n'est pas une avancée de son cortex préfrontal, mais un net recul, car l'enfant est motivé et réagit comme lorsqu'il était bébé. La seule différence est que les sons sont plus intenses et que les lumières et les mouvements changent à une vitesse plus vertigineuse.

Alternance continue de l'attention

Cela signifie que le cerveau prend quelques minutes ou secondes pour effectuer une tâche, puis une autre, puis une autre. Le cerveau ne peut pas effectuer deux actions en même temps si elles impliquent la même zone cérébrale. Si nous nous retrouvons à écouter les paroles d'une chanson en anglais en lisant un livre, nous n'effectuons aucune des deux tâches à 100%. Il y a une alternance dans le centre d'attention car elle touche la même zone cérébrale.

Lorsque nous effectuons la fonction multitâche, le cerveau est capable de capturer superficiellement beaucoup d'informations, mais n'est pas en mesure de les conserver. Il existe une relation entre le déficit d'attention et le multitâche. Les gens qui font plusieurs choses à la fois  parler au téléphone, répondre au courrier  sont moins efficaces. Il est vrai qu'ils sont capables de changer de centre d’attention plus rapidement, mais des études affirment que cela implique un blocage de la mémoire de travail. Si cela se généralise, nous finirons par vivre dans une société superficiellement informée et sans formation.

L'utilisation prolongée des technologies produit des alternatives gratifiantes, faciles et attrayantes, mais il est difficile de pouvoir prêter attention aux stimuli non numériques.

Le cerveau et l'esprit des jeunes doivent apprendre à concentrer leur attention, à développer de manière saine la zone frontale du cerveau, responsable de la volonté et de la maîtrise de soi. Une exposition excessive à l'écran empêche le bon fonctionnement avec un net déficit d'attention et de concentration.

Hyper-stimulation

Le 21e siècle est le siècle de l'hyper-stimulation. En raison des nouvelles technologies, le cerveau est exposé et contraint de traiter d'énormes quantités de données qui atteignent nos sens, fondamentalement la vue, qui arrivent par vagues ou simultanément.

Cette hyper-stimulation a des conséquences graves, les enfants et les jeunes habitués aujourd'hui à ce bombardement, ont besoin de stimuli de plus en plus forts et intenses pour se motiver. Cela réduit leur curiosité, leur étonnement et leur désir de vouloir apprendre quelque chose qui va au-delà du monde numérique. Ils sont démotivés et leur créativité et leur imagination complètement annulées.

Nous sommes à l'ère de la dispersion. Il est très difficile pour nous de passer plus d'une demi-heure à lire un livre ou à travailler sur un document sans consulter notre téléphone ou notre e-mail. Si cela se produit dans le cerveau des adultes, qui ont été éduqués sans pratiquement aucune technologie, quelle expérience faisons-nous avec les enfants et les jeunes ? Qui peut affirmer scientifiquement, sans risquer de se tromper, que tout cela n'entraînera pas de problèmes à l'âge adulte ?

L'un des grands défis de l'éducation est d'enseigner aux enfants à être attentifs, à pouvoir fixer leur esprit et à se concentrer sur un problème spécifique. Cela améliorera leur mémoire de travail, clé dans le stockage temporaire des informations et la manipulation des données.

L'attention du cerveau se développe dans le cortex préfrontal. Cette zone est responsable de la volonté, de la maîtrise de soi et de la planification d'une tâche. Il faut développer cette zone du cerveau chez les enfants depuis très petits. C'est l'une des régions les plus importantes de l'esprit.

L'intelligence émotionnelle est l'une des clés du succès dans la vie. L'écran est le pire éducateur à y parvenir. Isole et encapsule l'enfant de tout ce qui l'entoure. Il ralentit la capacité de comprendre les émotions, de se connecter avec les gens, avec leurs émotions et annule la capacité d'exprimer ce que l'on ressent en regardant dans les yeux et non pas au clavier ou à l'écran.

Aujourd'hui, les jeunes ne savent pas exprimer leurs émotions en regardant dans les yeux de la personne devant eux. Éduquons les enfants pour qu'ils soient capables de savourer la vie, les émotions et les relations personnelles de toi à toi, en regardant aux yeux de la personne qu'ils ont devant eux.

Aujourd'hui, les jeunes se connectent plus facilement avec un écran, un réseau social ou un jeu vidéo qu'avec la nature, les gens et la réalité. Il ne s'agit pas de nier la technologie ou de nier l'avancement numérique, mais de savoir comment l'introduire de manière sensée et échelonnée dans la vie des enfants et des adolescents, en leur apprenant à contrôler l'accès aux applications et au contenu.


Les réseaux sociaux influencent la santé mentale des adolescents

Selon le rapport intitulé #Status Of Mind, examining the positive and negative effects of social media on young people’s health (Status Of Mind, examinant les effets positifs et négatifs des médias sociaux sur la santé des jeunes), publié par la Royal Society for Public Health(RSPH) en juillet 2017, et le Youth Health Movement, l'utilisation des réseaux sociaux est liée à une augmentation des taux d'anxiété, de dépression et de troubles du sommeil chez les jeunes.

Les auteurs soulignent que les médias sociaux ont révolutionné la façon dont nous nous connectons les uns aux autres, et que leur utilisation est devenue une partie intégrante de la vie de nombreuses personnes, les connectant dans le monde entier avec des amis, des membres de la famille et des étrangers. En particulier les jeunes  connus aujourd'hui comme des “natifs numériques” , ont tendance à interagir et de communiquer entre eux par l'Internet et les réseaux sociaux.

À cet égard, le rapport souligne non seulement la grande opportunité que cela comporte pour l'innovation, l'apprentissage et la créativité, mais également les conséquences potentielles que l'utilisation des médias sociaux peut avoir pour la santé mentale des jeunes.

Principales conclusions du rapport :

Effets négatifs potentiels des médias sociaux

* 91% des jeunes de 16 à 24 ans utilisent Internet pour accéder aux réseaux sociaux.

* On estime que la dépendance aux réseaux sociaux affecte 5% des jeunes, considérant que cela signifie plus addictif que la cigarette et l'alcool.

* Les taux d'anxiété et de dépression chez les jeunes ont augmenté de 70% au cours des 25 dernières années.

* L'utilisation des réseaux sociaux est liée à une augmentation des taux d'anxiété et de dépression, des difficultés de sommeil et des problèmes d'image de soi.

* Le cyberbullying ou la cyber intimidation est un problème croissant: 7 jeunes sur 10 affirment en avoir fait l'expérience.

* Peur d'être ignoré (missing out), caractérisé par la nécessité d'être constamment connecté aux activités des autres, pour ne pas les "manquer".

Effets positifs potentiels des médias sociaux

* Les médias sociaux peuvent améliorer l'accès aux expériences de santé des autres et aux informations de santé spécialisées.

* Ceux qui utilisent les réseaux sociaux se sentent davantage soutenus émotionnellement par leurs contacts. Environ sept adolescents sur 10 disent avoir reçu un soutien sur les réseaux sociaux pendant les moments difficiles.

* Les médias sociaux peuvent agir comme une plateforme efficace pour une expression de soi correcte et positive.

Le document se termine par un appel à l'action du gouvernement britannique, comprenant une série de recommandations, telles que la formation dans les centres éducatifs sur l'utilisation sûre des médias sociaux, la promotion de la recherche sur les effets des réseaux sociaux dans la santé mentale des jeunes, ou la création de plateformes de médias sociaux visant à identifier et à soutenir les utilisateurs qui peuvent rencontrer des problèmes de santé mentale en raison de leurs publications.

Le rapport peut être téléchargé à partir du site Web de la RSPH ou directement via le lien suivant :


Changements dans la structure cérébrale des enfants lorsqu’ils abusent des écrans

Une étude du National Institute of Health aux États-Unis étudie comment une exposition excessive à différents appareils mobiles affecte physiquement les enfants. Pour ce faire, les scanners cérébraux d’enfants qui se tiennent devant les écrans ont été comparés pendant longtemps avec ceux d’autres personnes à la recherche d’autres formes de divertissement. Dans ces images, les chercheurs ont assuré que plusieurs différences dans les modèles de cerveau peuvent être vus.

Cela signifie qu'en passant beaucoup de temps devant un écran, la structure cérébrale de l'enfant est modifiée. Plus précisément, cette recherche indique que les enfants âgés de 9 et 10 ans qui passent plus de 7 heures par jour à utiliser différents appareils souffrent d'un amincissement prématuré du cortex cérébral. Il convient de garder à l'esprit que c'est la couche du cerveau qui traite toutes les informations liées au toucher, à l'odorat, à l'ouïe, etc.

Ces résultats sont les premières données d'une grande enquête qui est toujours en cours. Les chercheurs ont souligné qu'il n'est pas encore possible de déterminer que ces modifications dans le cerveau des enfants sont dues à leur passage devant les écrans. Cependant, ils disent qu'il est clair que les structures cérébrales des enfants qui utilisent beaucoup les consoles vidéo et les téléphones portables sont différentes.

D'autre part, l'Institute of Health des États-Unis souligne également que les enfants qui passent plus de deux heures par jour devant les écrans obtiennent un score moins bon sur le raisonnement et les tests de langue.


Recommandations de l'American Academy of Pediatrics (AAP)


1. Éviter l'utilisation des médias numériques pour les bébés de moins de 18 ou 24 mois, sauf dans le cas de vidéoconférence. À partir de cet âge, ils peuvent toujours être utilisés à condition que les parents choisissent un contenu de qualité. Il est conseillé de regarder ces vidéos avec eux et d'en parler pendant qu'ils sont regardés, car de cette manière les enfants apprennent et interagissent.

2. Pour les enfants entre 2 et 5 ans, il est recommandé de limiter l'accès aux écrans à une heure par jour, toujours à la recherche de contenus adaptés à leur âge.

3. À partir de 6 ans, les parents doivent fixer des délais et des règles sur le type d'appareils auxquels les enfants ont accès. Garder toujours à l'esprit que, à aucun moment, les nouvelles technologies peuvent prendre du temps pour le sommeil, le jeu ou l'activité physique pour l'enfant.

4. Pendant l'adolescence, il est normal que notre enfant passe plus de temps avec le mobile. De nombreux adolescents utilisent cet appareil pour créer une partie importante de leurs relations sociales. En fait, les médias numériques et les réseaux sociaux peuvent aider les jeunes à mieux se connaître eux-mêmes et les gens qui les entourent. Cependant, on doit s’assurer assurer qu’ils savent où se trouvent les limites, le type de comportement qu’ils doivent éviter et les menaces auxquelles ils peuvent être exposés.


Effet des réseaux sociaux dans notre cerveau

L'utilisation des réseaux sociaux a de nombreux effets positifs sur le cerveau

Du développement de nouvelles connexions cérébrales à la création de nouvelles méthodes d'apprentissage. En fait, le cerveau semble être capable de créer de nouveaux réseaux de neurones tout en naviguant sur Facebook, Twitter ou YouTube entre autres. Cela signifie que le cerveau a suffisamment de plasticité pour s'adapter à ces types de nouveaux défis.

Il a été prouvé sur les natifs numériques et on sait qu'ils apprennent d'une manière légèrement différente de ceux qui ne le sont pas. D'une part, les natifs du numérique sont capables d'effectuer plusieurs tâches à la fois avec de meilleurs résultats et, d'autre part, ils recherchent plus rapidement des informations pour répondre à des questions spécifiques. Il a été prouvé qu'ils ont plus de difficulté à discerner entre les sources d'informations fiables et non fiables, accordant plus d'importance aux informations qu'ils capturent à leurs amis et connaissances, et moins aux sites Web officiels et plus fiables.

Cependant, les experts soulignent également que les réseaux sociaux et les nouvelles technologies peuvent provoquer une dépendance, car une partie du traitement cérébral des réseaux sociaux se déroule dans les circuits liés aux récompenses et leur utilisation incontrôlée pourrait être associée à certains troubles psychiatriques tels que les addictions.

Les dépendances viennent d'un déséquilibre. La dépendance est créée dans un moment dans lequel une pensée nous fait croire qu'il y a un peu de malheur dans notre vie, nous croyons tant à cette pensée que nous cherchons une dépendance (le téléviseur, le téléphone, les jeux vidéo...) pour oublier le problème qui nous préoccupe. Lorsque les gens acquièrent une habitude et que cette habitude devient une dépendance, c'est parce que nous désactivons la possibilité d'équilibrer les choses dans nos vies, savoir ce qui est important et ce qui ne l'est pas.

C'est pourquoi l'être humain doit sortir, s’amuser, se nourrir de ce qui se passe autour de lui. Ce faisant, nous inventons des moyens de résoudre nos problèmes. Nous vivons de ce que nous voyons et nous nous nourrissons de ce que nous expérimentons.

Les réseaux sociaux du point de vue médical

D'un point de vue biologique, il a été démontré que les réseaux sociaux provoquent des changements dans les neurotransmetteurs tels que l'ocytocine, l'adrénaline, la dopamine, la sérotonine, la testostérone et le cortisol.

Des niveaux plus élevés d'ocytocine sont liés à davantage d'achats et d'investissements et à une plus grande influence de la famille et du couple.

L'adrénaline, qui est libéré rapidement dans l'utilisation des réseaux sociaux serait liée à l'agressivité alors que la dopamine est libérée lorsqu'un ‘like’ est reçu. De cette façon, les centres de récompense sont activés et le sentiment de bonheur est accru.

L'augmentation de la sérotonine pourrait modifier les comportements sociaux vers un caractère plus introverti et la priorité des intérêts individuels sur les intérêts du groupe.

D'un autre côté, des niveaux élevés de testostérone sont liés à une tendance plus faible à établir de nouvelles amitiés sur Facebook et le cortisol aurait un impact sur la fidélité aux amitiés.

Parmi les changements dans les capacités cérébrales, l'influence des réseaux sociaux se manifeste sur des questions telles que la perte de capacité de concentration et d'attention, ainsi que la lecture et l'écriture de longs textes.

En ce qui concerne les avantages sociaux des réseaux sociaux, il existe un consensus sur le rôle déterminant des réseaux sociaux dans la recherche de partenaires ou de relations sexuelles, leur impact sur l'éducation, la recherche d'emploi ou les achats en ligne.

Une utilisation irresponsable des réseaux sociaux peut également mettre en danger la santé, les experts associent certaines maladies inflammatoires ou auditives à une utilisation excessive. Ils préviennent même que l'utilisation du téléphone portable dans la rue augmente les accidents et l'on estime que dans plus de 90% des accidents, dont le responsable est le piéton, sont liés à l'utilisation de smartphones.


Effets négatifs du téléphone mobile sur la santé

Augmente les niveaux de stress

La fréquence élevée d'utilisation des téléphones portables peut avoir un impact négatif sur les niveaux de stress. Le son constant des appels, des alertes vibrantes et des rappels peut facilement provoquer le stress.

La forte utilisation des téléphones portables est associée au stress et aux troubles du sommeil chez les femmes. Chez les hommes, elle était associée à des troubles du sommeil et à des symptômes de dépression. Garder un œil sur l’écran vous empêche d’entrer en contact avec le monde réel, avec ce qui se passe vraiment. On est toujours à la merci de choses urgentes qui ne sont pas vraiment importantes, pour rejeter ces choses importantes qui ne semblent pas urgentes (famille, valeurs, aider les autres, etc.).

Rayonnement et ondes électromagnétiques pour le cerveau

Certaines recherches se sont concentrées sur le fait que tenir un téléphone portable prés de l'oreille peut entraîner une augmentation de la quantité d'ondes électromagnétiques ou d'ondes radio absorbées par le cerveau et d'autres parties du corps.

Il n'a pas été possible de démontrer que l'exposition inférieure aux niveaux considérés comme sûrs suppose l'un des effets négatifs du téléphone mobile sur la santé.

Risque accru de maladies dans le système immunitaire

Un autre effet négatif du téléphone mobile est lié à son toucher incessant. Cela peut lui faire héberger plus de germes. Les résidus graisseux ou huileux qui se trouvent dans un téléphone après l'avoir utilisé toute la journée peuvent contenir plus de germes de maladies infectieuses que ceux trouvés dans les toilettes.

Il y a même des gens qui entrent dans la salle de bain avec leur portable. Cela peut augmenter la quantité de germes dans l'appareil.

Risque accru de douleur chronique

Les téléphones portables nécessitent une utilisation constante des mains. Surtout lorsque des SMS et des e-mails sont envoyés. La réponse à l'écriture de nombreux messages à grande vitesse peut provoquer des douleurs et une inflammation des articulations.

Le mal de dos est également fréquent avec une utilisation accrue des téléphones mobiles. Surtout si le téléphone est maintenu entre le cou et les épaules pendant le multitâche.

Les utilisateurs de téléphones intelligents commencent à souffrir de douleurs dans le dos et le cou supérieur à un âge précoce. Par rapport à ces personnes qui ne restent pas trop longtemps concentrées sur l'écran de leur appareil mobile.

Augmente le risque de problèmes de vision

Regarder l'appareil mobile peut entraîner de futurs problèmes de vision tels que la fatigue visuelle numérique, car les écrans des appareils mobiles ont tendance à être plus petits que les écrans d'ordinateur. Par conséquent, il est plus probable que vous deviez plisser les yeux et vous forcer les yeux lors de la lecture des messages.

D'un autre côté, une récente série d'expériences ratifie les dommages irréversibles que la lumière des écrans numériques peut causer aux yeux. Les écrans LED des appareils numériques émettent de la lumière avec une forte proportion de courtes longueurs d'onde. Cela peut endommager les yeux et d'autres structures du corps.

Conseils de sécurité pour l'utilisation du téléphone mobile

* Déconnectez-vous de la technologie de temps en temps et éteignez le téléphone pendant un moment.

* Évaluez la possibilité d'utiliser des écouteurs ou le haut-parleur. Utilisez plus de SMS et parlez moins.

* Passez des appels uniquement lorsque le signal est fort.

* Laissez le mobile aussi loin que possible du corps. Ne le laissez pas dans votre poche, ni sur la ceinture, ni sous l'oreiller.

* Se laver les mains est l'un des meilleurs moyens de minimiser les germes sur le téléphone.

* Il est également important de nettoyer le téléphone au moins une fois par semaine.

* Vérifiez la posture à chaque fois que l'on parle ou utilise le téléphone.

Conseils pour l'utilisation de la technologie

Limitez le temps d'utilisation. Établissez un calendrier des routines et activités hebdomadaires pour déterminer le temps que vous pouvez consacrer à la technologie (TV, Netflix, jeux vidéo) sans que cela n'affecte la routine quotidienne et le travail.

Évitez la technologie avant le coucher. Mettre en place des “couchers de soleil électroniques” : quand vient le temps de dormir, éloignez-vous de tous les appareils technologiques, et par exemple, prenez un livre (mais pas électronique). Le sommeil sera meilleur et plus rapide.

Rappelez-vous la vie sans gadgets. Chaque fois nous oublions davantage ce qu'était la vie avant Internet, parce que nous sommes irrésistiblement attirés par la technologie. Retour aux parcs, balades, conversations entre amis, football...


La bonne utilisation de la technologie est positive

La solution n'est pas de se débarrasser des téléphones et autres appareils, c'est d'apprendre à les utiliser. L'utilisation appropriée de la technologie a des effets positifs sur la santé mentale ; cela nous aide à être plus organisés, à nous divertir et à acquérir de nouvelles compétences.

Il est évident que la technologie nous change... Même si nous nous asseyons dans un hamac et ne faisons rien pendant cinq heures d'affilée, notre cerveau change. Mais cela ne signifie pas qu'il le fait pour le pire, tant que cela ne devienne pas une dépendance. L'organe qui régit le corps humain a une grande capacité d'adaptation et le fait depuis des siècles, cela ne devrait pas nous surprendre.

La technologie n'a pas d'effets négatifs ; comme la nourriture, les sports ou la vie en général, ils sont là pour en profiter.

Notre cerveau s'adaptera à la disponibilité d'une grande quantité d'informations et il sera de moins en moins nécessaire de stocker des informations. Par conséquent, il est prévu que les zones de mémoire de travail pour gérer plusieurs données en même temps seront étendues au détriment des régions du cerveau que nous utilisons pour mémoriser à long terme.

Alors, le cerveau nous change-t-il ? Oui, à chaque instant, peu importe ce que nous faisons – pas à cause de la technologie – tout en augmentant incroyablement nos capacités cognitives.

Voir aussi…


Aucun commentaire:

Publier un commentaire