lundi 30 novembre 2020

Le Burnout ou Syndrome d'Épuisement Professionnel



Le syndrome d'épuisement professionnel (occupational burnout) est une condition qui consisterait en la présence d'une réponse au stress prolongée dans le corps face à des facteurs de stress émotionnels et interpersonnels qui se produisent au travail, ce qui comprend la fatigue chronique, l'inefficacité et le déni de ce qui s'est passé.

Le syndrome de burnout (brûlé, fondu) est un type de stress au travail, un état d'épuisement physique, émotionnel ou mental qui a des conséquences sur l'estime de soi, et se caractérise par un processus graduel, par lequel les gens se désintéressent de leurs tâches, le sens des responsabilités et peut même conduire à de profondes dépressions.

Ce syndrome a été décrit pour la première fois en 1969 lors de la vérification du comportement étrange de certains policiers de l'époque : des agents des forces de l'ordre qui montraient des symptômes très précis.

En 1974, Freudenberger a rendu le syndrome plus populaire, et plus tard, en 1986, les psychologues américaines C. Maslach et S. Jackson l'ont défini comme “un syndrome d'épuisement émotionnel, de dépersonnalisation et de moins d'accomplissement personnel qui se produit chez les personnes qui travaillent en contact avec les clients et les utilisateurs”.

Cependant, lorsque le psychologue germano-américain Herbert Freudenberger a reconnu pour la première fois le problème du burnout –brûlé, fondu – à New York en 1974, dans une clinique pour toxicomanes et sans-abri, Freudenberger ne pensait pas aux toxicomanes. Les bénévoles de la clinique souffraient également : leur travail était intense et beaucoup commençaient à se sentir démotivés et épuisés émotionnellement.

Freudenberger a défini cette nouvelle condition alarmante comme un état d'épuisement causé par un surmenage prolongé, et il a emprunté le terme burnout pour le décrire. Sa popularité augmentait, et aujourd'hui le burnout est un phénomène mondial.

Le syndrome serait la réponse extrême à un stress chronique né dans le contexte du travail et aurait des répercussions de nature individuelle, mais il affecterait également les aspects organisationnels et sociaux. Depuis les années 1980, les chercheurs n'ont cessé de s'intéresser à ce phénomène, mais ce n'est qu'à la fin des années 1990 qu'il y a un certain consensus sur ses causes et ses conséquences.

Des personnes qui risquent d'en souffrir

Une personne peut être plus susceptible de souffrir d'épuisement professionnel si elle répond à plusieurs des caractéristiques suivantes – sous forme de signes ou de symptômes – :

*
Elle s’identifie si fortement au travail qu'il lui manque un équilibre raisonnable entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle.

* Elle essaie d'être tout pour tout le monde, elle assume des tâches et des fonctions qui ne correspondent pas à sa position.

* Elle travaille dans des emplois liés à des activités professionnelles qui relient le travailleur et ses services directement aux clients. Cela ne signifie pas que le risque ne puisse pas apparaître dans d'autres types de travail, mais en général, les médecins, les infirmières, les consultants, les travailleurs sociaux, les enseignants, les vendeurs à domicile, les sondeurs, les agents de recouvrement et de nombreux autres métiers et professions sont plus à risque de développer la maladie.

* Elle sent qu’elle a peu ou pas de contrôle sur son travail.

* Son travail est particulièrement monotone et n'a pas de surprises.


Symptômes

Les symptômes du syndrome d'épuisement professionnel ont été classés en quatre groupes, où ils se développent progressivement.

1) Symptômes psychosomatiques : maux de tête, troubles gastro-intestinaux, insomnie, entre autres.
2) Symptômes comportementaux : problèmes relationnels, absentéisme, entre autres.
3) Symptômes émotionnels : distanciation affective, anxiété et diminution des performances au travail.
4) Symptômes défensifs : déni des symptômes antérieurs et déplacement des sentiments vers d'autres domaines.

L'essentiel est un fort sentiment d'impuissance, car à partir du moment où on se lève, on se sent déjà fatigué. Il n'y a pas de fin au travail, et même si tout est fait pour respecter les engagements, le travail n'est jamais fait. La personne qui en souffre devient anhédonique, c'est-à-dire que ce qui était auparavant un motif de joie ne l'est plus maintenant, en d'autres termes, elle perd la capacité d’en jouir. Même lorsqu'elle a le temps, elle se sent toujours stressée. Contrairement à ce qui s'est passé au début, le travail ne produit plus d'incitation pour la personne touchée par l'épuisement professionnel. Vu par d'autres personnes, elle semble être sensible, déprimée et insatisfaite.

Symptômes principaux

Épuisement émotionnel. Un épuisement professionnel qui conduit la personne à un épuisement psychologique et physiologique. Une perte d'énergie apparaît, une fatigue au niveau physique et mental. L'épuisement émotionnel se produit lorsque la personne doit effectuer des tâches professionnelles quotidiennement et de façon permanente avec des personnes auxquelles elle doit assister en tant qu'objets de travail.

Dépersonnalisation. cela se manifeste par des attitudes négatives envers les utilisateurs/clients, il y a une augmentation de l'irritabilité et une perte de motivation. En raison du durcissement des relations, cela peut conduire à une déshumanisation dans le contact.

Manque d'épanouissement personnel.
Diminution de l'estime du soi personnelle, une frustration des expectatives et des manifestations de stress aux niveaux physiologique, cognitif et comportemental.

Incapacité à se concentrer sur le travail et à se détendre ou à se déconnecter à la fin de la journée de travail.

Sentiment de débordement face aux exigences émotionnelles des autres, n'ayant pas la force de continuer à nouer des relations avec eux.

Douleurs physiques fréquentes, en plus du développement de maladies psychosomatiques, telles que fatigue visuelle, maux de tête et douleurs musculaires, vertiges, troubles du sommeil, perte de poids, ulcères et autres troubles gastro-intestinaux, affections cutanées ou infections, parmi d'autres.


Les causes

Le syndrome d'épuisement professionnel est généralement dû à de multiples causes et trouve son origine principalement dans les professions de contact élevé avec les personnes, avec des heures de travail excessives. Il a été constaté dans de nombreuses recherches que le syndrome attaque en particulier lorsque le travail dépasse huit heures par jour, lorsque l'environnement de travail n'a pas été modifié pendant de longues périodes et lorsque la rémunération financière est insuffisante. L'épuisement professionnel se produit également en raison de désaccords avec des collègues et des supérieurs lorsqu'ils le traitent de manière incorrecte, cela dépend du fait d'avoir un climat de travail très mauvais dans les zones de travail, où les conditions professionnelles sont inhumaines.

Il existe deux facteurs de risque d'apparition du syndrome d'épuisement professionnel

1)
Le stress dû à la responsabilité, qui dépasse souvent les capacités de l'individu à les résoudre, et si l'on ajoute à cela l'incertitude de l'avenir, les problèmes économiques et les relations familiales avec peu de tolérance, ce sont de puissants déclencheurs.

2) La privation de sommeil et ses effets sur le travail et le rendement scolaire ont été étudiés et récemment soumis à des réglementations, il a été prouvé que la privation chronique de sommeil altère la concentration et modifie la capacité de prise de décision, ce qui augmente les erreurs avec des conséquences fatales.

Les causes les plus courantes sont les suivantes

* Manque de contrôle. Une incapacité à influencer les décisions qui affectent votre travail : comme votre emploi du temps, vos missions ou votre charge de travail qui pourraient conduire à l'épuisement du travail.

* Attentes professionnelles peu claires. Si vous n'êtes pas sûr du degré d'autorité dont vous disposez ou de ce à quoi votre superviseur ou d'autres personnes s'attendent, il est peu probable que vous soyez à l'aise au travail.

* Dynamique de travail dysfonctionnelle. Peut-être que vous travaillez avec une personne problématique au bureau, que vous vous sentez rabaissé par des collègues ou que votre patron ne prête pas suffisamment attention à votre travail.

* Différences de valeurs. Si les valeurs diffèrent de la façon dont votre employeur fait des affaires ou traite les plaintes, l'inadéquation peut avoir des conséquences.

* Mauvais ajustement de l'emploi. Si votre travail ne correspond pas à vos intérêts et capacités, il peut devenir de plus en plus stressant au fil du temps.

* Les extrêmes de l'activité. Lorsqu'un travail est toujours monotone ou chaotique, vous avez besoin d'une énergie constante pour rester concentré, ce qui peut contribuer à des niveaux plus élevés de fatigue et d'épuisement au travail.

* Manque de soutien social. Si vous vous sentez isolé au travail et dans votre vie personnelle, vous pouvez vous sentir plus stressé.

* Déséquilibre entre le travail, la famille et la vie sociale. Si votre travail prend beaucoup de temps et d'efforts et que vous n'avez pas assez de temps à passer avec votre famille et vos amis, cela peut vous brûler rapidement.

Effets psychologiques et sanitaires

Ignorer ou ne pas traiter le burnout peut avoir des conséquences importantes, notamment :

Stress excessif
Fatigue
Insomnie
Un débordement négatif dans les relations personnelles ou la vie familiale
Dépression
Anxiété
Abus d'alcool ou de substances
Atteinte cardiovasculaire
Cholestérol élevé
Diabète, en particulier chez les femmes
Infarctus cérébral
Obésité
Vulnérabilité aux maladies
Ulcères
Perte de poids
Douleurs musculaires
Migraines
Troubles gastro-intestinaux
Allergies
Asthme
Problèmes avec les cycles menstruels


Comment agir face au syndrome de burnout


Une personne touchée par le syndrome de Burnout doit tout d'abord prendre conscience de sa situation et reconnaître qu'elle n'est pas dans les conditions nécessaires pour continuer à mener à bien les tâches assignées à son travail. Par conséquent, il est important de considérer les recommandations suivantes :

* Gérer les facteurs de stress qui contribuent à l'épuisement professionnel. Une fois que vous avez identifié ce qui alimente vos symptômes de burnout, vous pouvez faire un plan pour résoudre les problèmes.

* Évaluez vos options. Discutez de problèmes spécifiques avec votre superviseur. Peut-être pouvez-vous travailler ensemble pour changer les expectatives ou trouver des engagements ou des solutions.

* Ajustez votre attitude. Si vous êtes devenu cynique au travail, réfléchissez à des moyens d'améliorer votre point de vue. Redécouvrez les aspects agréables de votre position. Établissez des relations positives avec vos pairs pour obtenir de meilleurs résultats. Faites de courtes pauses tout au long de la journée. Passez du temps à l'extérieur du bureau et faites ce que vous aimez.

* Cherchez du soutien. Qu’il vienne de collègues, d'amis, de proches ou d'autres, le soutien et la collaboration peuvent vous aider à faire face au stress et à l'épuisement au travail. Si vous avez accès à un programme d'aide aux salariés, profitez des services disponibles.

* Évaluez vos intérêts, vos capacités et vos passions. Une évaluation honnête peut vous aider à décider si vous devez envisager un autre emploi, tel qu'un emploi moins exigeant ou qui répond mieux à vos intérêts ou valeurs fondamentaux.

* Prendre soin de soi est essentiel, ce qui comprend apprendre à s'occuper et à interpréter les signaux du corps et les émotions qui apparaissent. Ainsi, par exemple, face au signal de tension, il peut être avantageux de s'accorder un moment de repos pour se détendre et respirer profondément avant de reprendre la tâche en cours.

* Séparez l'environnement de travail du personnel, apprenez à vous déconnecter à la fin de la journée de travail en effectuant des activités qui le facilitent, telles que les sports, la détente ou la culture de certains passe-temps ou hobbies.

* Rechercher un soutien familial et social, promouvoir des réunions et des activités de groupe.

En résumé, il est conseillé de garder un esprit ouvert tout en considérant les options, et si vous pensez que vous souffrez de ce syndrome, essayez de le corriger le plus tôt possible.

S'il est perçu que ces mesures ne suffisent pas à améliorer ou à surmonter la situation, il peut être essentiel de demander l'aide professionnelle d'un psychologue.


Différence entre le stress et l'épuisement professionnel

En plus de la dépression, le stress ressemble également étroitement à l'épuisement professionnel. Il est difficile de savoir quand le stress cesse d'être normal et quand un burnout apparaît.

Aperçu de ces deux problèmes


Stress => plus de stress => trop de stress => beaucoup de stress => burnout

On peut voir que le stress est finalement le précurseur de l'épuisement professionnel. Si le stress s'accumule, après un certain temps, cela entraîne un épuisement professionnel. Par conséquent, un burnout ne peut pas être déclenché sans avoir d'abord subi un certain degré de stress, mais au contraire, le stress peut se manifester parfaitement sans nécessairement conduire à un burnout.

Le stress n'est donc pas un trouble en soi, contrairement au burnout. On pourrait même dire qu'il est pratiquement impossible d'avoir une vie sans stress. Au contraire, l'épuisement professionnel est sans aucun doute un trouble.

Stress et burnout : un cercle vicieux


Par conséquent, il existe une différence significative entre le stress et l'épuisement professionnel. Mais surtout, ces deux problèmes finiront par plonger la personne dans un cercle vicieux. Le stress s'accumule, les choses ne sont plus aussi faciles qu'avant. Après un certain temps, vous commencez à éprouver certains problèmes de concentration et/ou des troubles de la mémoire, ce qui à son tour entraînera encore plus de stress. Cependant, souffrir de tous ces problèmes n'est pas normal non plus. Les symptômes d'épuisement professionnel commencent à se manifester. Parce que vous voulez réagir à ces symptômes, vous êtes encore plus stressé. Par conséquent, en tant que boule de neige, cela provoque encore plus de stress et, par conséquent, plus de symptômes d'épuisement professionnel.

Le stress est-il la seule cause d'épuisement professionnel ?

Le stress n'est pas la seule cause d'épuisement professionnel. Étant donné que l'épuisement professionnel est fondamentalement un trouble en soi, différents facteurs peuvent contribuer à l'apparition de l'épuisement professionnel. Par conséquent, l'épuisement professionnel est positionné comme une variante plus large et plus grave du stress qui, s'il n'est pas traité correctement, peut rapidement entraîner de graves dommages.

Comparaison des symptômes

Il est donc essentiel de garder à l'esprit que, contrairement au burnout, le stress n'est pas un trouble. C'est pourquoi l'épuisement professionnel aura des conséquences et des symptômes plus graves que le stress. Voici les principales caractéristiques de ce que nous vivons en cas de stress et d'épuisement professionnel :


Le stress
Burnout
Nous nous impliquons trop
Aucune ou moins d'implication
Nous souffrons d'émotions avec plus d'intensité
Nous éprouvons une diminution des émotions
Provoque l'hyperactivité
Provoque un sentiment d'abandon
Nous avons moins d'énergie
Nous avons moins de motivation et moins d'espoir
Peut entraîner de l'anxiété
Peut conduire à la dépression
Conséquences physiques
Conséquences émotionnelles
Risque accru de décès prématuré
Risque accru de perte de perspectives


Comment vaincre le syndrome du burnout ?

Il est important de partir du fait que les causes du syndrome proviennent de l'intérieur et en fonction des pensées et des décisions que nous adoptons, nous pouvons l'augmenter ou le diminuer.

Dans ces cas, il est très souhaitable que le travailleur dispose des outils nécessaires pour être résilient et surmonter avec succès ce syndrome. Dans ce cas, le travailleur doit améliorer sa capacité à gérer les situations pouvant conduire au syndrome d'épuisement professionnel.

Façons de lutter contre le syndrome d'épuisement professionnel

Voir des dessins animés. Cela vous permet de retourner à l'enfance et d'oublier le stress pour avoir une meilleure perspective de la vie. L'essence du conseil est de trouver quelque chose qui vous a excité enfant.

Demandez-vous "comment ?"
Une autre merveilleuse façon de surmonter l'épuisement professionnel est d'arrêter de dire “je ne peux pas” et de commencer à demander “comment ?”. Ne pas dire "je ne peux pas gérer ça", mais plutôt "comment puis-je gérer ça ?" Ce petit changement vous met dans une bien meilleure position mentale pour développer votre créativité, résoudre des problèmes et passer à autre chose, peu importe la stagnation que vous ressentez.

Utiliser des habitudes. Les habitudes sont un excellent outil pour lutter contre le ras-le-bol, car elles aident à réduire le processus de prise de décision consciente. Des choses comme manger sainement et faire de l'exercice sont souvent les premières à disparaître lorsque vous vous sentez très stressé, à moins que ce soit des habitudes si ancrées dans la vie quotidienne qu'elles soient déjà faites sans réfléchir.

Divisez les grands objectifs en petits objectifs. Parfois, l'épuisement professionnel survient lorsque l'objectif que nous voulons atteindre est trop grand. Plutôt que de laisser passer ce stress, prenez le temps de fragmenter les grands plans en objectifs plus faciles à gérer. De cette façon, il est beaucoup plus facile de commencer à travailler car la taille des affaires en cours est moins effrayante.

Astuce supplémentaire. Célébrez ces petites victoires en les terminant. Offrez-vous une petite récompense, comme une visite au cinéma ou une bière entre amis.

Modifiez l'environnement de travail
. Au lieu de perdre du temps à attendre l'inspiration dans un endroit qui n'aide manifestement pas, sortez et trouvez quelque chose de nouveau. Si vous le pouvez, essayez de travailler ailleurs. Si le temps le permet, travaillez à l'extérieur ou dans une cafétéria. Parfois, le simple changement de décor peut être rafraîchissant et suffisant pour combattre la fatigue.

Redéfinissez le succès. Par exemple, commencer à voir le processus de réalisation d'un travail aussi agréable que l'atteinte de l'objectif. Peut-être qu'il est temps de ralentir un peu le travail pour profiter des fruits de l'effort, sans l'usure qui l'accompagne.

Faites juste trois choses. L'une des principales causes de fatigue au travail est d'avoir une liste de tâches à remplir en permanence. Pour lutter contre cela, vous devez d'abord vous forcer à ne planifier que trois choses importantes chaque jour ouvrable. Cela permet de mieux hiérarchiser les affaires en cours et vous pousse à dire “non” si nécessaire. Cela vous aidera également à ne pas vous sentir tellement sous pression, en supposant que les éléments de votre liste de tâches ne sont pas des choses comme “écrire un livre” ou “démarrer une nouvelle entreprise”.

Cherchez un avis externe. Plusieurs fois, nous sommes tellement profondément dans nos problèmes que nous ne pouvons pas trouver une issue. Une nouvelle perspective – que ce soit celle d'un ami, d'un conseiller ou d'un membre de la famille – peut être définie lors de l'élaboration d'un plan sain pour sortir d'une situation stressante.

Trouvez des débouchés créatifs.
Un autre excellent outil qui aide à surmonter la fatigue au travail est de développer de nouveaux passe-temps et de passer du temps avec eux. Si vous n'avez pas de passe-temps, c'est le moment idéal pour essayer de faire quelque chose que vous avez toujours voulu essayer.

Envisagez de changer d'emploi. Plusieurs fois, la même entreprise pour laquelle vous travaillez puisse être la source d'épuisement professionnel. Il est peut-être temps de changer d'emploi si le travail quotidien est devenu désagréable ou si le patron ou les collègues de la zone créent un environnement toxique.

Prenez une période pour travailler “moins”. Réduisez les heures de travail ou prenez simplement des vacances. Ces pauses aident à se regrouper et à se concentrer sur ce qui est vraiment important.

Sachez quand il est temps de faire pression sur vous. Connaître ses propres faiblesses est essentiel pour lutter contre la fatigue. En fait, il n'y a rien de mieux pour mettre fin à l'épuisement professionnel que de se pousser à surmonter une faiblesse. Cela aidera à arrêter la procrastination.

N'abandonnez pas. Le problème du syndrome d'épuisement professionnel est qu'il est différent pour tout le monde. Ce qui a fonctionné pour certains n'est peut-être pas la clé pour d'autres, mais le secret est de ne jamais abandonner. Il existe une version saine, gérable et productive de la vie de chacun, il ne faut que peu de temps pour la trouver. Continuez donc à chercher et à essayer de nouvelles modifications jusqu'à ce que vous trouviez ce qui fonctionne. Vous ne savez jamais où ni quand vous pourriez trouver la solution à vos problèmes de productivité.


L'OMS reconnaît l'épuisement professionnel ou le “syndrome de burnout” comme une maladie

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement reconnu le “syndrome de burnout” ou l'épuisement professionnel comme une maladie après la ratification de la révision numéro 11 de la Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes ( CIM-11), approuvée en mai 2019 et dont l'entrée en vigueur a été fixée au 1er janvier 2022, qui comprend également l'abus de jeux vidéo en tant que trouble addictif.

La CIM définit l'univers des maladies, troubles, blessures et autres problèmes de santé connexes, c'est la norme internationale de classification diagnostique qui sert à signaler les maladies et les affections à des fins cliniques ou de recherche et constitue la base du suivi de l'évolution de la santé et obtenir des statistiques mondiales.

Selon l'OMS, l'épuisement professionnel ou le syndrome du travailleur brûlé a trois éléments : sentiment d'épuisement, détachement mental du travail et moins bonne performance au travail.

En général, le trouble est une conséquence du stress chronique au travail et se caractérise par un état d'épuisement émotionnel, une attitude cynique ou distante envers le travail (dépersonnalisation), et un sentiment d'inefficacité et de ne pas faire les tâches correctement. À cela s'ajoute la perte de compétences en communication.

Le syndrome d'épuisement professionnel est ainsi inclus parmi les principaux problèmes de santé mentale et dans l'antichambre de nombreuses pathologies psychologiques dérivées d'un mauvais contrôle et de l'absence de prévention primaire de ce syndrome.


Burnout parental ou syndrome des parents brûlés

Le burnout parental ou le syndrome des parents brûlés fait référence à un état d'inconfort psychologique qui inhibe les capacités d'une paternité saine de sorte qu'il finit par être vécu comme quelque chose de fastidieux, difficile et stressant.

On avait commencé à parler de l'épuisement professionnel en milieu de travail, mais actuellement le paradigme de la post-modernité en Occident a entraîné une série de changements dans la façon dont les relations familiales sont organisées et le concept d'épuisement parental apparaît. Depuis la fin du siècle dernier, on voit comment sont introduites de nouvelles organisations familiales qui s'adaptent à une société en mutation dont les fondations sont restructurées à la suite des avancées technologiques, économiques, politiques et sociales qui organisent la vie des individus.

Des changements dans les fonctions parentales qui peuvent provoquer l'épuisement parental

* Changement dans les rôles que chacun adopte à l'égard de la famille : des exemples archétypaux seraient la mère cadre et le père au foyer.

* Hausse des méthodes d'apprentissage et émergence de la conviction que les enfants doivent apprendre mieux quand ils sont plus jeunes un maximum de choses.

* Apparition d'objets technologiques qui assurent la médiation de la communication inter-familiale et la façon dont les parents interagissent avec leurs enfants (tablettes, mobiles, etc.).

* Introduction d'agents externes pour remplacer les fonctions parentales compte tenu de la faible disponibilité des parents (baby-sitter, grands-parents, crèche, etc.).

Ces changements et d'autres entraînent fréquemment une diminution de la qualité et du potentiel structurant des relations parents-enfants et une bonne santé mentale et émotionnelle en faveur de l'adaptation à une société qui, d'une part, vend des centaines de milliers de produits et méthodes éducatifs. Et d'un autre côté, elle met des obstacles à l'établissement d'une relation parent-enfant saine, stable et chaleureuse qui soit enrichissante et structurante pour tous les membres du groupe, et éviter ainsi un débordement qui est aujourd'hui connu sous le nom de syndrome d'épuisement parental.

Quelles sont les fonctions de base d'une bonne parentalité ?

Accompagner et favoriser le développement des capacités de l'enfant

Dans son livre "L'art d'aimer", le psychanalyste, sociologue et philosophe humaniste Erich Fromm consacre un chapitre à l'amour entre parents et enfants. La distinction qu'il fait entre les notions de “conduite” et d '“éducation” est très illustrative. Selon Fromm, le rôle des parents est d'éduquer, dont l'axe central réside dans la promotion du développement de l'individu afin qu'il puisse mettre en valeur ses capacités et ainsi pouvoir se déplacer dans un monde sûr et heureux. Ce point implique de développer un vrai intérêt pour les véritables intérêts de l'enfant et pour cela une relation de confiance authentique doit être établie.

En revanche, la conduite n'est qu'une référence à l'instauration de normes morales afin que l'enfant évite de faire ce qui est considéré comme mauvais et fasse ce qui est considéré comme juste sans avoir à montrer d'intérêt pour son monde intérieur ou pour son propre potentiel.

Fournir un contexte de sécurité émotionnelle stable et continu pendant son développement

Selon le pédiatre et psychanalyste anglais Donald Winnicot, les principales fonctions de la mère, dans un premier temps, et du père dans le second, sont: le «holding» ou le soutien – connecter avec les états internes de l'enfant, contenir et répondre à ses angoisses –, le «handling» ou manipulation – interagir avec lui, le stimuler, le caresser, jouer, etc. – et enfin «l'object presenting» ou la présentation d'objets – l'accompagnant dans sa rencontre avec la réalité extérieure et le développement de sa propre créativité –.

Causes de l'épuisement parental

Facteurs internes.
Ils font référence à des troubles parentaux ou à des difficultés psychologiques qui affectent l'organisation de la relation. Si tel est le cas, il est conseillé de consulter un psychothérapeute spécialisé.

Facteurs externes. Ils auraient à voir avec la disposition de la vie familiale. Toute disposition qui ne répond pas aux besoins émotionnels des enfants et des parents dans une conjonction harmonieuse est susceptible de générer un burnout.

Comment prévenir l'épuisement parental ?

Pour le bon fonctionnement de la famille, il est essentiel que des moments de jeu stables aient lieu entre parents et enfants et qui permettent la création et le développement d'un lien de confiance et de sécurité émotionnelles que les deux en ont  besoin pour vivre, de la jouissance de la relation, la renforçant ainsi pour qu’elle puisse tolérer les problèmes du quotidien.

Ce n'est pas un lien à sens unique où l'un dépend de l'autre. La santé émotionnelle et relationnelle de la mère et du père dépend également du fait qu'ils peuvent sentir qu'ils sont de bons parents. Le père et la mère doivent également être rétro-alimentés par le bébé ou l'enfant, qui en répondant en babillant ou en souriant à leurs attentions leur fait sentir qu'ils font bien les choses.

Ce fait, lorsqu'il est donné en continu, fournit des expériences satisfaisantes de paternité et de maternité qui sont progressivement intériorisées, établissant ainsi l'instauration d'un sentiment de père ou de mère heureux qui leur permet de mieux tolérer les éventuelles difficultés d'organisation qui peuvent survenir, et de tous les bienfaits que cela a pour l'enfant et son développement.

Voir aussi…


Aucun commentaire:

Publier un commentaire