lundi 30 décembre 2019

Le Changement Climatique Aura des Effets sur Notre Santé Mentale




La hausse des températures peut aggraver 
l'humeur et augmenter le risque de suicide

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations Unies, tenu en octobre 2018, a déclaré qu'il ne nous reste que 12 ans pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 degrés Celsius et éviter ainsi toute une série d'effets catastrophiques qui nuiront à toutes les nations du monde.

L'avertissement est sérieux : le temps presse et les conséquences sont fortes. L'élévation du niveau de la mer, les inondations, les incendies de forêt, les sécheresses et la famine ne sont que quelques-uns des effets mentionnés par les experts de plus de 90 pays qui ont présenté le rapport.

Nombre d'études existent sur les conséquences attendues du changement climatique en termes économiques, mais il y a une lacune sur les conséquences du changement climatique pour le bien-être et la santé humaine.


Le réchauffement climatique est également une menace pour le cerveau

Selon une étude réalisée par des chercheurs des universités Dalhousie, Ryerson et Toronto, publiée dans le magazine Ambio en septembre 2019, en 2100, 96% de la population mondiale pourrait ne pas avoir suffisamment accès à un acide gras oméga-3 essentiel au développement de cerveau, qui se produit naturellement.

Le réchauffement climatique peut réduire la disponibilité de l'acide docosahexaénoïque (DHA), l'acide gras le plus abondant présent dans le cerveau des mammifères, qui joue un rôle crucial dans des processus tels que la neuro-protection, la survie cellulaire et l'inflammation. Bien que cela soit nécessaire au développement neuronal et à la santé, les humains ne peuvent pas produire suffisamment de DHA, ils dépendent donc de l'obtention des nutriments par le biais d'un régime de poissons et de crustacés et / ou de la prise de suppléments.

Les chercheurs ont développé un modèle mathématique pour étudier la diminution possible du DHA disponible avec différents scénarios de réchauffement climatique. Dans la chaîne alimentaire aquatique, le DHA est principalement produit par les algues, et les réactions biochimiques impliquées dans le processus sont sensibles aux légères variations de température. Les auteurs ont découvert que si le réchauffement climatique se poursuivait sans cesse, la diminution de la production de DHA combinée à la croissance démographique pourrait empêcher 96% de la population mondiale d'avoir un accès suffisant au DHA provenant de la production halieutique nationale.

Les personnes qui vivent dans des pays à forte production de poisson et à populations relativement faibles, comme le Groenland, la Norvège, le Chili et la Nouvelle-Zélande, pourraient toujours consommer la dose recommandée de 100 mg par jour. Au contraire, les plus grands pays d'Asie de l'Est et du Sud-Est (comme la Chine, le Japon et l'Indonésie), ainsi que la plupart des pays d'Afrique, pourraient passer de la production d'un excès de DHA à un niveau inférieur au seuil de dose recommandé en 2100.

Selon le modèle, le réchauffement climatique pourrait entraîner une perte de 10 à 58% des DHA disponibles dans le monde au cours des 80 prochaines années. Une diminution des niveaux aura le plus grand effet sur les populations vulnérables et dans les périodes de développement humain, comme les fœtus et les enfants, et peut également affecter les mammifères prédateurs, en particulier ceux des régions polaires.

Pour prévoir la production mondiale annuelle de DHA dans chacune des zones de pêche des Nations Unies, les auteurs ont utilisé les données de la base de données du projet Sea Around Us, une initiative qui fournit des données de pêche reconstituées à l'appui des évaluations d'impact de la pêche dans les écosystèmes marins. Ils ont également utilisé les données des Nations Unies pour la capture mondiale des données sur la pêche continentale et la production aquacole.

Des augmentations de température ont été prévues en utilisant les scénarios de réchauffement climatique décrits dans le cinquième rapport d'évaluation (AR5) du Groupe d'experts intergouvernemental des Nations Unies sur l'évolution du climat (GIEC).

Les auteurs soulignent qu'il est également intéressant de voir que les zones de pêche en eau douce ont montré des déclins plus importants en DHA que dans les zones marines, en raison de l'augmentation prévue de la température en eau douce que dans les océans. Par conséquent, ils avertissent que les changements dans la disponibilité du DHA peuvent avoir un impact plus important sur les populations dans certaines régions du monde, en particulier en Afrique continentale.


Changement climatique : “Stress des adultes et angoisse des enfants”

Une étude de l'Australian National University, publiée par l'Institut du climat en mai 2019, “Stress des adultes et angoisse des enfants” : le changement climatique pourrait aussi avoir des impacts sur la santé mentale des populations.

Les dommages causés par le changement climatique ne sont pas que physiques. Le passé récent montre que les événements climatiques extrêmes entraînent également de sérieux risques pour la santé publique, incluant la santé mentale et le bien-être des communautés.

Au regard des épisodes climatiques  sécheresse, inondations  vécus ces dernières années par certaines régions d'Australie, l'étude constate que le bouleversement et la souffrance provoqués par un événement extrême peuvent persister pendant des années.

Une part significative des communautés touchées par de tels épisodes, jusqu'à une personne sur cinq, va souffrir des effets du stress, de la blessure émotionnelle et du désespoir.

Des abus d'alcool peuvent suivre des événements climatiques extrêmes et certaines études établissent même un lien entre des vagues de chaleur et de sécheresses et des taux de suicides plus élevés, selon l'organisme.

Les enfants apparaissent comme particulièrement vulnérables à l'anxiété et l'insécurité générées par l'incapacité des adultes à lutter contre le dérèglement climatique.

Cette étude va nous aider à comprendre la "face humaine" du changement climatique.


Dépression, anxiété... Le changement climatique trouble-t-il notre santé mentale ?

Des scientifiques de l’université de Berkeley et Stanford dans un article, publié dans la revue Science en 2013, faisaient le lien entre variations de température et augmentation de la violence.

Les scientifiques ont compilé les données de 60 études différentes. Selon eux, le changement climatique pourrait amplifier de manière considérable les conflits humains. Lorsque la chaleur dévie d’un degré de la normale saisonnière, la fréquence des violences entre personnes augmente de 4% et celle entre les groupes s’accroît de 14%.

Une des explications possibles tient au fait que les températures inhabituelles perturbent le sommeil. Nous avons un système de thermorégulation dans le cerveau. Il est bien démontré que plus la température nocturne est élevée, moins la personne dort bien. Elle sera moins reposée et donc plus irritable. Il existe un lien entre changement climatique et santé mentale. Un sujet encore peu pris en compte dans les politiques de prévention. Pourtant, les événements naturels extrêmes, amenés à se multiplier à l’avenir, n’ont pas que des conséquences physiques.


Impact négatif sur la santé mentale

Une étude réalisée par des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology, publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences en octobre 2018, a offert de nouvelles preuves abondantes sur l'impact négatif des changements climatiques sur la santé mentale.

Des études antérieures avaient déjà montré que l'augmentation des températures peut modifier les habitudes de sommeil, aggraver les humeurs et augmenter le risque de suicide.

Les scientifiques ont voulu vérifier si des températures extrêmes pouvaient également causer des problèmes de santé mentale tels que le stress, la dépression ou l'anxiété. Ils ont analysé les données sur la santé mentale d'environ deux millions de personnes aux États-Unis, compilées par le Center for Disease Control and Prevention entre 2002 et 2012.

Et l'équipe a comparé les données de santé mentale avec les enregistrements météorologiques au cours de la même période pour analyser s'il y avait une relation entre les événements météorologiques extrêmes et la santé mentale des participants.

Cela pourrait être décrit comme la plus grande enquête de surveillance de la santé publique au monde. Ils ont collecté des données sur environ deux millions de personnes pendant une décennie.

L'équipe de recherche a analysé les données de trois manières :

Des températures plus élevées et
des taux de précipitations plus
élevés coïncident avec des
périodes de pire santé mentale
Premièrement, ils ont observé les températures et les précipitations sur une période de 30 jours et les ont comparés avec la santé mentale des répondants au cours de cette même période. Des températures plus élevées et des taux de précipitations plus élevés coïncident avec des périodes de pire santé mentale. Par exemple, des mois avec au moins 25 jours de précipitations ont augmenté la probabilité de problèmes de santé mentale de 2%, tandis qu'une augmentation des températures mensuelles moyennes à plus de 30 degrés a augmenté de 0,5% la probabilité de troubles de santé mentale.

L'équipe a ensuite analysé les rapports météorologiques et de santé mentale pendant cinq ans dans différentes villes et a découvert qu'une augmentation des températures de 1 degré était liée à une augmentation de 2% des problèmes de santé mentale.

Enfin, l'équipe a examiné les rapports sur la santé mentale des personnes touchées par l'ouragan Katrina et les a comparés avec les rapports de personnes dans des villes similaires qui n'avaient pas été touchées par l'ouragan. Les personnes touchées par Katrina étaient 4% plus susceptibles de souffrir de problèmes mentaux.

La grande question qui reste à résoudre est la raison de cette corrélation. Ceci est très important, car la réponse à ces problèmes sera très différente si les effets négatifs des augmentations de température sont dus à des interruptions du sommeil ou si les températures influencent également la santé mentale et l'humeur par d'autres moyens.

Être exposé à des conditions météorologiques extrêmes peut provoquer du stress, ce qui entraîne à son tour une mauvaise santé mentale. Ou des températures élevées peuvent réduire les comportements sains comme faire de l'exercice et bien dormir, et c'est ce qui précipite les problèmes mentaux.

Les inquiétudes concernant le changement climatique lui-même, en particulier chez les habitants des zones côtières, pourraient également affecter le bien-être des populations.

Les chercheurs concluent qu'ils ne savent pas exactement pourquoi les températures élevées causent des problèmes de santé mentale, mais ce qui est clair, c'est que c'est un problème qui affectera de plus en plus de personnes à l'avenir.


Le changement climatique a des effets au-delà de l'environnement

Selon un rapport de l'American Psychological Association et ecoAmerica, intitulé "La santé mentale et notre changement climatique : impacts, implications et orientation" et publié en avril 2017, le changement climatique a également un impact significatif sur la santé mentale.

Le climat sévère induit par le changement climatique et d'autres catastrophes naturelles a les effets les plus immédiats sur la santé mentale sous la forme de traumatismes et d'émoi dus à des blessures corporelles, à la perte d'un être cher, à des dommages ou à la perte de biens personnels ou même à la perte de moyens de subsistance, selon le rapport. La peur, la colère, les bouleversements et d'autres émotions négatives intenses qui peuvent dominer la réponse initiale des gens peuvent éventuellement disparaître, pour être remplacés par un trouble de stress post-traumatique.

Les changements climatiques affectent l'agriculture, les infrastructures et l'habitabilité, ce qui à son tour affecte le travail et la qualité de vie et peut forcer les gens à émigrer. Ces effets peuvent entraîner la perte de l'identité personnelle et professionnelle, des structures de soutien social, un sentiment de contrôle et d'autonomie et d'autres impacts sur la santé mentale, tels que des sentiments d'impuissance, de peur et de fatalisme.

Des niveaux élevés de stress et d'anxiété sont également liés à des effets sur la santé physique, comme un système immunitaire affaibli. La préoccupation concernant les impacts réels ou potentiels du changement climatique peut conduire à un stress qui peut s'accumuler au fil du temps et éventuellement conduire à des problèmes liés au stress, tels que la toxicomanie, les troubles anxieux et la dépression, selon une recherche examinée dans le rapport.

Le changement climatique a également des répercussions sur la santé mentale au niveau communautaire. Selon ce document, il a été démontré que les changements aigus et à long terme augmentent l'hostilité et l'agression interpersonnelle et intergroupes, et contribuent à la perte d'identité sociale et de cohésion. Certaines communautés défavorisées, telles que les communautés autochtones, les enfants et les communautés qui dépendent de l'environnement naturel peuvent subir des effets disproportionnés sur la santé mentale.

La clé pour lutter contre les effets psychologiques négatifs possibles du changement climatique, selon les auteurs du rapport, est la construction de la résilience. Il comprend une section dédiée à offrir des conseils pour aider les professionnels à soutenir et à promouvoir la santé mentale des individus et des communautés et à les aider à former une résistance psychologique. Une recommandation est de guider les gens à soutenir et à maintenir leurs réseaux sociaux. La capacité personnelle des individus à résister à un traumatisme augmente lorsqu'ils sont connectés à leurs réseaux “hors ligne“ et “en ligne”.

Les chercheurs ont découvert que des niveaux plus élevés de soutien social pendant et après une catastrophe sont associés à des taux de détresse psychologique plus faibles.

Le rapport souligne également que l'adoption de politiques et de choix de vie respectueux de l'environnement peut avoir un effet positif sur la santé mentale. Par exemple, le choix de faire du vélo ou de marcher pour se rendre au travail a été associé à des niveaux de stress plus faibles. Si la marche ou le vélo pour se rendre au travail n'est pas pratique ou dangereux, l'utilisation des transports en commun a été liée à une augmentation de la cohésion communautaire et à une réduction des symptômes de dépression et de stress, selon le rapport.

De plus, une plus grande accessibilité aux parcs et autres espaces verts pourrait être bénéfique pour la santé mentale, car il a été démontré que passer plus de temps dans la nature réduit les niveaux de stress et les maladies liées au stress, quel que soit le statut socio-économique, l'âge ou le sexe.


Dépression de l’adolescent : grandir dans un air pollué multiplie le risque par quatre

Selon une étude menée par des scientifiques du Kings College de Londres, publiée dans la revue Psychiatry Research en février 2019, les enfants de 12 ans exposés à un air riche en particules fines et en dioxyde d'azote auraient 3 à 4 fois plus de risques de développer une dépression à 18 ans.

Dans l’analyse de la façon dont les polluants atmosphériques communs affectent la santé mentale des adolescents, les chercheurs ont constaté que les jeunes enfants étaient trois à quatre fois plus susceptibles de déclencher une dépression à 18 ans s’ils avaient été exposés à un air pollué à l’âge de 12 ans. La comparaison avec les travaux antérieurs indique que la pollution atmosphérique est un facteur de risque plus important que l’abus physique en augmentant le risque de dépression chez les adolescentes.

Les scientifiques ont déclaré que leurs résultats sont particulièrement significatifs parce que 75% des problèmes de santé mentale commencent dans l’enfance ou l’adolescence, lorsque le cerveau se développe rapidement. Leur recherche suggère également un lien entre l’air toxique et le comportement antisocial.

L’étude combine le suivi d’un groupe d’enfants à Londres avec des données très poussées sur les niveaux de pollution atmosphérique. Sur les 284 enfants étudiés, ceux qui vivaient dans les 25% des zones les plus polluées à l’âge de 12 ans ont déclaré trois à quatre fois plus de  dépression à 18 ans, comparativement à ceux qui vivaient dans les 25% des zones les moins pollués.

Les polluants atmosphériques passent dans le cerveau et provoquent une inflammation. Les particules polluantes sont assez petites pour traverser la barrière hémato-encéphalique et il y a de gros liens entre l’inflammation dans le cerveau et le développement de symptômes dépressifs. Les enfants et les adolescents sont particulièrement vulnérables. Leur cerveau se développe, les hormones changent énormément, et ils sont exposés à beaucoup de choses stressantes, comme la formation de leur relation avec le monde, ainsi que les examens et la recherche de travail.

Le comportement antisocial des adolescents multiplié par cinq. L’augmentation du risque de comportement antisocial était de trois à cinq fois plus élevée chez les enfants ayant grandi dans la pollution atmosphérique la plus importante. Les chercheurs ont pris en compte d'autres facteurs pouvant affecter la santé mentale, tels que les antécédents familiaux de maladie mentale, le niveau de revenu, l'intimidation et les habitudes tabagiques. Ils ont également observé des niveaux d'anxiété et de TDAH, mais n'ont trouvé aucun lien avec la pollution atmosphérique.

*    *
*
Chaleur et cerveau

Température corporelle

Les êtres humains sont des homéothermes. Pour que notre corps fonctionne bien, nous devons maintenir sa température constante quelle que soit la température extérieure. Et considérant que l'être humain habite la planète entière, des pôles à l'équateur, les variations auxquelles il est soumis sont très importantes.

Dans des conditions de santé et avec une activité modérée, la température corporelle interne varie moins de 0,6°C par jour, entre 36,7 et 37° C chez la plupart des gens. Alors que la température ambiante peut varier de plusieurs degrés.

Schéma du métabolisme humain
Sans un système d'isolation efficace, notre corps perdrait de la chaleur pour adapter sa température à celle de l'extérieur et ne pourrait pas fonctionner correctement. La peau, le tissu sous-cutané, mais surtout les graisses garantissent cette isolation : pour chaque millimètre d'épaisseur de graisse on peut "résister" 1,5°C de moins que la température extérieure. Avec notre “habit naturel”, nu, nous pouvons conserver la chaleur interne du corps (36'7-37°C) et de la peau à une température très proche de celle de l'extérieur. Chez une personne en bonne santé, le fonctionnement normal du corps génère de la chaleur.

Le métabolisme, un processus très complexe de réactions chimiques par lequel nous transformons les aliments en structures corporelles et l'énergie pour fonctionner, produit de la chaleur en continu.

Pendant la croissance, avec l'exercice, si nous souffrons d'une maladie inflammatoire ou sommes nerveux, le métabolisme s’accélère et augmente la production de chaleur.

Régulation de la température corporelle

Heureusement, nous sommes équipés de mécanismes efficaces pour libérer cette chaleur.

Le rayonnement est le plus important. Le 60% du refroidissement corporel quotidien est effectué par rayonnement. Le sang coule des profondeurs de notre corps vers la peau et transporte  conduit  la chaleur avec lui. Plus le sang circule rapidement à travers la peau, plus nous perdons de chaleur parce que nous le rayonnons.

Pour réguler le passage du sang vers la peau, et avec lui la perte de chaleur plus ou moins importante, les vaisseaux se contractent  conduisent moins de chaleur  ou se dilatent  laissent passer plus de chaleur . Les récepteurs de température de la peau informent le cerveau de la température extérieure. Les informations sont analysées dans une zone spécifique de l'hypothalamus qui agit comme un “thermostat” et, par le biais du système nerveux sympathique, dirige les vaisseaux sanguins à se contracter ou à se dilater.

La conduction contribue beaucoup moins à notre “refroidissement”. Seulement 3% de la chaleur est libérée par contact direct de la peau avec des objets. Lorsque nous transmettons notre chaleur, nous les chauffons pour correspondre à la température avec eux, ce qui en fait un isolant qui arrête immédiatement de refroidir.

La convection est une forme particulière de conduction. Si l'air ("objet" gazeux) est plus froid que la peau, il se réchauffe immédiatement et correspond à notre température. Mais s'il y a du courant, l'air se déplace autour de nous et se "renouvelle", nous lui transmettrons continuellement de la chaleur. De cette façon, nous pouvons perdre jusqu'à 12% de la chaleur corporelle. Lorsque la conduction se produit dans l'eau, elle est beaucoup plus intense et la perte de chaleur est plus importante.

L'évaporation nous permet d'éliminer jusqu'à 20% de la chaleur excessive. L'évaporation est la perte d'eau, sous forme de vapeur, à travers la peau et les poumons. Nous ne le réalisons même pas, mais de cette façon, environ 600 ml d'eau sont perdus par jour, soit environ 384 calories, quoi que nous fassions, cela ne peut pas être régulé.

La transpiration est ajoutée à cette forme insensible de perte de chaleur, une forme spéciale d'évaporation qui peut être régulée. Et là encore, l'hypothalamus et le système sympathique interviennent. Lors de la transpiration, la peau est recouverte d'eau qui, lorsqu'elle s'évapore, se refroidit. Mais si la température et l'humidité de l'environnement sont élevées, la sueur ne s'évapore pas et la chaleur au lieu de diminuer augmente, c'est pourquoi nous supportons mieux les climats de chaleur sèche.

Comment la chaleur excessive nous affecte

Dans des circonstances normales, les personnes en bonne santé ont un excellent mécanisme pour réguler la température corporelle. Mais quand il fait très chaud, cela nous affecte et il y a un risque que notre thermorégulation soit dépassée.

Nous sommes plus fatigués

D'une part, l'insomnie apparaît. L'hypothalamus régule les cycles de sommeil et d'éveil, pour cela il est guidé par des stimuli externes, tels que la lumière et la température, qui indiquent au cerveau quand le sommeil doit être induit.

Une chaleur excessive perturbe cette régulation normale du sommeil. Il nous est difficile de nous endormir et nous nous réveillons plusieurs fois au cours de la nuit  sommeil fragmenté  donc notre cerveau voit interrompues les fonctions qu'il doit réaliser pendant la nuit et il ne peut pas les compléter. Pendant la journée nous subissons les conséquences d'un mauvais repos nocturne, nos performances diminuent et la qualité de vie empire.

D'un autre côté, la chaleur diminue la propagation de l'influx nerveux et la contraction musculaire génère plus de chaleur corporelle. Ainsi, le cerveau reçoit des signaux de fatigue qui nous causent le sentiment de lassitude et le manque d’envie si caractéristique en été.

A tout ce qui précède s'ajoute la perte d'eau. Par l'évaporation cutanée et respiratoire, et bien sûr par la transpiration. Augmente la somnolence, la fatigue musculaire et favorise l'accumulation de toxines dans le corps.

Coup de chaleur

Lorsque les conditions climatiques sont extrêmes, des températures élevées avec un pourcentage élevé d'humidité, les mécanismes qui maintiennent la température corporelle peuvent être dépassés, même chez les personnes en bonne santé.


Si la température interne atteint 40°C, les tissus sont blessés et subissent des dommages irréversibles, appelés coup de chaleur. L'hypothalamus perd sa capacité de régulation, diminue la vasodilatation et la transpiration, et le corps ne peut pas libérer de chaleur excessive tout en maintenant une température dangereusement élevée.

Les fonctions cérébrales sont altérées, des maux de tête apparaissent, la personne est confuse et léthargique, ressent des nausées, des vertiges et des crampes musculaires. Les tissus sont endommagés par l'apparition d'hémorragies locales dans le cerveau, les reins et le foie. Les séquelles sont généralement irréversibles. Si rien n'est fait, la température corporelle continue d'augmenter et provoque la mort.


Santé mentale et bien-être

Il est important de prendre en compte les dommages collatéraux causés par le changement climatique dans la santé mentale. Les effets vont du stress minimal  acceptable  et des symptômes de détresse  lorsque le stress commence à être nocif aux troubles cliniques, tels que l'anxiété, la dépression, le stress post-traumatique et les tendances suicidaires.

Ces effets se produisent rarement seuls, mais sont combinés avec d'autres facteurs de stress environnementaux et sociaux. L'interaction et l'effet cumulatif sont des facteurs critiques pour la santé mentale. Certaines personnes se rétablissent, mais d'autres entrent dans une spirale de dysfonctionnement psychologique chronique, surtout si elles vivent dans des zones où l'effet du changement climatique ou de ses épisodes spécifiques sous forme de catastrophes naturelles devient plus palpable.

Le traitement pharmacologique de certaines maladies mentales augmente la vulnérabilité des patients au stress thermique (certains médicaments inhibent la fonction de thermorégulation du corps).

Certains contaminants tels que le plomb et le mercure, ainsi que les particules fines en suspension, affectent le cerveau.

L’éco-anxiété. Une sorte de climato-dépression, cette nouvelle catégorie de trouble mental a été conceptualisée par la chercheuse belgo-canadienne Véronique Lapaige. Toutes les problématiques d’évolution entraînent une peur de ne pas être adapté, cela crée des angoisses de masse. Ce blues semble plus présent chez les jeunes.

Recommandation sanitaire. L'une est la prévention primaire, qui va à la racine du problème : la réduction des émissions de carbone. Et nous devons nous préparer à nous adapter à un environnement différent. Même si nous fermons le robinet des émissions de gaz à effet de serre demain, les températures augmenteront et le régime des pluies changera.

Pour l'instant, la littérature scientifique montre que les personnes âgées, les enfants, les femmes enceintes et les personnes qui ont déjà des problèmes de santé sont parmi les plus vulnérables. La situation géographique et les inégalités socio-économiques influencent également.

Il y a un manque relatif d'études à long terme et une difficulté à comparer les groupes affectés avec les groupes “témoins” pour évaluer les autres facteurs impliqués.


Changement climatique : que peut-on faire pour empêcher le réchauffement climatique

Utiliser les transports en commun

* Marcher ou faire du vélo ou utiliser les transports en commun, au lieu de la voiture, réduira les émissions de carbone et vous gardera également en forme.

* Utiliser un véhicule électrique et choisir le train à la place de l’avion pour les voyages.

* Annuler un voyage d'affaires et utiliser plutôt des vidéoconférences.

Économiser l'énergie

* Mettre des vêtements mouillés à sécher au soleil au lieu d'utiliser de sèche-linge, et essayer d'économiser le maximum d'électricité.

* Utiliser des températures plus élevées pour refroidir les pièces ou plus basses pour les chauffer.

* Isoler le toit de la maison pour éviter les pertes de chaleur pendant les hivers.

* Éteindre et débrancher les appareils électro-ménagers lorsqu'ils ne sont pas utilisés.

* Adopter une source d'énergie renouvelable pour certains des besoins du foyer, comme le chauffe-eau solaire.

Essayer de consommer moins de viande

La production de viande rouge entraîne un nombre significativement plus élevé d'émissions de gaz à effet de serre que le poulet, les fruits, les légumes et les céréales.

* Manger moins de viande et essayer de consommer plus de légumes et de fruits.

* Réduire la consommation de produits laitiers car ils impliquent des émissions de gaz à effet de serre résultant de la production et du transport.

* Acheter plus d'aliments saisonniers d'origine locale.

Réduire et réutiliser... même l'eau

On nous a parlé des avantages du recyclage à maintes reprises tout au long de notre vie. Mais la vérité est que le transport et le traitement des matières à recycler impliquent également l'émission de dioxyde de carbone.

* Réduire les déchets et essayer de réutiliser les matériaux déjà utilisés, cela peut marquer un changement.

* Il en va de même pour l'eau. Une alternative est la collecte des eaux de pluie.

Informer et éduquer les autres

* Rencontrer nos voisins pour partager des alternatives et s'instruire mutuellement sur la façon d'établir une vie communautaire durable.

* Créer des "réseaux partagés" qui peuvent aider à grouper les ressources, telles que les tondeuses à gazon ou les outils de jardin, et ainsi atteindre un niveau de vie plus vert.

Tous ces changements, lorsqu’ils sont pratiqués quotidiennement par des milliers de millions des personnes, permettra un développement durable sans presque aucun impact sur leur bien-être.

Voir aussi…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire