samedi 29 février 2020

Trouble Affectif Saisonnier (TAS)




Le trouble affectif saisonnier (TAS) est un type de dépression liée aux changements saisonniers. Il commence généralement à la fin de l'automne et au début de l'hiver et disparaît au printemps et en été. Certaines personnes ont des épisodes de dépression qui commencent au printemps ou en été, mais c'est beaucoup moins courant.

Ce trouble a été découvert en 1984 par Rosenthal et ses collaborateurs. Cette équipe a découvert au cours de sa recherche que certaines personnes présentaient un schéma de symptômes très similaire à ceux de la dépression mais ces symptômes n'apparaissaient qu'à certaines périodes de l'année, coïncidant généralement avec les mois les plus froids et avec moins de lumière. L'équipe de Rosenthal a qualifié ce phénomène de “seasonal depression”.

Il est également connu sous le nom de dépression hivernale, dépression saisonnière.

Le TAS peut affecter les adultes, les adolescents et les enfants. On estime qu'environ 6 personnes sur 100 (6%) ont un TAS. La prévalence du TAS varie d'une région à l'autre. Une étude menée aux États-Unis a révélé que les taux de TAS étaient sept fois plus élevés chez les habitants du New Hampshire qu'en Floride, ce qui suggère que plus une personne vit loin de l'équateur, plus elle a de chances de développer le TAS. Les gens qui vivent plus au sud de l'équateur ont plus d'heures d'ensoleillement dans la journée pendant les mois d'hiver. Fait intéressant, lorsque les personnes atteintes de TAS se rendent dans des régions de latitude inférieure pendant l'hiver, elles ne souffrent pas de leurs symptômes saisonniers. Cela soutient la théorie selon laquelle le TAS est lié à l'exposition à la lumière solaire.

La plupart des gens ne souffrent pas de dépression saisonnière, même s'ils vivent dans des régions où les journées sont plus courtes pendant les mois d'hiver. Les experts ne comprennent pas très bien pourquoi certaines personnes sont plus susceptibles d'avoir le TAS. Il se peut que certaines personnes soient plus sensibles que d'autres aux variations de lumière et, par conséquent, puissent subir des changements plus dramatiques dans la production hormonale qui dépendent de leur exposition à la lumière.

Comme les autres formes de dépression, les femmes sont quatre fois plus susceptibles de développer un TAS que les hommes, tout comme les personnes ayant des proches qui ont souffert de dépression. De plus, la biologie, la chimie du cerveau, les antécédents familiaux, l'environnement et les expériences de vie individuelles peuvent rendre certaines personnes plus susceptibles de développer un TAS et d'autres formes de dépression.

Les chercheurs continuent leur recherche sur les causes du TAS et pourquoi certaines personnes sont plus susceptibles que d'autres de l'avoir.


Les causes du TAS

Les experts estiment que dans le TAS, la dépression est en quelque sorte déclenchée par la réponse du cerveau à une exposition réduite à la lumière naturelle. Personne ne comprend parfaitement comment ni pourquoi cela se produit. Les théories actuelles sur les causes du TAS se concentrent sur le rôle que la lumière du soleil pourrait jouer dans la production d'hormones clés par le cerveau. Les experts estiment que deux substances chimiques spécifiques dans le cerveau, la mélatonine et la sérotonine  les neurotransmetteurs , pourraient être impliquées dans le TAS. Ces deux hormones aident à réguler les cycles d'alerte-sommeil, l'énergie et l'humeur. Des jours plus courts et des heures sombres plus longues en automne et en hiver peuvent provoquer une augmentation des niveaux de mélatonine et une diminution des niveaux de sérotonine, ce qui pourrait créer des conditions biologiques de dépression.

La mélatonine est l’hormone qui régule le sommeil, et il n'y a pas assez de vitamine D. Le corps produit cette hormone en plus grande quantité lorsqu'il fait noir ou lorsque les jours sont plus courts. Cette augmentation de la production de mélatonine peut rendre une personne somnolente et léthargique.

La sérotonine est connue comme l'hormone du bonheur, cette hormone est responsable de nous garder énergiques et actifs pendant la journée, lorsque cette hormone devient inapte, notre humeur baisse et nous nous sentons plus fatigués et irritables. La production de sérotonine augmente lorsqu'une personne est exposée au soleil, donc les niveaux de sérotonine sont susceptibles d'être plus bas en hiver, lorsque les jours sont plus courts. De faibles niveaux de sérotonine sont associés à la dépression, donc l'augmentation de la disponibilité de la sérotonine aide à lutter contre la dépression.

L'intestin  notre deuxième cerveau  au secours de la dépression saisonnière

L'axe cerveau-intestin est un système de communication bidirectionnel qui relie le système nerveux et le système gastro-intestinal. La sérotonine est un lien commun entre ces systèmes. La sérotonine est produite par les cellules endocrines et agit comme une hormone paracrine (forme de signalisation cellulaire), transportée par le sang lié aux plaquettes.

Entre 80 et 90% de la sérotonine, notre “hormone de la bonne humeur”, se trouve dans le tube digestif et 95% est synthétisée dans les intestins.

La sérotonine régule ainsi le processus de la digestion et le système immunitaire. Elle peut également arriver dans la circulation sanguine et atteindre l'hypothalamus qui joue un rôle dans la gestion de nos émotions.

À leur tour, via le nerf vague, nos émotions perturbent notre ventre et le stress est responsable du nœud dans notre estomac ; inversement il provoque provoque un microbiote déséquilibré, des lésions du tractus gastro-intestinal qui remontent via le nerf vague vers cerveau, où elles préparent le terrain pour le développement de conditions neurologiques telles que la maladie de Parkinson, l'autisme et le trouble affectif saisonnier.


Symptômes

Dans la plupart des cas, les symptômes du trouble affectif saisonnier apparaissent à la fin de l'automne ou au début de l'hiver et disparaissent pendant les jours les plus ensoleillés du printemps et de l'été. Moins fréquemment, les personnes qui présentent le schéma opposé présentent des symptômes qui commencent au printemps ou en été. Dans les deux cas, les symptômes peuvent être légers au début et s'aggraver au fil de la saison. Une personne atteinte de TAS présentera plusieurs changements particuliers dans la façon dont elle se sent et agit normalement. Ces changements se produisent selon un schéma saisonnier prévisible. Les symptômes du TAS et ceux de la dépression sont les mêmes, mais une personne atteinte du TAS peut montrer tout ou partie des symptômes suivants :

* Se sentir déprimé une grande partie de la journée, presque tous les jours
* Perte d'intérêt pour des activités autrefois appréciées
* Avoir une faible énergie
* Difficulté à s'endormir
* Souffrir de changements de poids ou d'appétit
* Se sentir paresseux ou agité
* Avoir du mal à se concentrer
* Se sentir désespéré, inutile ou se sentir coupable
* Avoir des pensées récurrentes de mort ou de suicide.

Deux symptômes typiques distinguent toutefois la dépression hivernale des formes plus classiques. Les personnes touchées ont tendance à manger davantage et de manière compulsive, avec des envies irrépressibles d’aliments sucrés. Dans 70 à 80% des cas d’ailleurs, ces comportements entraînent une prise de poids. On constate aussi des besoins de sommeil plus importants durant cette période de l’année.

Trouble affectif saisonnier au printemps et en été

Le SAD (seasonal affective disorder) du printemps et de l'été est caractérisé par l'anxiété, l'insomnie, l'irritabilité et la perte de poids. Les symptômes ressemblent plus à une manie qu'à une dépression.

Les causes du trouble affectif saisonnier en été sont très différentes :

* Les températures élevées affectent les niveaux d'activation de certaines personnes qui ne tolèrent pas la chaleur.

* Les souvenirs des étés précédents.

* Une faible estime de soi et une mauvaise image corporelle peuvent provoquer cette tristesse soudaine et ce désespoir pendant les mois les plus ensoleillés et chauds de l'année.

Les symptômes spécifiques du trouble affectif saisonnier qui apparaît en été sont les suivants :

* Troubles du sommeil (insomnie)
* Manque d'appétit
* Amaigrissement
* Nervosité ou anxiété

Changements saisonniers du trouble bipolaire


Chez certaines personnes atteintes de trouble bipolaire, le printemps et l'été peuvent provoquer des symptômes de manie ou une forme de manie moins intense (hypomanie), et l'automne et l'hiver peuvent être une période de dépression.


Facteurs de risque

Le trouble affectif saisonnier est diagnostiqué plus fréquemment chez les femmes que chez les hommes. De plus, ce trouble est plus fréquent chez les jeunes adultes que chez les adultes plus âgés.

Certains facteurs qui peuvent augmenter les risques de souffrir d'un trouble affectif saisonnier sont :

* Antécédents familiaux. Les personnes atteintes d'un trouble affectif saisonnier sont plus susceptibles d'avoir des parents consanguins atteints de ce trouble ou d'une autre forme de dépression.

* Avoir une dépression majeure ou un trouble bipolaire. Si vous souffrez de l'un de ces troubles, les symptômes de la dépression peuvent s'aggraver selon la saison.

* Vivre loin de l'équateur. Le trouble affectif saisonnier semble être plus fréquent chez les personnes qui vivent très au nord ou au sud de l'équateur. Cela peut être dû à une plus faible quantité de soleil pendant l'hiver et parce que les jours pendant les mois d'été sont plus longs.

Complications

Les signes et symptômes du trouble affectif saisonnier doivent être pris au sérieux. Comme pour les autres types de dépression, les troubles affectifs saisonniers peuvent s'aggraver et entraîner des problèmes s'ils ne sont pas traités. Certains d'entre eux peuvent être :

* Retrait social
* Problèmes à l'école ou au travail
* Toxicomanie
* Autres troubles de santé mentale, tels que l'anxiété ou les troubles de l'alimentation
* Pensées ou comportements suicidaires.


Diagnostic TAS

Les médecins et les professionnels de la santé mentale diagnostiquent le TAS après une évaluation minutieuse. Il est également important d'avoir un examen médical pour s'assurer que les symptômes ne sont pas dus à une condition médicale qui nécessite un traitement. La fatigue, et le manque d'énergie pourraient être des signes d'une autre condition médicale comme l'hypothyroïdie, l'hypoglycémie ou la mononucléose. Il existe d'autres troubles médicaux qui peuvent provoquer des changements d'appétit, du sommeil ou une fatigue excessive.


Traitement TAS

Le traitement peut aider à prévenir les complications, surtout si le trouble affectif saisonnier est diagnostiqué et traité avant l'aggravation des symptômes.

Lorsqu'il est déterminé qu'une personne souffre de TAS, les médecins peuvent recommander l'un des traitements suivants :

Une plus grande exposition à la lumière

Étant donné que les symptômes du TAS sont déclenchés par un manque d'exposition à la lumière et ont tendance à disparaître d'eux-mêmes lorsque la lumière disponible augmente, le traitement du TAS implique souvent une exposition accrue à la lumière pendant les mois d'hiver. Pour une personne qui présente des symptômes légers, il peut être suffisant de passer plus de temps à l'extérieur pendant les heures de clarté naturelle, en faisant de l'exercice à l'extérieur ou en marchant quotidiennement. Les ampoules à spectre complet (lumière naturelle) qui peuvent être utilisées dans les lampes ordinaires peuvent aider à apporter un peu plus de lumière naturelle à la maison pendant les mois d'hiver et pourraient aider à soulager les symptômes bénins.

Luminothérapie ou phytothérapie

Les symptômes les plus graves du TAS peuvent être traités par luminothérapie. La luminothérapie comprend l'utilisation d'une lumière spéciale qui simule la lumière du jour. Une boîte à lumière ou un panneau spécial est placé sur une table ou un bureau et la personne s'assoit devant la lumière pendant une courte période de temps chaque jour (environ 45 minutes par jour, généralement le matin). La personne doit regarder la lumière de côté de temps en temps et ne pas la regarder de front pendant de longues périodes.

Pour que la lumière agisse, elle doit être absorbée par la rétine. Les symptômes ont tendance à s'améliorer en quelques jours dans certains cas ou en quelques semaines dans d'autres. Généralement, les médecins recommandent d'utiliser la luminothérapie jusqu'à ce que la lumière naturelle extérieure soit suffisante.

La luminothérapie doit être utilisée sous la surveillance d'un médecin. Les personnes souffrant d'un autre type de trouble dépressif, de peau sensible à la lumière ou de problèmes de santé qui rendent les yeux vulnérables aux dommages causés par la lumière doivent utiliser la luminothérapie avec prudence. Les lumières utilisées en phytothérapie pour le TAS doivent filtrer et éliminer les rayons ultraviolets nocifs. Les lits de bronzage ou les cabines ne doivent pas être utilisés pour soulager les symptômes du TAS. Certains effets secondaires bénins de la phytothérapie pourraient inclure des maux de tête ou une fatigue oculaire.

Effets secondaires passagers. Des effets secondaires sont possibles, mais ils sont généralement minimes et transitoires : céphalées passagères, tensions oculaires, nausées, sensation d’hyperactivité, transpiration, somnolence, insomnie, sensation de sable dans les yeux, par exemple.

Le principe de la luminothérapie

Nos yeux sont dotés de cellules spécialisées dans la reconnaissance de la luminosité. Ces cellules, dites ganglionnaires, sont situées dans la rétine. La nuit, elles détectent la baisse de luminosité et transmettent cette information à la glande pinéale, située dans le cerveau. Cette glande provoque la sécrétion de mélatonine et prépare notre corps à l’endormissement. En automne et en hiver, alors que la luminosité extérieure faiblit, il arrive que ces cellules ne perçoivent pas que le jour s’est levé. Le taux de mélatonine dans le sang reste anormalement élevé, ce qui explique la sensation de fatigue inhabituelle. Le principe de la luminothérapie, l’exposition de l’œil à une lumière proche de la lumière du soleil, mais sans infrarouges ni ultraviolets, permet de compenser l’absence de lumière et de bloquer la production de mélatonine.

En stimulant directement les cellules de l’œil, la luminothérapie permet d’une certaine manière de pallier le dérèglement de notre horloge interne et de couper court aux symptômes de la dépression saisonnière. En effet, la mélatonine peut également avoir un effet sur l’humeur et les circuits sérotoninergiques, également impliqués dans la dépression.

Thérapie par la parole ou psychothérapie

La thérapie par la parole se concentre sur l'examen des pensées et des sentiments négatifs associés à la dépression et aide à soulager le sentiment d'isolement ou de solitude que ressentent souvent les personnes souffrant de dépression. Le soutien et les conseils d'un thérapeute professionnel peuvent être bénéfiques pour une personne atteinte de TAS. La thérapie de conversation peut également aider les personnes atteintes de TAS à en apprendre davantage sur leur état et à mieux le comprendre, ainsi qu'à savoir quoi faire pour prévenir ou minimiser la survenue d'une dépression saisonnière.

Médicaments

Les antidépresseurs aident à réguler l'équilibre de la sérotonine et d'autres neurotransmetteurs dans le cerveau, qui affectent l'humeur et l'énergie. Les médicaments doivent être prescrits et contrôlés par un médecin.

D'autres thérapies qui se sont révélées efficaces sont les suivantes :

* Thérapie cognitivo-comportementale pour la dépression
* Pleine conscience (Mindfulness) et méditation
* Exercices pour encourager la pensée positive

Trouble affectif émotionnel : TEST

La même équipe qui a découvert le seasonal affective disorder a également développé un questionnaire appelé Seasonal Pattern Assessment Questionnaire (SPAQ) où ils ont recueilli les principaux symptômes.

Test de dépression de Beck en ligne


Trouble affectif saisonnier chez les enfants et les adolescents

La dépression peut être un problème grave pour les adultes comme pour les enfants. Quelle que soit la saison, les changements d'humeur ou d'attitude d'un enfant ne doivent pas être ignorés ou rejetés. Ce qui semble être une mauvaise attitude nouvellement développée chez un adolescent peut en fait être un cas de dépression ou, dans certains cas, de trouble affectif saisonnier.

Les enfants et les adolescents peuvent également présenter ces symptômes. Les symptômes qui prennent plus de deux semaines sont préoccupants.

Symptômes du TAS chez les enfants et les adolescents

Changements d'humeur. La personne peut se sentir triste ou irritable la plupart du temps pendant au moins 2 semaines à un moment précis de l'année. Pendant ce temps, une fille ou un garçon peut ressentir un sentiment de désespoir ou d'être sans valeur. Dans le cadre du changement d'humeur qui accompagne le TAS, les gens peuvent faire preuve d'autocritique, faire preuve d'une plus grande sensibilité que d'habitude aux critiques et pleurer ou se fâcher plus souvent ou plus facilement.

Incapacité à en profiter. Une personne atteinte de TAS peut perdre tout intérêt pour les choses qu'elle aime normalement et se sentir incapable d'en profiter comme auparavant. Les personnes atteintes de TAS peuvent également se sentir incapables d'accomplir des tâches aussi bien qu'avant et se sentir insatisfaites ou coupables. Une personne atteinte d'APR pourrait se désintéresser de ses amis et cesser de participer à des activités sociales.

Peu d'énergie. La fatigue inhabituelle ou la fatigue sans raison apparente font également partie du TAS et peuvent rendre les gens faibles.

Changements dans le sommeil. La personne pourrait dormir beaucoup plus que d'habitude. Dormir trop peut rendre difficile pour un élève atteint de TAS de se lever et de se préparer pour l'école le matin.

Changements dans la nourriture. Les changements dans l'alimentation et l'appétit liés au TAS peuvent inclure le désir de consommer des glucides simples (tels que les aliments réconfortants et les aliments sucrés) et la tendance à trop manger. Ce changement de régime pourrait entraîner une prise de poids pendant les mois d'hiver.

Difficulté à se concentrer. Le TAS peut affecter la concentration et interférer avec les performances et les notes de l'école. L'élève peut avoir plus de difficulté que d'habitude à terminer ses devoirs à temps ou peut ne pas avoir la motivation habituelle. Une personne atteinte de TAS peut remarquer que ses notes baissent et les enseignants peuvent penser que l'élève semble moins motivé ou qu'il travaille moins bien à l'école.

Diminution des activités sociales. Les personnes atteintes de TAS peuvent passer moins de temps avec des amis, dans des activités sociales ou dans des activités parascolaires.

Les problèmes causés par le TAS, tels que des notes plus basses que d'habitude ou moins d'énergie pour socialiser avec des amis, peuvent affecter l'estime de soi et rendre une personne frustrée,  isolée et solitaire  surtout si elle ne se rend pas compte de ce qui provoque ces changements d'énergie, d'humeur et de motivation.

Comment affronter l'APR

Lorsque les symptômes de TAS apparaissent pour la première fois, ils peuvent être déroutants pour la personne atteinte de TAS, sa famille et ses amis. Certains parents ou enseignants peuvent penser à tort que les adolescents atteints de TAS négligent le rythme de travail ou ne s’efforcent pas.

Pour diagnostiquer le TAS, les médecins doivent effectuer un examen médical pour exclure d'autres causes possibles de symptômes, telles que l'hypothyroïdie, l'hypoglycémie ou la mononucléose. Les médecins peuvent administrer des questionnaires pour déterminer l'humeur et également rechercher un modèle saisonnier. Il est difficile de diagnostiquer les enfants souffrant de dépression au départ, car elle se présente souvent comme de l'irritabilité et ils ont du mal à comprendre des termes tels que “tristesse” ou “se sentir triste”.

Comme chez les adultes, la dépression chez les enfants peut être traitée efficacement. La dépression est très curable avec des médicaments et une thérapie. La luminothérapie n'est pas recommandée pour les enfants.

En cas de diagnostic de TAS, des recommandations qui peuvent aider

* Suivre les recommandations de traitement médical.

* Faire beaucoup d'exercice, surtout à l'extérieur. L'exercice peut améliorer l'humeur.

* Passer du temps avec des amis et des proches qui comprennent ce qui se passe – ils peuvent aider en fournissant un contact personnel et un sentiment de connexion.

* Être patient. Ne pas s’attendre à ce que les symptômes disparaissent immédiatement.

* Demander de l'aide pour les devoirs et autres tâches si nécessaire. Parler aux enseignants et préparer un plan pour terminer les devoirs.

* Manger bien. Cela peut être difficile, mais éviter les glucides simples et les collations sucrées et maintenir un régime qui comprend beaucoup de grains entiers, de légumes et de fruits peut aider à long terme.

* Établir une routine de sommeil. Aller au lit à la même heure chaque jour pour profiter des bienfaits pour la santé mentale que procure la lumière naturelle.

Recommandations aux parents

Les parents d'enfants souffrant de dépression devraient participer au traitement et au rétablissement de leur enfant. Renseignez-vous sur le trouble et partagez ce que vous apprenez avec votre enfant. Assurez-vous que votre enfant termine son traitement tous les jours, peu importe ce que son médecin lui prescrit.

Planifiez ensemble un temps modéré de qualité. Lire un livre ou jouer à un jeu de société en famille peut être amusant. Encouragez votre enfant à faire de l'exercice et à passer du temps à l'extérieur. Planifiez des promenades quotidiennes ensemble. Préparez des repas sains pour votre famille et établissez une routine au coucher pour vous assurer que l’enfant dorme suffisamment et la même quantité de sommeil chaque nuit.

Votre enfant fatigué aura probablement besoin d'aide pour ses devoirs. Prenez le temps de faire ses devoirs ensemble et informez les enseignants de la situation de votre enfant. Soyez patient avec votre enfant et donnez-lui confiance en lui indiquant que ces problèmes vont s'améliorer.


Adultes plus âgés, sensibles aux troubles affectifs saisonniers

Les personnes âgées qui vivent seules, dans une situation de dépendance, d'abandon, avec des limitations fonctionnelles marquées telles que ne pas pouvoir marcher pour s'exposer au soleil ou qui manquent de réseaux de soutien social adéquats sont plus à risque de souffrir de ce problème.

La condition est caractérisée par des changements d'humeur soudains tels que tristesse, irritabilité, hypersomnie ou sommeil excessif pendant la journée, désir de manger des aliments sucrés, concentration réduite, augmentation ou diminution du poids et du désir sexuel, manque de capacité à éprouver du plaisir, une perte d'intérêt pour les activités habituelles, de l'anxiété, un manque d'énergie et un isolement social.

Cependant, la plupart du temps, le trouble affectif saisonnier disparaît spontanément à l'arrivée du printemps.

Il est recommandé aux personnes qui présentent l'un de ces symptômes de se rendre chez le médecin pour recevoir un traitement approprié et éviter l'automédication et en particulier l'utilisation de produits "naturistes" tels que la mélatonine, car ils peuvent avoir des effets secondaires indésirables.

Pour éviter la présence de dépression saisonnière, il est recommandé de prendre des bains de soleil quotidiens pendant des périodes de 15 minutes. Si la personne est au lit, laisser le soleil passer par la fenêtre, augmenter l'activité physique avec de courtes promenades à l'extérieur. Si la personne a l’habitude de dormir pendant la journée, que cela soit moins de 20 minutes. Renforcer les réseaux familiaux et augmenter les cercles d'amis.

*    *
*

Stratégies pour soulager le trouble affectif saisonnier à temps

Lumière naturelle

À la maison et au travail, laissez entrer autant de lumière naturelle que possible. Ouvrez les stores, dégagez l'extérieur des fenêtres, si possible, des éléments qui gênent le passage de la lumière (réduisez la végétation par exemple). Essayez d'être près d'une fenêtre autant que possible, à la maison ou au travail.

Exercice en plein air

L'exercice aide à réduire le stress et l'anxiété, et être à l'extérieur aidera à remonter le moral. Alors, lorsque l'alarme du matin sonne, levez-vous pour faire une promenade et absorbez toute la lumière possible avant de commencer la journée entre les murs. Étonnamment, même les promenades par temps nuageux peuvent être bénéfiques. Vous pouvez également utiliser ce temps pour la contemplation silencieuse ou la prière et ainsi améliorer votre humeur avant d'entrer dans le chaos quotidien.

Socialisez avec vos amis

Ne laissez pas les mois d'hiver devenir une période d'hibernation solitaire. À cette époque de l'année, avec tout le monde pressé d'un endroit à un autre, faites savoir à vos proches si vous vous sentez déprimé. Peut-être peuvent-ils aider dans certains domaines stressants de la vie, ou peut-être seulement en passant un peu de temps calme dans un environnement chaleureux et accueillant, avec un bon bol de chocolat et un film réconfortant.

Nourriture d'automne


Notre corps détecte l'inadéquation hormonale causée par une faible exposition au soleil et envoie des signaux au système nerveux afin qu'il cherche un moyen de se réadapter. Pour trouver de la mélatonine naturellement, il faut consommer des aliments riches en glucides comme le pain ou les pâtes et donc, de manière quasi inconsciente, notre corps cherche à se réguler.

Des fruits secs : pistaches, amandes et noix. Ils sont riches en fibres, en protéines et ont une puissante action anti-oxydante, en raison de leur teneur en vitamine E, sélénium et potassium. De plus, son action positive sur les graisses saturées protège contre les maladies cardiovasculaires. Sa teneur élevée en calories donnera suffisamment d'énergie en milieu de matinée et sur les collations.

Les pommes et les poires, les fruits qui donneront de l'énergie toute la journée. La formule est de consommer des fruits de saison avec beaucoup de couleur. Ils sont riches en vitamines et antioxydants et, au sein de l'automne, les pommes et les poires sont les plus efficaces.

Les pommes sont les meilleures pour l'absorption du cholestérol, la sensation de gonflement qui provient des problèmes cardiovasculaires et, surtout, pour la fatigue : ses antioxydants. Les poires en automne sont parfaites, sucrées et juteuses. En plus de leur saveur, ces fruits sont très riches en vitamine C et contiennent quatre grammes de fibres par portion.

Le ton orangé. La citrouille et la carotte contiennent du bêta-carotène, c'est-à-dire de la provitamine A qui agit comme un excellent bouclier contre la fatigue automnale. Elles sont riches en fibres et en hydrates. En particulier, la carotte contient tout un arsenal de vitamines (B, C, D, E, K), ainsi que des minéraux, du calcium, du phosphore et du potassium.

Avocat. Sa teneur élevée en potassium et en sodium aide à maintenir l'équilibre des fluides et des électrolytes dans les cellules, à maintenir un rythme cardiaque régulier et une tension artérielle normale.

Fruits de mer. Les fruits de mer les plus appétissants, les plus riches et les plus énergiques, ainsi que les petits poissons : leur apport en zinc est essentiel à notre métabolisme.


Voir aussi…


Aucun commentaire:

Publier un commentaire