jeudi 20 septembre 2018

Prévenir la Maladie d'Alzheimer






La maladie d’Alzheimer est une maladie dégénérative qui engendre un déclin progressif des facultés cognitives et de la mémoire. Peu à peu, une destruction des cellules nerveuses se produit dans les régions du cerveau liées à la mémoire et au langage. Avec le temps, la personne atteinte a de plus en plus de difficulté à mémoriser les événements, à reconnaître les objets et les visages, à se rappeler la signification des mots et à exercer son jugement.

La maladie d’Alzheimer est la forme de démence la plus fréquente chez les personnes âgées ; elle représente environ 65 % des cas de démence. Le terme démence englobe, de façon bien générale, les problèmes de santé marqués par une diminution irréversible des facultés mentales. La maladie d’Alzheimer se distingue des autres démences par le fait qu’elle évolue graduellement et touche surtout la mémoire à court terme, dans ses débuts.

D’après Judes Poirier, chercheur à l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, pour que l’Alzheimer survienne dans la soixantaine, il faut être prédisposé à la maladie par l’hérédité, les habitudes de vie, etc.

Lorsqu'une personne est atteinte de la maladie d'Alzheimer, il y a des changements microscopiques dans les tissus de certaines parties de son cerveau et une perte constante d'un produit chimique appelé acétylcholine, qui est vital pour le fonctionnement du cerveau. Cette substance est liée à la communication des cellules nerveuses et des activités mentales telles que l'apprentissage, la mémoire et la pensée.

À l'échelle mondiale, plus de 45 millions de personnes souffrent de la maladie d'Alzheimer ou d'autres formes de démence. À la maladie dont souffrent les personnes touchées, il faut ajouter l’usure émotionnelle, sanitaire et économique que cela implique pour leur entourage.

L’atteinte du cerveau


La maladie d’Alzheimer se caractérise par l’apparition de lésions bien particulières, qui envahissent progressivement le cerveau et détruisent ses cellules, les neurones. Les neurones de l’hippocampe, la région qui contrôle la mémoire, sont les premiers touchés. On ne sait pas encore ce qui provoque l’apparition de ces lésions.

Causes


Les causes de la maladie d’Alzheimer ne sont pas connues. Dans l’immense majorité des cas, la maladie apparaît en raison d’une combinaison de facteurs de risque. Le vieillissement est le principal facteur.

Les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires  l’hypertension, l’hypercholestérolémie, l’obésité, le diabète, etc.  semblent également contribuer à son développement.



Les facteurs génétiques jouent également un rôle important dans l’apparition de la maladie. Ainsi, certains gènes peuvent augmenter le risque d’être atteint, bien qu’ils ne soient pas directement la cause de la maladie. Les chercheurs ont découvert qu’environ 60 % des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont porteuses du gène Apolipoprotéine E4 ou ApoE4. Un autre gène, le SORL1, semble également être souvent impliqué. Cependant, plusieurs individus sont porteurs de ces gènes et n’auront jamais la maladie et, inversement, certaines personnes sans ces gènes peuvent développer la maladie.

Il est aussi possible que des infections ou l’exposition à des produits toxiques jouent un rôle dans certains cas mais aucune preuve formelle n’a été obtenue.

D’autres facteurs sont également étudiés, comme la sédentarité, le manque d’activité intellectuelle, les mauvaises habitudes alimentaires, le manque de sommeil ou encore, de faibles interactions sociales.

*
*    *

Recherche


Régime méditerranéen et déficience cognitive légère

Selon une étude réalisée par des chercheurs du Département de neurologie du Centre médical de l'Université Columbia, New York, publiée dans Arch Neurol. 2009, le régime méditerranéen pourrait protéger les personnes qui ont des troubles cognitifs légers contre la maladie d'Alzheimer.

L'étude a été menée auprès de 1.393 sujets en bonne santé et 482 individus atteints d'un déclin cognitif léger  perte de mémoire ou difficulté à se concentrer, par exemple . Les participants, âgés en moyenne de 77 ans, ont rempli un questionnaire sur leurs habitudes alimentaires au cours de la dernière année.

Selon les résultats, après un suivi de quatre ans, les individus atteints d'un déclin cognitif léger qui suivaient modérément le régime méditerranéen voyaient leur risque de souffrir de la maladie d'Alzheimer réduit de 45% comparativement à ceux qui le suivaient peu ou pas.

Parmi ceux qui appliquaient avec modération le régime crétois et qui n'avaient pas de trouble cognitif léger, le risque d'en être atteint diminuait de 17%, et de 45% pour la maladie d'Alzheimer. Pour ceux qui le suivaient à la lettre, cette proportion était de 28% pour le déclin cognitif léger et de 48% pour la maladie d'Alzheimer.

Selon les auteurs de l'étude, il est difficile d'expliquer comment le régime méditerranéen, qui est principalement composé de fruits, de légumes, de poisson et d'huile d'olive, peut aider le cerveau à rester en santé. Mais, ils rappellent que cette diète permettrait de réduire certains facteurs de risque, comme des taux élevés de cholestérol et de sucre, souvent associés à des troubles cognitifs légers.


Le régime méditerranéen protégerait le cerveau du déclin cognitif

Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’University of California, San Francisco, parue dans Journal of the American Geriatrics Society d’avril 2017, le régime méditerranéen et une de ses variantes, le régime Mind, protègeraient les seniors des risques de pertes de mémoire.

Les chercheurs ont demandé à 5907 personnes âgées participants à l'Etude Santé et Retraite de remplir un questionnaire sur leurs habitudes alimentaires. Ils ont ensuite mesuré leurs fonctions cognitives comme la mémoire et la capacité d'attention.

Les résultats montrent que les volontaires ayant adopté un régime méditerranéen ou Mind ont des fonctions cérébrales significativement meilleures que ceux ayant des régimes moins bons pour la santé.


Apport calorique et risque de maladie d'Alzheimer

Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’Institut Taub pour la recherche sur la maladie d'Alzheimer et le cerveau vieillissant de l’Université Columbia, publiée en Arch Neur. 2002, un apport plus élevé en calories et en graisses, peut être associé à un risque plus élevé de la maladie d’Alzheimer chez les individus porteurs de l'allèle apolipoprotéine E epsilon4.

À l’occasion d’une étude prospective d’une durée de 4 ans les chercheurs ont recueilli des données sur l’apport alimentaire de 980 personnes âgées de 75 ans, en moyenne. Au cours de l’étude, 242 personnes ont développé la maladie d’Alzheimer.

Dans cette étude, les personnes à risque sont des personnes ayant une forme déficiente d’une protéine (une protéine est un constituant majeur des cellules) appelée apolipoproteine E. L’apolipoprotéine E (en abrégé apoE) transporte les lipides indispensables à la cellule du cerveau.

Les sujets qui consommaient le plus de calories et qui avaient un bagage génétique qui les prédisposait à cette maladie  porteurs du gène ApoE4  étaient plus touchés que ceux qui absorbaient le moins de calories.

Des travaux menés en parallèle chez les rongeurs soumis à une restriction calorique indiquent que leurs cerveaux résistent mieux aux attaques (comparé aux rongeurs ayant une alimentation normale). La restriction calorique limiterait la production de molécules toxiques  tels que les radicaux libres  et, à l’inverse, stimulerait celle de molécules protectrices  tel que le facteur de croissance NGF  pour le cerveau.


La restriction calorique a un effet bénéfique sur les neurones

Une étude réalisée par des chercheurs de l’Université catholique du Sacré Cœur à Rome, publiée dans PNAS en 2012, confirme qu’une restriction calorique a un effet bénéfique non seulement sur la santé en général mais aussi sur les neurones, en protégeant ces dernières des effets néfastes du vieillissement.

En privant les souris de 30% de la nourriture habituellement absorbée, les chercheurs italiens ont non seulement permis de prolonger la vie de ces rongeurs mais aussi d’améliorer leur performance cognitive.

Selon les auteurs de l’étude, La restriction calorique permet la libération de la molécule CREB1 qui joue un rôle essentiel dans le bon fonctionnement des cellules cérébrales.

Cette découverte comporte des implications importantes sur le développement de nouveaux médicaments visant à activer la molécule CREB1 sans avoir à réduire l’apport en calories, et ainsi à prévenir le processus de vieillissement.


Moins de calories pour réduire les maladies liées à l'âge

Selon des chercheurs du Pennington Biomedical Research aux Etats-Unis, dont les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue médicale Cell Metabolism de mars 2018, la réduction de l'apport calorique de 15% pendant 2 ans ralentirait le vieillissement et protégerait contre les maladies liées à l'âge.

Une étude britannique de l'université de Bath avait mis en avant un lien entre une alimentation trop riche en sucre et la maladie d'Alzheimer. Cette nouvelle recherche aurait identifié un lien entre la baisse de l'apport calorique et la réduction des maladies liées à l'âge comme la maladie d'Alzheimer et Parkinson.

Les chercheurs ont réalisé l’étude avec 53 individus sains, non obèses et âgés de 21 à 50 ans qui ont diminué leur apport calorique de 15% pendant deux ans.

Les participants du groupe restriction calorique ont perdu en moyenne près de 9 kg et aucun effet indésirable, tel que l'anémie, une perte osseuse excessive ou des troubles menstruels n'a été observé. En revanche, ce protocole a permis d'améliorer l'humeur et la qualité de vie.

La réduction calorique réduirait le stress oxydatif. Les résultats de l'étude ont montré que la restriction calorique diminuait le stress oxydatif systémique lié aux maladies neurologiques liées à l'âge telles que la maladie d'Alzheimer, mais aussi le cancer, le diabète, la maladie de Parkinson ou d'autres maladies chroniques.

Même si le nombre de volontaires était relativement faible et la durée de l'expérience courte dans le contexte d'une durée de vie humaine, les biomarqueurs du vieillissement ont été améliorés chez es participants à l'étude, concluent les auteurs de l'étude.


Prévention de la maladie d'Alzheimer par le sport

Selon une étude réalisée par des chercheurs à l'UC Irvine's College of Medicine, parue dans Trends of Neurosciences de 2002, l'exercice physique régulier influencerait l'expression des gènes dans une aire du cerveau importante pour la mémoire et le maintien de la santé des cellules nerveuses et cela contribuerait à préserver de la maladie d'Alzheimer.

L'étude a permis de mettre en évidence, chez le rat, une augmentation de l'expression de certains gènes et une diminution de l'expression d'autres gènes après une période de trois semaines d'activité consistant à courir. Parmi les gènes dont l'expression a été stimulée, nombreux sont ceux qui aident le cerveau à répondre au stress, à apprendre et à faire face à une large palette d'influences externes. L'exercice paraît ainsi être un puissant régulateur de l'activité du cerveau.

Cette modification de l'expression des gènes chez les rats s'est produite dans une zone du cerveau appelée hippocampe, zone associée habituellement à des fonctions cognitives telles que la mémoire, l'apprentissage et la pensée. Les chercheurs ne s'attendaient pas à rencontrer une concentration d'activité dans cette zone du cerveau. Ils pensaient que l'exercice affecterait principalement les zones liées aux fonctions motrices.

Des études avaient déjà mis à jour l'effet bénéfique de l'exercice au regard de la prévention de la maladie d'Alzheimer. Mais aucune n'avait montré comment et pourquoi l'exercice physique aidait le cerveau à prévenir la dégradation des cellules conduisant à cette maladie. Les résultats obtenus pourraient permettre d'indiquer la quantité et le type d'exercice contribuant à réduire le risque de dégradation cognitive et de maladie d'Alzheimer.


L'étude des nonnes (Nun Study)

L'une des références de la recherche sur la réserve cognitive était une célèbre expérience menée par le neurologue David Snowdon de l'Université du Kentucky en 1986, qu'il a appelée "l'étude des nonnes". L'expérience consistait à étudier un groupe de nonnes dans un couvent et à observer l'évolution de leurs fonctions cognitives, telles que la mémoire.
Il a pris comme groupe de recherche un groupe de 678 religieuses de l’ordre des School Sisters of Notre Dame, une communauté où l’âge moyen est de 85 ans et où plusieurs sœurs ont plus de 90 ans.

Leur réserve cognitive a été surveillée pendant 17 ans. Au cours de cette période, des tests ont été effectués régulièrement, de type génétique, intellectuel ou psychologique. Toutes ont accepté que lors de leur mort, leur cerveau soit étudié pour compléter les informations de l'expérience.

La chose la plus surprenante a été le cas de sœur Bernadette. Cette religieuse est morte à 85 ans. Son cerveau a été étudié et il a ensuite été détecté qu'elle souffrait de la maladie d'Alzheimer. Cependant, jamais durant sa vie elle n'avait manifesté des symptômes de souffrance. Les chercheurs ont pu conclure que la réserve cognitive de la religieuse avait clairement compensé ses déficiences.

Les chercheurs ont réussi à vérifier un autre fait intéressant. Les religieuses avec un vocabulaire plus riche ont montré moins de déclin cognitif au fil des ans. Et ce vocabulaire, à son tour, découlait du fait qu’elles avaient été de bonnes lectrices pendant leur enfance. Cette expérience est l'une des preuves les plus convaincantes en faveur de l'exercice intellectuel, social et physique en tant que moyens valables de retarder le déclin naturel de nos fonctions cognitives.

La conclusion la plus importante de l'étude des moniales était que la maladie d'Alzheimer n'est pas une conséquence inévitable de la vieillesse. Au contraire, l'existence d'une réserve cognitive solide protège contre une maladie aussi dévastatrice.

Chez ces religieuses, qui mènent une vie saine, ont une bonne alimentation et peu de stress, le taux de la maladie d’Alzheimer est nettement plus bas que celui de la population en général. Fait significatif, beaucoup d’entre elles sont très instruites et mènent des activités intellectuelles fort exigeantes pour leur âge.

À la suite des résultats de cette étude, d’autres recherches ont montré que la réalisation d’activités intellectuelles exigeantes pouvait atténuer les effets des lésions cérébrales causées par la maladie d’Alzheimer et favoriser la plasticité cérébrale.


Enquête sur les facteurs du mode de vie qui peuvent diminuer la maladie d’Alzheimer

Un rapport  Dementia prevention, intervention and care  établi par Livingston G et coll. du département de Psychiatrie de l'University College de Londres, publié en ligne dans la revue britannique Lancet en juillet 2017, a mis à jour des principaux facteurs pouvant diminuer le risque de développer les démences en général, incluant la maladie d’Alzheimer.

Pour enquêter sur une possible prévention, des experts de 23 laboratoires internationaux ont réalisé une vaste méta-analyse des études existantes. Ce qui a permis de proposer un nouveau modèle chiffré de facteurs de risque à l'échelle d'une vie.

Selon ces calculs, 35% des cas de démence pourraient être théoriquement évités. Car si personne ne peut modifier son patrimoine génétique, chacun peut en revanche mettre d'autres atouts dans sa manche, et ce dès l'école.

Selon la méta-analyse une scolarité prolongée au-delà de l'âge de 12 ans diminuerait de 8% le risque de démence à l'âge adulte. Des études longues conféreraient une protection en favorisant la constitution et le maintien d'une réserve cognitive  somme des neurones et de leurs connexions  qui permet de résister aux pathologies neurodégénératives.

Plusieurs observations récentes indiquent néanmoins que la maladie d’Alzheimer n’est pas une conséquence inévitable du vieillissement et que de nombreux aspects du mode de vie peuvent également énormément influencer sa progression. Il s’agit d’une excellente nouvelle, car cela signifie qu’il est possible de réduire considérablement le risque de souffrir de cette maladie en modifiant ses habitudes de vie.

L’analyse rigoureuse des études accumulées jusqu’à présent amène les auteurs à proposer que la modification de principaux facteurs de risque peut réduire significativement l’incidence de ces maladies.

Les facteurs de risque


Cesser de fumer. La cigarette a un effet catastrophique sur la santé cardiovasculaire, ce qui provoque une diminution de l’apport en oxygène au cerveau et endommage les neurones. Certaines neurotoxines contenues dans le tabac contribuent également à ces dommages.

Faire de l’exercice. L’activité physique exerce une action neuro-protectrice en raison d’une amélioration de la circulation du sang dans le cerveau ainsi qu’en stimulant la croissance de neurones impliqués dans les processus de mémoire.

Maintenir un poids santé. Plusieurs études montrent que les personnes obèses sont à plus haut risque de démence, conséquence de l’impact négatif du surpoids sur l’inflammation chronique et le stress oxydatif qui perturbent l’ensemble du corps, incluant le cerveau.

Contrôler la tension artérielle. L’hypertension crée un stress mécanique sur les vaisseaux sanguins qui augmente le risque de neuro-dégénération et, par conséquent, de démence.

Contrôler la glycémie. Les personnes diabétiques sont à plus haut risque de démences, car l’hyperglycémie chronique est très toxique pour les cellules, incluant les neurones.

Traiter les dépressions. La dépression affecte les taux de plusieurs hormones de stress ainsi que la structure de certaines parties du cerveau (hippocampe), ce qui pourrait accélérer le développement des démences.

Maintenir un réseau social. L’isolement social et la solitude sont d’importants facteurs de risque d’hypertension, de maladies cardiovasculaires et de dépression, trois conditions qui ont été associées au développement des démences.

Continuer d’apprendre. L’éducation permet de créer ce qu’on appelle une “réserve cognitive” qui maintient les fonctions cérébrales en dépit d’une détérioration des neurones. Apprendre une nouvelle langue augmente les connexions neuronales et renforce l'hippocampe.

S’assurer de bien entendre. Cela peut paraître surprenant, mais plusieurs études ont montré qu’il existait une forte corrélation entre la surdité et le risque de démence. Les mécanismes en cause demeurent mal compris, mais il est probable que l’audition stimule les fonctions intellectuelles et retarde ainsi la détérioration des neurones. Selon les chercheurs, l’utilisation de prothèses auditives par les personnes qui n’entendent pas bien pourrait contribuer à réduire ce risque.

Suivre un régime équilibré et nutritif. Pour cela, il est recommandé d'inclure des aliments riches en antioxydants et en vitamines des groupes C, D et E, ainsi que ceux riches en acides gras oméga 3. Il est très important de contrôler l'apport en sucres, car certaines études ont révélé que des taux de glucose élevés dans le sang et l'insuline peuvent causer des lésions cérébrales et conduire au développement de la maladie d'Alzheimer.

Plusieurs études populationnelles plus récentes permettent de penser que la consommation de certains aliments comme le curcuma, le vin rouge, le cacao, l'huile de noix de coco ou encore le thé vert est associée à une diminution encore plus marquée du risque de déclin cognitif et l’inclusion de ces aliments dans les habitudes alimentaires pourrait augmenter davantage notre protection face aux démences comme la maladie d’Alzheimer.


L'huile de noix de coco contre la maladie d'Alzheimer

Une étude menée par plusieurs chercheurs de l'Université catholique de Valence, l'Université européenne de Valence, l'hôpital universitaire Morales Meseguer et l'Université de Valence  intitulé “Huile de noix de coco: traitement alternatif non pharmacologique contre la maladie d'Alzheimer”  et publiée par la revue espagnole Nutrición Hospitalaria en décembre 2015, démontre l'influence positive de l'huile de noix de coco sur le plan cognitif chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer.

Il s'agit d'une étude prometteuse qui démontre sans équivoque les effets bénéfiques de la consommation d'huile de noix de coco extra vierge dans la lutte contre la démence dans la maladie d'Alzheimer. L'objectif spécifique de l'étude était d'évaluer l'impact de l'huile de coco sur l'évolution de la démence de type Alzheimer, quel que soit le degré de démence. De même, pour déterminer s'il y a une influence sur cette amélioration, sur des variables telles que le sexe et le fait de souffrir ou non de diabète sucré de type II.

La méthodologie utilisée dans l'analyse était l'étude prospective réalisée chez des patients atteints de démence de type Alzheimer, avec un groupe témoin et un groupe d'intervention ayant reçu 40 ml / jour d'huile de noix de coco extra vierge.

Selon les chercheurs, il a été observé chez les sujets prenant le produit une augmentation statistiquement significative du score du test MEC-LOBO et, par conséquent, une amélioration de l'état cognitif, en particulier chez les femmes, chez ceux non diabétiques de type II et les patients sévères.

La conclusion sans équivoque de cette recherche est que cette étude, bien que préliminaire, démontre l’influence positive de l’huile de coco au niveau cognitif chez les patients atteints d’Alzheimer, cette amélioration dépendant du sexe, de l’existence de diabète et du degré de démence.

En analysant l’étude en détail, il est clair que cela a été réalisé dans les conditions les plus difficiles possibles pour que l’huile de noix de coco extra vierge se révèle bien, et pourtant, même avec ces conditions, les données sont très prometteuses. Pour l'étude, l'âge moyen des patients évalués était de 79 ans, un âge très avancé sans aucun doute, et plus de 80% des patients étaient des femmes.

L'étude, réalisée avec un groupe témoin recevant un placebo en plus du groupe traité à l'huile de noix de coco extra vierge, a évalué les résultats des tests effectués par les deux groupes de patients avant et après le traitement. Les patients ayant pris un placebo pendant le traitement ont amélioré leurs scores, en moyenne 2,86% d'hommes et 0,85% de femmes, c'est-à-dire des données non significatives.

Cependant, les patients atteints de la maladie d'Alzheimer traités avec de l'huile de noix de coco extra vierge ont amélioré les résultats de leurs tests de 36,99% d'hommes et de 39,70% de femmes. Il est important de noter que cela ne signifie pas que seulement 36,99% et 39,70% des hommes et femmes traités avec de l'huile de noix de coco extra vierge aient été améliorés. Au contraire, cela indique que la fonction cognitive des patients atteints de la maladie d'Alzheimer traités avec l'huile de noix de coco extra vierge s'est améliorée respectivement de 36,99% et de 39,70%, des données vraiment prometteuses dans la lutte contre la démence.

Cette étude réfute la théorie selon laquelle la maladie d'Alzheimer est le diabète du cerveau et que l'huile de noix de coco peut prévenir cette maladie et améliorer l'état des patients. Dans cette ligne est le Dr Bruce Fife, qui dans son livre ALTO AL ALZHEIMER défend que les aliments transformés et les glucides raffinés en sont les causes principales de cette maladie et de bien d’autres, proposant son remplacement par des aliments naturels  légumes, protéines et graisses saines   auxquels il ajoute l'huile de noix de coco.


L’huile de noix de coco retarderait l’Alzheimer

Des chercheurs québécois du Centre de recherche sur le vieillissement de Sherbrooke, selon une étude sur le projet “Benefic” publiée dans Journal of Alzheimer's Disease en juin 2018, sont sur le point de conclure que l’huile de noix de coco purifiée peut retarder l’apparition de l’Alzheimer chez des personnes à risque de développer la maladie.

Avec l’âge, plusieurs personnes, et particulièrement celles qui souffrent d’Alzheimer, éprouvent de la difficulté à bien utiliser le glucose, qui agit comme carburant au cerveau. Depuis 2015 l’équipe a constaté qu’un simple supplément alimentaire à base d’huile de noix de coco purifiée réussit à combler le déficit en glucose.


Pendant six mois, 50 personnes de 65 ans et plus avec un léger problème de mémoire devaient boire un liquide, matin et soir. Vingt-cinq d’entre elles buvaient une émulsion de lait avec de l’huile de noix de coco purifiée. Cette formule a été choisie pour éviter les effets secondaires. L’autre moitié du groupe consommait, sans le savoir, un liquide sans l’huile.

À la fin du projet, le taux de cétones, utilisées comme source d’énergie quand les réserves en sucres sont insuffisantes, avait doublé chez les participants qui buvaient le supplément avec l’huile de noix de coco purifiée. Ces derniers avaient aussi accru leur attention, leur mémoire et leur vitesse de traitement de l’information.

Le projet entreprend actuellement une seconde phase, avec deux fois plus de participants, pour tirer des conclusions fermes.

Les chercheurs espèrent réussir à retarder avec un simple supplément alimentaire l’apparition de la maladie d’Alzheimer chez les personnes à risque. Ils souhaitent aussi contribuer à ce que les capacités des personnes déjà atteintes déclinent moins rapidement.

*    *
*

Prévention

Actuellement, il n’existe aucun moyen clairement efficace de prévenir la maladie d’Alzheimer. Certaines mesures semblent toutefois contribuer à préserver les facultés cognitives et à réduire le risque de développer la maladie.

Mesures générales


Il est possible de diminuer les risques de souffrir de la maladie d’Alzheimer en intervenant médicalement, en faisant attention à ses habitudes de vie  saine alimentation, exercice physique, etc.  et en évitant certains facteurs de risque, comme l’hypertension artérielle, le diabète, l’hypercholestérolémie et le tabagisme.

L’hormonothérapie substitutive chez les femmes à l’âge de la ménopause ou la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (tels que l’aspirine et l’ibuprofène) pourraient assurer une certaine protection contre la maladie d’Alzheimer, selon des études de population mais les études prospectives à ce sujet se sont révélées négatives.

Alimentation  Le régime méditerranéen


Diverses études ont été menées afin de savoir si un régime alimentaire particulier pouvait prévenir la maladie d’Alzheimer en retardant le vieillissement.

Ce type de régime typique des pays qui bordent la Méditerranée protège des maladies cardiovasculaires et améliore l’espérance de vie. Il se distingue, notamment, par une grande consommation d’huile d’olive, de fruits, de légumes et de poisson et par une ingestion modérée de vin rouge.

La restriction calorique


La restriction calorique retarde la sénescence du cerveau et prévient la neuro-dégénérescence. Une alimentation faible en calories retarde le vieillissement et augmente l’espérance de vie.

La restriction calorique limiterait la production de molécules toxiques  tels que les radicaux libres  et, à l’inverse, stimulerait celle de molécules protectrices  tel que le facteur de croissance NGF  pour le cerveau.

Un faible apport énergétique et une alimentation à faible teneur en lipides diminuent la probabilité d’avoir une démence de type Alzheimer.

Des études menées sur des animaux laissent croire que la restriction calorique augmente la résistance des neurones du cerveau à la maladie d’Alzheimer, à la maladie de Parkinson et aux accidents vasculaires cérébraux. Elle permet aussi de limiter la perte neuronale normale liée à l’âge.

Une alimentation riche en antioxydants. De nombreuses études confirment que les antioxydants réduisent les effets néfastes des radicaux libres sur les neurones. Certains aliments riches en antioxydants, en acide folique, en vitamine B6 et en vitamine B12 devraient être privilégiés.

Activité physique


Le bénéfice d’une activité physique régulière pour la prévention des démences et du déclin cognitif a été montré par plusieurs études épidémiologiques et des essais cliniques récents. L’un d’eux a montré qu’un programme d’entraînement physique modéré, à domicile  3 séances de 50 minutes par semaine, ou 20 minutes de marche par jour, pendant 24 semaines , permettait d’améliorer les performances cognitives de personnes souffrant de troubles de la mémoire. Par ailleurs, les adultes pratiquant une activité physique de façon régulière semblent moins fréquemment atteints par la maladie d’Alzheimer.

Entraînement mental


Plusieurs études prospectives récentes ont montré que les personnes s’adonnant régulièrement à des activités mentales stimulantes (lecture, apprentissage, jeux de mémoire, etc.), quel que soit leur âge, sont moins susceptibles de souffrir de démence.

Ainsi, le fait de garder un esprit actif tout au cours de sa vie favorise le maintien et la croissance de connexions entre les neurones, ce qui retarderait la démence. Par ailleurs, certains estiment qu’un haut degré d’instruction aide à réussir plus facilement les tests cognitifs utilisés pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer. Cela permettrait de compenser plus longtemps les effets la maladie.

Plusieurs essais en cours tentent d’évaluer les effets d’un entrainement mental régulier chez les personnes présentant un début de maladie d’Alzheimer. Il semble toutefois que les effets de ce type d’exercices soient moins marqués lorsque le déclin cognitif a débuté.

Améliorer sa réserve cognitive pour retarder les symptômes


Il est prouvé que la maladie d’Alzheimer progresse plus lentement chez les personnes qui ont un niveau d’instruction plus élevé et chez celles qui maintiennent une activité intellectuelle tout au long de leur vie, y compris par les jeux de type mots croisés ou bridge, la lecture, l'apprentissage de langues, la mémorisation de chansons ou de poèmes, etc. Cet effet protecteur est probablement lié au fait que ces personnes parviennent à mieux compenser les difficultés intellectuelles provoquées par la maladie.

L'activité intellectuelle contribuerait à maintenir de nombreuses connexions entre les neurones, créant ainsi une “réserve cognitive dans laquelle les patients peuvent puiser lorsque les premiers signes de la maladie d'Alzheimer se font sentir.

De nombreuses études montrent que ces activités constituent un exercice pour les fonctions cérébrales et la mémoire, et pourraient donc jouer un rôle clé dans la prévention de la maladie d'Alzheimer.

Parmi les activités recommandées par les experts :

* Parler plusieurs langues.
* Jouer des instruments de musique.
* Lire fréquemment.
* Étudier une carrière.
* Avoir plus d'activités sociales.
* Se défier avec des jeux intellectuels tels que les échecs, les mots croisés, les puzzles, le sudoku et toutes sortes de jeux qui font penser.


La diète “MIND”


La prévention de la maladie par l’alimentation. En septembre 2015, une équipe de chercheurs des États-Unis a publié une étude sur une nouvelle diète qui permettrait de réduire significativement le risque de développement de la maladie d’Alzheimer : MIND Diet Associated with Reduced Incidence of Alzheimer’s Disease. Alzheimer’s & Dementia, publiée dans The Journal of the Alzheimer’s Association. C’est la diète MIND.

Les chercheurs se sont amusés à faire un jeu de mots avec le nom de cette diète (“mind” étant “esprit” en anglais). En fait, MIND est un acronyme pour Mediterranean-Dash Intervention for Neurodegenerative Delay.

Les principes de base de la diète MIND



Les recommandations de la diète MIND se résument à privilégier certains aliments et à en éviter, ou à réduire la consommation d’autres. Il n’est pas question ici de restrictions draconiennes ni d’une diète à la mode impossible à suivre. C’est plutôt le bon sens mis en application, et démontré par des études scientifiques.

De plus, la diète MIND est classée par les experts de la nutrition et de la médecine dans les meilleures diètes et parmi celles qui sont les plus faciles à suivre.

Aliments à privilégier dans la diète MIND


* Huile d'olive : Chaque jour

* Légumes verts à feuilles (choux, épinards, blettes...) : Minimum 1 portion/jour

* Autres légumes :  Minimum 1 portion/jour

* Céréales complètes (grains entiers) : Minimum 3 portions/jour

* Fruits secs oléagineux (noisettes, amandes, noix...) : Minimum 5 portions/semaine

* Légumes secs : Minimum 3 portions/semaine

* Petits fruits (fraises, myrtilles, framboises...) : Minimum 2 portions/semaine

* Volaille : Minimum 2 portions/semaine

* Poisson : Minimum 1 portion/semaine.

Familles d’aliments à réduire dans la diète MIND


* Viande rouge : Maximum 4 portions/semaine

* Beurre et margarine : Maximum 1 c. à soupe/jour

* Fromage : Maximum 1x/semaine

* Sucreries et pâtisseries : Maximum 5x/semaine

*  Restauration rapide (burger, frites, pizza) : Maximum 1x/semaine.

Les fruits ont une place entière dans le régime méditerranéen. Seuls, en salade ou en compote, ils représentent une source de vitamines et minéraux qui préviennent la maladie d'Alzheimer. Mais certains sont plus protecteurs que d’autres comme la grenade, la fraise et le raisin rouge.

La grenade contient une molécule nommée ellagitinine, qui, par le biais de la flore intestinale se transformerait en urolithine et qui a un effet neuro-protecteur et anti-inflammatoire. La fraise est riche en fisétine, un flavonoïde qui aide à limiter la perte de mémoire. Quant au raisin, il contient un antioxydant nommé resvératrol qui prévient les symptômes de la maladie.

Il est recommandé de consommer les baies 2 fois par semaine pour prévenir la maladie d’Alzheimer grâce à leurs hautes teneurs en vitamines et minéraux.

En résumé, il faut : Manger de vrais aliments, peu ou pas transformés, variés, surtout des fruits et des légumes colorés, des noix, des légumineuses et des produits céréaliers à grains entiers, en visant le plaisir et la satiété. Assaisonner de bonnes huiles (olive et canola). Consommer aussi des poissons gras, et des viandes maigres (surtout de la volaille).


Prévenir et combattre la maladie d’Alzheimer avec l’huile de noix de coco

Selon les recherches qui ont été faites, il semblerait que les acides gras qui se trouvent dans l’huile de noix de coco pourraient venir aider considérablement à la stabilisation de la maladie d’Alzheimer.

Pour comprendre un peu mieux ce phénomène, il faut se pencher d’un peu plus près sur le fonctionnement de notre cerveau. Pour pouvoir marcher correctement, cette partie de notre corps a besoin de glucose. Ce dernier viendra pénétrer dans nos cellules grâce à l’insuline. Même si les différentes subtilités qui régissent la maladie d’Alzheimer n’ont pas encore été mises en lumière, il semblerait que l’un des problèmes majeurs soit le fait que nos cellules ne soient plus en capacité d’utiliser correctement l’insuline. Face à cela, notre cerveau n’est plus en capacité d’obtenir le glucose dont il a tant besoin pour fonctionner. Étant donné qu’elles ne fonctionnent plus, ces cellules finissent par s’éteindre et les connexions qui les relient se désintégreront au fil des années, entraînant avec elles les symptômes connus de la maladie d’Alzheimer.

L’huile de noix de coco n’est pas un médicament qui viendra guérir la maladie d’Alzheimer. Il faut voir cette solution naturelle comme une façon de stabiliser les symptômes et non comme une panacée. Les deux tiers des personnes qui ont tenté cette méthode ont pu constater certaines améliorations au niveau de leur mémoire et de leur comportement. Les effets ne sont pas les mêmes chez tous les individus.

Dans certains cas, il a même été possible de constater une inversion de la maladie. Pour certaines personnes gravement atteintes, la consommation de l’huile de noix de coco a permis de reprendre conscience de la réalité et de reconnaître de nouveau les proches qu’elles avaient oubliés à cause de la démence provoquée par la maladie.

Cependant, il est important de prendre conscience que, si les cellules de notre cerveau sont mortes, aucun traitement ne sera en mesure de les ramener et c’est sûrement cela qui rend si compliqué le fait de trouver un remède contre cette maladie.


Comment mettre à profit l’huile de noix de coco ?



Pour pouvoir être utilisée efficacement contre la maladie d’Alzheimer, l’huile de noix de coco doit être intégrée dans chacun des repas. Notre cerveau nécessite son carburant tous les jours et pas seulement de manière occasionnelle. On remarquera une amélioration de l’état chez les personnes qui ont su mettre à profit cet aliment de façon quotidienne. Chez certains individus, il sera possible de remarquer des effets très rapidement alors que, chez d’autres, la patience sera de mise.

Il serait important de consommer l’huile de noix de coco régulièrement mais par petites quantités afin d’éviter l’apparition d’effets secondaires indésirables comme par exemple les troubles digestifs.

D’un point de vue fréquence, il est recommandé de prendre quelques grammes entre 2 et 3 fois par jour. Si la personne tolère correctement cette prise, il sera envisageable d’augmenter progressivement les doses.

Bien entendu, les personnes qui consomment de l’huile de noix de coco doivent être conscientes que la prise de poids peut être une possibilité, notamment si elles ne compensent pas avec une réduction de leur consommation de mauvaises graisses et une diminution de la consommation de glucides (et donc de glucose).

Même s’il y a très peu d’études scientifiques à proprement parlé sur le sujet, de nombreuses observations cliniques ont permis d’affirmer que l’huile de coco se positionne comme un véritable allié pour toutes les personnes qui souffrent de cette pathologie.

Étant donné qu’il s’agit d’un aliment naturel, vous ne risquez pas d’effet secondaire, mis à part quelques troubles digestifs si la consommation d’huile de noix de coco est importante. Même si elle n’est pas encore considérée comme un véritable remède pour la maladie d’Alzheimer, de nombreux individus ont pu constater des bienfaits, notamment en ralentissant considérablement l’évolution de la maladie.


L’espoir d’un diagnostic précoce

De nombreuses recherches sont en cours dans le monde pour créer des outils permettant de diagnostiquer la maladie à un stade plus précoce, lorsque les pertes de mémoire sont légères ou même avant l’apparition des symptômes. En effet, la maladie s’installe de façon insidieuse bien avant que les symptômes de démence n’apparaissent. Plusieurs tests, encore expérimentaux, montrent qu’il est possible d’obtenir un diagnostic précoce : tests de mémoire, tests d’imagerie cérébrale ou encore analyses de sang ou du liquide céphalo-rachidien.



Attention : ce n’est pas parce qu’on oublie ses clés, un rendez-vous ou le nom de quelqu’un qu’on est atteint de la maladie d’Alzheimer. Ces oublis occasionnels sont normaux à tout âge et sont généralement liés à l’inattention. S’ils sont fréquents, ils peuvent masquer un état dépressif ou anxieux. Seuls des tests effectués par un médecin peuvent déterminer si l’on souffre d’un réel trouble de la mémoire. Souvent, ce sont les membres de la famille qui s’inquiètent pour leur proche et demandent une consultation.

Étant donné qu’il existe des prédispositions génétiques à la maladie d’Alzheimer, certaines personnes ont à cœur de retarder l’apparition de la maladie. Il se pourrait bien qu’en retardant cette apparition, un individu puisse totalement vivre le reste de sa vie sans souffrir des symptômes que cette démence provoque.


Voir aussi…